Navigation – Plan du site
Articles

L’étrange voyage d’une peinture du Sépik : de Kinakatem à Paris

Christian Coiffier
p. 77-97

Résumés

Une exceptionnelle peinture biwat, photographiée en 1932 par Margaret Mead, a été achetée en 1935, à Rabaul, à mille kilomètres de son lieu d’origine, par les membres de l’expédition de la Korrigane. Les troisquarts de cette peinture très remarquable ont été conservés durant plus de soixante ans au musée de l’Homme alors que le quart restant est demeuré dans une collection privée. L’exposition « Le voyage de la Korrigane dans les mers du Sud » au musée de l’Homme (2001-2003) a donné l’occasion de reconstituer cet ensemble pictural et d’engager un processus de restauration de ce très rare témoignage du patrimoine artistique du peuple biwat de Papouasie Nouvelle-Guinée. Ce remarquable ensemble représente une oeuvre phare du futur musée du quai Branly.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Coiffier, « L’étrange voyage d’une peinture du Sépik : de Kinakatem à Paris », Le Journal de la Société des Océanistes, 116 | 2003, 77-97.

Référence électronique

Christian Coiffier, « L’étrange voyage d’une peinture du Sépik : de Kinakatem à Paris », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 116 | Année 2003-1, mis en ligne le 26 mai 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://jso.revues.org/1201 ; DOI : 10.4000/jso.1201

Haut de page

Auteur

Christian Coiffier

Maître de conférences du Muséum national d’histoire naturelle, Département « Hommes, nature et sociétés » (Musée de l’Homme), membre de l’umr8098 « Techniques et culture » ; coiffier@mnhn.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page