Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Eteroa. Mythes, légendes et traditions d’une île polynésienne

Bruno Saura
p. 167-172
Référence(s) :

Anomyme, 2007. Eteroa. Mythes, légendes et traditions d’une île polynésienne, Traduit du tahitien, présenté et annoté par Michel Brun, préface d’Edgar Tetahiotupa, Paris, Gallimard, collection L’aube des peuples, 294 p. 

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 mars 2009.

1Les puta tupuna – ou recueils de traditions rédigés par des Polynésiens au xixe siècle – sortent de l’oubli. Nous leur consacrions un article général dans le jso 126-127 (2008), ainsi que des développements relatifs aux controverses généalogiques qu’ils engendrent dans le Bulletin de la Société des études océaniennes 312 (sous le titre « Les généalogies de Rurutu sont-elles vraies ? Ou comment on écrit l’histoire en Polynésie »). Coïncidence heureuse ou signe des temps – c’est-à-dire, signe d’un intérêt croissant à l’endroit ce type d’écrits autochtones –, les éditions Gallimard ont publié à la fin de l’année 2007 en langue française l’ouvrage Eteroa. Mythes, légendes et traditions d’une île polynésienne, présenté comme un ensemble d’extraits de recueils de traditions de l’île de Rurutu. Il se trouve que l’édition critique de cet ouvrage, loin de toujours remplir un rôle de distanciation vis-à-vis du texte premier, épouse celui-ci en l’enrichissant même de considérations personnelles très militantes, notamment – on va le voir – au sujet du peuplement de la Polynésie à partir de l’Amérique du Sud.

2Eteroa est paru dans la collection « L’aube des peuples » dirigée par le tout récent prix Nobel de littérature Jean-Marie Le Clézio, qui se propose d’offrir au public francophone des récits mythologiques et historiques relatifs aux sociétés traditionnelles. La publication en 1994 d’extraits du Tahiti aux temps anciens de Teuira Henry, sous le titre Mythes tahitiens, nous avait cependant déjà donné l’impression que ce genre de textes pour le grand public ne pouvait guère satisfaire les attentes des spécialistes océanistes et encore moins celles des Océaniens qui en nombre croissant, lisent les ouvrages relatifs à leurs îles, publiés à Paris ou ailleurs. Le seul intérêt de Mythes tahitiens réside dans la préface d’Alain Babadzan qui souligne la richesse des matériaux de Teuira Henry, explique leur provenance (les documents de son grand-père John Orsmond), puis met en garde contre les manques et les biais qui orientent la lecture. Hélas, une lacune non soulignée par Babadzan est la qualité très imparfaite de la traduction du tahitien vers le français et, déjà, en amont, des transcriptions tahitiennes d’Orsmond et Henry. Publier en 1994 des extraits de Tahiti aux temps anciens dans leur seule version française, sans retraduction et sans le texte tahitien en vis-à-vis – ce qui permettrait de mesurer les écarts de traduction commis par les auteurs – mène à une impasse ; à moins de considérer que les livres de la collection « L’aube des peuples » ont simplement pour but de présenter une vision « approchée » des traditions savantes ou populaires du monde entier.

3En l’occurrence, la publication de l’ouvrage Eteroa ne peut que frustrer grandement les « polynésianistes », tout comme elle suscite déjà l’ire de certaines personnes dans l’île de Rurutu dont les traditions sont détournées et les généalogies brouillées par une édition critique approximative. Encore une fois, il aurait fallu présenter en double colonne le texte original et sa traduction française au lieu de se contenter d’une simple « traduction française » non exempte d’ajouts de Michel Brun, comme nous allons le démonter. Mais procédons par étapes, en présentant d’abord Eteroa selon sa structure apparente.

4Ce texte de 294 pages comprend une préface d’Edgar Tetahiotupa (pp. 7-8), un avant-propos de Michel Brun (pp. 9-23), un corpus principal (les traditions de Rurutu), deux textes mis en annexes (le premier, pp. 209-237, intitulé « L’histoire de Rurutu dans l’ensemble polynésien » formé de développements de Michel Brun au sujet du texte principal, le second, « Pour comprendre certains termes importants », pp. 233-258, d’ordre linguistique, signé de Michel Brun et Edgar Tetahiotupa) ; enfin, un ensemble de notes relatives au corpus principal (pp. 261-287) et une bibliographie (pp. 289-290).

