Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Océanie. Signes de rites, symboles d’autorité de Frank Herreman (éd.)

Gilles Bounoure
p. 172-173
Référence(s) :

Frank Herreman (sous la direction de), 2008. Océanie. Signes de rites, symboles d’autorité, contributions de Pauline van der Zee, Ingrid Heermann, Karen Jacobs, Bart Suys, Bruxelles, ing-Fonds Mercator, 192 pages, bibliographie, cartes, 17 figures dans le texte, 198 objets photographiés et décrits.

Texte intégral

1Publié à l’occasion d’une exposition du même titre présentée à l’Espace culturel ing de Bruxelles du 23 octobre 2008 au 15 mars 2009, ce catalogue vise avant tout à offrir au grand public un échantillon représentatif des arts océaniens à travers une sélection d’objets conservés dans les collections publiques et privées du nord-ouest de l’Europe continentale, qu’il s’agissait de présenter de façon aussi concise et claire que possible. Exposition et catalogue avaient été mis en chantier bien avant que leur commanditaire et mécène, le groupe bancaire ing, ne décide de licencier sept mille de ses collaborateurs dans le monde, du fait de la crise financière. Cette annonce, survenue plusieurs semaines avant la clôture de l’exposition, a suscité quelques commentaires acerbes sur le mécénat d’entreprise. L’avenir de l’Espace culturel bruxellois, qui dépend de la branche belge de ce groupe néerlandais, ne serait pas menacé, mais aucune nouvelle manifestation ne semble actuellement programmée.

2On pourra s’étonner que le maître d’œuvre du catalogue et commissaire de cette exposition soit plutôt connu comme africaniste spécialiste des arts du Zaïre et de l’Afrique australe, mais il a dirigé le musée ethnographique d’Anvers, aux riches collections océaniennes, dont quelques pièces lui ont inspiré de courts articles. Sa compétence comme homme de musée et organisateur d’expositions, qui l’a conduit à l’African Museum de New York, a certainement été décisive dans le rassemblement de ces quelque deux cents objets océaniens, issus de plus de dix musées et d’une quinzaine de collections privées. Son introduction au catalogue atteste une connaissance profonde des arts océaniens. S’entourant de spécialistes, il leur a confié le soin de présenter les grandes régions artistiques du Pacifique ; parmi ces exposés nécessairement bornés à des généralités, le plus incisif est celui qu’Ingrid Heermann consacre au nord-est de la Papouasie Nouvelle-Guinée et à la Mélanésie insulaire, avec une qualité d’information et une richesse de vues devant intéresser même les connaisseurs. Les notices des pièces exposées, rédigées par Frank Herreman en personne, méritent elles aussi d’être lues de près, pour les renseignements qu’elles reproduisent, généralement avec prudence, ou les observations qu’elles formulent, parfois de nature à rafraîchir le regard porté sur les objets.

3À propos d’un superbe « idiophone à friction » de Nouvelle-Irlande (n° 83, p. 96), objet en mains privées et probablement inédit, sauf à le rechercher dans la (très recommandable et utile) base de données de photographies d’étude du Metropolitan Museum de New York ou les images prises chez Conru Primitive, le marchand qui le proposait à l’International Tribal Antiques Show de New York en mai 2000, Frank Herreman fait ainsi observer que si la tradition et les spécialistes reconnaissent dans cet instrument (nommé livika dans l’aire linguistique mandak) « la forme d’un oiseau, on y distingue pourtant des éléments empruntés à d’autres animaux. Le tambour est par exemple doté de dents, ce que les oiseaux n’ont évidemment pas ». Michael Gunn avait déjà formulé cette remarque élémentaire (1997 : 92), mais sans la reprendre dans le texte qu’il a récemment consacré à ce type d’objet (2007 : 192). Il est heureux que le présent catalogue, dans cette courte notice comme dans d’autres, rappelle les incertitudes entourant ces objets. Mais, pour les connaisseurs et les spécialistes, son intérêt principal réside évidemment dans le nombre important (136 sur 198) de pièces provenant de collections privées et pour beaucoup inédites. Pour s’en tenir ici à l’exemple précédemment évoqué, peu de musées conservent un livika d’une ornementation aussi riche et intéressante, et sa publication officielle ne peut qu’encourager de nouvelles études sur ce « violon des morts » de Nouvelle-Irlande.

Haut de page

Bibliographie

Metropolitan Museum, base de données, http://www.metmuseum.org/works_of_art/collection_database/all/friction_drum_livikia_kevin_conru/.

Michael Gunn, 1997. Arts rituels d’Océanie. Nouvelle-Irlande dans les collections du musée Barbier-Mueller, Milan, Skira.

Michael Gunn et Philippe Peltier (éds), 2007. Nouvelle-Irlande, Arts du Pacifique Sud, Paris, mqb-5 continents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Océanie. Signes de rites, symboles d’autorité de Frank Herreman (éd.) », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 172-173.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Océanie. Signes de rites, symboles d’autorité de Frank Herreman (éd.) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 20 mars 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://jso.revues.org/5768

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page