Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Journeys Towards Progress. Essays of a Geographer on Development and Change in Oceania de Ray Watters

Raymond MAYER
p. 342-344
Référence(s) :
Watters Ray, 2008. Journeys Towards Progress. Essays of a Geographer on Development and Change in Oceania, Wellington, Victoria University Press, 303 p., avant-propos et postface, bibliogr., index, 5 cartes, cahier de 12 photos N&B et cahier de 12 photos couleur.

Texte intégral

1Ce livre ravira les anthropologues du développement. D’autant qu’il a été écrit par un géographe ! Au terme d’une carrière bien remplie, l’auteur, géographe retraité de l’université Victoria de Wellington, revient sur les principales étapes de son itinéraire professionnel qui correspondent à autant d’expertises de plans de développement sur des terrains océaniens, expertises effectuées à la demande de l’Administration coloniale et postcoloniale britannique. On pourrait s’attendre à un simple discours de légitimation des actions conduites pendant trente ans de vie active, mais le résultat va heureusement au-delà de la rhétorique d’autosatisfaction. C’est bien pour cela qu’il nous intéresse. Les mises en œuvre pragmatiques appellent un minimum de réflexivité. C’est ce qui leur confère, à mon sens, un intérêt élargi par rapport aux questions rétrospectives et prospectives de l’Océanie insulaire. Engageant l’autobiographie dans une entreprise autocritique que le lecteur ne manquera pas d’apprécier, le livre ouvre toutes grandes les portes des questions cruciales du « développement des îles » traduites en termes de plans habituellement exogènes.

2Fondée sur une sélection d’articles et d’extraits d’ouvrages publiés antérieurement, l’autobiographie est construite en cinq étapes géographiques (Fidji, Kiribati, Nouvelle-Bretagne, Vanuatu, Cook)  qui sont tout à la fois des étapes chronologiques (de 1958 à 1989), des étapes professionnelles (expertises, enseignement et recherche) et des étapes théoriques (modélisations du développement), ou du moins des réflexions frappées au coin du bon sens sur les expériences positivement ou négativement concluantes. Chaque étape est soulignée par une carte (que l’on pourra paradoxalement juger « minimaliste », venant de la part d’un géographe), par des photographies prises par l’auteur (au total, douze en noir et blanc, et douze en couleur), et des tableaux récapitulant les données quantitatives utiles. D’habitude, nous avons des travaux d’anthropologues fréquentant quelques notions de géographie. Ici nous avons la position inverse d’un géographe se rapprochant sérieusement de travaux d’anthropologues (notamment Firth, Sahlins, Bonnemaison, Geertz et Marcus).

3Après une introduction aux modèles théoriques exploités (du « mode de production villageois » au mirab), la première étape nous fait débarquer, en trois chapitres (chap. 5-6-7, pp. 94-154), aux îles Fidji, bien avant l’indépendance de 1970, puisque l’auteur se trouve dès 1958 dans le village de Nalotawa, dans l’île principale de Viti Levu, pas très loin de l’actuel aéroport international de Nadi, l’incontournable carrefour aérien du Pacifique-Sud où à peu près tout le monde a fait au moins escale. L’auteur y est envoyé à cette époque en qualité de chercheur en géographie appliquée. Il en fera le premier volet d’un triptyque construit de manière contrastive entre un village « traditionnel » – presque l’idéal-type du village colonial – qu’il opposera d’une part à une localité qui s’industrialise dans le contexte des plantations de canne (Sorolevu, où la main-d’œuvre indienne transférée par la puissance coloniale s’impose par sa masse et sa nouvelle autonomie sur un terrain qui ne lui appartient pas) et qu’il confrontera d’autre part à une économie prédatrice des ressources naturelles mesurées à l’aune des critères écologistes plus récents : déforestation, assèchement, bouleversements environnementaux. Il reprend l’analyse de situation là où sa thèse soutenue à Oxford l’a laissée, sous le titre qui fleure bon le titre fondateur de Raymond Firth Social change at Tikopia et qui est devenu ici Koro : Economic Development and Social Change at Fiji (1969). L’analyse se faisait visiblement dans un contexte colonial encore intact, et les étapes suivantes de l’auteur vont nous entraîner dans des projets post-indépendantistes, dont il est intéressant de mesurer les contrastes d’avec l’étude fidjienne de référence.

4Trois chapitres plus tard (chapitres 9-10-11), la deuxième étape nous installe aux îles encore appelées Ellice et Gilbert en 1971, quand l’auteur y débarque au terme de trois années passées dans les Salomon. Son projet est là aussi piloté par la puissance coloniale. L’étude porte le passage d’une richesse en foncier transmutée en richesse de production, où les concepts de « richesse en biens de subsistance » et « richesse en argent » sont totalement « entrelacés » aux dires de l’auteur (p. 163). « Bien que le concept traditionnel soit encore de la plus grande importance – et que la vraie richesse provienne de la possession des terres – il est rapidement évident pour tous que le nombre de palmes porteuses sur une parcelle de terre devient d’une importance décisive » (p. 163). Bref le passage à l’économie de marché est testé positivement aussi bien à Butaritari qu’à Abemama (chap. 10).