5La préface est signée Edgar Tetahiotupa, Polynésien des îles Marquises, docteur en anthropologie (sur des questions relatives aux langues et aux politiques éducatives en Polynésie française), ami de Michel Brun. Il présente (p. 7) Eteroa comme un ensemble d’histoires « recueillies, sur l’initiative du dernier roi de l’île (de Rurutu), par Puoro a Tehio, grand-père d’Anaitu Pito a Tehio, lui-même père adoptif de Michel Brun […]. Eteroa est la traduction fidèle par Michel Brun de ces textes indigènes, conservés dans des cahiers manuscrits ». L’indication de ce lien de parenté entre le Français métropolitain, Michel Brun, et le dénommé Anaitu Pito a Tehio de Rurutu aurait mérité quelques précisions. Il faut en fait se reporter à une note de la page 274 pour comprendre que Michel Brun mit certainement pour la première fois les pieds à Rurutu en 1950, à l’âge de dix-neuf ans, à bord d’un bateau commandé par Anaitu Pito a Tehio, sur lequel il occupait lui-même les fonctions de capitaine en second. En fait, Michel Brun n’a pas grandi à Rurutu et Anaitu Pito a Tehio n’était certainement pas son père adoptif mais un homme avec qui il entretint une relation d’amitié et d’affection basée pour beaucoup sur leur commun amour de la navigation. Il est important de le préciser pour le lecteur non informé qui pourrait croire que Michel Brun a reçu en héritage des traditions polynésiennes dès son berceau. Or, il n’a découvert que sur le tard les traditions de Rurutu, qui l’ont surtout intéressé pour ce qui a trait à l’origine supposée du peuplement de l’île. Précisément, Eteroa n’est pas simplement la traduction française de traditions autochtones de Rurutu, mais un livre dans lequel ces traditions servent de prétexte à de longs développements très personnels (dans l’avant-propos, en annexes, et dans les notes critiques) au sujet des migrations polynésiennes.

  • 1  En 1958, de Bisschop entreprit une traversée au départ de Callao (Pérou) à destination de la Polyn (...)

6Le lien entre la passion de la navigation de Michel Brun et les traditions de Rurutu provient de ce que les puta tupuna de cette île évoquent tous son peuplement, en trois « vagues ». Il y aurait eu initialement l’arrivée d’une pirogue venue de Tahiti, dont l’équipage découvrit une île vierge, qui fut nommée Eteroa. Ces premiers migrants avaient pour nom Ati Paa (’āti Pa’a, ramage ou lignage Pa’a, venu de ’Oropa’a sur la côte ouest de Tahiti). Une seconde pirogue aurait porté à Rurutu des gens venus de l’ensemble tahitien (sans davantage de précision), nommés Ati Aairi (’āti ’A’a’iri). La troisième migration concerne l’installation à Eteroa, qu’ils rebaptiseront Rurutu, d’hommes liés à la couleur rouge (’ura) ou ayant eux-mêmes la peau rouge (’iri ’ura), nommés Ati Aura (’āti ’Ura ou ’āti ’A’ura), que la tradition orale dit être venus de l’Est. Ce dernier point a particulièrement retenu l’attention de Michel Brun, navigateur adepte des théories d’un peuplement des îles Polynésiennes à partir de l’Amérique du Sud. Si la préface d’Edgar Tetahiotupa nous apprend qu’il est décédé en 2004 au Paraguay, c’est l’avant-propos de Michel Brun et surtout son texte ‘’L’histoire de Rurutu dans l’ensemble polynésien’’ qui nous informent au sujet de sa vie et de ses voyages. Cet homme courageux fit partie en 1956-1957 de l’expédition du Tahiti-Nui, radeau de bambous construit par Eric de Bisschop, qui rallia en sept mois l’île de Tahiti aux côtes du Chili dans le but de démontrer l’existence de liens anciens entre les civilisations océaniennes et amérindiennes1. Dix ans plus tôt, à bord du Kon Tiki, Thor Heyerdhal avait fait la démonstration d’une navigation possible d’Est en Ouest, mais de Bisschop et ses équipiers choisirent une voie plus difficile encore, contre les vents et courants dominants.

  • 2  Edgar Tetahiotupa (2004, 2007) le suit largement sur cette voie. D’Edgar Tetahiotupa, on lira auss (...)

