Navigation – Plan du site
Miscellanées

Le classement des archives administratives de Wallis-et-Futuna (1951-2000) de Gildas Pressensé

Raymond MAYER
p. 305-322

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 25 juin 2009.

1Une opération exceptionnelle de classement des archives administratives a été réalisée à l’île Wallis de 2000 à 2004 par Gildas Pressensé, premier chef de cabinet (1972-1975) auprès de l’Administrateur supérieur du territoire des îles Wallis-et-Futuna et résident permanent dans l’île depuis 1967. Gildas Pressensé a débuté en tant que chef du service information du territoire, pendant son temps légal de service national effectué à titre civil sous le statut de volontaire de l’aide technique (vat). À l’issue de son service national, il est resté sur place, continuant à servir dans l’administration avant de se lancer dans des activités commerciales dans le district de Hahake sous l’enseigne « Uvea shop ». Peu avant d’être admis à faire valoir ses droits à la retraite, au tournant de l’an 2000, il a été rappelé par l’Administrateur supérieur Alain Waquet. Celui-ci lui a en effet confié le soin de procéder, sous contrat spécifique, à un classement des archives administratives des îles Wallis-et-Futuna pour la période 1951-2000. Le résultat en est réellement exceptionnel, car outre le classement physique de la documentation primaire entreposée au centre administratif de Havelu, à Mata-Utu, on dispose à présent d’une remarquable base de données qui s’avère d’ores et déjà incontournable pour toute recherche sur la période considérée.

2Sous le titre trop modeste de Wallis-et-Futuna. Éléments d’histoire, l’auteur-archiviste s’est en effet investi, à titre personnel, dans la production d’une dizaine de fascicules de synthèse, chacun constitué d’environ quatre-vingts pages. Ceux-ci sont accompagnés d’autres travaux originaux, ceux-là thématiques ou tabulaires, qui fournissent à profusion tous types de renseignements utiles à une recherche se rapportant aux îles Wallis-et-Futuna. Le seul total des fascicules de synthèse (dont les derniers livrets étaient en cours de rédaction en 2008) équivaut à quelque mille pages, ce qui est tout simplement prodigieux pour la période archivée. Sous un climat où l’archivage ne représentera jamais un souci prioritaire, cette « exception documentaire » a presque valeur d’« exception culturelle ». À ce titre, elle vaut d’être connue et mérite, me semble-t-il, un minimum de précisions sur les formats utilisés, les contenus compilés, ainsi que sur les conditions de leur mise à disposition, quand bien même celles-ci sont pour l’instant relativement restrictives, pour des raisons de confidentialité qui sont faciles à comprendre. En effet, si l’accès à un dépôt d’archives administratives obéit à une réglementation qui impose généralement un délai minimum de trente ans sur la période ouverte à la consultation publique, la diffusion des travaux personnels de l’auteur reste pour l’instant à la discrétion de ce dernier. Après avoir brièvement présenté l’auteur de cette base de données que je propose de dénommer désormais bdgp (base de données Gildas Pressensé), je montrerai l’ampleur du travail accompli à travers une recension des fichiers existants, dont une douzaine d’extractions soulignera la richesse des informations traitées.

L’auteur du classement des archives administratives

3Originaire de la région nantaise, Gildas Pressensé est donc installé à l’île Wallis depuis 1967, où il a entre-temps fondé sa famille et établi son domicile dans le district de Mu’a. En raison de ses activités successivement publiques et privées, il y est devenu un témoin attentif aux grands et petits événements de l’île et de sa vie quotidienne. Il est resté, par-dessus tout, un observateur privilégié de sa vie administrative et politique. Plus de quarante ans de présence dans l’île en font une personnalité incontournable de la vie locale, et une source sûre pour toute recherche en sciences historiques et politiques. Gildas Pressensé ne fut pas seulement le premier à occuper les fonctions de chef de cabinet de l’Administrateur Supérieur du territoire des îles Wallis-et-Futuna, mais il a également été rédacteur en chef, à la suite de Michel Barbier qui l’avait lancé en 1964, du Bulletin d’information du territoire des îles Wallis-et-Futuna. Ce bulletin d’information mensuel, ronéoté à l’administration, a vu éditer 49 numéros jusqu’à la cessation de sa parution en mai 1971. Son contenu était dédié à l’histoire politique locale, aux résultats des élections territoriales et nationales (chefs de villages, référendums, etc.), aux fêtes, aux mouvements d’avions et de navires, à la météorologie, au sport, à l’état-civil, aux visites ministérielles, etc. Ce bulletin d’informations a aussi servi de support à la première réédition (depuis les années 1910) de la célèbre histoire généalogique Talanoa ki Uvea compilée par le père Henquel, et à sa première traduction en français effectuée par Mgr Alexandre Poncet. On remarque que ces contenus donnent déjà en filigrane l’inspiration des notes de synthèse composées par l’archiviste Pressensé à partir de l’an 2000. Parallèlement à son travail éditorial, le photographe Gildas Pressensé avait constitué à l’époque un fonds d’un millier de diapositives, dont certaines ont été éditées sous forme de cartes-postales, au point de pourvoir le premier stock de cartes-postales couleur disponibles dans les années 1970 et 1980 à l’île Wallis, tandis que d’autres ont même connu une adaptation philatélique. Bref, que ce soit par la documentation écrite ou par l’image, Gildas Pressensé n’a jamais cessé de s’intéresser aux faits et gestes de la vie wallisienne, et cette passion de l’information fait évidemment merveille quand elle commence à s’appliquer de manière systématisée aux archives administratives proprement dites.

4Comme toutes archives, celles de l’Administration de Wallis-et-Futuna obéissent à des nécessités de confidentialité et doivent, comme on l’a dit plus haut, se conformer à la réglementation en vigueur pour être consultables. Ce qui est vrai du fonds administratif – et qui dépend de la seule autorité administrative – ne l’est pas des travaux effectués à titre personnel par Gildas Pressensé – qui dispose de leur propriété intellectuelle. On comprend donc que les notes de synthèse (annuelles et thématiques) rédigées par Gildas Pressensé sont à la fois de première importance, parce qu’elles donnent un accès indirect aux informations archivées, mais que, dans la mesure où certaines données portent sur des périodes non encore ouvertes à la consultation publique, elles s’imposent des limites qui dépendent de la seule responsabilité de leur auteur.

5Précisons que le support de base des notes de synthèse est informatique et qu’aucune édition publique sur support papier n’en est disponible. La présente note n’a donc pour objectif que d’en faire connaître l’existence et d’évoquer l’étendue du domaine couvert à la faveur d’une recension des principaux dossiers et fichiers constitués à l’occasion de l’opération de classement des archives et à travers une série d’extractions qui en illustrent les contenus.

Recension des dossiers et fichiers informatiques constitués sur la période 1951-2000

6À partir du classement physique des archives administratives sur la période 1951-2000, mais indépendamment de leur conservation finale à l’administration de Mata-Utu, quatre types de dossiers informatiques ont été élaborés par Gildas Pressensé sur la période classée :

  • un dossier Chronologies comportant dix fichiers ;

  • un dossier Listes de huit fichiers ;

  • un dossier Élections et référendums de six fichiers ;

  • un dossier Synthèses comportant cinq dossiers décennaux comprenant chacun dix fichiers annuels.

7Sur l’ensemble de ces dossiers informatiques, deux types de productions sont à relever : la série Wallis-et-Futuna. Éléments d’histoire qui est composée, comme on l’a dit plus haut, d’une dizaine de fascicules d’environ quatre-vingts pages, rédigés sur la base des notes annuelles synthétisant les événements et documents consignés dans les archives, auxquels sont ajoutées en annexe des copies de documents rares (lettres, rapports, décisions, etc.), raison pour laquelle l’auteur estime que ces notes de synthèse ne peuvent être ouvertes à tous les publics et de libre utilisation. Autre type de production qui pourrait être plus facilement mis en diffusion publique : ce sont la cinquantaine de fichiers informatiques sur tableur Excel qui récapitulent utilement l’histoire des nominations de chefs, ou de la présence des administrateurs qui se sont succédé sur le territoire dans les différents services relevant de l’administration ou de la « coutume ». J’en donne un bref aperçu dans les annexes qui suivent et qui constituent des extractions (le plus souvent partielles) indicatives des contenus des fichiers informatisés.

1.

8Si nous regardons en détail chaque type de dossier informatique, nous pouvons noter que celui des «Chronologies » nous donne les principaux événements locaux, mois par mois, à raison d’un fichier informatique par décennie. On a donc les décennies 1951-1960, 1961-1970, etc. Deux fichiers complémentaires ont été consacrés à des périodes antérieures : l’un à la chronologie 1616 (année du passage des navigateurs néerlandais Lemaire et Schouten à Futuna) à 1900, l’autre à la chronologie 1901 à 1950. Un autre fichier chronologique est en cours d’élaboration depuis 2001. Enfin, un fichier « Ephémérides » balaie le calendrier en fonction des événements locaux sur les périodes ayant fait l’objet de chronologies annuelles. Tous les fichiers du dossier « chronologie » sont élaborés sous format Excel. L’on trouve ici, sous la forme de l’extraction 1, les chronologies de l’année 1951 et de l’année 1952, qui donnent une idée du traitement appliqué aux données.

