Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Les évadés de l’île de Pâques. Loin du Chili, vers Tahiti (1944-1958), de Marie-Françoise Peteuil

Hélène Guiot
p. 162-163
Référence(s) :

Peteuil Marie-Françoise, 2004. Les évadés de l’île de Pâques. Loin du Chili, vers Tahiti (1944-1958), Paris, L’Harmattan, 270 p. ,bibliogr., cartes et ill.

Texte intégral

1Après une année 2008 riche en expositions sur la Polynésie (Bounoure, dans ce numéro : pp. x-x), dont deux consacrées à Rapa Nui, l’île de Pâques, il est essentiel de lire, voire de relire, l’ouvrage de Marie-Françoise Peteuil, Les évadés de l’île de Pâques. Il n’est pas question ici de l’art sophistiqué des anciens Pascuans, non plus que des moai, encore moins de prétendus mystères. M.-F. Peteuil s’inscrit dans une recherche trop rarement développée en France, l’histoire contemporaine des sociétés du Pacifique, et la lecture de son ouvrage ouvre une fenêtre sur l’histoire du xxe siècle, mal connue, voire cachée, de l’île de Pâques : à huit reprises, des Pascuans organisèrent des voyages d’évasion pour fuir leur propre terre…

2Le récit de Marie-Françoise Peteuil aurait pu s’apparenter à tant d’autres décevantes chroniques d’Européens qui découvrent la Polynésie. Heureusement, dès les premières lignes, elle nous entraîne d’un ton alerte et non dénué d’humour, sur son chemin de prof (sic !) qui, « tentant d’enseigner les mathématiques républicaines à des collégiens de Tahiti », découvre, bien au-delà des clichés, la profondeur historique d’une population et les événements du xxe siècle qui s'y rattachent. Le ton léger des premières lignes, à l’image des représentations qu’ont les Occidentaux sur la Polynésie, leurs habitants et leur histoire, ne préfigure absolument pas l’histoire grave que nous dévoilent les recherches de l’auteur. Tout est là, dans l’opposition entre ce que nous connaissons, ou ce qui nous est raconté, de l’île de Pâques et la réalité des faits qu’a minutieusement reconstituée M.-F. Peteuil.

3Présenté comme une enquête, l’ouvrage s’articule en six parties, auxquelles s'ajoutent des annexes et une bibliographie. Dans la première, au titre évocateur de « L’île de Pâques est habitée ! », l’auteur relate sa découverte de la réalité pascuane. Lors de son séjour, elle entend parler pour la première fois de ces voyages d’évasion et décide d’en savoir plus.

4Ainsi, dans la deuxième partie, M.-F. Peteuil plonge dans la bibliographie des récits sur l’île de Pâques, à la recherche de toute donnée en rapport avec ces navigations, ces départs furtifs pour fuir la misère et l’enfermement instauré par la colonisation chilienne. Elle opère une lecture critique d’Heyerdahl, de Mazière, d’Englert, propose une chronologie sur le passage des Occidentaux à l’île de Pâques, de Roggeveen en 1722 aux évasions des années 1950, en passant par James Cook et Beechey, sans oublier la terrible année 1862 durant laquelle « 1 500 Pascuans furent déportés [vers les exploitations agricoles du Pérou], soit la moitié de la population totale. Parmi les captifs, l’ensemble de la classe des prêtres et des initiés, le roi Kamakoi et son fils Maurata » (p. 41). Une année plus tard, suite à l’intervention du gouvernement français via Mgr Jaussen à Tahiti et avec l’aide des Anglais, le Pérou est sommé de rapatrier les prisonniers. Une douzaine seulement parvint jusqu’à Rapa Nui et y introduit la variole. « La population de l’île fut alors décimée. L’équilibre économique et social était rompu » (p. 41).

5S’ensuivit l’évangélisation en 1864, les passages de l’aventurier français Dutrou-Bornier, l’installation de Tahitiens par la société commercial Brander, et l’annexion chilienne en 1888. Rapa Nui devint une terre d’élevage de moutons. La population fut tenue de se rassembler à Hanga Roa, village principal, et l’eau rationnée au profit du bétail (p. 45). L’auteur décrit ensuite l’existence carcérale des Pascuans sur leur propre terre, les lois dictatoriales, les vexations, le travail obligatoire jusqu’en 1966. Mais des révoltes sont connues depuis le début du xxe siècle, relatées notamment dans l’ouvrage de K. Routledge à Rapa Nui en 1914.

6Marie-Françoise Peteuil poursuit donc ses enquêtes « tous azimuts » : bibliothèques, Internet, contacts auprès des chercheurs spécialistes du sujet, Pascuans d’Europe, du Chili et de Rapa Nui où elle retourne, pour « une approche humaine, celle des rencontres et de la parole échangée » (p. 83). Elle parvient ainsi à reconstituer huit voyages d’évasions dont elle nous livre la chronologie et le récit avec précision et sensibilité, dans la troisième partie.