7Dans la lignée des écrits de Thor Heyerdhal, l’avant-propos de Michel Brun (pp. 9-23) ressuscite le voyage légendaire vers l’ouest de l’Inca Tupac Yupanqui, qui lui paraît « un indice que les Polynésiens auraient pu peupler les îles polynésiennes en partant du Pérou » (p. 12)2. Lui ferait écho une tradition marquisienne relative à un héros bientôt déifié, « venant on ne sait d’où » (ibid.), nommé Tupa, que Michel Brun rêve d’identifier à l’Inca Tupac. L’île de Pâques et Mangareva sont tour à tour présentées par l’auteur de l’édition critique de Eteroa comme des relais sur la route des migrations qui auraient constitué, de son point de vue, l’origine (et non des points de contacts occasionnels) du peuplement des îles polynésiennes. Dans un raccourci qui fait frémir (mais le lecteur n’en est qu’au début de ses surprises), il écrit :

« Les habitants de l’île de Pâques (les Pascuans) étant des Polynésiens, il est évident que d’où viennent les Pascuans, viennent nécessairement les autres Polynésiens. » (p. 13)

8Pour appuyer ses théories suivent (pp. 19-20) des supposées démonstrations linguistiques visant, à l’inverse de tous les acquis de la linguistique historique des langues austronésiennes depuis des dizaines d’années, à prouver que les langues de la Polynésie de l’Est sont les plus proches d’une « langue mère » originaire d’Amérique du Sud.

  • 3  Michel Brun indique dans son « avant-propos » à Eteroa qu’il serait l’auteur d’un manuscrit inédit (...)

9Il arrive que ces assertions linguistiques hasardeuses laissent la place à des intuitions et des comparaisons intéressantes lorsque Michel Brun s’aventure à comparer l’ancienne langue yamato du Japon, aux langues polynésiennes. Seul un linguiste saurait y faire la part du bon grain de l’ivraie mais, à une époque où les recherches sur l’origine des Austronésiens (eux-mêmes ancêtres des Polynésiens) dépassent largement le prétendu « berceau malayo-indonésien » pour remonter jusqu’aux rivages de la Chine du Sud et du Japon, on saluera ces tentatives de filiation linguistique entreprises par Michel Brun (qui vécut au Japon et en parlait la langue)… Hélas, tout ceci est à nouveau discrédité par l’affirmation (pp. 22-23) que les Japonais et les Polynésiens parleraient une langue commune, amérindienne3 !

  • 4  Il n’est pas abusif de parler de roi – et non simplement de chef – à Rurutu, dans la mesure où le (...)

10S’agissant du corpus de traditions de Rurutu, c’est-à-dire de la partie centrale de Eteroa, l’édition critique est à nos yeux tout aussi fantaisiste. Ce corpus est dit formé de récits « recueillis de la bouche des anciens en janvier 1889, sur ordre du dernier roi4 de l’île, Teuruarii iv, qui tenait à ce qu’ils soient conservés par écrit pour la postérité » (p. 23). Une copie du manuscrit de la transcription aurait été en possession de Anaitu Pito a Tehio (grand-père Puoro a Tehio), qui (ce n’est pas clair, on a l’impression que c’est Anaitu qui « vivait à cette époque ») vivait à cette époque et participa peut-être à cette assemblée. On s’attendrait à ce que les notables réunis de par la volonté du dernier roi aient transcrit des traditions particulièrement favorables à la famille Teuruarii. Or, le manuscrit central de Eteroa s’avère une diatribe à l’égard de cette lignée royale, un texte dont on ignore l’identité du premier rédacteur mais qui fut assurément réécrit au début des années 1960 (ce qu’ignorait sans doute Michel Brun) pour mieux saper la légitimité des Teuruarii. Pour aller à l’essentiel, Eteroa n’est donc en rien une authentique transcription de traditions de la famille royale de Rurutu, ou à l’initiative de celle-ci, mais l’ouvrage de ses adversaires locaux dans des querelles dynastiques et généalogiques, importants leviers du pouvoir et de la possession de la terre. Le contenu de l’ouvrage demeure intéressant, mais c’est un peu comme si l’on publiait la Bible en prétendant qu’il s’agit du Coran…

11Le « corpus » principal se divise en trois parties. La première (pp. 29-111) est intitulée « La préhistoire. Avant l’écriture » ; la seconde (pp. 113-162) se nomme « Histoire. Depuis l’arrivée de l’écriture » ; la troisième (pp. 163-202) – sur laquelle nous nous étendrons peu –présente les « généalogies des différents clans de Rurutu » de façon brute (certains éléments de ces généalogies étant exposés et commentés dans les parties une et deux).