5Nouvelle étape de projet en Papouasie-Nouvelle-Guinée. L’intitulé du chapitre 11 « Cercle vicieux à Kandrian-Gloucester » donne le ton d’une expérimentation développementaliste qui tourne à l’échec. L’analyse de Ray Watters fait intervenir le défaut de voies de communication et symétriquement le faible intérêt local pour la production de cultures de rente afin d’expliquer les causes d’échec du développement. Il n’est pas certain que l’analyse serait partagée par des « experts » d’une autre discipline qu’économiste, ou par des consultants plus sensibles à des critères « endogènes » qu’exogènes. Comme on le verra, ce point rejaillit sur les questions de fond.

6Le contraste entre « indépendance, coutume et développement » revient dans le titre du chapitre 12 consacré à des projets qui ont pour terrain le Vanuatu à la charnière de son indépendance de 1978. Une fois encore, l’auteur est mandaté par le Ministère britannique du développement de l’outre-mer pour expertiser en 1977 les conditions du passage imminent à l’indépendance. Le rapport de type « développemental » vire de l’économie à la politique, car l’auteur est témoin des développements (en un autre sens) du mouvement Nagriamel de Jimmy Stevens. Il en tire profit pour analyser les composantes des partis politiques naissants en posant la question de savoir si leurs fondements sont politiques ou religieux (p. 238). Sans doute qu’une ethnographie plus académique lui aurait permis, là encore, d’aborder la question de manière –émique plutôt qu’-étique, et de façon « endogène » plutôt qu’« exogène ». Et de tirer des leçons de « développement politique moderne » sans qu’un autre type de modernité soit envisagé que celui de la modernité occidentale. Or des études sur l’obligation pour chaque tradition d’inventer sa modernité ont depuis lors largement balisé ce terrain, y compris sur le plan politique et en Asie (par exemple au Japon), pour que l’on ne se risque plus à procéder par comparaison simple avec le monotype occidental.

7Un dernier chapitre nous fait visiter quelques micro-États du Pacifique-Sud (Cook, Niue et Tokelau notamment, sous des statuts divers) et nous renvoie à l’acronyme de mirab (Migration-Remittances-Aid-Bureaucracy) qui est le modèle d’expertise économique qui a prévalu dans les États océaniens en remplacement de l’économie coloniale d’import-export antérieure. Cette abréviation qui signifie « émigration – transfert de fonds des émigrés – assistance – bureaucratie » est pour Ray Watters et pour d’autres chercheurs (Evans, 1999) l’un des sésames d’expertise des modèles de « développement » insulaire. Le livre fait bien de poser la question de conclusion (chapitre 14) : « A-t-on fait des progrès ? » Pour l’auteur, la réponse est mi-figue, mi-raisin, mais il se force à garder une attitude positive envers les principes directeurs de ses actions passées et de légitimer ce qui a été pour lui un succès personnel. L’âge et l’expérience aidant, il s’autorise même à juger de l’efficacité comparée du développement de pays ayant choisi l’indépendance intégrale (Samoa) et de celui d’autres (Cook par exemple) ayant opté pour des indépendances sous association avec l’ancienne administration coloniale (p. 314).

8Reste une question de fond, celle de l’idéologie du développement (Rist, 2001), qui se nourrirait autant des travaux de Jürgen Habermas, sur « l’idéologie de la technique » comme conditionnement d’un rapport de forces colonial et/ou postcolonial qui ne dit pas son nom, que de ceux d’un autre chercheur, d’ailleurs géographe comme Watters, qui annonce la « fin du mythe du développement » (François, 2003), autre manière d’avoir une position réflexive sur la question. Ray Watters consacre bien quelques lignes à « l’invention du développementalisme » (p. 40), mais son évocation s’arrête à l’inventaire de la trajectoire du phénomène sans aborder son évaluation critique proprement dite. Dès lors, toutes les critiques sur les plans de développement qu’il a conduits ne s’engagent que sur des questions de procédures en termes de succès et d’échec, mais sans remise en cause du concept lui-même. Cela dit, l’itinéraire autobiographique qu’il nous propose nous apprend à mesurer dans le détail sur le terrain les multiples facettes de chaque projet mené, ainsi que le bilan en quelque sorte « consolidé » de chacun d’eux. Et cela en soi vaut la lecture.

Haut de page

Bibliographie

François Alain, 2003. Le concept de développement : la fin d’un mythe, L’Information géographique 66, pp. 323-336.

Evans Mike, 1999. Is Tonga’s mirab economy sustainable? A view from the village and a view without it, Pacific Studies 22, pp. 137-166.

Rist Gilbert, 2001. Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de sciences po.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Journeys Towards Progress. Essays of a Geographer on Development and Change in Oceania de Ray Watters », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 342-344.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Journeys Towards Progress. Essays of a Geographer on Development and Change in Oceania de Ray Watters », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://jso.revues.org/5983

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page