Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Campagne des mers du Sud faite par le Seignelay de 1875 à 1879 de Paul-Émile Lafontaine

Gilles Bounoure
p. 352-354
Référence(s) :
Lafontaine Paul-Émile, 2006. Campagne des mers du Sud faite par le Seignelay de 1875 à 1879, édition établie, préfacée et annotée par Dominique Delord, Paris, Mercure de France, 456 p., notes, notices biographiques, documents d’archive, bibliogr., index.

Texte intégral

1Dominique Delord, traductrice et historienne des arts, également spécialiste de l’Amérique du Sud et amie de la petite-fille de Paul-Émile Lafontaine, a eu la fortune de se voir communiquer un jour, par cette dernière, les cahiers manuscrits dans lesquels son aïeul avait relaté, entre 1877 et 1881, sa campagne dans le Pacifique à bord d’un vaisseau de guerre français, Le Seignelay. Soucieuse d’éditer au mieux ce texte qui en valait largement la peine, elle a passé de nombreux mois à le confronter à des sources d’archives (Archives nationales, Services historiques de la Marine de Vincennes, Toulon et Rochefort notamment) et à l’éclairer des compléments historiques et géographiques que livrent sa préface et ses annotations, d’une remarquable concision. Inscrit à son catalogue par un éditeur « grand public » et qui plus est dans une collection de poche, l’ouvrage se présente sans l’appareil de références savantes des publications « scientifiques », mais il les concurrence pourtant très largement par son sérieux, son érudition et même sa correction typographique (à l’exception de deux erreurs patronymiques, « Bourdillon » pour « Dordillon » aux Marquises, p. 149, « Godefroy » pour « Godeffroy » à Tahiti, p. 155).

2Pour son cadre historique et sociologique, on serait tenté de rapprocher ce texte inédit du mémoire de Joseph de Rosamel sur Pohnpei récemment proposé au public par la Société des Océanistes. Comme lui retrouvé dans les archives familiales, très certainement conçu aussi dès le départ non comme un rapport ou un journal, mais pour paraître sous forme de livre, il est également le fait d’un officier de marine aux positions anticléricales et républicaines assez minoritaires dans « la Royale » de ces temps-là, même si elles étaient un peu mieux admises sous Mac-Mahon, maréchal-président, que sous Louis-Philippe ier, roi des Français. Pour l’un comme pour l’autre auteur, ces rédactions avaient très probablement un caractère libérant, au terme d’années de vie en vase clos et de régime disciplinaire. Mais le ton plus critique de Lafontaine ne tient pas seulement aux décennies qui le séparent de Rosamel : lieutenant de vaisseau, il était à bon poste pour relever les bourdes ou même les fautes de ses supérieurs comme de ses subordonnés. Né en 1829, il avait été emprisonné au Mexique, avait défendu des forts parisiens contre les Prussiens en 1870 et ses convictions comme son récit se ressentent de sa longue expérience. Formé dans la marine marchande, capitaine au long cours, il ne perdait pas une occasion d’observer la supériorité technique des « mar-mar » sur les officiers de la marine d’État, dont il n’était après tout qu’un subalterne, significativement chargé des manœuvres du vaisseau.

3Long de 80 mètres, le « croiseur » Le Seignelay était une frégate de la « classe Sané », trois-mâts à vapeur d’un modèle alors des plus récents, capable d’atteindre 15 nœuds grâce à sa seule machine. Son état-major comprenait une petite vingtaine d’officiers, son équipage un peu plus de deux cents hommes (dont une compagnie de débarquement), souvent fort jeunes, souligne justement D. Delord. Confié à un marin brillant, bienveillant et parfois brouillon, le commandant Aube, futur ministre de la Marine, il avait pour mission de rejoindre la Division du Pacifique (six navires, dont les deux stationnaires de Valparaiso, base permanente, et de Tahiti). Évidemment insuffisante pour un si vaste océan déjà en proie aux convoitises des divers impérialismes européens, encore avivées en 1878 par les tractations du congrès de Berlin, cette petite flotte ne pouvait mieux faire qu’acte de présence dans les divers ports où elle s’invitait. Il lui était impossible de s’engager dans des voyages d’exploration comme ceux du Basilisk de Moresby en 1873 et du Challenger de Nare en 1875, ou de police comme le Rosario de Markham en 1871-1872, pour ne pas parler de ceux d’autres marines (allemande, autrichienne, etc.) venues alors sillonner les mêmes eaux que la britannique. Comme pour souligner cette situation de faiblesse des représentants de l’État français dans le Pacifique, le retour à Toulon du Seignelay, en mars 1879, coïncida à peu de jours près avec le lancement officiel de l’ahurissante entreprise de colonisation privée du sud de la Nouvelle-Irlande, « la Nouvelle France en Océanie », par le marquis de Rays, au Salon des Œuvres de Marseille, le 4 avril de la même année.