7La première de ces expéditions se situe en 1944 et la dernière en 1958. Toutes ont pour destination projetée l’île de Tahiti. Poussés par la nécessité de fuir le joug chilien, voire de braver l’autorité, certains souhaitent faire entendre leurs revendications politiques afin que Rapa Nui soit placée sous administration française. Pour cela, les navigateurs, tous des hommes, embarquent sur de petits bateaux construits en cachette, ou volés aux Chiliens, souvent aidés par la population, et sans instrument de navigation, s’appuient sur les techniques traditionnelles de navigation océanienne, basées sur de nombreuses et minutieuses connaissances astronomiques, et sur l’observation des phénomènes naturels (voir, à ce sujet, Guiot, 2003 ; Peteuil, 2003).

  • 1 La maladie avait atteint Rapa Nui dès la fin du xixe siècle et une léproserie fut construite au déb (...)

8La quatrième expédition, en 1954, se termine aux Tuamotu. Les trois navigateurs embarqués furent rapatriés à Tahiti où ils délivrèrent leur demande : une pétition de nombreux Pascuans qui demandaient à la France un statut de protectorat. Mais leur démarche fut totalement ignorée, voire raillée, et seule la réussite de la traversée maritime reste dans les mémoires. À Rapa Nui, elle provoqua d’ailleurs « une véritable épidémie d’évasions » (p. 117), de 1955 à 1958. Pour cette dernière, l’auteur rétablit une réalité révoltante. Sept Pascuans enfermés dans la léproserie de l’île1tentèrent deux évasions. Lors de la seconde, ils périrent en mer. Mais loin d’être « la tentation de moribonds pour une dernière aventure magnifique, c’est bien plutôt l’acte d’hommes en rébellion, arrêtés, enfermés, afin de sortir et de dénoncer la réalité carcérale de la lèpre à Rapa Nui, et espérer y mettre un terme » (p. 148). En effet, au fil des années, cette maladie venue de l’extérieur devint un prétexte pour les autorités pour maintenir les Pascuans isolés du monde, puis pour tenir enfermés tous ceux qui furent déclarés lépreux et « tous les rebelles devinrent des lépreux en puissance » (pp. 147-148).

9Avec la quatrième partie de l’ouvrage, nous suivons l’insurrection de 1964, menée d’une main de maître par Alfonso Rapu, qui aboutit à la promulgation, en 1966, d’une loi qui instaura l’égalité des droits entre les Pascuans et les autres citoyens chiliens.

10Dans son dernier chapitre, « Le rire des Pascuans », Marie-Françoise Peteuil nous livre quelques-unes des paroles recueillies au cours de ses entretiens avec les Pascuans de Rapa Nui et d’ailleurs. Ce rire et ses paroles, comme pour lutter contre le silence et l’oubli, montrent les Pascuans, génération après génération, luttant pour prendre en main leur présent et l’avenir de leurs enfants et maintenir la vigueur de leur culture.

11Si l’ethnologue Grant McCall avait déjà mentionné en quelques lignes les voyages d’évasion dans son ouvrage de 1980, puis plus longuement en 1997, Marie-Françoise Peteuil nous offre dans Les évadés de l’île de Pâques, la première étude largement documentée, contextualisée et humaine sur cette période, inconnue du public, de l’histoire contemporaine de l’île de Pâques. Un ouvrage essentiel.

Haut de page

Bibliographie

Guiot Hélène, 2003. Pirogues, reflets de la Polynésie, Paris, Société des Océanistes, Dossier de la Société des Océanistes.

McCall Grant, 1980. Rapa Nui. Traditions and survival in Easter island, Honolulu, University of Hawai’i Press.

—,1997a. Rapanui Wanderings: Diaspora from Easter Island, Université du Nouveau Mexique.

—, 1997b. Riro, Rapu, Rapa Nui, Rapa Nui Journal 11, 3, pp. 112-122.

Peteuil Marie-Françoise 2003. Ciel d'îles, Journal de la Société des Océanistes 116, pp. 14-24.

Routledge Katherine, 1920 (2e éd.). The Mystery of Easter Island, London, Sifton Praed and Co.

Haut de page

Notes

1 La maladie avait atteint Rapa Nui dès la fin du xixe siècle et une léproserie fut construite au début du siècle suivant, à l’écart du village, tenue par des religieuses (p. 144).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Guiot, « Les évadés de l’île de Pâques. Loin du Chili, vers Tahiti (1944-1958), de Marie-Françoise Peteuil », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 162-163.

Référence électronique

Hélène Guiot, « Les évadés de l’île de Pâques. Loin du Chili, vers Tahiti (1944-1958), de Marie-Françoise Peteuil », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 30 juin 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/5850

Haut de page

Auteur

Hélène Guiot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page