Extraction 1 – Début du fichier bdgp « Chronologie de 1951 à 1960 »

Chronologie de 1951 à 1960

15.01.51

Un décret royal fixe à 40 F l'impôt dû par les hommes de 18 à 50 ans à l'exception des chefs coutumiers, des personnes malades et des handicapés

01.02.51

Inauguration du dispensaire-maternité de Mua et, à Mata'Utu, mise en service d'une salle de radiologie

24.09.51

Arrivée à Mata'Utu d'un nouveau Résident M. Folie Desjardins. Il séjournera à Wallis-et-Futuna jusqu'au 11 juillet 1953

21.12.51

Lolesio Faletuuloa est intronisé Tuiagaifo après une crise royale de plusieurs semaines en remplacement de Silisio Katea destitué au cours du mois de novembre

Le gouverneur de Nouvelle-Calédonie, M. Raoul Angamarre, avait dû envoyer une dizaine de militaires et une dizaine d'auxiliaires de gendarmerie sous les ordres du capitaine Rabany pour ramener l'ordre et mettre fin à la crise

1952

28.01.52

Début des travaux de reconstruction de la cathédrale de Mata'Utu sous la direction du révérend père Petelo Hamale. Ces travaux devaient durer plus de sept ans. Mgr Alexandre Poncet procéda à la bénédiction solennelle de fin de travaux le 13 août 1959, alors que le Père Petelo Hamale était décédé trois semaines plus tôt, le 17 juillet. Il fut inhumé le lendemain dans la cathédrale

23.05.52

Départ des deux derniers séminaristes de Lano vers la Nouvelle-Calédonie et fermeture définitive du séminaire ouvert en 1874 qui devait devenir intervicarial : Wallis, Futuna et Samoa

25.05.52

Départ du premier contingent de travailleurs wallisiens et futuniens vers les Nouvelles- Hébrides (55 hommes et une femme), sous la conduite de l'inspecteur du travail du condominium venu spécialement de Port-Vila(d'après Mgr Poncet). Selon d'autres sources, le premier départ aurait eu lieu en janvier ou février

19.09.52

Départ d'un deuxième contingent pour les Nouvelles-Hébrides

1953

01.01.53

Pelenato Fuluhea est nommé chef du district de Mua par le Résident Folie- Desjardins contre l'avis du Lavelua Kapeliele Tufele dit Setu

11.07.53

M. Charles André, arrivé le 9 à bord du Maria del Mar, prend les fonctions de Résident en remplacement de M. Folie-Desjardins partant sur ce même bateau

17.11.53

Destitution du roi Kapeliele Tufele dit Setu. La reine Aloisia, veuve Brial, lui succédera le 22 décembre

11.12.53

Après la destitution de Kapeliele Tufele au mois de novembre, est constitué un nouveau gouvernement coutumier : Kalae-Kivalu (Tomasi Kulimoetoke)

Ului'monua : Apalahamo de Haatofo / Fotua tamai : Paino / Mahe Fotuaika : Soane

Foloka de Falaleu/Mukoi : Seteone de Vaitupu/Kulitea : Paulino de Liku

20.12.53

Arrivée par le Maria del Mar d'Aloisia Tautu, veuve Brial

21.12.53

Aloisia est désignée comme reine

22.12.53

Aloisia est intronisée Lavelua par une partie de la chefferie. Cette intronisation faite dans la précipitation, hors la présence du Résident, sera recommencée le 31 janvier 1954 à la demande du Commissaire général Raoul Angamarre

9Cette chronologie recoupe, sur la période allant de 1951 à 1961, celle qui a été proposée par Patrick O’Reilly dans le Journal des Océanistes, numéro 19 de 1963. Elle recoupe également les notes largement autobiographiques de Mgr Alexandre Poncet qui ont nourri la rédaction de son ouvrage dédié à l’Histoire de l’île Wallis. Le protectorat (numéro 23 des Publications de la Société des Océanistes). Elle les prolonge évidemment toutes deux sur la période postérieure à 1961 jusqu’en l’an 2000. La période 1951-1960, comme on peut en juger d’après cette extraction des années 1951 à 1953, fut féconde en événements sur le plan coutumier, puisque Futuna connut une destitution de Tuiagaifo (cf. Likuvalu, 1977 et Favole, 2000) et Wallis une destitution de Lavelua, dans des conditions qui nous retrouvons, presque à l’identique, dans la pleine actualité des années 2005 à 2008 (cf. Mayer et Pressensé, Ruptures et continuités dans les successions royales à l’île Wallis, en préparation).

2. 

10La totalité des fichiers du dossier informatique « Listes » constitué par Gildas Pressensé est également saisie sous format Excel. Les huit fichiers dressent l’état du personnel politique, tant métropolitain que territorial, et tant administratif que coutumier, sur la période 1951-2000. On trouve ainsi la liste datée des ministres coutumiers du royaume de ’Uvea (le début en est présenté dans notre extraction 2, en même temps que celle des entrées en fonction et des départs des résidents et administrateurs supérieurs du territoire (les premiers sont présentés dans notre extraction 3, celle des délégués de Futuna, des chefs de cabinet (dont Gildas Pressensé fut le premier à occuper la fonction). Suivent les listes datées des députés (liste complète dans notre extraction 4, des sénateurs (liste complète dans notre extraction 5, des représentants au Conseil économique et social, ainsi que des membres de la commission permanente de l’Assemblée territoriale (début de liste dans notre extraction 6. En extra, on trouve un fichier relatif aux visites de ministres, de secrétaires d’État, de Premier ministre, et de Président de la République (un seul, Giscard d’Estaing en 1978) à Wallis.

11Voici les extractions 2 à 6, dont les commentaires qui suivent sont de notre main. Ils n’ont d’autre but que de signaler avant tout leur existence et de susciter l’intérêt qu’il y aurait à les consulter dans leur intégralité.

Extraction 2 – Début de la liste des ministres de ’Uvea de 1951 à nos jours

12Les ministres de 'Uvea de 1951 à nos jours

Kalae-kivalu

Ulu'imonua

Fotu'atamai

Mahe fotu'aika

Mukoi-fenua

Kulitea

Pulu'ivea

1951

Sagato Taofifenua

Lafaele Taukapa

1952

Sagato Taofifenua

Lafaele Taukapa

1953

Sagato Taofifenua

Lafaele Taukapa

Soane Malivao

13Ils sont entrés en fonction le 11.12.1953

1953

Tomasi Kulimoetoke

ex-Hoko

Apalahamo Vakalepu

de Haatofo - ex-pule de Mua

Paino Tuugahala

Soane Foloka

de Falaleu

Seteone Siaki

de Vaitupu

Paulino Uuatemoakehe

chef du village de Liku

1954

Tomasi Kulimoetoke

Apalahamo Vakalepu

Paino Tuugahala

Soane Foloka

Seteone Siaki

Paulino Uuatemoakehe

1955

Tomasi Kulimoetoke

Apalahamo Vakalepu

Sosefo Manuka

Soane Foloka

Seteone siaki

Paulino Uuatemoakehe

1956

Tomasi Kulimoetoke

Apalahamo Vakalepu

Sosefo Manuka

Soane Foloka

Seteone Siaki

Paulino Uuatemoakehe

1957

Tomasi Kulimoetoke

Apalahamo Vakalepu

Sosefo Manuka

Soane Foloka

Seteone Siaki

Paulino Uuatemoakehe

Mikaele FolauMahina

Démissionne

le 16.10

puis

Suspendu en fin d'année après la scission entre le Nord et le Sud de l'île

puis

1957

Soane Foloka

Soane Malivao

Sosefo Manuka

Seteone Siaki

Paulino Uuatemoakehe

1958

Soane Foloka

Soane Malivao

Sosefo Manuka

Seteone Siaki

Paulino Uuatemoakehe

14Les ministres ci-dessus ont cessé leurs fonctions après la démission de la reine Aloisia le 12.09.58 puis ont été nommés à compter du 10.03.59

1959

Paino Tuugahala

de Falaleu

Pasilione Tuita

de Vaitupu

Siolesio Talaha

de Falaleu

Automalo Manuka

de Kolopopo

Mikaele Gaasikele

dit Masiva

Pelenatino Kiki

de Vaitupu

Vito Fomeku

de Aka'Aka

1960

Paino Tuugahala

Pasilione Tuita

Siolesio Talaha

Automalo Manuka

Mikaele Gaasikele

de Malaefoou

Pelenatino Kiki

Vitoli Fomeku

1961

Paino Tuugahala

Pasilione Tuita

Siolesio Talaha

Automalo Manuka

nommé fai pulé le 08.06

remplacé par

Mikaele Gaasikele

Pelenatino Kiki

Vitoli Fomeku

1961

Paino Tuugahala

Pasilione Tuita

Siolesio TALAHA

Alikisio Liufau

Mikaele Gaasikele

Pelenatino Kiki

Vitoli Fomeku

15Gildas Pressensé est, à notre connaissance, le premier à avoir collecté les noms des titulaires successifs du conseil royal del’île Wallis. La consultation de ces listes révèle des traits récurrents de l’histoire coutumière de l’île. On notera par exemple ici, pour les années 1953 à 1957, que la fonction de Kalae-Kivalu (considérée localement comme une fonction de Premier ministre) avait été confiée à Tomasi Kulimoetoke. Or celui-ci n’est autre que celui qui devait, à partir de 1959, accéder au titre de Lavelua et fournir à l’histoire wallisienne, jusqu’à son décès en 2007, l’un des plus longs règnes que l’on connaisse (48 ans). Cet exemple nous projette aussi, un demi-siècle plus tard, dans la plus stricte actualité coutumière, puisque l’investiture du nouveau titulaire de la fonction, en la personne de Kapeliele Faupala, le 25 juillet 2008, a procédé, malgré la contestation d’une partie de la chefferie de l’île, d’un choix porté sur quelqu’un qui exerçait la fonction de Kalae-Kivalu au moment de son accession à la fonction de hau. De là à prétendre que l’histoire des règnes wallisiens est, malgré la longévité de certains titulaires à la fonction, un éternel recommencement, l’administration de la preuve en serait peut-être légitimée par le recours à ces données oubliées.