4Lafontaine consacre quatre cinquièmes de son récit (pp. 33-329) aux deux premières années (octobre 1875-octobre 1877) où Le Seignelay fut sous le commandement d’Aube, comme les moins pénibles et les plus distrayantes de cette campagne à bord de ce bâtiment comptant de nombreux libres-penseurs, même sur le chapitre de la discipline. Dominées par l’ennui et l’attente, plusieurs fois déçue, du retour en France, les deux autres années passées sous deux commandants successifs sont plus rapidement résumées (pp. 331-399), tant Lafontaine avait le souci de ses lecteurs. Se référant à « la manière qu’ont les vieux marins de raconter leurs campagnes » (tels sont les premiers mots du livre), non seulement il a veillé à éviter tout sentiment de lassitude, mais, quand il parle de ses avanies, de son spleen ou de ceux du reste de l’équipage, c’est toujours avec pudeur et souvent même avec humour. Le capitaine Lafontaine était un esprit fin et lettré, son style est rapide et plaisant, et ces qualités suffiraient à recommander la lecture de son récit, indépendamment des observations historiques qu’il livre, et qui sont parfois précieuses.

5Parmi ces observations, celles qui peuvent intéresser aujourd’hui les océanistes semblent principalement de deux ordres. À côté des traits qui concernent l’administration ordinaire de la future « Polynésie française » et les visites de routine des vaisseaux de la Division du Pacifique, il est aussi arrivé au Seignelay de faire escale en Océanie hors de la zone d’influence française où il était censé croiser. Parmi des exemples trop nombreux pour être cités, voici en quels termes Lafontaine décrit les visites que faisaient en son temps les vaisseaux de guerre français aux Marquises (p. 151) :

« Si quelques Canaques se sont un peu grignoté les côtes, on demande à faire comparaître les coupables, qui ne se montrent jamais. Alors pendant deux jours on fait le bombardement du village suspect (ce qui sert d’exercice), puis on envoie à terre la compagnie de débarquement, qui met le feu aux cases que les boulets ont épargnées, et qui détruit les cocotiers et les arbres à pain entourant le village. Excellent moyen pour extirper l’anthropophagie que de réduire les gens à la famine ; mais la morale est vengée ! »

6C’est encore sur le plan moral qu’il scrute les faits et gestes des prêtres et des missionnaires, et spécialement leur politique intéressée, notamment à l’île de Pâques et aux îles Gambier, où les picpusiens avaient certes recueilli des Pascuans, mais, insiste-t-il (pp. 227 et 240), pour leur « faire pêcher des perles ».

7Parmi les escales imprévues du Seignelay, il faut évidemment mentionner la semaine passée (1er-6 avril 1877) à l’île de Pâques, pour y accompagner Alphonse Pinart, jeune explorateur déjà rendu fameux par son récent séjour en Alaska (1871-1872), d’où il avait rapporté la splendide collection de masques Kodiak aujourd’hui conservée au musée de Boulogne-sur-Mer. Le récit de Pinart, « Voyage à l’île de Pâques », paru dans Le Tour du Monde en 1878 (suivi d’une communication devant la Société de géographie), est bien connu des spécialistes qui l’ont scruté en tous sens, mais il est précieux de pouvoir le confronter aujourd’hui avec l’une des deux rédactions consacrées par Lafontaine à ce même voyage, et qui aurait pu inspirer le texte même de Pinart (pp. 195-234). Pour cette section du livre, D. Delord a bénéficié des conseils de Catherine et Michel Orliac, mais on peut gager que la révélation de cette relation inédite, très judicieusement complétée en annexe d’un autre texte inédit extrait du rapport du médecin du navire, Auguste Thoulon (pp. 427-432), excitera l’intérêt de tous les professionnels ou passionnés de la civilisation et des arts pascuans. D’autres escales, plus rapidement relatées, mériteraient d’être citées, telle celle des Samoa (pp. 312-324) en septembre 1877, où Lafontaine cerne avec une acuité remarquable les germes des affrontements entre grandes puissances survenus une dizaine plus tard, largement connus au moins grâce aux écrits de Robert Louis Stevenson. Ainsi, ce « récit de mer » si soigneusement édité par D. Delord à l’attention du grand public mérite à de très nombreux titres l’attention des spécialistes qui y trouveront également une lecture attrayante, fait assez rare dans leur domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Campagne des mers du Sud faite par le Seignelay de 1875 à 1879 de Paul-Émile Lafontaine », Le Journal de la Société des Océanistes, 129 | 2009, 352-354.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Campagne des mers du Sud faite par le Seignelay de 1875 à 1879 de Paul-Émile Lafontaine », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 129 | juillet-décembre 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/5991

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page