Navigation – Plan du site
En hommage à Jacques Barrau

D’où vient le nikawa ?

Patricia Siméoni
p. 209-222

Résumés

Bien qu’il soit admis que la domestication du kava (Piper methysticum) ait eu lieu dans le nord de l’archipel du Vanuatu, le nom du kava à Tanna a toujours été considéré comme un emprunt à une langue polynésienne. À Erromango, on le nomme nagave, et sur l’île voisine de Futuna le terme utilisé est kava. Le sud du Vanuatu est considéré comme une zone homogène où la plante et tout un cortège de mots associés auraient été empruntés par l’intermédiaire des Polynésiens marginaux (outliers) de Futuna. Toutefois, à la lumière de données d’ordre génétique, morphologique et chimique venant bousculer ces premières hypothèses, nous souhaiterions proposer d’autres voies possibles pour l’introduction du kava dans le sud du Vanuatu. C’est à travers une approche pluridisciplinaire que nous présenterons ces nouvelles pistes pouvant expliquer que le kava aurait pu être distribué lors des migrations mélanésiennes dans le sud du Vanuatu, en tout cas, avant les influences des retours polynésiens dans cette partie de l’archipel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

kava, Piper methysticum

Keywords :

kava, Piper methysticum

Géographique :

Polynesia, Polynésie, Tanna, Vanuatu
Haut de page

Notes de l’auteur

Nikawa : nom vernaculaire du kava dans les langues lenakel, au sud-ouest, whitesands et kwamera, à Tanna.

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Siméoni, « D’où vient le nikawa ? », Le Journal de la Société des Océanistes, 114-115 | 2002, 209-222.

Référence électronique

Patricia Siméoni, « D’où vient le nikawa ? », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 114-115 | Année 2002, mis en ligne le 26 mai 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/1536 ; DOI : 10.4000/jso.1536

Haut de page

Auteur

Patricia Siméoni

Paris IV-prodig, BP 946 Port Vila, Vanuatu ; lebot@Vanuatu.com.vu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page