Navigation – Plan du site
Dossier Hommage à José Garanger

Ko te mālama tagata - Les « hommes-torches », histoire de Kalāfilia

p. 77-78

Notes de la rédaction

Récit enregistré par Claire Moyse-Faurie auprès de Tietolo Iloai, ancien chef de village, à son domicile de Vaimalau (île d’Uvea, Wallis) le 21 août 1999, puis transcrit et traduit avec l’aide de Frank Asi-Talatini.

Texte intégral

1Ko te ki’i koga o te fakamatala tuku pē ke to’o koga loto fēia atu.

2En ce qui concerne cette partie de notre Histoire, veuillez accepter que je la raconte dans ses grandes lignes.

3Ko te kogame’a ’aenī, te to’oga toto, peamo te me’a ne’e hoko tonu ai, te fai o te mālama tagata.

4Il s’agit de cet endroit-ci, le marais sanglant, et de ce qui s’y est réellement passé, la fabrication de ‘torches humaines’.

5’E ko te mokopuna o Kalāfilia, ne’e ko tona ’uluaki fā’ele’i.

6C’est une histoire qui s’est déroulée à l’époque où le chef Kalafilia [Vaimalau, Loto’alahi] a eu son premier petit-enfant.

7Pea ne’e ko te me’a ne’e kua fakapoto’i ia e Kalāfilia tona ’ofafine, ko te pō pe ko te ’aho ’aē fā’ele’i ai tona mokupuna,

8Auparavant, Kalafilia avait averti sa fille que le jour, ou la nuit, où son petit-enfant naîtrait,

9pea ina kole age leva ki tona ohoana

10il interrogerait son mari.

11(He ne’e ohoana te fafine mo te tagata aenī ’e higoa ko te Tu’i ’Alagau, te ’ofafine o Kalāfilia.)

12(La fille de Kalafilia était mariée à celui qui portait le titre de Tu’i ’Alagau.)

13E ina kole ki te tagata e ina loto ke ina ilo’ipe ko ia ko he tagata aliki mo’oni.

14Il demanderait à cet homme de lui prouver son appartenance à la noblesse.

15O ’uluaki fā’ele’i pē lā te tamasi’i, ko te ’uluaki pō pē ’aē ne’e fānau’i ai,

16À la naissance de l’enfant, le soir même de l’accouchement,

17pea to’o ake pē te tama mai te kau folau o te Tu’i Toga

18un jeune homme qui faisait partie des voyageurs accompagnant le Tu’i Tonga fut saisi et mené

19ki te fo’i ’utu maka ’aenā ne’e fai ai te mālama tagata.

20vers ce fameux monument en pierres où furent fabriquées les torches humaines.

21’E kei tu’u pē nā, ne’e hoki toe gaohi pē nā e te papālagi.

22Cet édifice existe encore de nos jours et vient d’être restauré par l’archéologue français [Daniel Frimigacci].

23Pea ’e iai nā i te fo’i tafito ’i pou muli, ’e iai nā te fo’i maka laulahi e tuku ki lalo,

24Il y a à l’endroit même du poteau principal, situé au fond de l’édifice, un énorme rocher couché sur le côté,

25ko te tānaki’aga ’aē o si’i ’ota’ota o te kāiga ne’e mate ai.

26c’est là que furent entreposés les restes des personnes qui y trouvèrent la mort.

27Ne’e ’ave ifo pē te tagata ’aē i te ’uluaki pō o tuku ki ai, pea tu’usi ’aki te toki maka tona kia.

28On y emmena le jeune homme saisi la première nuit, on le déposa là, puis on lui trancha la tête avec une hache de pierre.

29Pea hoki haehae leva te fo’i taume o tō i tona kia, kae lagolago maka ona va’e.

30On planta dans son cou une torche tressée en fibres de coco, et on cala ses pieds avec des pierres.

31Ko tana tu’u ’aia o te tagata mai te afiafi ki te ’uhu.

32L’homme-torche fut maintenu ainsi debout du crépuscule jusqu’à l’aube.

33Pea ’ala ’uhu pea hoki to’o mai te tagata o tanu mai tona sino ki te fuga mo’uga

34C’est seulement au petit matin qu’il fut enlevé de là et qu’on enterra son corps sur la montagne.

35Pō e valu, tagata e valu, ne’e to’o pē mai te kau vaka a te Tu’i Toga

36Il y eut ainsi huit nuits, il y eut huit hommes, tous pris parmi les membres de l’équipage du Tu’i Tonga.

37Ko ia lā ’aē, i taku ia ma’u vaivai ki ai, ki tona ‘ū fakamatala ne’e fai e te ‘ū mātu’a kua pupuli,

38Et voilà, d’après ce qui me reste comme souvenirs des récits que m’ont faits les anciens aujourd’hui disparus,

39ko ia ’aē ne’e higoa’i te mo’uga ko te ’Atuvalu.

40l’origine du nom du mont ’Atuvalu, littéralement, « la rangée de huit ».

41Ko te ū tagata mate e valu ne’e aumai o tanu ai.

42Ce sont huit hommes morts qui ont été emmenés pour être enterrés.

43’E tanu faka’atu pē nā i ’oluga i te fuga ’Atuvalu.

44Ils sont enterrés les uns à côté des autres au sommet du mont ’Atuvalu.

45Ko te tānuma ’aē ne’e kua huke e te papālagi, ’e tu’u faka’atu ai pē nā te ’ū faitoka.

46C’est ce cimetière que l’[archéologue] français a déterré, ce sont bien des tombes qui sont alignées.

47Pea ko te ’uhi ko taku lā ’aia tā’ofi ki te koga ’aia, i te lau a te mālama tagata, tuku pē mo te fakamatala,

48La raison pour laquelle je termine sur ce point l’histoire des ‘torches humaines’, c’est que ce que je viens de raconter est suffisant,

49ka e iai hona tō hala, kae logo lā he me’a ke feafea’i!

50et s’il y a une quelconque erreur, je ne peux vraiment rien y faire !

51He ko taku ia ui, ko te mālama tagata, ko te mālama ia a te Tu’i Toga,

52Car à mon avis, ces ‘torches humaines’, ce sont des torches provenant des gens  du Tu’i Tonga

53mole ko he mālama ia a Kalāfilia.

54et non celles de gens de Kalafilia.

55He ne’e ko te kau folau ia a te tama toga ’aē ne’e mālama’i.

56En effet,  ce sont les compagnons de ce Tongien qui ont servi de torches.

57He kua taka lā ke tou logoa’ā ko te kua gaohi mālama tagata a Uvea nei.

58On tend de nos jours à faire beaucoup de bruit autour des prétendues « torches humaines de ’Uvea ».

59Kae ne’e mole he mālama tagata i ’Uvea nei, kāiga, ko te mālama tagata ia mai Toga.

60Or ces dernières n’ont jamais été d’origine uvéenne, chers amis, mais elles ont bien été des torches humaines tongiennes.

61Ko te gata’aga aia, Kalala, o te fakamatala.

62Ici s’achève, Kalala, mon récit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Ko te mālama tagata - Les « hommes-torches », histoire de Kalāfilia », Le Journal de la Société des Océanistes, 128 | 2009, 77-78.

Référence électronique

« Ko te mālama tagata - Les « hommes-torches », histoire de Kalāfilia », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 128 | janvier-juin 2009, mis en ligne le 30 juin 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/5872 ; DOI : 10.4000/jso.5872

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page