Extraction 3 – Début du fichier bdgp « Liste Administrateurs supérieurs de Wallis-et-Futuna » 

Administrateurs supérieurs de Wallis-et-Futuna

Arrivée

Départ

Pierre Fauche (dernier résident)

02.08.1958

9.07.1961

Jacques Herry

10.07.1961

14.10.1961

chef du Bureau des Wallis au haut-commissariat, a été « chargé de l’intérim de la Résidence »

1

Jean Perie (décret du 20.09.61)

03.10.1961

21.03.1962

(prise de fonctions le 7.10.) Adm-ch FOM

Jacques Herry (par intérim)

21.03.1962

13.08.1962

chef du Bureau des Wallis, a été nommé Adsup p.i. par arrêté du Haussaire

2

Jean Bertrand

13.08.1962

28.01.1964

Adm. FOM

3

André Duc-Dufayard

11.03.1964

20.04.1966

Adm. FOM

4

Fernand Lamodiere (D.26.7.66)

26.07.1966

19.07.1968

M. Lamodière, chef du bureau des Wallis au haut-commisssariat, était à Wallis, assurant l'intérim chargé des affaires courantes lorsqu'il a été nommé Adsup d'où concordance entre dates du décret de nomination et celle de prise de fonctions

Adm fom

5

Jacques Bach

30.07.1968

25.03.1971

Administrateur civil

6

Guy Boileau

25.03.1971

26.08.1972

7

Jacques de Agostini

19.10.1972

25.11.1974

anc. enfom -

8

Yves Arbellot-Repaire

22.03.1975

29.10.1976

9

Henri Beaux

06.11.1976

02.05.1979

10

Pierre Isaac (D.06.07.79)

11.07.1979

24.12.1980

11

Robert Thil (D.16.12.80)

31.12.1980

17.12.1983

12

Michel Kuhnmunch (D.16.11.83)

25.01.1984

11.04.1985

13

Bernard Lesterlin

03.12.1985

17.04.1986

14

Jacques Le Henaff

15.07.1986

13.09.1987

16Sur cette liste des Administrateurs supérieurs du territoire des îles Wallis-et-Futuna (reproduite ici jusqu’en 1987 et qui fait suite à la liste des Résidents de la période du protectorat), l’on remarque que les nominations s’effectuent à Paris sur un rythme généralement bisannuel. Des événements jugés graves, comme par exemple la première « grève générale » de l’histoire wallisienne en 1974 (considérée à l’époque comme une réplique à retardement du « Mai 68 » de la métropole) ont pu entraîner des périodes de latence entre deux nominations, ou précipiter des remplacements au poste. Le commentaire détaillé de cette liste pourrait également montrer la corrélation entre les nominations et les changements de gouvernement ou de législature en métropole.

Extraction 4 – Liste bdgp des députés de Wallis-et-Futuna

Les députés de Wallis-et-Futuna

Hervé Loste

élu le 25 mars 1962

réélu le 2 décembre 1962 après la dissolution de l'Assemblée nationale, le 9 octobre

Benjamin Brial

élu le 5 mars 1967

réélu le 7 juillet 1968 après la dissolution de mai 68

réélu le 4 mars 1973

réélu le 12 mars 1978

réélu le 28 juin 1981 après la dissolution de mai 1981

réélu le 23 mars 1986

réélu le 12 juin 1988

(élection annulée par le Conseil constitutionnel le 23 novembre)

Kamilo Gata

élu le 15 janvier 1989

réélu le 28 mars 1993

Victor Brial

élu le 1er juin 1997 après dissolution de l'Ass. nat. en avril 97

réélu le 16 juin 2002

réélu le 23 mars 2003 après l'annulationde l'élection de 2002 par le Conseil constitutionnel

Albert Likuvalu

élu le 17 juin 2007

17Bien plus courte que d’autres, cette liste des députés est pourtant complète. Elle montre d’un seul coup d’œil que l’élection du député se porte définitivement, à partir de 1967, sur des personnalités locales (wallisiennes ou futuniennes, à part égale a-t-on envie de dire). Après une reconduction interrompue du député de la période 1967-1989, on note que l’élection est plus âprement disputée et met alors en scène des députés qui ne viennent plus seulement de la mouvance gaulliste ou post-gaulliste qui a longtemps dominé la scène politique (nationale et) locale. On pressent aussi que les annulations d’élection sont sans doute plus fréquentes à Wallis-et-Futuna que dans les circonscriptions métropolitaines.

Extraction 5 – Liste des sénateurs de Wallis-et-Futuna

Liste des sénateurs des îles Wallis-et-Futuna

1

Henry Loste

élu le 23.09.1962

2

Sosefo Makape Papilio

élu le 26.09.1971

réélu le 28.09.1980

réélu le 24.09.1989

3

Basile Tui

nommé le 7 avril 1998 après le décès accidentel à Futunale 6 avril de Sosefo Makape Papilio dont il était suppléant

4

Robert Laufoaulu

élu le 28.09.1998

réélu 21.09.2008

18La liste des sénateurs est encore plus courte que celle des députés, et montre, à partir de 1971, le même passage historique d’un personnel extérieur aux îles à des personnalités locales. On observe, plus que pour les députés, une remarquable stabilité des titulaires élus. Celle-ci est due en partie à la durée d’un mandat sénatorial (9 ans), mais aussi aux conditions mêmes de l’élection sénatoriale au suffrage indirect, s’appuyant sur la stabilité politique du collège des membres de l’Assemblée territoriale. De fait, la période 1951-2000 n’a connu que trois titulaires (puisque l’un d’eux fut nommé sénateur à titre de suppléant du titulaire décédé).

Extraction 6 – Début de la liste bdgp des membres de l’Assemblée territoriale

19Membres de l'Assemblée territoriale par mandature

HIHIFO

HAHAKE

MUA

SIGAVE

ALO

04.03

Petelo Halagahu

Paino Tuugahala

Pelenato Fuluhea

Atelea Matetau

Sosefo Makape

Atoloto Uhila

Siolesio Talaha

Alikisio Liufau

Lafaele Malau

Sosefo Gata

1962

Alexis Bernast

Benjamin Brial

Keleto Lakalaka

Mikaele Folaumahina

Muni Lagikula

Likaleto Simete

Mikaele Gaasikele

Setefano Keletaona

Patita Savea

Kalepo Nau

Petelo Halagahu

Siolesio Talaha

Richard Simete

Soane-Patita Lakina

Sosefo Makape

Atoloto Uhila

Benjamin Brial

Kamaliele Lagikula

Cyprien Brial

Siolesio Masei

1967

Alexis Bernast

Petelo Fakataulavelua

Akatoto Tuitoloke

Mikaele Folaumahina

Keleto Lakalaka

Napole Muliloto

Pelenato Fuluhea

décédé le 8 juillet 1970

remplacé par suivant de liste

Alikisio Liufau

Kamilo Matetau

Moisese Sumoi

Sosefo Sea

Suliano Tini

Benjamin Brial

Pasilio Tui

Aloisio Kaikilekofe

Sosefo Makape

Sosefo Saponia

Mikaele Folaumahina

Manuele Lisiahi

Soane Patita Lakina

Ilalio Lape

1972

Petelo Halagahu

Siolesio Talaha

décédé le 9 septembre 1975

William Goepfert

Muni Lagikula

remplacé par suivant de liste

Mikaele Hoatau

Soane Taufana

Sosefo Lami

Napole Muliloto

Cyprien Brial

Samuele Tuihoua

Siolesio Masei

Soane Maiau

Benjamin Brial

Keleto Lakalaka

Cyprien Brial

Siolesio Masei

Petelo Halagahu

Michel Hoatau

Manuele Lisiahi

Gédéon Jessop

Kameli Katoa

1977

Apeleto Likuvalu

Sosefo Lami

Napole Muliloto

Clovis Logologofolau

Gaston Lutui

Lafaele Malau

Lutoviko Maituku

Falakiko Gata

20Ce tableau retraçant la composition de l’Assemblée territoriale de 1962 à 1977 montre la répartition des élus suivant les trois districts de l’île Wallis (Hihifo, Hahake et Mu’a) et les deux districts de l’île Futuna (Alo et Sigave). En l’examinant de plus près, on constate que les députés (et futurs députés) en sont membres, de même que le sont les sénateurs et représentants successifs au Conseil économique et social.

3. 

