Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Les tambours de l’oubli. La vie ordinaire et cérémonielle d’un peuple forestier de Papouasie Nouvelle-Guinée - Drumming to Forget. Ordinary Life and ceremonies Among a Papua New Guinea Group of Forest Dwellers de Pascale Bonnemère et Pierre Lemonnier

Denis Monnerie
p. 153-155
Référence(s) :

Bonnemère Pascale et Pierre Lemonnier, 2008. Les tambours de l’oubli. La vie ordinaire et cérémonielle d’un peuple forestier de Papouasie Nouvelle-Guinée - Drumming to Forget. Ordinary Life and ceremonies Among a Papua New Guinea Group of Forest Dwellers, traduction anglaise faite par Nora Scott, Tahiti – Paris, Au vent des îles – musée du quai Branly, 216 p., 2 cartes, bibliogr., glossaire angkave-français-anglais, nombreuses ill. couleur.

Texte intégral

1À travers un peu plus de deux cents grandes pages et cent photographies couleurs, avec des textes clairs et sans concession, Les tambours de l’oubli nous conduisent chez les Ankave de Papouasie Nouvelle-Guinée. Un véritable dialogue des textes et des images donne une dimension supplémentaire à ce livre d’ethnologie et l’ouvre vers un large public. Dans un prologue qui cadre l’ouvrage comme fruit d’une recherche ethnologique au long cours, l’ironie des auteurs met en avant leur refus des modes intellectuelles, mais aussi des clichés – ceux de l’exotisme qui font les choux gras des grands media. Ces premières pages s’attachent aussi à souligner ce que les Angkave ne sont pas : ni une grotesque représentation de « l’âge de Pierre » – comme le prétendit une émission de télévision, suivie d’un procès dont je préfère ne pas qualifier l’issue –, ni non plus de « sages pionniers de l’écologie » ou d’habiles manipulateurs des agents de l’État, des Églises ou du marché. Les Angkave ne peuvent correspondre à ces tendances parfois mises en avant pour l’Océanie dans son ensemble, sans la prise de distance que seule autorise le comparatisme ; ils sont en effet trop peu nombreux sur leurs vastes confins, trop isolés depuis trop longtemps des forces du commerce, de la colonisation et des christianisations.

2Autrefois connus sous le nom de Kukukuku et réputés pour leur violence, les Anga sont au nombre de 80 000, parlant douze langues non austronésiennes différentes – chacune correspondant grosso modo à un complexe social et culturel distinct, cas peu répandu en Mélanésie. Vivant près de la limite méridionale du pays anga et comptant une seule entité politique, les 1 250 Ankave sont un des plus petits peuples de cet ensemble. Depuis plus d’une quarantaine d’années, les nombreux travaux sur les Anga donnent des résultats comparatistes solides qui ont contribué à achever d’enterrer certains clichés sur les sociétés de Nouvelle-Guinée, comme celui qui en fit, de façon générale, des sociétés à big-men (p. 118).

3Magnifiquement mises en situation dans les textes, les photographies de Pascale Bonnemère et Pierre Lemonnier nous donnent à voir et à comprendre le cadre de la forêt, les diverses formes d’habitat, les activités d’horticulture, de cueillette et celles – plus rares – de chasse et de pêche, qui marquent les vies ankave :

« Repoussés au cours des siècles vers des contrées entièrement forestières de moins en moins peuplées et toujours plus proches des basses terres, les Ankave ont développé dans ces environnements nouveaux un mode de vie original qui tient à la fois de celui de ces cultivateurs montagnards qu’étaient leurs ancêtres et de celui des basses terres. Des premiers, ils ont gardé l’habitude de tirer leur alimentation de base de la culture de jardins […]. À l’instar des peuples des basses terres de Papouasie, ils collectent aussi dans la forêt toutes sortes d’aliments d’appoint d’autant plus variés que les étages écologiques exploitables s’échelonnent [largement]. » (p. 64)

4Diverses étapes des préparations et consommations collectives du pangi et surtout du pandanus rouge – qui ont été l’objet de publications beaucoup plus complètes de Pascale Bonnemère (voir en particulier 1996 et jso 108 : 166-168) – sont ici illustrées:

« […] le jus de pandanus est au centre d’un univers symbolique particulièrement riche : Cet aliment rouge vif est associé au sang […]. C’est […] en vertu de cette proximité symbolique que le jus de pandanus est souvent prohibé ou doit au contraire être consommé en abondance en des circonstances particulières. » (p. 98)

5La consommation collective de ces aliments est une des circonstances où les Ankave quittent l’isolement relatif de leur vie courante, décrit dans deux chapitres intitulés « Villages déserts et campement forestiers » et « Bien ensemble... et chacun pour soi ». Celui consacré à « Hommes et femmes » montre que :

« […] chez les Ankave, ce ne sont pas seulement les êtres humains qui sont sexués : le système de classification de l’ensemble des végétaux obéit aussi à une catégorisation binaire [articulée sur] des critères de masculinité et de féminité. Le filtre culturel à travers lequel les Ankave perçoivent et imaginent la distinction de sexe sert ainsi de grille de lecture à tout l’univers qui les entoure […] représentations […] que l’ethnologue met au jour [et qui] se manifestent à la fois dans des discours et des pratiques » (p. 120)

6par exemple, lors des initiations masculines, longuement décrites.