  • 5  Les cordes du bateau de Amaiterai portent différents noms déclinés sur la base de Hiro, dont Hiroi (...)
  • 6  Les sources missionnaires sont reprises et étudiées dans deux articles importants. Voir Anne Lavon (...)

12À l’intérieur de la première partie (préhistoire), se trouvent principalement des traditions relatives au peuplement de l’île, aux divinités primordiales, aux hauts-lieux de mémoire (grottes), à la lignée royale Teuruarii, à la vie quotidienne dans les anciens temps (pêche, navigation, lunes, vents) ainsi que de multiples chroniques des guerres ayant opposé des clans menés par de grands guerriers de l’île comme Taneuapoto ou Toamiriura. Elle comprend aussi le récit détaillé (pp. 74-80) du voyage sur un bateau sans balancier accompli par Amaiterai, héros mythique de Rurutu qui aurait effectué un périple autour du monde pour aller chercher en Angleterre le dieu de sagesse. Sur son chemin le ramenant vers son île natale, il pêcha la Nouvelle-Zélande, ce qui l’assimile aux demi-dieux Hiro5 ou Maui du grand ensemble polynésien. À son retour à Rurutu, les habitants n’acceptant pas immédiatement son dieu de sagesse, il aurait fait sculpter pour eux une effigie (p. 80), la fameuse statue de bois Aa (ou ’A’a) comprenant l’essence de la trinité chrétienne sous la forme de trois statues placées dans une cavité dans son dos. Cette tradition d’anticipation de l’arrivée du christianisme, apporté à Rurutu par un autochtone, est bien connue à travers les écrits missionnaires6 et les analyses d’Alain Babadzan (1979 et 1982).

13Si la publication de ces traditions détaillées offre un réel intérêt, on regrettera que l’édition critique se heurte à plusieurs écueils. Le premier a trait à des interprétations linguistiques hasardeuses, le second au problème de la datation, le troisième au détournement du texte « initial » par son traducteur pour mieux épouser ses propres théories sur le peuplement du Pacifique.

14Les traductions et connaissances linguistiques de Michel Brun donnent parfois des vertiges : ainsi de son découpage du nom Teihohaametua (l’essence fondamentale, le principe d’engendrement) (p. 37) à l’origine des premiers humains. Il convient évidemment d’y lire Te-iho-ha’a-metua et non Tei-ho-ha’a-metua comme il le propose, sur la base d’une longue argumentation saugrenue (p. 264).

15Une deuxième gêne provient d’une absence de critique de l’ancienneté du peuplement de l’île, si l’on se fie aux seules traditions autochtones du « texte original » de 1889 et que l’on compte vingt-cinq ans pour une génération. Cela donne (p. 217 et p. 234) l’estimation d’un premier peuplement entre le viiie et le xe siècle de notre ère, correspondant à « quarante-quatre générations depuis l’arrivée dans l’île de la tribu des Ati Aura » (p. 237). Il convenait certainement de relativiser ces datations, au lieu de les épouser sans recul dans les notes et les textes en annexe. Par exemple, le voyage mythique de Amaiterai est daté de l’an 1540… sans que l’édition critique ne fasse remarquer qu’il serait douteux que Amaiterai ait alors rencontré le roi Tamatoa ii de Tubuai et le roi Pomare i de Tahiti (p.76) ! Il y a d’ailleurs deux rois Pomare i dans le texte, celui de 1540 et celui de la fin du xviiie siècle dans lequel Michel Brun voit (p. 271) « le trente-deuxième roi de Tahiti » !  

