Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Archéologie chez les Taïpi. Hatiheu, un projet partagé aux îles Marquises, de Pierre Ottino-Garanger

Gilles Bounoure
p. 175-176
Référence(s) :

Pierre Ottino-Garanger, 2006. Archéologie chez les Taïpi. Hatiheu, un projet partagé aux îles Marquises, Au Vent des îles-ird Éditions, Tahiti-Paris,176 p., annexes, lexique, bibliogr., très nombreuses ill., plans et cartes en couleur.

Texte intégral

1Servi par un titre évoquant l’aventure, une présentation aérée faisant la part belle aux images et une rédaction évitant les considérations trop techniques, ce plaidoyer pour une « archéologie partagée » est bien fait pour convaincre un public non spécialiste de la nécessité de cette discipline, « souvent considérée comme une sorte de luxe ou de curiosité émanant de pays privilégiés et ne débouchant sur aucune réponse aux demandes et besoins locaux », comme rappelle lucidement l’auteur en conclusion de son texte principal (p. 93). Aux Marquises, ajoute-t-il, l’archéologie est « une nécessité tant économique que sociale, culturelle et identitaire, assurant une liaison entre le passé, le présent et l’avenir, tout en participant à la cohésion sociale et intergénérationnelle. Loin d’être un frein au développement, elle en serait plutôt le garant », justifiant pleinement l’engagement des chercheurs de l’Institut pour la recherche et le développement.

2La démonstration qu’en propose Pierre Ottino-Garanger a pour cadre la vallée d’Hatiheu et, plus précisément, un ensemble de vestiges architecturaux établis à mi-pente, à un peu moins d’un demi-kilomètre au sud de la baie du même nom, sur la côte nord-est de Nuku Hiva. Il appuie son plaidoyer sur une argumentation visuelle persuasive, soixante pages d’« images et moments partagés » (pp. 94-155) en forme d’histoire ou de relation de voyage. Ces photographies évoquent successivement l’approche des grandioses paysages marquisiens, la découverte des vestiges et de leurs pétroglyphes, le travail d’identification (« relèvement ») et de fouille, les chantiers de restauration des infrastructures en pierre et de restitution des constructions en matériaux périssables, la réappropriation ou même la transmission des gestes anciens, et les fêtes qu’on peut tenir pour une célébration du résultat de ces efforts collectifs. Détail notable, hormis celles qui concernent le cinquième festival des arts des Marquises, en 1999-2000, les photographies ne sont pas datées et leurs légendes relèvent plus de la narration que de la description. Ce récit en images semble ainsi en appeler davantage à l’émotion qu’à une perception analytique du travail archéologique, de son déroulement, de ses difficultés et de ses enjeux, qui sortait certainement des ambitions de ce livre.

3Complété par une intéressante annexe procurant deux versions (l’une plus longue recueillie par Henri Lavondès, la seconde, plus courte, recueillie par l’auteur) de la « légende de Keikahanui », personnage sans doute à l’origine de la construction du paepae Tahakia, sur lequel se sont concentrés les travaux relatés par ce livre, le texte principal s’organise en deux sections. La première (« les racines et le tronc », pp.6-71) présente un exposé historique et archéologique consistant, la seconde (« les branches et le feuillage », pp. 72-93) porte sur l’évolution récente et la situation actuelle de ce territoire de Nuku Hiva, le travail de relevage et de restitution des constructions, et pour finir, sur le « renouveau culturel » associé à la mise en pratique de « l’archéologie partagée », avec des photographies préparant les lecteurs au récit en images déjà évoqué, lui-même largement éclairé par ce texte préliminaire.

4Il serait abusif d’attendre de cet ouvrage, parfois insuffisamment relu (trois accords fautifs pour la seule colonne de gauche de la p. 170) et souvent allusif (à l’exemple de la page 41 invoquant « des témoignages du début du xixe siècle » sans autre justification), un état complet des recherches archéologiques menées jusqu’en 2006 dans cette vallée. On peut également regretter de ne pas retrouver sur les plans, par ailleurs fort bien conçus, certains vestiges cités par le texte ou les légendes (« paepae 35 du me’ae Teiipoka » pp. 105-106, absent des plans pp. 46-47 et 50-51, sauf à corriger « paepae 15 », paepae n°195, pp. 102-104 et n° 39 de Kamuhei, p. 107 non repérés sur le plan p. 37). « Nombre d’études ne sont pas terminées, comme d’ailleurs une partie des travaux de terrain », indique l’auteur (p. 45) et il va de soi que, dans un volume si largement illustré, son texte ne pouvait résumer que de manière sommaire ou allusive les observations et les recherches nombreuses auxquelles ce site a donné lieu depuis plus d’un siècle.

5L’ouvrage cite ou résume utilement les plus récentes. Certaines plus anciennes auraient pu être invoquées en défense de « l’archéologie partagée », à l’exemple du surprenant récit laissé par Stevenson de sa visite des vestiges sous la conduite du P. Siméon Delmas (chapitre xi des Mers du Sud), ou de ce commentaire de von den Steinen, à propos des anciennes constructions marquisiennes :

« L’impression la plus durable que j’aie reçue était relative à l’étendue du Marae Te Ipoka de Hatiheu sur la côte nord de Nukuhiva, où habitaient des Taipi. Remarquables étaient quelques entassements de pierre comme le n° 6. On devait y pratiquer des sacrifices humains de Hapaá, envoyés par ces derniers pour sceller la fin des hostilités, puisque les Taipi avaient donné la même garantie aux Hapaá pour leurs Marae. On s’envoyait des otages pour les mettre à mort ! » (1928 : ii, 71)

6Ces vieilles pages font mesurer tout le progrès accompli entre le regard archéologique traditionnel, où percent mélancolie et autres sentiments intimes, et cette « archéologie partagée » tournée vers le présent et l’avenir collectifs, telle que la défend et la promeut ici l’auteur, dans le droit-fil des idées de José Garanger.

Haut de page

Bibliographie

Von den Steinen Karl, 1928. Die Marquesaner und ihre Kunst, Band II, Plastik, Berlin, D. Reimer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Archéologie chez les Taïpi. Hatiheu, un projet partagé aux îles Marquises, de Pierre Ottino-Garanger », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 175-176.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Archéologie chez les Taïpi. Hatiheu, un projet partagé aux îles Marquises, de Pierre Ottino-Garanger », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://jso.revues.org/5836

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page