Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854. Anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin fondateur de la Société de Marie pendant son généralat sous la direction de Charles Girard

Gilles Bounoure
p. 348-350
Référence(s) :
Charles Girard (éd.), 2008. Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854. Anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin fondateur de la Société de Marie pendant son généralat, avant-propos de l’éditeur, préface de Claude Prudhomme, introduction historique de Claire Laux, Paris, Karthala, collection Mémoire d’Églises, 760 p., annexe, index biographique et onomastique, bibliogr., environ 50 illustrations couleur hors-texte.

Texte intégral

1Ce fort volume vient en héraut ou en avant-garde d’une troupe plus impressionnante encore, la publication des « 1 365 lettres reçues d’Océanie par l’administration générale des pères maristes entre 1836 et 1854, qui paraîtront bientôt en dix volumes » par les soins du même éditeur, selon les propres termes de son annonce. On ne peut qu’applaudir à la publication de telles archives, non seulement « déclassifiées », mais surtout ouvertes au tout-venant des lecteurs. On en espérerait autant d’autres institutions, dépositaires d’observations non moins précieuses sur l’Océanie de cette période. Fallait-il attendre le moment de disposer de ces dix volumes ou l’occasion de consulter des échantillons représentatifs de ces documents aujourd’hui conservés à Rome pour signaler la présente anthologie ? Faute de moyens ou d’espace, nombre de bibliothèques et maints chercheurs pourraient être contraints de s’en tenir à ce seul volume annonciateur, et c’est ce qui le fait décrire dans cette rubrique, indépendamment et sans préjuger de ses suites promises.

2S’ouvrant sur un impressionnant « comité de parrainage » international rassemblant des personnalités du monde politique, diplomatique, scientifique et ecclésiastique (deux cardinaux, plusieurs évêques), cette anthologie a bénéficié du soutien, sinon de l’imprimatur, de deux organismes missionnaires et du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (credo) de Marseille. Comme le précisent l’éditeur (p. 11) et le préfacier (p. 15), c’est seulement « dans l’édition intégrale en dix volumes » qu’on trouvera « annotations scientifiques et apparat critique », le présent volume, « à destination d’un public plus large » (p. 11), ne comportant que des notices réduites au minimum. Les lettres choisies, de caractère varié, requêtes, rapports officiels, courriers entre confrères ou parents, sont ordonnées selon un plan à la fois historique et géographique (« Le grand départ : 1836-1838 », « La Nouvelle-Zélande » de 1837 à 1853, « Wallis et Futuna » de 1838 à 1854, « Les archipels polynésiens » Tonga, Fidji, Rotuma, Samoa de 1843 à 1855, la « Mélanésie » insulaire, « La Nouvelle-Calédonie » de 1843 à 1854) avec une bibliographie par chapitre et par archipel (mais qui manque pour la Mélanésie insulaire et particulièrement les îles Salomon, où il était au moins facile de citer les ouvrages de Verguet et de Monfat ; on s’étonne aussi de voir mentionnée la thèse inédite de Claire Laux (Bordeaux, 1998) et non la synthèse qu’elle en a publiée en 2000, etc.).

3Utilement munies d’une brève présentation, d’un numéro d’ordre renvoyant à l’édition complète, d’indications sur leur pagination originale et les coupes parfois pratiquées par l’éditeur, ces lettres ont fait l’objet d’aménagements visant à les faire lire « dans un français actuel » :

« il fallut moderniser des tournures, écrire en toutes lettres les abréviations assez fréquentes dans le texte, traduire les expressions latines. » (p. 13)

4À côté de quelques textes reproduits tels quels (« le document est transcrit avec son orthographe originelle » p. 358, « originale » p. 322, « à l’identique » p. 640), d’autres, plus nombreux, présentent des entorses inexplicables au « français actuel » : « dix livres sterlings que j’ai emprunté », p. 127 ; « vos petites notes […] nous a beaucoup intéressé », p. 194 ; « je désirerais bien que vous puissiez m’envoyez », même page ; « cette atmosphère de civilisation européenne dans lequel on a été élevé », p. 287 ; « toutesfois », p. 293 ; « quelque goute de vinaigre », p. 294 ; « les deux parties de l’île se sont donnés mutuellement des fêtes », p. 296 ; « les vieillards aiment la religion “qui leur donnent la vie du corps et celle de l’âme” », p. 297 ; « nous fûmes très bien reçu », p. 627 ; « les propositions dégoûtantes que le père avait fait à sa femme », p. 642 ; etc. Erreurs du rédacteur primitif ou inadvertances de l’éditeur correcteur ? En souhaitant que l’édition scientifique dissipe toute ambiguïté sur ce point, on devra probablement se garder de citer certains passages de cette anthologie avant de pouvoir consulter ces documents dans leur texte d’origine.

