Navigation – Plan du site
Actualités et Actes de la Société

Cinéma des Océanistes

p. 359-360
  • 1  Production Luna Blue film (Bruxelles) et Mouvement (France) avec l’aide de la rtbf (télévision bel (...)

Le Cinéma des Océanistes a repris ses séances le 1er octobre 2009 à 18 heures avec la projection du film d’André Iteanu et d’Eytan Kapon (France, 2009) : Reviens demain1.

Image1

Sept ans après le tournage de Lettre aux morts, ce film renoue avec les trois amis d’enfance, l’avocat, le prêtre et le traditionaliste qui souhaite se lancer dans le « business », sur le thème de la politique, à l’occasion de la campagne pour les élections parlementaires de 2007 en Papouasie Nouvelle-Guinée.

Sur fond de rivalités anciennes, le film a pour ambition de montrer que, pour les Orokaivas, la politique n’est pas une chose froide mais un objet investi d’espoir où l’on se jette à corps perdu. La mise en œuvre du processus démocratique soulève de nombreuses interrogations pour eux : pourquoi et comment voter ?

Une trentaine de personnes2 ont assisté à cette séance. Le débat qui a suivi la projection a été animé, en plus des deux auteurs, par Florence Brunois, Philippe Peltier et Isabelle Leblic, à propos notamment de l’implication de l’ethnologue sur son terrain, qui est une des forces de ce très beau film.

Programme des séances à venir

• Jeudi 3 décembre 2009, à 18h

Image2Image3

  • 3  Prix Bartok de la société française d’ethnomusicologie (28e Festival international Jean Rouch 2009 (...)

Le salaire du poète3, un film d’Éric Wittersheim (France, 2008, documentaire, 59', vostf)

avec le soutien du ministère de la Recherche, du lacito cnrs et du Pacific Islands West Center (Honolulu).

Pour la première fois depuis des années, sur la petite île de Motalava, tout au nord du Vanuatu, un nouveau chant épique sera écrit dans la langue des ancêtres, – la langue du dieu Quat – et entrera dans la coutume. Ce qui est plus surprenant, c’est que ce chant est écrit en l’honneur d’un Blanc, un jeune linguiste français adopté par une famille de l’île et que tout le monde appelle familièrement « Alex ».

Pour assister à la cérémonie d’inauguration du chant, Alex arrive dans l’île avec sa femme, ses deux enfants et une collègue ethnomusicologue. Mais une fois sur place, tout ne s passe pas exactement comme prévu…

La projection sera suivie d'un débat en présence de l’auteur et d’autres personnalités.

• Jeudi 4 février 2010, à 18h

Image4Image5

Les Rapa Nui ont fait un rêve…, un film de Gérard Bonnet et Philipe Ray (France, 2004, documentaire, 52').

L’île de Pâques est isolée au milieu de l’océan Pacifique, à 4 000 km des côtes sud-américaines. Elle est célèbre pour ses mystérieux Moaïs, ces statues géantes parsemées autour de l’île. Localement, on l’appelle Rapa Nui, qui signifie grande brillance, ou Tepito O Te Henua, le nombril du monde.

Tous les livres d’histoire décrivent une civilisation disparue au xixe siècle. Pourtant, il existe un peuple natif de l’île : les Rapa Nui. La famille Hucke Atan de Tehoe Manu est sa descendance directe. Ce clan d’irréductibles livre sa version de l’histoire du peuple Rapa Nui…

La projection sera suivie d'un débat en présence des auteurs, de Cathy et Michel Orliac et d’Isabelle Leblic

• Jeudi 8 avril 2010, à 18h

Les voyageurs de La Korrigane sur la piste des « Arts premiers » (52’, version dvd rmn, français et anglais), une production Dokumenta : Jeanne Charuet, réalisateur et auteur : Jean-Paul Fargier, conseiller scientifique : Christian Coiffier, musique : Jérôme Bourdellon, dessins originaux : Régine van den Broek.

Le voyage de La Korrigane dans les mers du Sud (1934-1936) est devenu mythique. Entrepris par cinq jeunes gens de bonne famille, épris d’exotisme mais désireux d’être utiles à la science, c’est la dernière expédition ethnologique française qui peut prétendre avoir ramené des divers territoires océaniens une aussi complète collection d’objets (plus de 2 500) encore authentiques. Les plus intéressants ont été présentés au public lors d’une exposition inaugurée le même jour que le nouveau musée de l’Homme en 1938. Huit cents d’entre eux sont aujourd’hui à l’honneur au musée du quai Branly.

Le cinéaste Jean-Paul Fargier et l’ethnologue Christian Coiffier ont refait en partie ce voyage en 2005 pour en mesurer la richesse. On les voit dans ce film revenir en pirogue dans les régions les plus reculées visitées par les Korrigans, comme sur les rives du Moyen-Sépik (Papouasie Nouvelle-Guinée). Ils retrouvent les descendants des artistes et des artisans qui ont vendu leurs œuvres aux jeunes Français soixante-dix ans auparavant. Les Papous n’ont rien oublié. L’art vibre comme aux jours anciens et ses raisons s’éclairent de l’autre côté du mythe.

La projection sera suivie d'un débat en présence des auteurs et de Christian Kaufman.

• Jeudi 3 juin 2010, à 18h

Ouvéa 2004, le développement pour l’indépendance ?, de Mathias Faurie

Ce film propose un état des lieux, en 2004, sur ce qui a été fait, ce qui marche et ce qui bloque depuis les événements que l’île d’Ouvéa a connus en avril et mai 1988. Il pose la question de savoir si le développement et le rééquilibrage annoncés ont été suivis d’effets et si les populations locales ont ou non joué le jeu ? Et dans les cas où cela s’est produit, on peut se demander si cela sert l’independance ! Enfin, le film revient sur ce qu’en pensent les différents acteurs et les habitants ?

La projection sera suivie d'un débat en présence de l’auteur, de Walles Kotra, Mehdi Lalloui et d’Isabelle Leblic

Notes

1  Production Luna Blue film (Bruxelles) et Mouvement (France) avec l’aide de la rtbf (télévision belge) et de France Ô.

2  Une erreur d’annonce dans le programme du musée du quai Branly a fait qu’un certain nombre de personnes sont venues à 16h30 au lieu de 18h et ne sont pas revenues à la bonne heure. Nous nous en excusons auprès d’eux.

3  Prix Bartok de la société française d’ethnomusicologie (28e Festival international Jean Rouch 2009).

Haut de page