16Tout aussi gênantes sont les déformations du « texte original », lors de la traduction. La page 37 indique par exemple que les dieux primordiaux de Rurutu (Roometuaore, Auraroiteata et Tetuaaiteroa) « n’avaient pas de parents, ni père ni mère. Ils étaient là et il n’y avait personne d’autre. Ils étaient sur le Po Nunui, le Grand Océan, qui s’étendait depuis Hera, la Grande Plaine […] ». Bien qu’il se défende (p. 263, note 22) d’intervenir dans le texte, Michel Brun le déforme ici de manière flagrante (tout comme à la page 80 où il ajoute « le Grand Océan sans limites » à l’appellation Po Nunui, espace des dieux). L’idée que le Po Nunui serait non pas la grande nuit ou le grand espace des divinités (soit le sens du concept de connu de tous les Polynésiens et polynésianistes ; nui ou nunui signifiant « grand ») mais le « Grand Océan » est une invention de Michel Brun. Il consacre l’essentiel de son texte « Pour comprendre certains termes importants » à cette théorie stupéfiante qui épouse ses convictions relatives aux migrations polynésiennes à partir de l’Amérique du Sud ; d’où l’assimilation de l’espace des dieux à un espace géographique sur lequel les ancêtres les plus anciens auraient navigué, au départ d’une grande terre plate.

  • 7  La date et les circonstances de ce don sont controversées ; voir Anne Lavondès (1996) et Steven Ho (...)

17La première partie du texte « original » s’achève par l’évocation des épidémies qui ravagèrent la population de Rurutu au début du xixe siècle, entraînant l’exode d’une partie de ses habitants vers l’île de Tubuai (Tupua’i), qui fait le lien avec la seconde partie. Celle-ci s’ouvre par la dérive des gens de Rurutu jusqu’à Maupiti (îles sous-le-Vent) où ils découvrent l’évangile en 1822. L’épisode est connu des historiens. La conversion à Maupiti puis Raiatea de ces gens conduits par le chef Aura, suivie par leur retour à Rurutu (où ne demeuraient plus qu’environ trois cents habitants) fut le premier cas d’auto-conversion d’une population autochtone dans le Pacifique. L’évocation détaillée de cet épisode est suivie de celle du don de la statue Aa au missionnaire John Williams – dit intervenir en 1823 (pp. 130-132)7 –, de la promulgation des premières lois écrites de Rurutu, des tentatives (abouties) de placer l’île sous le protectorat français (1889), puis de l’annexion intervenue en 1901. Le fait que la chronique se poursuive jusqu’à cette date, et même au-delà, témoigne bien que le « recueil des traditions » dites consignées officiellement en 1889 a fait l’objet d’une addition et même, de notre point de vue (nous allons le démontrer maintenant) d’une réécriture ultérieure, au xxe siècle. La démonstration de cette réécriture peut être faite en prenant pour exemple deux sujets : l’assimilation des ’āti A’ura (ou ’Ura) à des « Incas » et la question de la légitimité et de la « pureté » (p. 287) de la lignée royale des Teuruarii.

18Sur le premier point (voir Saura, 2005), le texte « original » indique explicitement que les hommes liés à la couleur rouge (Ati Aura) venaient d’Amérique du Sud.

« Le troisième peuple de migrants qui parvint à Eteroa était un peuple dont les gens avaient la peau de couleur rouge… Ils étaient forts et puissants. On les disait venir d’Amérique du Sud… En gagnant la bataille sur les Ati Aairi […], Rurutu leur appartint. Ils en furent les maîtres et la gouvernèrent à leur guise. On dit que c’est grâce à leur peau rouge et à leur origine Inca du Pérou qu’ils emportèrent la victoire. » (pp. 34-35)

19Fort heureusement, l’auteur de l’édition critique assortit aussitôt ces affirmations de notes très prudentes, dont le contenu est développé dans son texte « L’histoire de Rurutu… ». Il a bien conscience qu’en 1889, les habitants de Rurutu ignoraient les Incas ou n’auraient en tout cas pas évoqué ce peuple à l’aide de ce nom. Ils ont pu rencontrer, au xixe, des Amérindiens à bord de navires qui écumaient la région dans le cadre du blackbirding, mais de toute façon, l’assimilation de l’équipage de la troisième pirogue ayant peuplé l’île, à des « peaux rouges » ou Amérindiens, lui paraît une erreur du scribe de l’époque :

  • 8  Voir aussi pp. 213-214 et pp. 230-231, pour le même argument.

« Il s’agit là bien sûr de l’interprétation personnelle du scripteur, un pasteur protestant indigène qui avait fait ses études à Tahiti et qui a transcrit selon son propre entendement. Il est regrettable qu’il n’ait pas reproduit littéralement les paroles du conteur. Personnellement, je pense qu’ils viennent bien d’Amérique du Sud, mais via l’archipel Mangareva. » (p. 263)8

  • 9  Tapuscrit inédit, Honolulu, Bishop Museum, 201 p. + annexes.