21S’agissant du domaine électif, un dossier est spécialement consacré aux « Élections et référendums » et regroupe six fichiers thématiques, respectivement ouverts sur les élections présidentielles, législatives, sénatoriales, territoriales et des représentants au Conseil économique et social. On a enfin un fichier spécialement affecté aux résultats des référendums nationaux. Les élections législatives sont en général les élections les plus sensibles, s’agissant d’élections au suffrage général direct. Voici quelques exemples de résultats d’élections qui ne peuvent manquer de susciter notre commentaire.

Extraction 7 – Résultats du premier tour de l’élection présidentielle de 1974 (fichier bdgp)

Ins.

Votants

%

Nuls

Exp.

J. Chaban-Delmas

René
Dumont

V.Giscard d'estaing

Guy Heraud

VAITUPU

631

497

78,76

0

497

479

96,38

0

-

17

3,42

0

-

MATA'UTU N

538

423

78,62

0

423

292

69,03

4

0,95

98

23,17

0

-

MATA'UTU S

362

290

80,11

2

288

97

33,68

1

0,35

186

64,58

1

0,35

TEPA

294

226

76,87

0

226

126

55,75

1

0,44

99

43,81

0

-

MALAEFOOU

716

508

70,95

1

507

74

14,60

1

0,20

425

83,83

0

-

Total Wallis

2 541

1 944

76,51

3

1 941

1068

55,02

7

0,36

825

42,50

1

0,05

SIGAVE (Nuku)

517

432

83,56

0

432

224

51,85

0

-

189

43,75

0

-

ALO ( Ono)

658

612

93,01

1

611

413

67,59

15

2,45

172

28,15

1

0,16

Total Futuna

1 175

1 044

88,85

1

1 043

637

61,07

15

1,44

361

34,61

1

0,10

TOTAL W + F

3 716

2 988

80,41

4

2 984

1 705

57,14

22

0,74

1186

39,75

2

0,07

22(Suite tableau)

A. Krivine

A. Laguiller

J.-M. Le Pen

F. Mitterrand

E. Muller

B. Renouvin

J. Royer

J.-c. Sebag

-

1

-

-

0

-

0

-

-

-

0

-

0

2

0,47

-

-

1

0,24

24

5,67

0

-

-

-

2

0,47

0

-

-

-

-

-

-

1

0,35

0

-

1

0,35

1

0,35

0

-

-

-

-

-

-

0

-

0

-

-

-

0

-

0

-

-

1

0,20

-

-

3

0,59

2

0,39

1

0,20

0

-

0

2

0,10

2

0,10

1

0,05

28

1,44

2

0,10

2

0,10

3

0,15

-

-

-

-

-

-

-

18

4,17

0

-

-

-

0

-

0

2

0,33

1

0,16

-

-

5

0,82

1

0,16

1

0,16

0

-

1

2

0,19

1

0,10

-

-

23

2,21

1

0,10

1

0,10

-

-

1

4

0,13

3

0,10

1

0,03

51

1,71

3

0,10

3

0,10

3

0,10

1

23Parmi les nombreuses élections présidentielles auxquelles participe la population de Wallis-et-Futuna, certaines expriment des positionnements locaux plus marqués que des positionnements nationaux. On en veut pour preuve l’exemple des résultats du premier tour de l’élection présidentielle de mai 1974 pour désigner le successeur du président Georges Pompidou décédé en avril. Les électeurs du district de Mu’a regroupés au bureau de Mala’efo’ou ont porté leur choix sur le candidat Valéry Giscard d’Estaing, par opposition aux autres districts qui ont tous voté pour Jacques Chaban-Delmas. Par hasard, la minorité au plan local de Mala’efo’ou s’est avérée être la majorité au plan national et a ainsi pu se prévaloir d’une légitimité en quelque sorte extra-territoriale pour faire valoir ses droits à un positionnement fréquemment différent des autres districts de l’île.

Extraction 8 – Résultats de l’élection sénatoriale de 1998

Élections sénatoriales du 27 septembre 1998

1er tour

(8h30 à 11h00)

Candidats

Basile Tui ; suppléant : Pasikale Niutoua

Kamilo Gata ; suppléant : Siliako Lauhea

Soane Muni Uhila; suppléant : Malino Masei

Clovis Logologofolau ; suppléant : Petelo Mafutuna

Erménégilde Simete ; suppléant : Napole Muliloto

Gaston Lutui ; suppléant : Donald Mercier

Résultats :

Ont obtenu :

Inscrits :

21

Votants :

21

Bulletin nul :

1

Suffrages exprimés :   

20

Kamilo Gata

6 voix

Soane-Muni Uhila    

4 voix

Clovis Logologofolau

4 voix

Erménégilde Simete

3 voix

Basile Tui

2 voix

Gaston Lutui

1 voix

2ème tour

(15h30 à 17h30)

Candidats

Robert Laufoaulu, religieux ; suppléant : Erménégilde Simete

Kamilo Gata

Résultats :

Ont obtenu :

Inscrits :

21

Votants :

21

Exprimés :

21

Frère Robert Laufoaulu

14 voix

Kamilo Gata

7 voix

Est proclamé élu :

Robert Laufoaulu

24Sur cet exemple d’élection sénatoriale, on voit de manière inattendue prévaloir, entre les deux tours de scrutin, une position extérieure au collège des membres de l’Assemblée territoriale. Pour ne pas avoir à élire le candidat arrivé en tête à l’issue du premier tour (et qui était antérieurement député de Wallis-et-Futuna inscrit dans la Majorité présidentielle de François Mitterrand), les groupes politiques opposés à sa candidature ont fait alliance et ont fait appel à un religieux de la congrégation des Frères du Sacré-Cœur et qui n’était pas membre de l’Assemblée Territoriale, pour l’élire au Sénat. Ce cas de figure pourra être considéré comme un exemple de traitement de la représentation au Parlement national par les voies de la politique locale. Il sera intéressant de voir, dans les mêmes conditions, les résultats des dernières élections législatives en date, celles du député Apeleto Likuvalu, en juin 2007, qui montrent le retournement des électeurs du district central de Wallis au deuxième tour de scrutin, à la faveur de la prise de position du candidat sur le règlement de la crise de succession royale. Bien que ces élections sortent du cadre chronologique de notre recension, elles nous permettent de préciser que Gildas Pressensé n’a pas arrêté de consigner les résultats des élections tenues à Wallis-et-Futuna au-delà l’année 2000, comme l’attestent ces résultats du référendum de 2005 (notre extraction 9).

Extraction 9 – Résultats du référendum sur la constitution européenne en 2005

RÉSULTATS DU RÉFÉRENDUM DU 29 MAI 2005

Question :

Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ?

Inscrits

Votants

Part.

Bl./Nuls

Exp.

OUI

NON

Nbre

%

Nbre

%

Vaitupu 1

1 014

533

4

529

473

56

Vaitupu 2

709

324

10

314

276

38

Total Hihifo

1 723

857

49,74

14

843

749

88,85

94

11,15

Hahake N

753

342

3

339

292

47

Hahake C

1 200

652

6

646

561

85

Hahake S

775

359

9

350

302

48

Total Hahake

2 728

1 353

49,60

18

1 335

1155

86,52

180

13,48

Tepa

803

430

5

425

402

23

Malaefoou 1

997

535

1

534

481

53

Malaefoou 2

886

405

1

404

370

34

Total Mua

2 686

1 370

51,01

7

1 363

1 253

91,93

110

8,07

Total WALLIS

7 137

3 580

50,16

39

3 541

3 157

89,16

384

10,84

Nuku

776

407

3

404

355

49

Fiua

505

258

-

258

222

36

Total Sigave

1 281

665

51,91

3

662

577

87,16

85

12,84

Ono

957

556

1

555

517

38

Malae

630

356

1

355

337

18

Poi

380

210

1

209

184

25

Total Alo

1 967

1 122

57,04

3

1 119

1 038

92,76

81

7,24

Total FUTUNA

3 248

1 787

55,02

6

1 781

1 615

90,68

166

9,32

TOTAL W & F

10 385

5 367

51,68

45

5 322

4 772

89,67

550

10,33

25Pour servir de comparaison et de contraste avec l’exemple de l’élection présidentielle de 1974 citée plus haut, voici une image du corps électoral de Wallis-et-Futuna à l’occasion d’un référendum sur un traité européen. Celle-ci rappelle bien évidemment que les citoyens français de l’Océanie prennent part à tous les scrutins nationaux, y compris « européens ». Elle atteste cependant d’une participation moindre de la population par rapport aux scrutins locaux. Elle montre enfin un résultat qui exprime une opinion inverse de celle de la métropole, le oui l’emportant à Wallis-et-Futuna sur le non dans une proportion sans ambiguïté de près de 90 % des suffrages exprimés. D’aucuns pourraient en déduire que l’Océanie est plus « européenne » que l’Hexagone !

