Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Art d’Océanie. Art of Oceania d’Alain Brianchon

Isabelle Leblic
p. 159-160
Référence(s) :

Brianchon Alain, 2007. Art d’Océanie. Art of Oceania, Nouméa, éditions Footprint Pacifique, 189 p., bibliogr., glossaire, nombreuses ill. couleur.

Texte intégral

  • 1  Grâce à une traduction en anglais faite par Roy Benyon, traducteur à la cps.

1Avec la publication de cet ouvrage bilingue français - anglais1 richement illustré de quelque 150 photos, Alain Brianchon présente à un large public une sélection d’objets océaniens inédits, faisant partie de collections privées. C’est avec une grande curiosité que les amateurs d’art océanien découvriront, au fil des ces 189 pages, tout un éventail de pièces inconnues, plus ou moins anciennes, qui vont des étoffes d’écorce aux statuettes, en passant par des armes, monnaies, chasse-mouches… originaires de Mélanésie et de Polynésie occidentale. C’est à dessein que l’auteur n’a pas retenu ici les objets de Micronésie ou de Polynésie orientale beaucoup plus rares dans ces collections.

2Ce bel ouvrage qui se présente comme un catalogue d’exposition va bien au-delà de cette ambition avec 18 pages de présentation de ces sociétés et de leur histoire (L’Océan Pacifique ; Bref historique de la colonisation du Pacifique ; Arrivée des Européens ; Les relations entre Européens et Océaniens), 12 pages de références bibliographiques et 3 pages de glossaire. Les objets sont présentés de façon géographique : Australie (pp. 20-33), Papouasie Nouvelle-Guinée (pp. 34-71), Salomon (pp.72-83), Vanuatu (pp. 84-101), Nouvelle-Calédonie (pp. 102-125), Fidji (pp. 126-139), Tonga (pp. 140-151), Samoa (pp.152-159) et Wallis-et-Futuna (pp. 160-171). Chaque fois, la première page présente en quelques mots le pays et son histoire avec l’appui de gravures ou de photographies anciennes ; suivent les photographies des objets, toujours légendées, avec le nom de ceux-ci, leur provenance, le lieu et la date de l’acquisition, leurs matériaux (avec le nom des espèces, que l’on aurait souhaité voir en italiques pour leur identification latine) et leurs dimensions, et assorties d'un commentaire sur l’objet et parfois de quelques éléments d’analyse du rôle de ces objets dans la société. La présentation de photos en gros plan de certains détails des objets permet d’en avoir une vision beaucoup plus précise, tout comme les vues multiples d’un même objet donnent l’impression de faire réellement la visite de ce « musée » en tournant autour des pièces ou en s’en approchant pour en saisir tous les détails.

3L’Australie est illustrée par seize objets, boomerangs gravés, propulseurs de sagaies, massues, boucliers et bâton feu. Les trente-deux objets de Papouasie comptent notamment un masque de Nouvelle-Bretagne avec des photographies de son utilisation in situ en 1971 et diverses statuettes de Papouasie occidentale (Irian Jaya). Puis viennent des maro, pagnes en écorce battue du lac Sentani ou de la baie de Humboldt et des kutubu ou vêtements en écorce battue de figuier pour protéger le haut du corps de la pluie. Enfin, nous avons divers autres objets de la vie quotidienne (plat à nourriture, appuie-nuque ou banc, crochets à nourriture, pinces à linge tapak, manche de pilon à sagou…), des masques rituels ou représentations d’ancêtres, un tambour rituel kundu ou une proue de pirogue…, ainsi que diverses armes (arc et flèches, bâton ou massue). Pour les Salomon, neufs objets sont présentés allant d’un pagne en tapa de Vanikoro à des « barava », en passant par une statuette, des massues et autres. Parmi les vingt objets en provenance du Vanuatu on relève des objets cérémoniels tels que coiffes et assommoirs, un bâton de chef, des monnaies de grade en dent de verrat, des plats à lap lap ou à kava, des nattes et des flûtes en bambous gravés… Pour la Nouvelle-Calédonie, les vingt-sept objets présentés vont de la jupe monnaie traditionnelle, en passant par diverses monnaies de coquillages, os et poils de roussettes, nacres, fibres végétales et spathe de cocotier, pour en arriver aux fameux casse-tête ou massues bec d’oiseau, champignon, étoile ou phallique et aux sagaies de toutes sortes pour finir par une flèche faîtière, une poterie, des lames de pierre et des pierres de fronde. Détailler ces objets sur l’ensemble des pays serait ici impossible, on laissera au lecteur amateur d’arts le plaisir de les découvrir en feuilletant ce modeste et bel ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Grâce à une traduction en anglais faite par Roy Benyon, traducteur à la cps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leblic, « Art d’Océanie. Art of Oceania d’Alain Brianchon », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 159-160.

Référence électronique

Isabelle Leblic, « Art d’Océanie. Art of Oceania d’Alain Brianchon », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 20 mars 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/5759

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page