5Dans sa longue introduction historique (pp. 19-69), Claire Laux s’attache à dessiner les contextes complexes et intriqués dans lesquels ces missionnaires ont travaillé durant les dix-huit ans du généralat du créateur de la Société de Marie, Jean-Claude Colin, période formant les bornes de ce recueil. Sa conclusion insiste à juste titre sur le caractère à la fois massif et « multiforme » de la présence européenne en Océanie à la fin du xixe siècle (p. 69), elle souligne judicieusement l’isolement des missionnaires, confrontés à des situations ambiguës, mais l’image qu’elle donne des premiers maristes conduisant « leur apostolat hors de toute tutelle coloniale » (p. 45), joue quelque peu sur les mots et sur les faits. Selon elle, la première des « spécificités de l’évangélisation de l’Océanie par les Maristes » serait « l’indépendance par rapport aux colonisateurs » (pp. 52-55), ce qui est évidemment exact à propos du seul exemple qu’elle en donne, les Britanniques en Nouvelle-Zélande, que les maristes étaient venus concurrencer, mais n’a guère de sens à l’égard des autorités françaises, restées en peine de fonder des colonies en Océanie dans la période considérée. Incapacité que regrette encore avec vivacité le provincial mariste Roudaire, en 1851, dans une de ses dernières lettres parties de Nouvelle-Calédonie et significativement adressée à un aumônier de la flotte de Toulon (p. 661).

6S’il n’y eut pas de « tutelle coloniale » faute de colonies déjà constituées, les « colonisateurs » français furent aussi souvent que possible aux côtés des maristes, soit à la demande des uns soit à celle des autres, soit par accord réciproque, écrit ou tacite, comme le montrent ces lettres et maints autres documents, d’un terme à l’autre de cette période 1836-1854. Le 9 août 1837, arrivé à Valparaiso et sur le point de se lancer dans un Pacifique Sud inconnu, Jean-Baptiste Pompallier, évêque et vicaire apostolique de la première mission mariste en Océanie, adresse à Rosamel, ministre de la marine et des colonies de Louis-Philippe, son programme de conquête des âmes justifiant sa demande d’aide, et spécialement le transport des missionnaires par les bâtiments de l’État (pp. 87-91). Le « rapport de Charles-Eugène Mathieu à Napoléon iii » depuis Viti Levu, le 27 juin 1853 (pp. 407-409), atteste à nouveau que les maristes d’alors n’en sont pas à envisager une « séparation de l’Église et de l’État » qui surviendra un demi-siècle plus tard.

7Du côté des « autorités civiles », et comme pour illustrer les formules d’époque sur l’union du trône et de l’autel et l’alliance du sabre (ici de marine) et du goupillon, ces lettres offrent une liste significative (et non exhaustive) de navires de guerre français venus procurer leur aide aux missionnaires maristes en Océanie. Il y eut en 1837 la frégate la Vénus, commandée par Dupetit-Thouars, l’inspirateur de Rosamel et de son successeur Duperré pour leur politique de colonisation de l’Océanie par la religion à l’exemple de la lms (voir la note que lui consacre Claire Laux p. 313 de son ouvrage paru en 2000), en 1840 la corvette l’Aube, en 1842 l’Allier (voir ci-dessous), en 1843 le Phaéton et l’Uranie partis de Toulon avec des contingents de missionnaires maristes, la corvette Bucéphale mise aux ordres de l’évêque d’Amata, Guillaume Douarre, par Dupetit-Thouars la même année, en 1845 la corvette le Rhin que commandait Bérard, la corvette la Seine en 1846, la corvette la Brillante arrivée à la rescousse des maristes de Balade, en Nouvelle-Calédonie, le 9 août 1847, la corvette L’Ariane venue sur ordre visiter les missionnaires de San Cristobal en février 1848, la corvette la Moselle envoyée à Tonga en 1852…

