Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Objets d’Océanie. Regards sur le marché de l’art primitif en France de Sophie Cazaumayou

Gilles Bounoure
p. 157-158
Référence(s) :

Sophie Cazaumayou, 2007. Objets d’Océanie. Regards sur le marché de l’art primitif en France, prolégomènes de Paul de Deckker, Paris, L’Harmattan, 278 p., bibliogr. 16 ill. dans le texte.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en ethnologie, cet ouvrage est le premier à s’intéresser au sujet apparemment très circonscrit du marché des objets d’art océanien dans ce pays, où n’exercent aujourd’hui, à côté de quelques centaines de leurs confrères « généralistes » en « arts primitifs », qu’une poignée d’antiquaires se cantonnant exclusivement dans cette spécialité. Cette spécialisation étroite est du reste un phénomène récent. Amorcé à la fin des années 1980, il est resté stable et de peu d’importance dans le volume global du marché des « arts primitifs » où, de longue date, la part du lion revient aux spécialistes de l’Afrique. Mais il serait aventuré de conclure que la taille réduite du marché des objets océaniens le rend plus facile à observer que celui des antiquités africaines, auquel d’assez nombreuses recherches ont été consacrées sans beaucoup de réussite.

2Comme le rappelle Paul de Deckker dans sa préface, Sophie Cazaumayou avait initialement entrepris de reconstituer le cheminement des objets traditionnels kanak dans les collections occidentales et principalement françaises, avant de découvrir l’existence de répliques et de pastiches, sinon de faux, exécutés en France dès la fin du xixe siècle et au début du suivant. Il est bien connu que le peintre Vlaminck, amateur d’art kanak, aimait aussi sculpter le bois dans ce « style » même. Mais d’où tenait-il ses modèles et que devinrent-ils ensuite ? C’est par de telles interrogations successives qu’elle en est venue à passer d’un travail d’histoire des collections à l’ébauche d’un panorama historique de cette activité marchande décisive à la fois pour la connaissance des objets et l’inflexion du regard européen sur leurs civilisations d’origine.

3Comme elle l’indique pp. 17-21, ce commerce, dès son apparition, a toujours eu deux faces, l’une officieuse et « confidentielle », l’autre officielle et « transparente » au moins dans ses principes. D’un côté des transactions de gré à gré, voire des « échanges », en galerie, en chambre ou même entre particuliers nullement soumis à l’obligation du « livre de police » imposée aux antiquaires, beaucoup de paroles et peu de traces écrites. De l’autre des ventes publiques réservées dans ce pays-ci, jusqu’à la réforme de 2002, à des « officiers ministériels », notaires, huissiers ou commissaires-priseurs, et donnant obligatoirement lieu à « procès verbal », mais non forcément à catalogue, moins encore à notice appropriée et illustrée permettant de repérer les objets. Recours à des prête-noms, « syndicats » d’acheteurs se répartissant ultérieurement la marchandise, rachats par les vendeurs, transactions après les ventes, pour ne citer que les pratiques les plus avouables, font estimer aux habitués que les « procès verbaux », vitrines légales des ventes, correspondent rarement à la réalité.

4Cette « logique » du marché explique que S. Cazaumayou ait concentré ses recherches sur les « ventes à catalogue » permettant seules de suivre (quoique en pointillé) la circulation marchande des objets océaniens. Elle s’attache longuement (pp. 103-115, 237-240 et passim) à analyser « une vente “phare” », celle de la collection Éluard-Breton (2-3 juillet 1931), qui continue de frapper les esprits davantage que les textes, les expositions et autres manifestations où les surréalistes de cette époque et des suivantes ont marqué leur passion pour les arts du Pacifique.

5« On peut s’interroger sur la présence et le rôle joué par les experts dans cette vente. Charles Ratton et Louis Carré sont-ils simplement ‘apporteurs d’affaires’ ou ont-ils conseillé ou participé à la rédaction du catalogue ? » (p. 109)

6 Dans un entretien devenu célèbre (parce qu’il y réclamait l’entrée au Louvre des « arts dits “primitifs” »), Ch. Ratton a narré à Pascal Pia comment Breton et Éluard lui avaient « demandé, ainsi qu’à L. Carré, d’organiser cette vente » et comment le catalogue qu’en firent les experts « parut alors révolutionnaire aux habitués de l’Hôtel des Ventes », avec des « prix d’adjudication, fort élevés pour l’époque, (qui) dépassèrent nos espérances. » (Ratton, novembre 1957, pp. 72-76).

7S. Cazaumayou (qui ignore cet entretien) assure que pour cette vente, « Breton et Éluard ne se séparent que d’une partie infime de leurs collections » (p. 108). Cette assertion, dépourvue de sources comme d’indices, est loin de correspondre à la réalité. D’après les photographies successives de ses deux ateliers et ses inventaires personnels, Breton ne posséda jamais plus d’une centaine d’œuvres d’Océanie et il était au moment de cette vente dans un dénuement extrême. Quant à Éluard, qui contrairement à Breton pratiquait sans vergogne un commerce d’art dont il avait les moyens financiers, une bonne indication de ce qu’il avait conservé ou acquis après la vente est le catalogue des objets dont il proposa l’acquisition à Roland Penrose, en 1938, que ce dernier a malicieusement reproduit dans ses mémoires (1983 : 168-169), et que la chercheuse aurait eu intérêt à examiner.