20En réalité, la modification du texte original ne s’est pas produite au xixe siècle mais à une époque bien plus récente (voir Saura, 2005) : elle a eu lieu au début des années 1960, lorsque le pasteur protestant de Rurutu, Teriimana Poetai, pour sauver les puta tupuna de son île de leur dégradation matérielle, entreprit de les recopier sur place avec l’aide de certains lettrés de l’île. Lorsque Michel Brun évoque le scribe de l’époque, il n’est pas certain qu’il s’agisse dans son esprit de celui du xixe siècle, ou bien celui des années 1960. Dans ce dernier cas, il aurait été hautement souhaitable de vérifier si le texte en sa possession était bien conforme à la « transcription » des traditions de 1889. Or, il ne l’est pas, aucun des puta tupuna de Rurutu antérieurs à la phase de recopiage de 1960 ne présentant l’assimilation des ’āti ’Ura (ou ’āti A’ura) à des « peaux rouges » amérindiens. Alan Seabrook, qui vécut plusieurs années, dans les années 1930 à Rurutu où il travailla sur la tradition orale et les manuscrits de l’époque, ne fait pas non plus mention d’Incas venus d’Amérique dans son précieux tapuscrit inédit Rurutuan culture9. La raison de cette assimilation tardive aux Incas réside, de notre point de vue, dans la présence à Rurutu, dans les années 1950, du navigateur Eric de Bisschop, ayant pris compagne dans l’île, passionné des traditions polynésiennes et ami de Teriimana Poetai ; il y réalisa les plans cadastraux de l’île pour le compte de l’administration. Sa présence, peut-être celle de Michel Brun, ainsi que le succès récent de l’aventure du Kon Tiki eurent certainement une influence sur les traditions autochtones dans le sens d’une assimilation nouvelle des hommes ’āti ’Ura aux Indiens d’Amérique, au moment du recopiage des puta tupuna de l’île.

  • 10  On ignore aussi qui est inclus dans l’appellation « prêtres », à une époque chrétienne où les dign (...)

21Ce recopiage altéra d’autres points importants de ces textes, dont la généalogie de la famille royale Teuruarii, reproduite à de multiples endroits du texte Eteroa et commentée abondamment dans l’édition critique, précisément sans recul alors que les erreurs et les manipulations intervenues lors de la réécriture sont évidentes. Descendant des Tanetee de Avera, concurrents historiques des Teuruarii de Moerai, Teriimana Poetai n’eut de cesse, sa vie durant, dans ses paroles et dans ses écrits, de porter atteinte à la légitimité des Teuruarii en posant l’intrusion au xixe siècle d’un « étranger » dans leur lignée car celle-ci n’avait plus alors de descendance directe. Croire que cette absence de descendance directe conduisait à l’extinction d’une lignée royale, c’est bien mal connaître les processus ordinaires de bifurcation des lignées, d’adoptions et autres moyens du pouvoir traditionnel polynésien, mais peu importe. L’argument du pasteur Teriimana Poetai est qu’au xixe siècle, un membre de la famille royale de Huahine, Teururai, aurait été adopté par le roi de Rurutu, Teuruarii i, puis aurait remplacé le fils de celui-ci (Teuruarii ii, sans postérité). Teururai serait ainsi devenu Paa Teuruarii iii, père du dernier roi Epatiana Teuruarii iv – né assurément en 1879 et que l’on image d’ailleurs difficilement, à l’âge de dix ans, réunir « une assemblée des chefs et des prêtres »10 de Rurutu (p. 25) pour consigner par écrit l’histoire de son île.

22Le texte de Eteroa affirme cette intrusion à de nombreuses reprises ; par exemple:

« Paa a Teuruarii était de la lignée royale de Huahine […] Teramana Teuruarii ier l’éleva comme son fils et le mit sous le nom de Teuruarii iii sur le trône de Rurutu. » (p. 40)

23Nous passons sur de multiples contradictions et erreurs dans le texte de la page 40 (Teramana Teuruarii i y étant aussi nommé Terearii ier Teramana ; Paa Teuruarii iii y apparaissant aussi comme Pā ; son fils Epatiana Teuruarii iv recevant, toujours cette même page, l’appellation « Teuruarii iii Epatiana ») ; ces contradictions et erreurs ont de multiples causes (principalement liées au recopiage) mais ce qui importe est l’idée que Paa Teuruarii iii serait en fait un Teururai (et non Teuruarii) de Huahine, adopté à Rurutu.

