Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs de Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini

Gilles Bounoure
p. 156-157
Référence(s) :

Derlon Brigitte et Monique Jeudy-Ballini, 2008. La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Paris, Gallimard, 324 p., bibliographie, index thématique.

Texte intégral

1Toutes deux membres du laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini se sont fait connaître avant tout par leurs articles et ouvrages d’ethnologie consacrés respectivement à la Nouvelle-Irlande (cf. Derlon, 1997) et à la Nouvelle-Bretagne (cf. Jeudy-Ballini, 2004). Après s’être intéressées plus ou moins directement aux « objets d’art » créés dans ces deux aires stylistiques parmi les plus inventives de toute la Mélanésie, ainsi qu’à leur « contexte de signification » originel, elles ont reporté leurs investigations sur ceux des Occidentaux qui s’intéressent à ces arts, jusqu’à les doter d’un nouveau « contexte de signification ». Elles ont ainsi été amenées à enquêter en ethnologues « sur l’imaginaire des collectionneurs d’art primitif » qu’elles sont allées interroger, en France principalement. Leur conclusion est que « toute collection n’est jamais qu’une forme de réappropriation identitaire qui, à une certaine image de l’altérité, surimpose le reflet de soi. »

2L’ouvrage, réparti en quatre chapitres (L’émotion révélatrice ; Hasard, inauthenticité, créativité ; La traversée imaginaire des frontières ; Le prix de la passion) encadrés par une introduction et une conclusion, relève principalement de l’analyse du discours, et les faits, les objets eux-mêmes en sont quasiment absents. Quoique publiés sans nom, les propos recueillis auprès de la soixantaine de collectionneurs réels ou prétendus formant « l’ethnie » étudiée peuvent amuser les initiés qui reconnaîtront aisément certains de leurs auteurs. L’ouvrage a de ce point de vue un réel intérêt anecdotique, assez conforme à l’esprit de ce milieu restreint d’« amateurs » (souvent professionnels !) très attentifs aux échos, aux « tuyaux » et aux « confidences ».

3Sur d’autres questions, concernant par exemple les significations prêtées par leurs possesseurs privés occidentaux aux objets océaniens, qui auraient intéressé au premier chef les lecteurs du jso, l’ouvrage est peu disert, mais les enquêtrices répondent d’avance (p. 272), en reprenant une formule d’Irving Goffman, que leur « travail – fondé sur une analyse des discours – est “suffisamment vulnérable dans le champ qu’il s’autorise pour qu’on ne lui fasse pas grief de ne pas explorer ce qu’il ne prétend pas explorer” ». Pour rester dans ce champ si fermement borné, on doit cependant relever l’étroitesse de l’échantillon de population observé, avec une écrasante majorité de collectionneurs d’arts d’Afrique noire, qui ont développé leur propre rhétorique, ou leur jargon, difficile à imposer ou à transposer pour les objets « primitifs » d’autres provenances, telle la stupéfiante « intériorité du regard » prêtée aux masques d’Afrique de l’Ouest, que « matérialise » parfois un cache noir disposé à l’arrière du masque.

4Les enquêtrices insistent sur un autre point :

« Traitant aussi des représentations relatives à l’argent, elles critiquent la vision commune voulant que le langage de la passion ne soit qu’un écran à des motivations économiques inavouées. »

5Quoique beaucoup de leurs interlocuteurs soient notoirement impliqués dans des échanges commerciaux d’objets, et qu’on puisse discuter le principe retenu par cette enquête (p. 32), « est collectionneur quiconque s’estime tel », parce que ce titre est exploité sans scrupule par certains marchands d’art, la recherche du profit économique semble en effet céder assez souvent le pas à d’autres motivations plus « gratuites » ou même coûteuses, le snobisme notamment. L’Occident capitaliste offre certainement des activités plus rentables que le commerce des objets d’art dit « primitif ».

6Toutefois, c’est la limite de leur analyse du discours des collectionneurs, les enquêtrices ont négligé ce pan discursif du « contexte de signification » que représentent tous les écrits, livres ou périodiques, à but tantôt commercial, tantôt scientifique, et le plus souvent l’un et l’autre, auxquels s’abreuvent les collectionneurs (et les marchands) pour nourrir leurs connaissances et leurs conversations, c’est-à-dire leur discours et leurs fleurs de rhétorique. C’est sous l’influence de ces « connaisseurs » que les catalogues de ventes publiques sont devenus de plus en plus diserts, un même objet présenté en une ligne voici 50 ans pouvant donner lieu aujourd’hui dans une « vente de prestige » à une notice de plus d’une page, certes plus informative, mais débordant aussi de cette « passion de l’art primitif » susceptible de séduire des enchérisseurs, et que ce livre n’étudie pas sous cet aspect. Les collectionneurs ne font pas que parler entre eux ou avec les ethnologues qui les interrogent, ils lisent, retiennent, répètent ou discutent, écrivent parfois, et c’est cette vaste activité langagière, tendant toujours à un profit, psychologique ou économique, le boniment de soi-même ou celui des objets considérés, qui aurait mérité d’être observée et caractérisée dans son ensemble, sans pour autant sortir du « champ » de l’analyse du discours, mais pour l’asseoir plus solidement.

Haut de page

Bibliographie

Derlon Brigite, 1997. De mémoire et d’oubli : anthropologie des objets malanggan de Nouvelle-Irlande, Paris, msh.

Jeudy-Ballini Monique, 2004. L’Art des échanges. Penser le lien social chez les Sulka, Lausanne, Payot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs de Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 156-157.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs de Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 20 mars 2009, consulté le 22 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/5763

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page