Navigation – Plan du site
Actes de la Société et Actualités

Première séance du Cinéma des Océanistes

Isabelle Leblic
p. 183-184
  • 1  Film de 55 minutes – 2008 - Version bislama sous-titrée en français. Réalisation et production : E (...)

En écho à la parution du jso 126-127 Spécial Environnement dans le Pacifique, I. Leblic a proposé de présenter le film de Fabienne Tzérikiantz et Emmanuel Broto Sevrapek City1 qui a reçu le Prix Spécial du Jury au fifo 2009 (Festival international du film documentaire océanien, Tahiti). Ce film nous propose la vision rétrospective des villageois sur l’expédition « Santo 2006 » venue inventorier la biodiversité de l’île de Santo au Vanuatu. À l’ouest de Santo, les villageois impliqués dans cette mission confient leurs sentiments mêlés en racontant leur expérience au sein de cette aventure exceptionnelle.

Image1Image2

(clichés de Fabienne Tzérikiantz)

La projection a été suivie, jusqu’à 20h15, d’un débat en présence des auteurs, animé par Patrick Menget (Survival International France), Walles Kotra (France Ô et fifo), Pierre Lemonnier et Isabelle Leblic.

Près de quatre-vingts personnes s’étaient déplacées pour assister à cette première séance, qui était aussi la première diffusion publique en France métropolitaine de ce film magnifique. La salle était pleine. Après la projection, chaudement applaudie par les spectateurs, Isabelle Leblic a introduit le débat en présentant l’esprit de ces séances : montrer des films récents, en présence de leurs auteurs et de diverses personnalités pour animer un débat avec la salle après la projection. Pour cette première séance, parmi les invités présents, Wallès Kotra a indiqué comment le fifo avait reçu le film :

« Ce qui a intéressé le fifo, c’est le point de vue des réalisateurs, un point de vue inédit car pour la première fois, ils nous renvoyaient un regard de l’intérieur de l’Océanie, celui des populations de Santo sur cette importante communauté scientifique. Les chercheurs, les scientifiques ont une image très positive en Europe où ils représentent la matière grise. Sur place, au contact des populations du Vanuatu, ils semblent ignorer les hommes et donnent l’impression de s’enfermer dans l’objet de leur étude. Les réalisateurs ont su être à l’écoute et laisser les Ni-vanuatu raconter ce face à face. “Ni tout blanc ni tout noir”, ce témoignage nous interpelle sur notre manière d’aborder l’autre. »

Pierre Lemonnier exposait ensuite son avis : un très beau film ethnographique, qui n’est pas un film sur Santo 20062 mais sur la vision des gens de Santo sur l’expédition, deux mois après, dont certains ont mis en chanson l’événement, preuve s’il en est de son importance pour la communauté concernée. Ce film fait penser à First contact, lequel se situait cinquante ans après la rencontre racontée ! Ici, le film a été tourné quelques mois seulement après l'événement et l’on voit encore toutes les traces de ce passage : c’est « une espèce d’archéologie à très court terme », ajoutait-il. On aurait aimé en savoir plus sur les contacts quotidiens entre les chercheurs et les villageois… Les auteurs ont répondu qu’ils ne pouvaient pas parler de tout et qu’ils avaient été obligés de faire des choix pour tenir dans les 55 minutes. Fabienne Tzérikiantz expliquait :

« On a dû faire une sélection parmi tous les entretiens […] Dans le film montré ici, on a centré notre présentation sur ceux réalisés sur la côte ouest de Santo ; mais on a aussi des entretiens faits  à Port-Vila auprès des gens impliqués dans l’organisation de l’expédition… Beaucoup sur la côte ouest ont aussi parlé du quotidien, du médecin, de l’infirmière… On n’a pas pu tout mettre et on a dû faire certains choix. »

Patrick Menget prenait ensuite la parole,en mentionnant qu’« il est l’ignorant de service, il en fallait un, c’est moi ».