Extraction 10 – Résultats de l’élection à l’Assemblée territoriale de 1997

Résultats des élections territoriales du 15 mars 1997 (34 listes)

(Élections annulées dans 4 circonscriptions sur 5 par décision du C.C.A. en date du 2 juin 1997)

HIHIFO

4 Listes :

OFA KI TOU FENUA : Sao dit Lakafia ép. Pilioko Maketalena ; Kaviki Petelo Falevalu, Iloai Osmane

R.P.R. - TAUMU'A LELEI : Uhila Soane, Kolokilagi Atoloto, Ilalio ép. Toa Nicole

RASSEMBLEMENT UVEA MO FUTUNA POUR LA RÉPUBLIQUE (rufpr) : Tauhavilimikaele, Sea Kusitino, Tuhimutu Paulo

FAKATAHI'AGA O HIHIFO (HIHIFO 2000) : Taofifenua Manuele, Likuvalu Apeleto, Tuifua Paul Vinvent

Résultats :

Ins : 1 126 - Votants : 1 035 - Exprimés : 1 030

Ont obtenu :

Liste Make Pilioko

280

1 élu

Liste Soane Uhila

253

1 élu

Liste Mikaele Tauhavili

250

1 élu

Liste Manuele Taofifenua

247

Élections annulées par décision du conseil de contentieux administratif en date du 2 juin 1997 (recours de Manuele Taofifenua et autres)

HAHAKE

5 listes :

Liste rpr : Logologofolau Clovis, Fakataulavelua Ismaël, Tuivai Petelo, Tulitau Lafaele

FEMMES GAULLISTES DE L'AVENIR (WALLIS-ET-FUTUNA) : Papilio Bernadette, Tuipolotu ép. Keletaona Patilita, Manuofiua M.K. Siene, Kaiga ép. Papilio Aniseta

RASSEMBLEMENT POUR WALLIS-ET-FUTUNA (rpwf) : Pesamino Taputai, Patelisio Ikafolau, Visesio Tafilagi, Visesio Malau

FAKATAHI'AGA OTE PALOKIA O HAHAKE : Setefano Hanisi, Malino Nau, Afalaato Kulimoetoke, Vitolio Faigauku

TAOFO KE MAU PEA SIO MAMAO : Patalione Kanimoa, Aloisio Fulutui, Soane Likafia, Jean-Marie Vianney Punufuu

Résultats :

Ins : 1 855 - Votants : 1 612 - Exprimés : 1 596

Ont obtenu :

Liste Setefano Hanisi

429

1 élu

Liste Pesamino Taputai

351

1 élu

Liste Patalione Kanimoa

287

1 élu

Liste Cl. Logologofolau

270

1 élu

Liste Bernadette Papilio

259

Élections annulées par décision du conseil de contentieux administratif en date du 2 juin 1997 (recours de Bernadette Papilio et autres)

MUA

10 listes

GAUE FAKATAHI ITE MOONI : Petelo Sanele Tauvale, Lafaele Kulimoetoke, Petelo Lie

Liste KIA TAUA MALOLO : Soane Patita Ulutuipalelei, Philippe Vaamei, Sakopo Munikihaafata, Fololiano Tanifa, Mikaele Togiaki, Silipea Mataikamoana

LAGA FENUA O UVEA MO FUTUNA : Petelo Mafutuna, Gildas Pressense, Kapeliele Tuifua, Sosefo Tauhola, Polikalepo Mataila, Soane Tauvale

MANATUI TOU APOGIPOGI : Napole Muliloto, Petelo Ponoso, Sapeta Polutele ép. Maluia, Sakopo Mataila, Samuele Tokotuu, Paulo Liogi

SIAGAHU-ATUVALU-FAKATAHI LELEI : Seleone Amole, Malia Lafaela Neti, Gaston Lutui-Te-Fuka, Tasiano Moeliku, Taniela Magoni, Sagato Teugasiale

FAKATAHI'AGA OTE MAULI TOKALELEI : Esitele Fuluhea ép. Lakalaka, Ikenasio Kikanoi, Soane Paagalua, Samuele Faupala, Pelenato Tulitau, Filipo Tokotuu

TU'UTAHI KI UVEA MO FUTUNA : Pitelo Manuofiua, Falakika Manuopuava ép. Falelavaki, Valelia Lauhea, Ive Liufau, Malia Salote Fiakaifonu, Manuele Siuli

MAULI FETOKONI AKI - R.P.R. : Keleto Lakalaka, Aloisio Tauota, Aloisia Siakinuu, Soane Vakalepu, Soselina Talalua, Patelise Simeli

Liste ATE KAU VAIVAI: Iletefoso Tokavahua, Sosefo Taufana, Sakopo Sione, Sosefo Taginoa, Apesalone Mavaetau, Apolosio Pelo

FAKATAHI'AGA: Siliako Lauhea, Mikaele Uhilamoafa, Lita Liufau Ép. Muliakaaka, Aselo Maluoluo, Giovani Polutele, Etuale Manufekai

Résultats :

Inscrits : 1 935 - Votants : 1 763 - Exprimés : 1 757

Ont obtenu :

Liste Siliako LAUHEA

253

1 siège

Liste Iletefoso TOKAVAHUA

196

1 siège

Liste Petelo MAFUTUNA

179

1 siège

Liste S.P. ULUTUIPALELEI

178

1 siège

Liste Napole MULILOTO

175

1 siège

Liste Seleone AMOLE

170

1 siège

Liste Keleto LAKALAKA

159

Liste Estelle LAKALAKA

151

Liste P.S. TAUVALE

150

Liste Pitelo MANUOFIUA

146

Élections annulées par décision du conseil de contentieux administratif en date du 2 juin 1997 (recours de Petelo-Sanele Tauvale et autres), mais confirmées valables par le Conseil d'État

SIGAVE

6 listes :

MAJORITÉ PRESIDENTIELLE FETOKOI'AKI : Pasikale Niutoua, Sosefo Kelekele, Epifano Lamataki

GAULLISTE R.P.R. : Victor Brial, Michel Lataiuvea, Julien Brial

FUTUNA 2000 : Petelo Gata, Fabrice Fulilagi, Silino Savea

PROGRÈS DANS LE RESPECT DES TRADITIONS : Filipo Luaki, Mikaele Keletaona, Lenisio Niuhina

UNION DE LA JEUNESSE FUTUNIENNE - FAKATASI'AGA O TUPULAGA O FUTUNA : Tomeno Fotutata, Fiteli Luaki, Patita Akiletoa

PARTI SOCIAL DÉMOCRATE DE WALLIS-ET-FUTUNA : Simione Vanai, Etualeto Tuufui, Soane Louis Malalua

Résultats :

Ins : 1039 - Votants : 876 - Exprimés : 869

Ont obtenu :

Liste Victor BRIAL

348

2 sièges

Michel LATAIUVEA

3e siège

Liste Pasikale NIUTOUA

196

1 siège

Liste Filipo LUAKI

136

Liste Tomeno FOTUTATA

108

Liste Simione VANAI

55

Liste Petelo GATA

26

Le recours déposé par Filipo LUAKI et autres auprès du C.C.A. a été rejeté le 2 juin 1997

ALO :

9 listes :

LOU FENUA : Setefano Takaniko, Sosefo Motuku, Soane Takaniko, Soane Kavauvea

TEUTEU'I LE APOGIPOGI O FANAU : Afeleto Ikasa, Telesia Iva, Malia Tagatamanogi, Tositea Takasi

FUTUNA KOLIA 2000 : Vetelino Nau, Lutoviko Maituku, Mikaele Lie, Sepasetiano Sekeme

AGAI-FENUA-MAULI FAKATASI : Toma Savea, Malesiana Lemo, Kesiano Vaitanaki, Soane Pipisega

R.P.R. : Falakiko Gata, Afalaato Fanene, Petelo Leleivai, Soane Lea

MANATUI LE FAIGATAA'IA O LOU FENUA : Malia Sanele Moefana, Sagato Mataila, Nopeleto Katoa, Soakimi Takasi

GAULLISTE ALAFO'OU : Malino Masei, Esekiele Lie, Malekalita Maniulua née Leleivai, Sosefo Alofi

FAKATASI'AGA O FUTUNA : Kamilo Gata, Petelo Tufele, Siliako Nau, Kapeliele Tagatamanogi

LAGA FENUA : Fiteli Mani, Tuale Tafili, Atelemo Takasi, Sosefo Tuiseka

Résultats :

Inscrits : 1 590 - Votants : 1 381 - Exprimés : 1 381

Ont obtenu :

Liste Setefano TAKANIKO

243

1 siège

Liste Fiteli MANI

213

1 siège

Liste Malino MASEI

199

1 siège

Liste Toma SAVEA

149

1 siège

Liste Kamilo GATA

147

Liste Falakiko GATA

133

Liste Vetelino NAU

132

Liste Malia Sanele MOEFANA

132

Liste Alefeleto IKASA

33

Élections annulées par décision du conseil de contentieux administratif en date du 2 juin 1997 (recours de Kamilo Gata et autres)

Composition de l'Assemblée élue le 15 mars 1997

 à HIHIFO :

1. Make Pilioko

2. Soane Uhila

3. Mikaele Tauhavili

à HAHAKE :

1. Setefano Hanisi

2. Pesamino Taputai

3. Patalione Kanimoa

4. Clovis Logologofolau

à MUA :

1. Siliako Lauhea

2. Iletefoso Tokavahua

3. Petelo Mafutuna

4. S.P. Ulutuipalelei

5. Napole Muliloto

6. Seleone Amole

à SIGAVE :

1. Victor Brial

2. Pasikale Niutoua

3. Michel Lataiuvea

à ALO :

1. Setefano Takaniko

2. Fiteli Mani

3. Malino Masei

4. Toma Savea

26Sur cette extraction complète des résultats de l’élection des membres de l’Assemblée territoriale du 15 mars 1997, on retrouve une fréquence anormalement élevée de recours amenant à des invalidations partielles de scrutin, et on note la coexistence de dénominations françaises et wallisiennes appliquées aux listes se présentant au suffrage populaire : par exemple fakatahi’aga o Hihifo (rassemblement de Hihifo), fakatahi’aga o te palokia o Hahake (rassemblement de la paroisse de Hahake) ou gaue fakatahi ite mooni (« travailler ensemble pour la vérité »). L’incorporation à la vie politique « à la française » se fonde sur l’adaptation locale à ses procédures qui savent devenir, le cas échéant, procédurières, tout en ajoutant au lexique français des partis politiques celui des dénominations polynésiennes.

