Navigation – Plan du site
Actualités

Deux nouvelles collections de livres : Travaux et documents océaniens - Petites histoires d’Océanie

p. 369-371

Isabelle Leblic, en charge depuis le dernier renouvellement du conseil d’administration de la Société des Océanistes début 2007, des Publications de la Société des Océanistes en même temps que du Journal, a proposé au conseil d’administration la création de deux nouvelles collections d’ouvrages, afin de diversifier les titres que nous proposons aux lecteurs intéressés à l’Océanie.

Travaux et documents océaniens

La première collection, déjà initiée par l’acceptation de son ouvrage sur les pêcheurs du Sud de la Nouvelle-Calédonie par le comité de lecture de la sdo avant le renouvellement du ca et actuellement sous presse (avec l’aide du musée de Nouvelle-Calédonie), s’intitule Travaux et documents océaniens. En format A4 et présentée comme le jso sur deux colonnes, cette nouvelle collection permettra de rendre compte de recherche en cours ou de faire le point sur une question qui nécessite un grand nombre d’illustrations.

Image1

D’ores et déjà, trois titres sont prévus pour démarrer cette collection et d’autres manuscrits nous sont soumis et sont actuellement en lecture.

  1. Isabelle Leblic, 2008. Vivre de la mer, vivre avec la terre… en pays kanak. Savoirs et techniques des pêcheurs du Sud de la Nouvelle-Calédonie, 288 p., bibliogr., glossaires, index, plus de 600 illustrations en noir et blanc ou en couleur, publié avec l’aide du musée de Nouvelle-Calédonie.

  2. Christophe Sand, à paraître. Une synthèse du Lapita en Nouvelle-Calédonie.

  3. Raymond Amman, à paraître. Musique, magies et secrets. Musiques cérémonielles et instruments de musique au Vanuatu.

Petites histoires d’Océanie

  • 1  Il est vrai que depuis plusieurs collections se sont développées, d’abord en Polynésie française p (...)

La seconde collection, Petites histoires d’Océanie, est en direction d’un plus jeune public, mais pas uniquement. Elle se propose de faire le tour des pays d’Océanie à partir de la réécriture d’histoires de tradition orale et illustrée avec grand soin par divers artistes, donnant l’occasion de dire quelques mots de la société en question en fin d’ouvrage avec un petit glossaire des termes particuliers. Cette idée est née il y a plusieurs années déjà de la difficulté de trouver à l’époque des livres pour enfants sur la Nouvelle-Calédonie. Devant le manque d’ouvrages de cette nature à la fin des années 19901, elle commença à chercher dans les histoires qu’elle avait recueillies sur le terrain, puis les réécrivit pour les raconter à son fils. Elle a cherché pendant longtemps quelqu’un pour les illustrer. C’est au Salon du livre insulaire d’Ouessant en 2000 qu’elle fit la rencontre de Catherine Bayle. Mais ce n’est qu’en 2006, une fois qu’une grande amitié se fut installée entre elles et à la vue des ouvrages déjà illustrés par Catherine, qu’Isabelle lui exposa son projet.

Image2

  • 2  Une première version avait été montrée en ca à l’automne 2007.

Parmi les quelques histoires envoyées, Catherine choisit celle de Mââgenin et commence à l’illustrer de magnifiques collages (voir projet de couverture ci-contre). Après avoir montré ce projet en avril dernier à l’île des Pins, Isabelle Leblic le propose donc au conseil d’administration de la Société des Océanistes qui trouve l’idée séduisante et qui l’accepte en mai 20082. Suite à cela, afin de lancer la collection, nous avons sollicité plusieurs collègues pour qu’il nous propose des Petites histoires sur d’autres régions d’Océanie (sont à venir Wallis, les Marquises, le Vanuatu… et bien d’autres aires encore) qui seront illustrées par Catherine ou par d’autres illustrateurs selon les projets.


--

Dossier de la Société des Océanistes

Depuis plusieurs années, la Société des Océanistes a essayé de relancer et de rénover sa collection Dossier créée dans les années 1970. Les pirogues, reflets de la Polynésie d’Hélène Guiot, paru en mars 2003 avec une maquette totalement réactualisée, fut le premier et seul titre de cette nouvelle formule. Nous lançons donc ici un appel à soumission de projet pouvant alimenter cette collection qui remporte toujours un vif succès auprès du public. À partir d’un texte d’environ 70 000 signes et richement illustré de photographies anciennes ou actuelles, de dessins et cartes, ces dossiers sont tout à fait adaptés pour faire connaître à un public de non-spécialistes divers aspects des sociétés océaniennes. N’hésitez pas à nous soumettre des manuscrits pouvant entrer dans cette collection.

Image3

En 35 pages, l’ethnoarchéologue Hélène Guiot présente les pirogues dans leurs dimensions techniques, économiques, sociales et religieuses. Au-delà de leur rôle dans le peuplement de l’Océanie, les pirogues de Polynésie apparaissent ici comme emblématiques de ces cultures insulaires qui développèrent une technologie maritime sophistiquée, intégrée dans un rapport à l’environnement riche de sens.

Ce dossier, qui comporte une iconographie très riche (noir et blanc et couleur), mêle les clichés de l’auteur à d’anciens documents. Une carte et une bibliographie complète cet ouvrage.

Sommaire

  1. Une culture du Grand Océan 2

  2. Les pirogues, véhicule des hommes, véhicule des dieux 8

  3. Production 18

  4. Renouveau des pirogues traditionnelles 28

Pour plus de détails sur les publications de la Société des Océanistes, voir notre catalogue sur notre site internet : http://www.oceanistes.org/ et ci-dessus.

Notes

1  Il est vrai que depuis plusieurs collections se sont développées, d’abord en Polynésie française puis en Nouvelle-Calédonie.

2  Une première version avait été montrée en ca à l’automne 2007.

Haut de page