Navigation – Plan du site
Articles

Continuité des rites : le nombril des églises et le placenta des hommes en Polynésie orientale

Bruno Saura
p. 39-52

Résumés

Le rituel chrétien de pose de la première pierre d’une église ou d’un temple revêt en Polynésie orientale une importance symbolique particulière. Il répond en écho à deux traditions autochtones de fondation : l’enterrement du placenta d’un nouveau-né ainsi que la conservation de son cordon ombilical. Cette mise en perspective n’est pas simplement le fait de l’observateur extérieur. Il existe en effet, pour ceux qui les vivent, des correspondances entre ces rites. Bien qu’appartenant à des séquences indépendantes, ils s’influencent réciproquement, se répondant tant dans leur logique que par la nature des objets qu’ils engagent en commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Saura, « Continuité des rites : le nombril des églises et le placenta des hommes en Polynésie orientale », Le Journal de la Société des Océanistes, 116 | 2003, 39-52.

Référence électronique

Bruno Saura, « Continuité des rites : le nombril des églises et le placenta des hommes en Polynésie orientale », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 116 | Année 2003-1, mis en ligne le 26 mai 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/1171 ; DOI : 10.4000/jso.1171

Haut de page

Auteur

Bruno Saura

Université de la Polynésie Française, B.P. 6570 Faaa Aéroport. Tahiti. Polynésie française. Email : brunosaura@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page