« C’est un film que j’ai beaucoup aimé car il a trouvé la bonne distance avec les gens, ni trop près ni trop loin et ces gens sont extraordinairement présents. C’est une grande réussite et c’est là mon avis de spectateur. Pour le reste, j’ai surtout des interrogations. Je trouve ces gens extrêmement bienveillants par rapport à cette expédition. Ailleurs, tout est patrimonialisé et donne donc lieu à des discussions très âpres […]. »

Il s’est alors demandé pourquoi il n’y avait pas eu dans l’expédition d’ethnographe spécialisé sur la connaissance du milieu indigène, sur les ethnosciences… « Avez-vous fait participé les habitants de l’île ? » a-t-il interrogé également. « Ce film porte sur une méconnaissance mutuelle », disait-il en reprenant les propos d’une jeune femme dans le film qui dit : « Ça doit bien servir à quelque chose […] Quelque chose nous reviendra… mais quoi ?». Dans d’autres pays, on connaît la grande méfiance des Indiens notamment en matière d’ethnopharmacologie et l’on sait qu’ils auraient demandé une participation aux éventuels futurs bénéfices…

Fabienne Tzérikiantz précisait alors à Patrick Menget que des ethnologues étaient présents dans l’expédition : Elsa Faugère (sur le travail des scientifiques), Florence Brunois (sur les ethnosciences, avec Marion Robillard) et elle-même : « Mais à quoi a-t-on servi dans les faits ? C’était une expédition one shot ! il n’y a pas d’amont et pas d’aval ! », s’exclamait-elle. « Le problème n’est pas l’expédition en elle-même mais la façon dont elle a été menée […] Les gens étaient payés à la tâche pour porter sur 4 km des charges de 100 kg environ, trois trajets quotidiens pour 1 000 vatus par jour (soit environ 6 €), pour faire l’équivalent d’un marathon en portant de lourdes charges ! » au prétexte que c’était le niveau des salaires locaux. Mais, précisait-elle, « ceux qui travaillent au port autonome pour transporter de telles charges sur des diables et des véhicules touchent 900 vatus par jour! ». Pierre Lemonnier ajoutait que le volet Ethnosciences prévu au départ n’avait pas pu avoir lieu en raison d’une opposition du Centre culturel du Vanuatu qui craignait qu’on leur vole leurs savoirs !

Patrick Menget reprit la parole en demandant « pourquoi on étudie ces savoirs ? » et quelles étaient les publications prévues pour un retour aux populations concernées, comme une encyclopédie par exemple, accessible à tous. « Ça s’est fait ailleurs » précisait-il. « Il aurait fallu voir ce qu’on pouvait laisser pour les gens, un puits, des compensations faciles… Les besoins spécifiques de cette communauté… c’est quelque chose que cette expédition semble avoir oublié ».

Après ce premier tour de parole, nous avons lancé le débat avec la salle.

Cette première expérience du Cinéma des Océanistes fut une grande réussite, marquée par un débat très intéressant que nous avons malheureusement dû interrompre pour libérer la salle en raison de l’heure tardive. Espérons que les prochaines projections permettront d’autres échanges tout aussi riches.

  • 3  Pour le détail du programme, voir oceanistes.org.

À partir de la rentrée de septembre, nous vous donnons rendez-vous tous les deux mois les jeudi à 18 heures pour les prochaines séances du Cinéma des Océanistes3, en présence des auteurs :

  • 1er octobre 2009 : Reviens demain d’André Iteanu et d’Eytan Kapon

  • 3 décembre 2009 : Le salaire du poète d’Éric Wittersheim

Notes

1  Film de 55 minutes – 2008 - Version bislama sous-titrée en français. Réalisation et production : Emmanuel Broto et Fabienne Tzérikiantz.

2  Ce n’est pas une critique de l’expédition et l’on comprend bien qu’il faille de telles expéditions pour avoir un point zéro pour mesurer la baisse de la biodiversité ; c’est tout à fait important pour l’avenir de la planète !

3  Pour le détail du programme, voir oceanistes.org.

Haut de page