7« Le temps des peines » est l’objet du dernier chapitre avec les imputations des malheurs, leurs cures et les funérailles. Ce texte élargit quelque peu la problématique d’un récent ouvrage de Lemonnier (2006, voir jso 122-123 : 219-221), confirmant que c’est bien aux ’ombo, « faux semblables fondamentalement ambigus et incarnant le mal et les pires côtés de l’humanité que les Ankave délèguent la tâche de représenter la durée ultime et la permanence de l’humanité » (p. 188).

8Avec ses qualités picturales, de vulgarisation au plus proche de la recherche et d’adéquation des photographies aux textes, Les tambours de l’oubli se distingue de ces « beaux livres » privilégiant les aspects les plus « spectaculaires » des Papous au regard des Européens. Ceux-là exhibent à l’envi leurs costumes, maquillages, chorégraphies, leurs corps triomphants – ou, en contraste, ceux montrés comme grotesques des vieilles femmes. Ce sont ces mêmes clichés que les opérateurs touristiques exigent de voir reproduits à la demande par les peuples chez qui ils conduisent leurs clients. Cette propension aux stéréotypes, vraisemblablement rémunératrice pour les éditeurs, nous a valu de très nombreuses parutions où parfois, il est vrai, la plume de grands ethnologues ou la vision de bons photographes trouve à s’exprimer. Rarement les deux à la fois. À la différence des plus racoleuses des images et légendes de ces « beaux livres », Les tambours de l’oubli ne nous laisse pas estomaqué ou goguenard. C’est un ouvrage qui donne à comprendre, à voir, à penser.Comme celles de Claude Lévi-Strauss, Louis Dumont ou Edmond Bernus, parmi bien d’autres, ces photos d’ethnologues sont d’une qualité irremplaçable et quelque peu décalées par rapport aux critères esthétiques dominants.Ainsi, à bien les regarder, nombre des images des tambours de l’oubli témoignent des défis représentés par les lumières rencontrées dans la forêt tropicale « monde d’ombre, de fraîcheur de boue où le regard ne porte qu’à quelques mètres » (p. 66) plus propice au noir et blanc qu’à la couleur. La madonne de la page 121 y répond par sa tendance floue qui ravira certains – dont je suis. En contraste, au plan technique, nombre des « beaux livres » ont recours à un usage massif de flashes qui figent l’image et siphonnent les arrière-plans. Certains photographes transportent un lourd matériel comparable à celui utilisé pour les photos de mode et constituent sur place un véritable studio photographique – et cette « prouesse technique » devient même sujet d’articles de presse. Plus récemment, l’usage de logiciels de correction d’images fait des miracles : pas une sur(sous)exposition, pas un seul petit bout de tôle ondulée, pas un pick-up qui dépassent ! Cette création de stéréotypes nous est moins manifeste que, par exemple, celle des cannibales et vahinés montrée par Roger Boulay – sans doute parce que plus contemporaine. Que les images de Lemonnier et Bonnemère y échappent n’est pas la moindre de leurs qualités.

9Ce livre marque un événement rare, au moins dans l’édition française, la parution d’un vrai livre d’ethnologie, respectueux du peuple ankave, abondamment illustré de photographies, (généralement) bien reproduites en grand format et en couleurs. Dans le même esprit, il y eut, dans les années 1970 une tentative des éditions du Seuil, avec la collection« Les Jours de l’homme », à qui nous devons trois beaux livres : sur Tarap par Corneille Jest, sur les ’Aré’aré par Daniel de Coppet et Hugo Zemp et sur les montagnards d’Indochinepar Jean-Dominique Lajoux. Tous ces ouvrages – d’autres aussi j’espère que je n’ai pas lus, ce dont les auteurs voudront bien m’excuser – représentent une démarche scientifique attractive et de qualité associée à une dimension de visualisation1, indispensable à mon sens pour restituer l’expérience ethnographique sans trop la rabattre sur la seule expression verbale. En raison des problèmes de coût d’édition des photographies, la rareté de ces ouvrages constitue un maillon faible de l’ethnologie. En effet, bien souvent, pour notre public potentiel et même pour nos étudiants, l’aridité des textes d’ethnologie ne trouve pas à s’articuler sur une perception autre que verbale, intellectuelle, souvent très abstraite qui bien entendu se justifie pleinement pour les publications de recherche2. (Pire encore : comment oublier ces moments de nos études où les textes, ou même les cours, nous entretenaient des Mundugumor, des Hopi ou des Azande sans même nous préciser dans quel pays ils vivent.) Cartes, dessins3, photographies, enregistrements, pourraient – devraient – être des pièces indispensables de nos ouvrages, explicitant visuellement les contextes d’existence. Ne serait-ce que parce qu’un jour ces dimensions non textuelles seront, à ne pas en douter, sources de nouvelles découvertes, de nouvelles interprétations, comme les images des illustrateurs de jadis sont des documents d’ethnohistoire de premier ordre.