24Or, là encore, aucun des puta tupuna antérieurs à la phase de recopiage des années 1960 ne pose ceci. Il suffit pour s’en rendre compte de consulter les anciens puta tupuna de l’île conservés au Peabody Essex Museum de Salem ou la synthèse de Seabrook, qui n’évoquent pas d’intrusion à Rurutu à partir de Huahine. Le seul lien historique avéré entre les familles royales de ces deux îles est tardif : il s’agit du mariage survenu en 1877 entre Tetuamarama (fille aînée de Paa Teuruarii iii) et Teramana Faatau Marama Teururai (fils de Ariimate Teururai et de Tehaapaapa a Tamatoa). Le Teramana de Huahine des années 1870 ne saurait évidemment se confondre avec un autre Teramana de Rurutu, décédé plus de cinquante ans auparavant.

25Sans être un expert en matière d’histoire ou de généalogie, Michel Brun aurait donc dû s’étonner du fait qu’à plusieurs reprises (p. 135, p. 168), le texte principal indique que Teramana Teuruarii ier (qui mourut dans les années 1820, peu après l’arrivée de l’Évangile à Rurutu, voir p. 40 et p. 134) ait épousé Tetuamarama, la fille de Teuruarii iii (née au moins trente ans plus tard ; demi-sœur du roi Epatiana né en 1879). L’anachronisme saute aux yeux, mais l’auteur de l’appareil critique reprend (p. 286) cette assertion, au lieu de la mettre en perspective. N’importe quel réel connaisseur des traditions de Rurutu aurait aussi dû relever une autre erreur manifeste (que nous croyons aussi une manipulation tardive) : l’attribution (p. 75) au mythique Amaiterai de l’intention d’épouser une dénommée Tehaapapa. Là encore, aucun manuscrit du xixe siècle n’indique ce nom Tehaapapa au sujet de Amaiterai, son apparition surgissant lors des recopiages des années 1960. Si le nom Tehaapapa est totalement étranger aux généalogies de Rurutu, il est en revanche très présent dans la famille Teururai de Huahine aux xviiie et xixe siècles. Nommer ainsi la femme convoitée par Amaiterai procède de la même volonté d’inscrire très loin dans le temps le fait que les Teuruarii de Rurutu recherchait l’alliance avec les Teururai de Huahine.

26Ces éléments de la généalogie pourront paraître des détails aux yeux du lecteur extérieur simplement curieux de s’initier à l’histoire ancienne et moderne de Rurutu. En réalité, marier Amaiterai à Tehaapapa, et Teuruarii i à Tetuamarama, c’est un peu comme si l’on prétendait que Louis xiv avait épousé la fille de Robespierre ou Napoléon ier la reine Victoria, ce qu’un manuscrit « original » (décidemment très original) pourrait affirmer (et il est intéressant de savoir pourquoi), mais qu’une édition critique rigoureuse devrait précisément mettre en doute.

27À l’heure où les conditions de réception des discours et écrits occidentaux par les populations autochtones au sujet desquels ils sont tenus, figurent au premier rang des préoccupations des chercheurs, nous pensons aux habitants de Rurutu ; certains sont aujourd’hui en émoi au constat qu’un ouvrage édité en France à plusieurs milliers d’exemplaires véhicule par exemple l’idée que le roi Teuruarii iv aurait souhaité que soit consigné officiellement par écrit le fait que son père était un usurpateur. Nous n’avons aucun point de vue et encore moins d’assurance quant au caractère véridique ou non de cette usurpation, mais cette assertion doit être présentée pour ce qu’elle est et comme provenant de qui elle vient. Nous savons que l’ouvrage Eteroa va être lu à Rurutu, certainement étudié par les collégiens de l’île à l’initiative de professeurs de français ou d’histoire et géographie très heureux de posséder enfin un livre de traditions de l’île en langue française. C’est aussi pour eux, pour les adultes en charge de leur éducation et pour les enfants de Rurutu, que nous écrivons ce compte rendu, afin qu’ils sachent que l’ouvrage publié en 2007 n’est pas, bien qu’il soit présenté comme tel, un « authentique » cahier de traditions du xixe siècle. Il s’agit d’une réécriture moderne et polémique de ces mêmes traditions, agrémentée, ne l’oublions pas, de théories très saugrenues sur les migrations et l’évolution des langues polynésiennes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Babadzan Alain, 1979. De l’oral à l'écrit, les puta tupuna de Rurutu, jso xxxv-65, pp. 224-234.
DOI : 10.3406/jso.1979.3013

—, 1982. Naissance d'une tradition. Changement culturel et syncrétisme religieux aux îles Australes (Polynésie française), Paris, orstom, travaux et documents 154, 313 p. 