8S. Cazaumayou avance, à propos d’une autre vente importante de l’époque, celle de la collection Tual (10 février 1930), où fut vendu un « poteau de case » kanak, que ces « sculptures sont quasiment absentes des ventes » ultérieures, en raison d’un « numerus clausus » qui se serait « établi et dynamise[rait] en retour le marché ». « Ce n’est qu’en 1988 », ajoute-t-elle, « après une absence totale de sculpture kanak sur le marché, qu’un gardien de case appartenant à la collection Tzara atteint la somme de 280 000 francs » (pp. 147-148). Assertion si surprenante qu’elle appelait vérification. D’après un bref sondage dans les catalogues des seules ventes publiques parisiennes, un gardien de case formait le lot 212 de la vente du 20 décembre 1974 à Drouot, une « statue d’homme nu » kanak était mise aux enchères le 14 décembre 1976 à Drouot-Rive gauche (lot 133), une « statuette masculine » kanak de la collection André Lhote était adjugée 8 000 francs au Palais d’Orsay le 17 décembre 1979 (lot 246), une « statuette d’homme en bois les mains posées sur les hanches, base en piquet, Nouvelle-Calédonie » composait le lot 32 de la vente du 25 février 1980 à Drouot-Rive gauche, une « figure d’ancêtre féminin » de Nouvelle-Calédonie était proposée à Drouot le 27 mai 1983 (lot 157), une « grande sculpture » kanak était adjugée 42 000 francs le 6 décembre 1986 à Drouot (lot 150), et ce relevé pourrait facilement être allongé. La plupart de ces catalogues manquent à la bibliographie reproduite en fin d’ouvrage, qui n’en cite qu’une trentaine pour la période 1960-2007 (sur plus d’un millier publié). Parfois, la chercheuse a même omis de prendre en compte ceux qu’elle cite : tout comme le n° 157 de la vente du 27 mai 1983, qui lui a échappé, les n° 356, 358 et 359, « statuettes-fétiches » et « poteau de case anthropomorphe » de Nouvelle-Calédonie, de la vente Flagel-Portier à l’Hôtel Drouot des 4 et 5 décembre 1930 (soit quelques mois après la vente Tual, et elle mentionne pourtant ces objets p. 256 !), lui auraient épargné l’absurde théorie d’un « numerus clausus » organisé par les marchands d’art primitif, et celle aussi fragile qui en découle, de « la création de la rareté », formant la matière de tout un chapitre de son livre.

9Documentation insuffisante et inégalement exploitée sur les sujets « pointus », c’est ce que les connaisseurs du marché concluront vite de cet ouvrage, qui sera néanmoins utile à la fois aux profanes pour les nombreuses données correctes qu’il réunit et vulgarise, et aux futurs chercheurs pour les jalons qu’il fournit et les pistes qu’il ouvre, malgré les perspectives politiques, financières et économiques qui manquent à ce travail. Pour s’en tenir aux arts traditionnels kanak particulièrement étudiés par S. Cazaumayou, il est clair que leur « réception » (y compris marchande) en Occident s’est modifiée avec les événements survenus sur « Le Caillou » dans les années 1980, puis avec l’ouverture d’un musée local digne de ce nom. Dans la décennie antérieure, les marchands français détenteurs de pièces de cette origine, ne trouvant pas preneur en France, n’hésitaient pas à les mettre en vente à Londres, non seulement à cause d’un taux de change favorable, mais parce que cette ville était alors la principale plaque tournante du marché mondial des arts primitifs, auxquels s’intéressaient aussi des banques et des fonds de placement de Grande-Bretagne et d’Europe.

10Il y eut aussi une époque où la première place de ce marché était New York. Ce fut un temps Bruxelles, malgré une fiscalité plus lourde qu’ailleurs sur les ventes publiques, mais c’est depuis une bonne décennie Paris, où viennent même s’installer d’importants marchands étrangers. Dans de futures recherches, S. Cazaumayou elle-même ou ses successeurs auront notamment à expliquer pourquoi les deux principales maisons internationales de ventes aux enchères, Sotheby’s et Christie’s, ont choisi depuis d’assez nombreuses années d’organiser à Paris, et non plus à New York ou à Londres, leurs « grandes » ventes semestrielles d’art primitif, souvent avec des objets importés d’outre-Atlantique et voués à retraverser l’océan avec leurs acquéreurs américains. Ou encore pourquoi, lors même que les pièces océaniennes importantes sont de plus en plus rares sur le marché, du fait de la création ou de l’agrandissement de nombreux musées publics et privés, le nombre de galeristes parisiens susceptibles d’en faire le commerce a plus que quadruplé en deux décennies… Ces « paradoxes économiques » (il y en a d’autres) justifient largement la prudence avec laquelle S. Cazaumayou a sous-titré son livre, Regards sur le marché de l’art primitif en France et borné son ambition à préciser « l’ampleur du terrain de recherche à défricher ». Malgré ses imperfections, ce volume ouvre un vaste chantier qui pourrait éclairer les Océaniens actuels sur le devenir de certains de leurs vestiges artistiques et il faut savoir gré à S. Cazaumayou de s’y être la première engagée.

Haut de page

Bibliographie

Ratton Ch., 1957 (novembre). Entretien avec Pascal Pia, L’Œil, pp. 72-76.

Penrose Roland, 1983. Quatre-vingts ans de surréalisme, Paris, Cercle d'art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Objets d’Océanie. Regards sur le marché de l’art primitif en France de Sophie Cazaumayou », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 157-158.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Objets d’Océanie. Regards sur le marché de l’art primitif en France de Sophie Cazaumayou », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 20 mars 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/5766

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page