Navigation – Plan du site
Nouvelle Calédonie, 150 ans après la prise de possession

Droit d’accueil et droit de l’endroit en pays kanak

Jean Pipite
p. 203-212

Résumés

La pratique de l’accueil en Nouvelle-Calédonie est fréquemment ramenée à la seule dimension d’une cérémonie coutumière, consistant à remettre à ceux qui vous accueillent un tissu et un morceau de tabac. Cet usage est toutefois bien plus complexe. L’objectif de cet article est de montrer que l’on ne peut saisir toutes les dimensions de cette pratique qu’en le considérant à la manière d’un droit coutumier, dont les enjeux étaient bien différents de ceux que lui ont fait épouser les autorités coloniales ou de ceux de politiciens qui travaillent avant tout pour leur propre profit. Nous évoquerons également les tentatives récentes de reformuler l’ensemble des règles et des usages qu’englobe la pratique de l’accueil, dans ce que certains coutumiers revendiquent aujourd’hui comme le « droit de l’endroit ». La force de loi que les Kanaks attribuent à la notion d’accueil, la sécurité et les prérogatives qu’il offre, risqueraient de s’amenuiser si n’étaient pas respectés, en contrepartie, les devoirs et le respect envers les accueillants et envers les règles locales. Le « droit de l’endroit » se veut un rappel de ces principes fondamentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Pipite, « Droit d’accueil et droit de l’endroit en pays kanak », Le Journal de la Société des Océanistes, 117 | 2003, 203-212.

Référence électronique

Jean Pipite, « Droit d’accueil et droit de l’endroit en pays kanak », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 117 | Année 2003-2, mis en ligne le 22 mai 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/1281 ; DOI : 10.4000/jso.1281

Haut de page

Auteur

Jean Pipite

Doctorant en sciences politiques à l’université de Nouvelle-Calédonie, JeanP@ADCK.nc

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page