Navigation – Plan du site
Dossier Wallis-et-Futuna

Wallis-et-Futuna (1942-1961) ou comment le fait migratoire transforma le protectorat en TOM

Frédéric Angleviel
p. 61-76

Résumés

À partir de nouvelles sources archivistiques, nous présenterons la fin du protectorat de Wallis-et-Futuna, marquée par l’impact durable de la présence américaine. Après le départ des Américains en 1946, les Wallisiens et les Futuniens surent éviter les errements du cargo cult tout en intégrant de nouvelles pratiques relationnelles à leur organisation sociale très hiérarchisée. Cette période vit l’effondrement de la monoculture commerciale de l’archipel, l’instauration d’une migration de travail et l’apparition du fait politique. Le pouvoir coutumier, doublé depuis 1837 par l’influence spirituelle du clergé catholique et confronté depuis 1888 à l’influence temporelle de la résidence de France, accepta en effet en 1959 la mise en place d’institutions politiques occidentales. Le fait que le statut de 1961 soit aujourd’hui encore inchangé s’explique par une répartition rigidifiée des cinq pouvoirs en présence (chefferie, clergé, administration, négoce et politique) destinée initialement à les équilibrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Angleviel, « Wallis-et-Futuna (1942-1961) ou comment le fait migratoire transforma le protectorat en TOM », Le Journal de la Société des Océanistes, 122-123 | 2006, 61-76.

Référence électronique

Frédéric Angleviel, « Wallis-et-Futuna (1942-1961) ou comment le fait migratoire transforma le protectorat en TOM », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 122-123 | Année 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/541 ; DOI : 10.4000/jso.541

Haut de page

Auteur

Frédéric Angleviel

Professeur en histoire contemporaine, université de la Nouvelle-Calédonie, angleviel@univ-nc.nc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page