Navigation – Plan du site
Nouvelle Calédonie, 150 ans après la prise de possession

Perspectives pour une décolonisation en Nouvelle-Calédonie

Umberto Cugola
p. 273-280

Résumés

La paix civile que connaît la Nouvelle-Calédonie depuis une quinzaine d’années peut être appréhendée, de manière lâche, comme la plus large avancée réalisée sur ce territoire. Nonobstant ce premier constat encourageant, il n’est pas du tout évident que les évolutions futures du territoire se déroulent sous les meilleurs auspices en terme de décolonisation. Pourtant, confortée par le droit international, la décolonisation de la Nouvelle-Calédonie semble parsemée d’obstacles que nous nous proposons de mettre en mots en posant, dans un premier temps, une analyse sur l’éclatement du FLNKS. Puis, nous chercherons à estimer la portée de la dynamique suggérée par le processus de développement économique amorcé en 1988. Nous nous demanderons en quoi l’idéologie développementiste peut représenter une nouvelle forme de colonialisme, et si cette idéologie fièrement portée par les accords de Matignon et de Nouméa (1988-1998) contribue réellement au rattrapage des inégalités et au rééquilibrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Umberto Cugola, « Perspectives pour une décolonisation en Nouvelle-Calédonie », Le Journal de la Société des Océanistes, 117 | 2003, 273-280.

Référence électronique

Umberto Cugola, « Perspectives pour une décolonisation en Nouvelle-Calédonie », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 117 | Année 2003-2, mis en ligne le 22 mai 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/1315 ; DOI : 10.4000/jso.1315

Haut de page

Auteur

Umberto Cugola

Doctorant en géographie à l’université Toulouse Le Mirail, u.cugola@voila.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page