Navigation – Plan du site
Dossier 6e conférence de l'ESfO à Marseille (juillet 2005)

Are Kanak languages to be taught?

Social demands and linguistic dilemmas in contemporary New Caledonia
Marie Salaun
p. 261-269

Résumés

Le recensement de 1996 en Nouvelle-Calédonie révèle l’existence de plus de 53 000 locuteurs des vingt-huit langues kanak qui y sont parlées. Sur ces vingt-huit langues, six sont enseignées à l’école aujourd’hui, alors que l’accord de Nouméa (1998) stipule officiellement que les langues kanak sont des langues d’enseignement et de culture, à côté de la langue française. Cet article traite de la difficile institutionnalisation de la présence des langues vernaculaires dans l’éducation formelle, après des décennies de répression au nom de l’assimilation, de l’égalitarisme républicain (et du jacobinisme). À partir de données de terrain, il interroge la multitude d’obstacles que la reconnaissance des langues kanak doit surmonter aujourd’hui encore. Il aborde le subtil glissement qui s’est opéré, des exigences de l’ancienne domination coloniale à celles du futur « destin commun » postcolonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Salaun, « Are Kanak languages to be taught? », Le Journal de la Société des Océanistes, 125 | 2007, 261-269.

Référence électronique

Marie Salaun, « Are Kanak languages to be taught? », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 125 | Année 2007-2, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/1003 ; DOI : 10.4000/jso.1003

Haut de page

Auteur

Marie Salaun

Université Paris V et GDR 2835 Nouvelle-Calédonie. Enjeux sociaux contemporains, marie.salaun@paris5.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page