8« Indépendance » ou dépendance, « tutelle » ou autonomie, les textes reproduits dans ce volume montrent l’anachronisme de tels termes, qui anticipent les confrontations ultérieures entre autorités civiles et religieuses françaises, à partir de 1860, non sans y superposer des débats plus récents sur le rôle et la responsabilité des missionnaires dans l’occidentalisation du Pacifique. Stimulé directement ou non par la situation de concurrence où ils se savaient d’emblée avec les protestants (« la gueule du loup », p. 200 !), le patriotisme des premiers missionnaires maristes perce certainement déjà dans leur souci parfois affecté du « bien dire » et de la précision qui fait un des intérêts de ces lettres, mais il trouve souvent à s’exprimer de façon plus explicite. Évoquant la corvette la Seine et son pavillon tricolore en vue de Balade, le père Rougeyron s’exclame en 1846 : 

« C’est l’image de la patrie, et le souvenir de la patrie fait toujours battre le cœur du missionnaire français. » (p. 565)

9Autant vaudrait débattre à l’inverse (et tout aussi futilement) d’une inféodation ou d’une tutelle cléricale sur le ministère et les officiers de la « Royale » durant cette période de confusion des rôles et des « missions civilisatrices ». À l’exception de quelques récalcitrants libéraux ou républicains aisément mis à l’écart (tel Joseph de Rosamel, voir jso 125, 2007, pp. 332-333), il paraît n’y avoir eu dans ces états-majors marins aucune réticence à associer un spirituel et un temporel qui sans doute au contraire leur semblaient aller de pair. Le rapport adressé le 6 novembre 1842 par Pompallier à ses mandataires lyonnais témoigne assez bien de cette communauté de sentiments  :

« La corvette l’Allier et son digne commandant monsieur du Bouzet me furent accordés et comme mis à ma disposition, et je partis peu de jours après pour Wallis et Futuna. La grandeur et la majesté de la France se montrèrent aux yeux de nos naturels de ces îles ; la goélette [de la mission, escortée de la corvette] et l’évêque [à bord de l’Allier] parurent en même temps. » (p. 157)

10On n’est guère étonné de lire que des officiers de marine comme Marceau, capitaine de frégate, se mirent en congé pour entrer au service de la congrégation en Océanie, ou qu’avec d’autres un Laferrière, commandant du Bucéphale qui débarqua des maristes à Balade en décembre 1843, leur parut avoir « eu constamment le zèle et le dévouement d’un missionnaire » (p. 544).

11À côté des nombreux détails intéressants ou inédits qu’elle offre sur ce pan de l’histoire de la colonisation du Pacifique, cette anthologie se recommande par la large place qu’elle réserve aux observations ethnographiques des missionnaires, parfois de première importance pour leur ancienneté ou l’ampleur de leurs développements. Pour ne citer ici qu’un seul exemple, judicieusement choisi pour enluminer la couverture de ce volume, on y trouve reproduits en hors-texte dix-sept dessins en couleur exécutés par Léopold Verguet d’après les relevés effectués durant son année de séjour à San Cristobal (1845-46, voir aussi sa lettre pp. 485-495), avec des désignations d’objets ou d’éléments de parure en « arossien » qui complètent heureusement l’article que lui fit publier Léopold Hugo dans la Revue d’Ethnographie en 1885. Comme d’autres dessins ou aquarelles de ces cahiers hors-texte qui témoignent de son passage aux Marquises et en Nouvelle-Calédonie, ils portent des indications de folio suggérant qu’ils proviennent d’un projet de livre resté manuscrit, et dont la reproduction (ou l’édition critique) serait hautement souhaitable, pour accompagner et illustrer cette vaste entreprise de publication des archives des premiers maristes en Océanie, à la fois généreuse et pleine de promesses.

Haut de page

Bibliographie

Laux Claire, 2000. Les Théocraties missionnaires en Polynésie au xixe siècle. Des cités de Dieu dans les Mers du Sud ?, Paris, L’Harmattan.

Monfat P. Antoine (s.m.), 1925 (première édition, 1891). Dix années en Mélanésie. Étude historique et religieuse, Lyon-Paris, Librairie catholique Emmanuel Vitte.

Verguet Léopold, P., 1861 (première édition, Carcassonne, 1854). Histoire de la première mission catholique au vicariat de Mélanésie, nouvelle édition, Paris, Tolra et Haton.

—, 1885 (mai-juin). Arossi ou San-Christoval et ses habitants, Revue d’Ethnographie, t. iv, pp. 193-232.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854. Anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin fondateur de la Société de Marie pendant son généralat sous la direction de Charles Girard », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 348-350.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854. Anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin fondateur de la Société de Marie pendant son généralat sous la direction de Charles Girard », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://jso.revues.org/5987

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page