Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Art of the Massim and Collingwood Bay de Michael Hamson and Richard Aldridge

Gilles Bounoure
p. 350-351
Référence(s) :
Hamson Michael and Richard Aldridge, 2009. Art of the Massim and Collingwood Bay, Palos Verdes, CA., Michael Hamson Oceanic Art, 272 p., cartes, bibliogr., environ 180 photos couleur.

Texte intégral

1En attendant la somme que doit leur consacrer Harry Beran, les « arts »de l’aire Massim (ainsi qu’on a pris l’habitude de nommer l’extrémité orientale de la Papouasie Nouvelle-Guinée et les îles adjacentes) restent à ce jour étudiés ou illustrés par si peu de publications spécialisées que cette rareté justifierait à elle seule qu’on signale ici la parution de cet important catalogue, dû à deux marchands à la fois sérieux et passionnés. En février 2009, dans sa galerie de San Francisco, à l’occasion du « Tribal and Textile Arts Show » qui se tient annuellement dans cette ville, Michael Hamson présentait avec Richard Aldridge, autre marchand établi en Australie et familier des côtes orientales de la Papouasie Nouvelle-Guinée, une exposition préparée de longue date et réunissant, à côté de pièces proposées à la vente, de très nombreux autres spécimens d’étude et de comparaison. Ainsi s’explique que le volume qu’ils ont publié concomitamment dépasse de loin les catalogues habituels et finisse par constituer un utile et plaisant ouvrage de documentation.

2Il se recommande d’abord par l’abondance des objets publiés (plus de 200, dont plus de 50 spatules à chaux en bois sculpté, une vingtaine dans d’autres matériaux, autant de pare-écume et autres objets liés à la navigation, etc.), souvent inédits et, pour certains, d’une extrême rareté (à l’instar du coffret à monnaie de coquillage en noix de coco sculptée ou du chevet reproduits pp. 158-159). Les notices qui les accompagnent indiquent leur provenance et, chaque fois que possible, les circonstances de leur collecte, données précieuses dans cette région où l’intensité des échanges rend souvent difficile de déterminer l’origine des objets, comme l’avait éprouvé Ehrard Schlesier lors de sa campagne de 1961-1962 (Schlesier, 1986 : 26). Ces notices sont suivies de commentaires heureusement moins descriptifs (ou commercialement flatteurs) qu’informatifs et qui ont bénéficié de l’aide ponctuelle d’H. Beran, sans le soutien de qui les deux galeristes auraient sans doute hésité à publier cet important volume.

3Les fonctions qu’ils attribuent à certains objets donneront peut-être lieu à discussion ou à révision. Par exemple, ce qu’ils présentent, après H. Beran, comme des « Massim Pig Net Hooks, gegep » (pp. 154-157), était décrit en tant que « Fishnet handle » par William A. Shack (1985 : 67, n° 58, ouvrage non cité dans la bibliographie du catalogue). Mais les spécialistes apprécieront aussi le nombre et la qualité des données recueillies sur le terrain lors de l’acquisition de maints spécimens. D’une spatule à chaux en bois sommée d’un personnage, exceptionnellement longue (65 cm, n° 21 p. 44), collectée à East Cape, R. Aldridge rapporte ainsi qu’elle servait non à la consommation du bétel, mais à alerter la maisonnée en réagissant par ses vibrations à toute attaque de sorcellerie. H. Beran avait déjà fait allusion à l’usage magique ou apotropaïque de ces objets (1988 : 10-12 et 28) et l’on se souvient des notations de Malinowski sur l’« aspersion de la chaux visant à produire une brume qui aveugle les mulukwausi » ou sorcières volantes (1963 : 473, voir aussi 314-316 sur l’enchantement kayga’u du contenu des gourdes à chaux), mais on entrevoit comme il reste à apprendre sur ces spatules, au-delà de leurs seules qualités esthétiques.

4À côté de ces informations de première main, un autre apport notable de cette publication est la section substantielle (pp. 190-269) qu’elle consacre à des pièces pour le moins méconnues de la province d’Oro, à l’exemple des spatules des Orokaiva et de leurs voisins de la Collingwood Bay (près d’une quarantaine), qui présentent souvent des parentés de forme ou de matériau avec celles de l’aire Massim, mais s’en distinguent vigoureusement par le style de leur ornementation, à rapprocher de celle des poteries, des tapas et des chevets à décor en ajours de la même province d’Oro (très rares objets dont ce catalogue reproduit sept spécimens). Plus largement, par la mise en comparaison de pièces venant à la fois des îles de l’aire Massim, des côtes mêmes de la province de Milne Bay et, plus à l’ouest, de celles de la province d’Oro, les auteurs de cet ouvrage aux prétentions qui se veulent modestes invitent discrètement à reconsidérer l’histoire des styles et celle de leur diffusion dans cette vaste région d’échanges, à la lumière des objets qu’ils y ont collectés, de façon « éthique », assurent-ils. En tout cas, au vu de ce catalogue, il est impossible de leur disputer le mérite d’avoir présenté ces objets de façon « éthique », en les publiant avec un tel souci de leur qualité visuelle et de leur dimension ethnographique.

Haut de page

Bibliographie

Beran Harry, 1988. Betel-chewing Equipment of East New Guinea, Aylesbury, Shire Publications.

Malinowski Bronislaw, 1963. Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard.

Schlesier Ehrard, 1986. Eine ethnographische Sammlung aus Südost-Neuguinea, Göttingen, Herodot (Arbeiten aus dem Institut für Völkerkunde der Georg-August Universität Göttingen 20).

Shack William A., 1985. The kula. A Bronislaw Malinowski Centenial Exhibition, Berkeley, Robert H. Lowie Museum of Anthropology.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Art of the Massim and Collingwood Bay de Michael Hamson and Richard Aldridge », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 350-351.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Art of the Massim and Collingwood Bay de Michael Hamson and Richard Aldridge », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://jso.revues.org/5988

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page