Hooper Steven, 2007. Embodying Divinity: The Life of A’a, The Journal of the Polynesian Society 116/2, pp. 131-179.

Lavondès Anne, 1996. L’histoire de A’a de Rurutu et l’évolution des mythes, in Michèle Julien, Michel et Catherine Orliac (éds), Mémoire de pierre, mémoire d’homme. Tradition et archéologie en Océanie. Hommage à José Garanger, Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 313-331.

Saura Bruno, 2005. Des Incas en Polynésie ? Spéculations occidentales et traditions autochtones de Rurutu d’« hommes rouges » venus de l’Est, in Pierre Vérin et Robert Veccella (éds), L’Amérique hispanique et le Pacifique. Hommage à Hugo Neira, Paris, Karthala, pp. 45-68.

Tetahiotupa Edgar, 2004 (septembre). Titre article, Tahiti Pacifique 161, pp. 15-16.

—, 2005 (sept.). Amérique du Sud et Polynésie, au-delà de l’Ipomea batatas, Tahiti Pacifique 173, pp. 39-40.

—, 2007 (avril-juin). Entre Amérique et Polynésie, des liens culturels et linguistiques, Matari’i, le bulletin de l’association CIEL 18, pp. 18-21.

Haut de page

Notes

1  En 1958, de Bisschop entreprit une traversée au départ de Callao (Pérou) à destination de la Polynésie, mais son radeau Tahiti nui ii se désagrégea après avoir passé les îles Marquises, le contraignant à construire en mer une plus petite embarcation sur laquelle il trouva la mort le 30 août 1958 à Rakahanga (îles Cook).

2  Edgar Tetahiotupa (2004, 2007) le suit largement sur cette voie. D’Edgar Tetahiotupa, on lira aussi l’article de septembre 2004 plus étonnant encore dans lequel il émet l’hypothèse d’un peuplement des îles Marquises il y a plusieurs dizaines de milliers d’années, voire plus de 100 000 ans.

3  Michel Brun indique dans son « avant-propos » à Eteroa qu’il serait l’auteur d’un manuscrit inédit intitulé Les Yamato-Polynésiens ou découverte d’une langue commune aux Japonais et aux Polynésiens.

4  Il n’est pas abusif de parler de roi – et non simplement de chef – à Rurutu, dans la mesure où le pouvoir politique y fut centralisé au xviiie siècle par le ari’i Teauroa Teuruarii.

5  Les cordes du bateau de Amaiterai portent différents noms déclinés sur la base de Hiro, dont Hiroitepumanatu, Hiroitearatunoa et Hiroitemoeture. Ce dernier nom est très malheureusement traduit par « Hiro qui oublie les lois » (p. 76) ce qui n’a aucun sens pour les temps anciens (le terme ture, néologisme venant de l’hébreu, n’apparaissant qu’au xixe siècle).

6  Les sources missionnaires sont reprises et étudiées dans deux articles importants. Voir Anne Lavondès (1996). et Steven Hooper (2007).

7  La date et les circonstances de ce don sont controversées ; voir Anne Lavondès (1996) et Steven Hooper (2007).

8  Voir aussi pp. 213-214 et pp. 230-231, pour le même argument.

9  Tapuscrit inédit, Honolulu, Bishop Museum, 201 p. + annexes.

10  On ignore aussi qui est inclus dans l’appellation « prêtres », à une époque chrétienne où les dignitaires religieux autochtones sont des pasteurs et des diacres mais sûrement plus des tahu’a (prêtres) de la religion traditionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Saura, « Eteroa. Mythes, légendes et traditions d’une île polynésienne », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 167-172.

Référence électronique

Bruno Saura, « Eteroa. Mythes, légendes et traditions d’une île polynésienne », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 20 mars 2009, consulté le 22 avril 2014. URL : http://jso.revues.org/5770

Haut de page

Auteur

Bruno Saura

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page