Navigation – Plan du site
Dossier Polynésie française, atouts et handicaps

Dire l’autochtonie à Tahiti

Le terme mā’ohi : représentations, controverse et données linguistiques
Bruno Saura
p. 119-137

Résumés

Le présent article part du constat de la généralisation à Tahiti, depuis les années 1980, de l’emploi du terme mā’ohi par les Polynésiens pour s’autodésigner. Loin des discours identitaires contemporains qui voient dans le terme mā’ohi l’expression d’une autochtonie intrinsèquement porteuse de dignité, certaines personnes âgées jugent impropre l’emploi de ce qualificatif au sujet de l’homme ; elles ne l’estiment approprié qu’aux plantes et aux animaux. Cette opposition témoigne d’un conflit de représentations relatives à la terre, louée chez les nationalistes d’aujourd’hui mais parfois perçue, à l’inverse, sous l’angle de la souillure par certains anciens polynésiens. Une analyse linguistique comparative du terme mā’ohi montre par ailleurs que ce terme ne véhicule pas fondamentalement l’idée de pureté ou de dignité, même s’il apparaît, dans d’autres îles polynésiennes, souvent appliqué à l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Saura, « Dire l’autochtonie à Tahiti », Le Journal de la Société des Océanistes, 119 | 2004, 119-137.

Référence électronique

Bruno Saura, « Dire l’autochtonie à Tahiti », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 119 | Année 2004-2, mis en ligne le 01 décembre 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/126 ; DOI : 10.4000/jso.126

Haut de page

Auteur

Bruno Saura

Maître de conférences en civilisation polynésienne, université de la Polynésie française, saura@upf.pf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page