Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Jahrbuch der Staatlichen Ethnographischen Sammlungen Sachsen sous la direction de Claus

Gilles Bounoure
p. 344-345
Référence(s) :
Claus Deimel (Herausg.), 2007. Jahrbuch der Staatlichen Ethnographischen Sammlungen Sachsen, Band xliv, Berlin, Verlag für Wissenschaft und Bildung, 240 p., nombreuses photos dans le texte, frontispice et 24 pl. d’illustrations hors texte.

Texte intégral

1Il n’est pas d’usage de traiter de périodiques dans cette rubrique, mais la publication dont il s’agit ici mérite une exception. En dépit de sa numérotation, elle porte un titre inédit jusqu’en 2007 : elle succède au prestigieux Jahrbuch des Museums für Völkerkunde zu Leipzig, dont la première livraison fut publiée en 1907, comme le rappelle au dos du présent volume Claus Deimel, directeur de ce musée. Le dernier numéro de ce Jahrbuch du musée de Leipzig, Band xlii , ayant été édité en 2004, on comprendra que la date de parution – 2007 – assignée à ses deux successeurs est une aimable fiction, destinée à mieux marquer ce centenaire tout en faisant connaître les efforts de réorganisation et de modernisation des musées d’ethnographie saxons, avec la mise en commun de leurs moyens et par conséquent de leurs publications. De fait, le nouveau Jahrbuch, Band xliv, qui est parvenu à la rédaction du jso en mai 2009 et dont il s’agit ici, porte la date de 2007 sur sa couverture, tout comme le volume 43 paru en 2008 chez LIT Verlag à Berlin.

2Comme par le passé, cette livraison s’intéresse à divers continents, à diverses époques, à divers sujets ethnographiques ou ethnologiques… et cette variété n’est pas moins riche d’enseignements que les dossiers thématiques développés dans nombre de publications de ce type. Par exemple, l’article que consacre Carola Krebs, la conservatrice des collections du Sud-Est asiatique à Leipzig, à « Radcliffe-Brown, Chicago und die Andamanen » (pp. 13-30) devrait intéresser tout ethnologue (fût-il océaniste et ici hors de son « domaine de compétence ») curieux de voir ce grand nom de l’anthropologie sociale britannique à la fois « sur le terrain » et s’efforçant de perfectionner ses idées et ses méthodes. S’agissant des musées de Dresde et de Leipzig, aux collections océaniennes incomparables (et moins endommagées par les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale qu’on ne l’a estimé longtemps), les travaux de réorganisation et même de reconstruction (pour le second) ne peuvent laisser indifférent. Ils sont évoqués en tête et en fin de volume, où l’on trouve également une réflexion de portée générale (« Haben Völkerkundemuseen eine Zukunft ? », pp. 195-204), sous la plume de Wulf Köpke, qui dirige le musée d’ethnographie de Hambourg depuis 1992 et dont l’expérience est probablement sans équivalent aujourd’hui.

3Pour l’Océanie elle-même, à côté des utiles rapports de la conservatrice de ce département à Leipzig, Marion Melk-Koch, il faut avant tout retenir le bref mais dense article que consacre Hans Fischer à la poterie des Wampar, jadis connus sous le nom de Lae-Womba (« Töpfe und Scherben. Prozesse der Aufgabe, Übernahme, Abgrenzung und Vereinheitlichung in Papua New Guinea und die ethnographische Wahrnehmung », pp. 99-129). Illustré de trente photographies, de cartes et de relevés de motifs et de formes, il complète les nombreux travaux consacrés par cet ethnologue aux habitants du bassin moyen de la Markham, dans la province de Morobe (à propos de ce type d’objet et de production, voir notamment Fisher,1963 : 66-67 ; 1968 : 311 ; 1978 : 348, index, s.v. Topf). Le grand intérêt de cette étude, impossible à résumer ici, tient à la fois aux objets qu’il envisage et dont l’importance est mieux reconnue aujourd’hui qu’il y a quelques décennies, et à son esprit « pluridisciplinaire » caractéristique de la « vieille école » allemande, qui croise les angles de recherche et touche de la sorte un plus grand nombre de lecteurs.

4Tout en livrant une description concise de la production céramique des Wampar et de leurs proches voisins, avec de précieuses investigations sur le symbolisme des motifs mis en œuvre (pp. 111-117), Hans Fischer l’insère dans un exposé historique situant remarquablement bien ce peuple « austronésien » dont les voisins, au nord, au sud et à l’ouest, parlent des langues papoues. S’appuyant largement sur la littérature antérieure (dont les rapports des premiers missionnaires qu’il avait si attentivement étudiés et publiés dans ses publications précédentes), il souligne les principaux effets des changements culturels et matériels survenus dans cette vallée, non seulement depuis son premier séjour du printemps 1958, mais même depuis les premiers contacts avec les Blancs venus chercher de l’or puis l’installation d’une mission luthérienne en 1911. C’est néanmoins l’attention qu’il porta en 1965 à des tessons semi-enterrés dans un jardin wampar, comme il en avait trouvé en 1958 chez les Watut, qui conduisit ses informateurs à les attribuer soit à des ancêtres reculés, soit à des êtres humains disparus mais aux esprits toujours redoutables, et l’amena finalement lui-même à cette recherche. Il y rassemble ses observations personnelles et celles de chercheurs plus récents, les données disponibles dans les collections des musées allemands, et avance (pp. 126-127) de très importantes hypothèses sur la diffusion de la poterie dans cette région, laissant entrevoir des échanges de nombreux autres éléments de culture, particulièrement avec les Anga et les Adzera. Les cinq observations de méthode concluant l’article sont évidemment à lire, venant d’un savant si distingué, et qui signe là une étude exemplaire de densité et d’intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Fischer Hans, 1963. Watut. Notizen zur Kultur eines Melanesier-Stammes in Nordost-Neuguinea, Braunschweig, Albert Limbach Verlag.

—, 1968. Negwa. Eine Papua-Gruppe im Wandel, München, Klaus Renner Verlag.

— (Hg.), 1978. Wampar. Berichte über die alte Kultur eines Stammes in Papua New Guinea, Bremen, Im Selbstverlag des Übersee-Museums.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Jahrbuch der Staatlichen Ethnographischen Sammlungen Sachsen sous la direction de Claus », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 344-345.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Jahrbuch der Staatlichen Ethnographischen Sammlungen Sachsen sous la direction de Claus », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/5984

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page