10Bien entendu, ces autres dimensions et perceptions passent aussi par les films ethnographiques de qualité, de plus en plus nombreux, en particulier grâce à la révolution vidéo, et aussi par des enregistrements – ici il faut souligner le travail d’édition de firmes comme OCORA et des musées à Paris (de L’Homme), de Bâle, de Berlin, etc. Bientôt, des supports digitaux (cd, dvd, clés usb, sites internet, etc.) bien conçus et réalisés – c’est trop rarement le cas actuellement et, dans ce domaine, l’amateurisme et l’improvisation règnent, parfois avec arrogance –, tiendront une place importante dans nos publications. Pour Sarah Pink, une des spécialistes des questions d’anthropologie visuelle, l’avenir est en direction des multi (ou hyper) media (2006). Cependant, le coût élevé de la conservation à long terme des documents digitaux laisse un grand avenir aux imprimés. Dans ce contexte, des livres illustrés de la qualité des Tambours de l’oubli gardent un rôle crucial. Ceci amène à saluer le travail de l’éditeur tahitien Au vent des îles et à espérer que le musée du quai Branly qui a co-édité cet ouvrage poursuivra la publication de livres où l’ethnographie tient toute sa place, même si les considérations esthétiques les plus convenues de notre temps n’y trouvent pas toujours leur compte. Enfin, pour ceux qui ne goûtent guère les images, souvenons-nous que dans l’histoire de l’ethnologie, nombre de documents précieux nous viennent d’illustrateurs et que de nombreux auteurs, non des moindres, ont intégré à leur ethnographie et leurs réflexions théoriques une démarche d’analyse photographique – parfois dérivée d’une méthode de recherche fondée sur le cinéma. Dans cette perspective, outre le manuel des Collier (1967), les travaux de Margaret Mead, Gregory Bateson et F.C. MacGregor à Bali sont devenus des classiques. Pour la Nouvelle-Guinée, dans les travaux de Richard Sorenson sur les Fore, des photographies en noir et blanc de l’auteur (dont certaines sont des quasi séquences de film), ainsi que des photos de cartographes, nous donnent à voir les façons d’élever les enfants et les transformations des paysages et fondent les analyses (1976). Moins tournées vers une exploitation directe des images pour l’interprétation, d’un agencement au texte plus subtil aussi, les photos de Pierre Lemonnier et Pascale Bonnemère sont d’une qualité ethnographique et picturale qui ne le cède en rien à celles des précédents travaux de ces auteurs.

11À mon sens, aucune bibliothèque – océaniste, d’ethnologie généraliste ou grand public – ne saurait se passer de cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Bonnemère Pascale, 1996. Le pandanus rouge. Corps, différence des  sexes et parenté chez les Ankave-Anga,Paris, cnrs éditions/Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Collier John et Malcom, 1986 [1967]. Visual Anthropology. Photography as a research method,Albuquerque, University of New Mexico Press.

Lemonnier Pierre, 2006. Le sabbat des Lucioles. Sorcellerie, chamanisme et imaginaire cannibale en Nouvelle-Guinée, Paris, Stock.

Pink Sarah, 2006. The future of visual anthropology: engaging the senses, Londres, Routledge.

Sorenson Richard, 1976. The Edge of the Forest,Washington D C, Smithonian Institution Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Monnerie, « Les tambours de l’oubli. La vie ordinaire et cérémonielle d’un peuple forestier de Papouasie Nouvelle-Guinée - Drumming to Forget. Ordinary Life and ceremonies Among a Papua New Guinea Group of Forest Dwellers de Pascale Bonnemère et Pierre Lemonnier », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 153-155.

Référence électronique

Denis Monnerie, « Les tambours de l’oubli. La vie ordinaire et cérémonielle d’un peuple forestier de Papouasie Nouvelle-Guinée - Drumming to Forget. Ordinary Life and ceremonies Among a Papua New Guinea Group of Forest Dwellers de Pascale Bonnemère et Pierre Lemonnier », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 20 mars 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://jso.revues.org/5771

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page