Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnoécologie en Océanie

L’oiseau, cet animal si bavard...

ou l’étrange taxonomie d’un hybride aux îles Kiribati
Anne Di Piazza
p. 55-62

Résumés

Après avoir qualifié l’oiseau des îles Kiribati de porteparole, d’être hybride et d’archétype d’Homme, nous énumérons les dispositions de l’oiseau à porter en lui une part de nous même, en somme à inspirer la société à parler d’elle. Sur Nikunau, l’oiseau est tour à tour bon pêcheur, bon navigateur, bon médium, bon compagnon, etc. Mais comment en vient-on à tuer un animal si fortement investi ? C’est que l’oiseau victime n’existe pas. Seul prévaut l’oiseau consentant, l’oiseau qui se donne aux chasseurs. Avec la raréfaction des sternes, des noddis et des fous bruns et la disparition des puffins et des pétrels, deux « dissonances cognitives » sont apparues que l’homme a tenté de « résoudre » en créant une terre d’accueil pour les oiseaux et en reconnaissant l’existence d’un oiseau parfois rebelle. Nous montrons que ces deux formes de justification d’une ressource en voie d’extinction permettent à l’homme de continuer à bien s’entendre avec l’oiseau.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Kiribati, Nikunau
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Di Piazza, « L’oiseau, cet animal si bavard... », Le Journal de la Société des Océanistes, 120-121 | 2005, 55-62.

Référence électronique

Anne Di Piazza, « L’oiseau, cet animal si bavard... », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 120-121 | Année 2005, mis en ligne le 27 novembre 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/381 ; DOI : 10.4000/jso.381

Haut de page

Auteur

Anne Di Piazza

CNRS-CREDO, Marseille, dipiazza@wanadoo.fr 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page