4. 

27Mais les dossiers les plus piquants et les plus densément documentés par Gildas Pressensé sont incontestablement les synthèses personnelles (fichiers du dossier informatique « Synthèses ») et qui constituent le matériau le plus abouti de toute la série des documents élaborés sur l’histoire des îles Wallis-et-Futuna pour la période couverte par les fichiers. Que l’on en juge d’après la recension du premier fichier intitulé par son auteur « Wallis-et-Futuna. Éléments d’histoire. Livret 1 : 1951-1960 » qui en juillet 2008 se trouvait confronté à l’actualité immédiate de la désignation d’un nouveau titulaire à la fonction de hau et au titre de Lavelua, la précédente intronisation ayant eu précisément lieu le 12 mars 1959.

28Wallis-et-Futuna. Éléments d’histoire. Livret 1 : 1951-1960, par Gildas Pressensé, d’après les archives de l’Administration supérieure, 84 p.

29Les synthèses sont élaborées et paginées année par année, des notes ou des copies de documents venant compléter chaque synthèse annuelle.

Extraction 11 – Début du livret de synthèse bdgp sur l’année 1951 à Wallis-et-Futuna

1951

30En 1951, les effets de la présence américaine se faisaient encore sentir. Le dernier détachement, basé à Gahi – douze hommes et un officier – avait été embarqué précipitamment au mois d'avril 1946, une dizaine de jours après une manifestation pro-américaine (25 mars) suscitée par l’officier américain. Cette manifestation avait amplifié la fracture au sein de la population entre pro-Français et pro-Américains, de loin les plus nombreux, et la déportation en Nouvelle-Calédonie en 1947 des onze chefs qui avaient participé activement à cette manifestation n’avait pas arrangé la situation.

31M. Cresson, arrivé le 1er janvier 1949, fut le premier administrateur civil après une période ininterrompue de vingt-cinq années de Résidents-médecins militaires. Il eut pour premier souci de raccommoder les pro-Américains et les partisans de la présence française. Dans cet esprit, il donna son accord au rapatriement des 11 déportés qui purent revenir à Wallis par le bateau suivant sa propre venue (avril 1949).

32Si Futuna était encore indemne de l’Oryctes rhinoceros, l’île Wallis en était infestée car, pendant le temps de la présence américaine, les cocoteraies, comme les plantations, avaient été laissées à l’abandon. Des ramassages manuels avaient été organisés au cours de l’année 1950 : 350 000 larves et adultes furent ramassés au cours de cette année-là mais la population commençait à se lasser d’un travail qu’elle estimait inefficace car en 1951, les cocotiers étaient toujours aussi improductifs malgré un chiffre des collectes d’Oryctes, larves ou adultes, aussi élevé.

33Peu de temps après l’apparition de l’Oryctès rhinoceros dans l’île, vers 1930, le gouvernement fidjien avait interdit à tous bateaux en provenance de Wallis d’accoster dans les ports fidjiens. Le commerce et le ravitaillement de l’île étaient alors assurés par les établissements Burns Philp’s et plusieurs commerçants chinois. Leurs gérants achetaient le coprah et, pour l’emmener jusqu’aux Fidji, le chargeaient sur des bateaux de petit tonnage qui ravitaillaient leurs magasins à peu près mensuellement. Si les établissements Burns Philp’s poursuivirent leur activité, la totalité des commerçants chinois quittèrent Wallis assez rapidement. Pendant la guerre, les Américains avaient pourvu à leur propre ravitaillement et les établissements Burns Philp’s avaient grandement bénéficié des dollars que les Américains avaient distribués dans l’île. Mais après le départ des dernières troupes américaines, faute d’argent et de coprah, les gérants de ce dernier établissement manifestèrent leur intention de quitter aussi bien Wallis que Futuna. Aussi, c’est à la demande du Commissaire général de Nouvelle-Calédonie que des maisons de commerce de Nouméa prirent le relais : la maison scie-Lavoix ouvrit alors un comptoir dès 1947 et envoya comme gérant Victor-Emmanuel Brial qui était agent de police à Nouméa. Puis, deux ou trois ans plus tard, les établissements Ballande s’établirent à leur tour et Victor-Emmanuel Brial changea d’établissement. Il fut remplacé à la scie-Lavoix par Michel Bernast. Mais Victor-Emmanuel Brial se fit bientôt remplacer par deux de ses jeunes frères, Benjamin qui resta à Wallis et Cyprien qui s’établit à Futuna. Les statuts de la société « Molihina », association Ballande-Benjamin Brial furent publiés dans le quotidien de Nouméa La France australe daté du 1er septembre 1951.

34Les bateaux, affrétés par le Commissaire général sur le budget du Protectorat étant de taille beaucoup plus importante et le trajet depuis Nouméa plus long que pour venir de Fidji, les affrètements coûtaient plus cher. Aussi devinrent-ils plus rares d’autant qu’à Wallis, il n’y avait que très peu de coprah à transporter pour en atténuer le coût. C’est lorsque le Délégué de Futuna, le R. P. Joseph Cantala, annonçait qu’un stock d’environ 300 tonnes était prêt à être embarqué, que le Commissaire général décidait l’envoi d’un bateau. Ainsi, le bateau d’avril 1951 emporta 302 tonnes de coprah de Futuna alors qu’il n’y avait rien au départ de Wallis.

35En 1949, trois liaisons maritimes seulement avaient été effectuées avec Nouméa, deux liaisons en 1950 et trois liaisons en 1951 : avril, fin septembre/début octobre et décembre, ce troisième voyage ayant été décidé pour une mission de maintien de l’ordre à Futuna (cf. ci-dessous).

36Au cours de son séjour – 1er janvier 1949 à septembre 1951 – M. Cresson n’avait pu se rendre une seule fois à Futuna faute de liaison maritime pour le retour.

37La récolte du coprah était rendue difficile tant à Wallis qu’à Futuna par le manque de routes et de moyens de transport. De plus, la population, malgré les interdictions, utilisait les cocos pour sa propre consommation. À Sigave, le père Cantala avait demandé aux chefs de fournir 20 tonnes/mois, et à Alo 40 tonnes/mois. Mais, à Alo, soufflait un esprit de rébellion passive avec la venue des nouveaux commerçants, le retour d’anciens militaires, d’anciens travailleurs libres ou même d’anciens prisonniers et le quota demandé était loin d’être atteint. Cet état d’esprit nouveau était également répandu par un nombre croissant de Wallisiens partis de Mata’Utu vers Nouméa comme passagers clandestins et qui, aussitôt signalés, étaient stoppés à Futuna. En 1951, le père Cantala en signale une soixantaine, uniquement à Sigave.

38Par le Néo-Hébridais du mois d’avril, le Résident signalait le départ (régulier) d’une dizaine de Wallisiens tous munis d’engagement de travail particulièrement chez Castex, Schmidt et famille Brial.

39Le changement de roi qui était intervenu en avril 1950 ne facilita pas non plus la tâche du Résident dans ses efforts pour améliorer la situation économique de l’île. Alors que l’ancien roi – Pelenato Fuluhea – était ouvert au progrès et francophile (son intervention avait été déterminante pour faire avorter les manifestations pro-américaines dans le district de Mua), son successeur – Kapeliele Tufele, dit Setu – beaucoup plus âgé, était très conservateur et très attaché à ses prérogatives coutumières, ignorant souvent la présence du Résident de France. Les dispositions du traité de protectorat (révisé au mois de mai 1910) étaient des plus vagues en ce qui concernait les compétences respectives du roi et du Résident :

« Le roi devra prendre conseil auprès du Résident pour toutes les affaires importantes et s’en remettre à son avis. »

40La notion d’affaires importantes était laissée à l’appréciation de chacun et, en fait, sous le règne de Kapeliele Tufele, le Résident fut de moins en moins consulté ou informé des affaires du Gouvernement wallisien qui, au contraire, empiéta sur ses attributions en intervenant par exemple dans la conduite des travaux administratifs.

41Par décret royal en date du 15 janvier 1951, l’impôt dû par les hommes de 18 à 50 ans fut porté à 40 francs, mais la rareté du coprah impliquait aussi la rareté de l’argent dans l’île et les recettes du budget du Protectorat étaient limitées, d’autant que les deux maisons de commerce – la scie-Lavoix (gérée par Michel Bernast) et la maison Ballande (gérée par Benjamin Brial) – n’avaient pas payé d’impôt depuis plus de deux ans, et le Résident ne disposait d’aucun moyen de pression pour les obliger à payer leurs patentes ou les taxes sur les importations.

42Aussi, les travaux avançaient-ils au ralenti tant à cause du manque d’argent que de la rareté des liaisons maritimes qui rendaient difficiles tous les approvisionnements. Le premier bateau de l’année 1951, le 19 avril, arriva à Mata’utu sept mois après le précédent (septembre 1950).

43À l’exception du Palais royal, de l’hôpital de Mata’Utu (construit en 1935 à l’initiative du docteur David), et de quelques constructions à Lano, les bâtiments de l’île et notamment les logements des fonctionnaires étaient des baraques en bois, y compris la Résidence de France. Toutefois, au cours de son séjour, M. Cresson put remplacer progressivement les planches par des murs en briques et fit réaliser un sol en dur.

44La jeep du Résident ainsi que « le » camion administratif fonctionnaient tant bien que mal, sans frein, ce qui avait provoqué en peu de temps trois accidents ; « le » camion de la mission était dans le même état.

45Le groupe électrogène commun à la Résidence et à la poste tombait en panne régulièrement, rendant impossibles souvent pendant plusieurs jours les liaisons radio avec l’extérieur (Futuna et Nouméa).

46Seul, le domaine de la santé fut un sujet de satisfaction pour le Résident : une sensible amélioration de la situation se produisit en 1951, d’abord avec l’arrivée au mois d’avril du médecin-lieutenant Touzé, chirurgien, qui pratiqua des interventions que ne faisait pas son jeune prédécesseur, puis avec l’installation d’un appareil de radiologie à l’hôpital, financé par la fondation Lepers Board de Nouvelle-Zélande. Enfin, les travaux réalisés au dispensaire de Mua, district le plus peuplé, permirent de l’utiliser comme maternité. L’inauguration eut lieu le 1er février.

47Parmi les maladies les plus courantes, le médecin cite la tuberculose (environ 30 % de la population) et l’éléphantiasis (une centaine de cas). La lèpre est aussi présente et les personnes atteintes de cette maladie sont mises à l’écart sur l’îlot de Nukuatea.

48Le manque de liaisons maritimes entraîne aussi de longues ruptures de stocks de médicaments…, on note des épidémies de grippe à l’arrivée de chaque bateau. Au mois d’avril 1951 notamment, « l’une de ces épidémies a provoqué dix-sept morts à Wallis et probablement autant à Futuna ».  

49Sur le plan social, le mois de mai connut sans doute la première grève (1/2 journée ) à Wallis à l’instigation du gouvernement wallisien et celle des travailleurs revenant de Nouvelle-Calédonie mais aussi avec les encouragements du technicien radio PTT-météo, M. Baillet. Des employés de l’administration cessèrent le travail en réclamant une augmentation de salaire : Les tarifs étaient alors de 30 francs la journée pour un manœuvre alors qu’en Nouvelle-Calédonie un manœuvre était payé de 120 à 150 francs. M. Cresson, qui était conscient du bas niveau des salaires, dut devancer la date de mise en application des augmentations qu’il avait programmées pour le second semestre, et le travail reprit l’après-midi même. Il faut rappeler que les travailleurs étaient payés depuis seulement un an, à la suite du voyage à Wallis, au mois d’avril 1950, du gouverneur Cournarie. Auparavant, les travaux collectifs, ceux notamment entrepris depuis le séjour du docteur David (1933-1938), n’étaient pas rémunérés.

50Dans le domaine de l’enseignement, la bonne volonté des sœurs et des monitrices dont la plupart n’avaient aucune formation, ne suffisait pas à donner à l’enseignement un niveau satisfaisant. Les moyens financiers octroyés à la Mission catholique étaient très limités. Dans les trois districts de l’île, l’enseignement se faisait en wallisien et seuls les meilleurs élèves, ainsi que ceux de Futuna qui étaient envoyés comme internes à « l’école supérieure » de Malaetoli, pouvaient apprendre le français. De là, seuls les trois ou quatre meilleurs pouvaient continuer des études en Nouvelle-Calédonie.

51Fait divers : au mois de juin, un Catalina, probablement d’origine anglaise, amerrit devant Malaetoli, près de l’ancienne hydrobase des Américains. Il ne se laissa pas approcher et repartit environ une demi-heure plus tard en survolant le lagon tout le long de la côte Est en direction du nord. Peu de temps après, un bâtiment de guerre passa au large, à l’extérieur du récif, naviguant dans la même direction.

52À Futuna, une crise royale éclata à Alo au mois de novembre, pour des motifs futiles, à l’instigation de jeunes contestataires ayant vécu en Nouvelle-Calédonie. Le Tuiagaifo, Silisio Katea, fut destitué mais deux prétendants s’opposèrent pour le remplacer : Alosio, présenté par la chefferie traditionnelle, et Petelo Talae qui avait vécu de nombreuses années à Nouméa, préféré par les jeunes. Ces derniers ayant brûlé plusieurs paito (falés cuisine), le nouveau Résident, M. Desjardins, qui n’avait pris ses fonctions que depuis le mois de septembre, demanda des renforts militaires et un bateau de guerre pour se rendre à Futuna régler la crise. Le Tiare étant indisponible, il obtint toutefois le renfort d’une dizaine de militaires de Nouméa conduits par le capitaine Rabany qui embarquèrent sur le Néo-Hébridais – bateau de commerce qui assurait alors la desserte des îles. Après un détour par Mata’utu où il embarqua le Résident, M. Folie Desjardins, et une dizaine d’auxiliaires de Gendarmerie, il accosta à Sigave le 19 décembre.

53C’est donc une vingtaine de militaires qui débarquèrent à Sigave pour se rendre à Alo le 20 où deux journées de palabres et quelques démonstrations de force furent nécessaires pour ramener le calme. Plusieurs points de discussion trouvèrent accord :

  • le nouveau Roi ne sera aucun de ceux qui ont participé au coup de force.

  • les ministres seront choisis pour moitié par le nouveau Roi, moitié par ses opposants.

  • une dizaine de jeunes d’Alo pourront partir par ce bateau-même à destination des Nouvelles-Hébrides : le Délégué – le révérend père Cantala – s’opposait alors catégoriquement au départ des jeunes, en accord avec le Résident, car ils représentaient une main d’œuvre utile pour le ramassage du coprah.

54Le lendemain soir, 21 décembre, un consensus se fit pour la désignation de Lolesio Faletuuloa qui, aussitôt, fut intronisé dans les fonctions de Tuiagaifo.

55Les deux ex-prétendants au trône furent embarqués immédiatement sur le Néo-Hébridais, tenus éloignés de Futuna pour trois mois, Alosio pour soigner à Mata’Utu son éléphantiasis, Petelo « pour être employé soit chez un commerçant soit à défaut aux Travaux publics ».

« La cause profonde de ces événements, écrira le Commissaire général dans un rapport au ministère, semble résider dans le désir de la population de se soustraire à l’autorité d’un gouvernement qui accepte trop facilement les anciennes méthodes instituées par la Mission… La solution qui consiste à confier au missionnaire catholique les pouvoirs administratifs présente de graves inconvénients. Le moment semble venu de l’abandonner. » (Gildas Pressensé, d’après les archives de l’Administration supérieure, VP – octobre 2005)

Notre commentaire

56Ces notes de synthèse de l’année 1951 donnent une claire idée du traitement récapitulatif des informations tel que pratiqué par Gildas Pressensé. Rapportée au tableau chronologique (présenté en extraction 1 plus haut), la version rédigée, même dans sa version provisoire (VP d’octobre 2005), s’intéresse à une large gamme d’événements qui ne se limitent pas à la sphère politique, mais s’étendent aussi au secteur économique, social, religieux, éducatif et culturel. L’exemple de l’année 1951 est représentatif du canevas généralement appliqué à l’exposé des faits d’une année. Celui-ci débute par l’évocation du contexte général (ici le départ du dernier détachement américain de la guerre du Pacifique 1941-1945), enchaîne sur les nouvelles de l’administration, retient la situation phytosanitaire alarmante des plantations de cocotiers infestées par l’Oryctès rhinocéros, précise l’état des liaisons maritimes (les liaisons aériennes étant encore inexistantes), dresse l’état sanitaire général prévalant dans le territoire, évoque celui de l’enseignement, avant de conclure sur les circonstances de la destitution de Tuiagaifo à Futuna et des troubles occasionnés par cet événement. Certaines données font l’objet de traitements thématiques spécifiques. Il existe ainsi un fichier spécifique récapitulant l’histoire des liaisons aériennes à Wallis et Futuna (notre extraction 12).

Extraction 12 – Histoire des liaisons aériennes à Wallis-et-Futuna

1955

57Autre chantier important : le défrichement des anciens terrains d’aviation ; les travaux auraient dû s'achever avant la fin de l'année mais le médecin-résident (le médecin commandant Bernard Heinz) eut le tort de payer la totalité des travaux avant leur réalisation complète et, au mois de décembre, le travail n’était pas achevé.

1956

58Liaisons aériennes. La piste de Hihifo ayant été entièrement débroussaillée, une première liaison aérienne avait été prévue au mois de mars mais, sans doute en raison du changement de Haut-Commissaire en Nouvelle-Calédonie, elle ne se fera que le 16 décembre avec un DC3 de la T.A.I… sur l'aérodrome de Lavegahau. Le haut-commissaire, M. Grimald, arrivé 48 heures plus tôt à bord du Vulcain, bâtiment de la Marine nationale, assista à l'atterrissage de ce vol expérimental. Aucun appareil ne s’était posé à Wallis depuis le départ des Américains en 1946, à l’exception d’un avion spécial affrété par une société française, la « Trapas » en 1947.

Décembre

5914 : Arrivée du haut-commissaire à Wallis puis à Futuna (le 18) à bord du Vulcain, de la Marine nationale.

6016 : (dimanche) Après neuf ans sans avion, atterrissage à Lavegahau du DC3 de la T.A.I. en présence du haut-commissaire.

1957

61Liaisons aériennes. À Wallis, la rareté des liaisons maritimes a été compensée par l’ouverture d’une liaison aérienne régulière à compter du 3 mars, liaison d’abord tous les deux mois mais rapidement devenue mensuelle. Une radio-balise avait été installée (les fils d’antenne reliaient la poste au sommet de la cathédrale) permettant l'établissement de liaisons radio avec l’aéroport de Fidji ainsi qu’avec les avions survolant les îles. Elle permit surtout une meilleure qualité des communications téléphoniques avec Nouméa.

Mars

623 : Arrivée du DC3 de la TAI (premier vol régulier). Commandant de bord : M. Allais. Une liaison avec Nouméa est prévue tous les deux mois.

Mai.

636-7 : DC3 Avion TAI - Arrivée nouveau gendarme en renfort pour Wallis (Couturier).

Juin.

6417-18 : DC4 TAI (premier DC4) en provenance de Pago-Pago.

Juillet

659 : Avion

Août

6626 : Arrivée Damadora à Wallis. Résident Wallis à Haussaire Nouméa : « déchargement Damadora s'effectue normalement malgré wagonnets neufs inutilisables car ne correspondant pas à voie ferrée 60 cm dimension donnée par moi même dans conversation téléphonique stop Damadora, d'après capitaine Courtois, espère quitter Wallis samedi soir ou dimanche 1er septembre et quitter Futuna mercredi 4.

67Même jour…DC3 TAI.

Septembre

682-3 : Avion – Départ M. et Mme Trigalleau.

695 : Damadora quitte Sigave avec 335 T de coprah. Le lendemain le capitaine signale par radio… une passagère clandestine à bord.

70Six enfants clandestins signalés le surlendemain.

71Tg [télégramme] de RW [Résident de Wallis] à HN [?] : « Six enfants embarqués clandestins à Futuna sur bateau avec complicité famille, roi et chefs Sigave et personnel bateau Stop demande retour à Futuna enfants avec leurs parents à titre d'exemple sinon davantage prochain bateau ».

7215-16 : Avion supplémentaire.

Octobre

731er :Alors que le Résident est à Nouméa : Kivalu et Pelenato (ancien Roi) avec 200 de leurs partisans se rendent au palais royal pour demander à la reine de démissionner. Situation tendue : les partisans de la Reine et ses opposants sont à peu près en nombre égal.

747-8 : DC3 TAI

7516 : Grand fono à la Résidence avec le père Mansion, la Reine et ses ministres et les opposants. Un accord est trouvé : la Reine reste à son Palais et le Premier ministre remet sa démission. Pelenato se porte garant pour maintenir le calme à Mua.

76Le Résident accepte de ne reconnaître la démission du Premier ministre « que lorsque l'ordre complet régnera et tous engins explosifs (récupération munitions américaines immergées ou enterrées en grande quantité après la guerre) seront rapportés à la Résidence ».

77Société Générale Entreprise de Nouméa demande embarquement 15 travailleurs par prochain bateau « pour travail carrière ou montage ». Lieu de destination : Yaté.

Novembre

783-4 : Avion – À bord, Cohic, entomologiste « avec insectes vivants en provenance de Madagascar pour lutte contre rhinoceros ».

798-13 : Escale Lancaster – Mission M. Pons, envoyé spécial Haussaire.

80Tg [télégramme] de DF [Délégué de Futuna] à RW [Résident de Wallis] : « les mandats portent un grave préjudice à la production du coprah ». Conséquence : les bateaux se font plus rares, il suggère que « les commerçants subventionnent navire si nécessaire afin de faire venir bateau et éviter disette stop hausse prix toutes les marchandises obligerait population à travailler davantage ».

Notre commentaire

81Cette dernière extraction donne un exemple de récapitulation thématique spécifique dans le traitement des événements qui se sont déroulés sur la période 1951-2000. Il s’agit d’une sélection d’informations brèves relatives au domaine du transport aérien, présentées dans l’ordre chronologique et permettant de se faire une idée rapide et en quelque sorte panoptique sur l’évolution de ce secteur d’activités. Ici, Gildas Pressensé rappelle la remise en état des terrains d’aviation construits par l’armée américaine pendant le deuxième conflit mondial et abandonnés après leur départ. Il récapitule ensuite les grandes dates du lancement des vols réguliers, inaugurant ainsi la récente histoire de l’aviation civile à Wallis-et-Futuna : 1957 pour la première et 1970 pour la seconde.

82Il existe de même un fichier sur les mouvements migratoires vers les Nouvelles-Hébrides et la Nouvelle-Calédonie. Qu’il s’agisse de fichiers thématiques ou de notes de synthèse,il est certain que l’ensemble du travail mérite sans aucun doute d’être publié un jour. Les notes de synthèse, en particulier, représentent plus qu’une chronique, car elles sont une histoire savamment construite et consignée dans les règles de l’art et d’une documentation rigoureusement constituée.

Et que se passe-t-il depuis l’année 2000 ?

83Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il est intéressant de savoir que Gildas Pressensé n’a pas renoncé à tenir ses fichiers informatiques à jour depuis l’an 2000. Un autre fait vient définitivement renforcer le dispositif de sauvegarde des archives des îles Wallis-et-Futuna : c’est l’archivage audio-visuel effectué par la station de radio et de télévision du service public rfo mis en service à Wallis et à Futuna. Depuis l’année du lancement de la station radio à Wallis (1979), les enregistrements sonores des grandes fêtes locales sont systématiquement conservés. Et depuis l’an 2000 les journaux télévisés de rfo Wallis-et-Futuna sont disponibles sur Internet (du moins la version française du jt quotidien de 19h30, heure locale). Sur ce point, les nouveaux potentiels en ressources d’archives ne concernent plus seulement la seule collectivité territoriale de Wallis-et-Futuna, mais intéressent de nombreux territoires et terrains de recherche sur les cinq continents. On considérera que le cas des archives de Wallis-et-Futuna est susceptible de faire école.

84En ce qui regarde la collectivité territoriale de Wallis-et-Futuna, la consultation des archives administratives a déjà commencé à alimenter substantiellement des travaux de recherche portant sur son histoire immédiate (Favole, 2000 ; Angleviel, 2006 ; Lotti, 2008). J’ai aussi signalé un article en préparation sur les continuités et ruptures dans les questions de successions royales à l’île ’Uvea, sujet de pleine actualité sur le plan local. À la faveur de ces recherches bien circonstanciées et encore mieux documentées, on ne manquera pas de prendre progressivement la pleine mesure de ce qu’il faudra bien appeler un jour par son nom : « Base de données Gildas Pressensé » (bdgp). Ce sera le moment où l’on reconnaîtra que cette base mérite d’être pleinement opérationnelle non seulement à Wallis-et-Futuna, mais – comme le suggère une expression couramment reprise par les chants wallisiens – dans le « grand intervalle ».

Haut de page

Bibliographie

Angleviel Frédéric, 2006. Comment le protectorat est devenu un tom, Journal de la Société des Océanistes 122-123 : Spécial Wallis-et-Futuna, H. Guiot et I. Leblic (éds), pp. 61-76.

Favole Adriano, 2000. La royauté oscillante. Ethnographie et histoire de la cérémonie d’investiture du Tu’iAgaifo d’Alo (Futuna), Journal de la Société des Océanistes 111, pp. 195-218.

Likuvalu Apeleto, 1977. Intronisation de Tuiagaifo à l’île Futuna en 1974, Journal de la Société des Océanistes 56-57, pp. 219-220.

Lotti Allison, 2008. Le statut de 1961 à Wallis-et-Futuna : genèse de trois monarchies républicaines (1961-1991), doctorat d’histoire, université Montaigne Bordeaux 3.

Mayer Raymond et Malino Nau, 1982. Talatuku o le Puke ou ethnopolitique de l’île Futuna, Pacific Studies 10, Helsinki, pp. 23-32.

Poncet Alexandre (Mgr), 1972. Histoire de l’île Wallis. Le protectorat, Paris, Société des Océanistes, Publications de la Société des Océanistes 23.

O’Reilly Patrick (rév. père), 1963. Chronologie des îles Wallis-et-Futuna, Journal de la Société des Océanistes xix, pp. 12-46.

Iconographie, filmographie et vidéographie

Bishop Museum, Honolulu, 1944. Album de photos sur Wallis léguées par Alexis Bernast.

Pressensé Gildas, 1967-2000. Un millier de diapositives et/ou de photographies couleur.

Siffert Étienne (rév. père), 1972. Films super8 sur Wallis-et-Futuna, en copie au musée du quai Branly, Paris.

Site internet http : rfo.fr (depuis 2000)

Mise en ligne du Journal télévisé quotidien de Wallis-et-Futuna, diffusé par la station rfo de Wallis à 19 h 30 (environ 20 mn). Archivage à l’ina (Brie-sur-Marne, France).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Le classement des archives administratives de Wallis-et-Futuna (1951-2000) de Gildas Pressensé », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 305-322.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Le classement des archives administratives de Wallis-et-Futuna (1951-2000) de Gildas Pressensé », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 25 juin 2009, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://jso.revues.org/5968

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page