Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Trésors des îles Salomon. La collection Conru de Kevin Conru et Deborah Waite

Gilles Bounoure
p. 262-264
Référence(s) :
Conru Kevin et Deborah Waite, 2008. Trésors des îles Salomon. La collection Conru, photographies de Hugues Dubois, Milan, Éditions 5 Continents, 200 p., bibliogr., cartes, 130 illustrations.

Texte intégral

1Les publications illustrées dévolues aux arts traditionnels des îles Salomon restant fort peu nombreuses, on ne trouvera pas mauvais qu’un collectionneur et marchand ait donné l’occasion à l’une des meilleures spécialistes actuelles de ces arts de décrire la centaine de pièces qu’il avait rassemblées au moment de la préparation de ce livre. Elles offrent un échantillon assez éloquent de la diversité des styles, eux-mêmes soumis à variations au cours de l’histoire, qui ont fleuri du nord-ouest au sud-est de cet archipel étalé sur plus de mille milles. Comme peut aussi le rappeler ce livre, le public occidental doit une très large part de sa connaissance des arts océaniens à des publications d’initiative privée, généreuses pour certaines, clairement intéressées pour beaucoup d’autres, tandis que les institutions publiques étaient et restent insuffisamment pourvues pour publier dignement les objets qu’elles conservent, même à l’heure des catalogues en ligne, non moins coûteux en temps de travail et d’étude que ceux de l’ère Gutenberg. Il serait absurde de se priver par attitude hypercritique de la documentation composite ainsi procurée, quoiqu’elle exige certainement un surcroît de vigilance si l’on souhaite en tirer parti.

2Le terme de collection dont le titre de ce volume se prévaut est également à apprécier de façon nuancée. À titre commercial, Kevin Conru a fait paraître dans le dernier numéro de la revue du musée Barbier-Mueller une photographie de détail d’un objet des îles Salomon non décrit dans ce volume édité en 2008, et peut-être acquis ultérieurement (Conru, 2010 : 4). Cette pièce exceptionnelle, apparemment de première importance pour la connaissance des arts du centre de l’archipel où l’on peine à reconstituer la tradition des masques (au-delà par exemple du spécimen collecté en 1929 à Savo par Eugen Paravicini pour le musée de Bâle, Vb 6803), rejoindra-t-elle la collection Conru, ou telle autre collection continuant aujourd’hui à se nourrir sur le marché de l’art pour être publiée et vendue ensuite, à l’instar de ce qui s’est récemment présenté comme la meilleure collection privée au monde d’objets de Nouvelle-Guinée ? Pourtant ces collections en valent souvent bien d’autres ainsi dénommées dans les musées. C’est au hasard des escales de l’hms Curaçoa que fut rassemblée la « Julius L. Brenchley Collection » du British Museum si utilement décrite en 1987 par Deborah Waite pour ce qui concerne les arts des Salomon, et c’est la plupart du temps selon les occasions du marché de l’art que se constituent ou s’augmentent la plupart des collections d’aujourd’hui, publiques comme privées.

3Comparé aux deux ouvrages précédents de D. Waite (1983, 1987) et aux rares publications ayant pour sujet l’ensemble des arts des îles Salomon (dont un bon catalogue d’un marchand d’art parisien [Carlier, 2001], oublié dans la bibliographie, p. 195sq.), ce volume présente un progrès manifeste, par le nombre et la qualité des illustrations dues à Hughes Dubois, l’un des meilleurs spécialistes actuels de la photographie d’objets, et par l’ampleur du texte continu qui les accompagne, tandis que les légendes ne livrent que des indications minimales. Du fait de ce probable parti pris de l’éditeur, D. Waite n’a pu consacrer aux pièces de cette collection le type de notice détaillée qui faisait le prix de sa première publication (1983), au moins aux yeux des spécialistes. Des descriptions approfondies n’auraient pas forcément découragé le grand public, elles auraient même pu l’éclairer sur nombre d’objets réunis dans ce volume, dont quelques-uns semblent inédits et dont d’autres sont au contraire connus de longue date sur le marché de l’art. Par exemple, une sculpture anthropomorphe accompagnée d’une figuration de chien, probablement destinée à la poupe d’un canot de San Cristobal (n° 25 p. 57, le texte p. 62 parle de « proue ») avait été très correctement photographiée et décrite dans un catalogue de vente (Christie’s Londres, 1er décembre 1982, lot 54, « small sections missing ») et il est dommage, dans une publication de cette ambition, que les informations données voilà un quart de siècle et les restaurations apportées à l’objet dans l’intervalle n’aient pas été signalées, même en bas de page.

4D’autres objets peu fréquents dans les collections publiques ou privées auraient eux aussi mérité des précisions, tel le n° 75, bâton de danse Kwaio (ethnonyme que ne cite pas D. Waite p. 131) de Malaita dont Pierre Maranda a collecté des spécimens plus récents (dispersés à Paris dans la vente Sotheby’s du 15 juin 2004, lots 85 et suivants ; voir aussi Kaeppler, Kaufmann et Newton, 1993 : 455, fig. 500). Les spécialistes seront également déroutés par la numérotation obscure attribuée aux objets, ne reflétant apparemment ni la chronologie de leur acquisition ni un essai de classement typologique ou thématique, comme s’y efforce au contraire le texte de D. Waite, dont c’est l’un des réels apports à la recherche. Tout en suivant un fil géographique désormais classique menant de Nissan au nord-ouest à Santa Cruz au sud-est (avec des excursions jusqu’à Rennel et Ontong Java), elle s’est attachée à distinguer trois catégories d’objets, les sculptures anthropomorphes et zoomorphes, les « assemblages, récipients et véhicules », et enfin « tous les objets qui représentent le statut social », boucliers, armes, outils, parures et moyens d’échanges.

5Elle ne dissimule pas les difficultés d’un tel classement, à commencer par les risques de chevauchements et de redites. Elle marque également son embarras, ou plutôt les lacunes des connaissances actuelles, à propos de sculptures anthropomorphes que beaucoup de connaisseurs tiennent pour des créations coloniales. « L’authenticité d’une œuvre n’est pas nécessairement dépendante d’une utilisation rituelle réelle », écrit-elle prudemment à propos d’une figure masculine de Buka (p. 22 et n° 9 p. 24), que suivent deux figurations féminines de Roviana (n°10 et 11, pp. 27-29) dont elle ne manque pas d’interroger le « réalisme ». S’il semble à première vue folklorique et tardif, en rejeter en bloc le témoignage ne serait qu’une facilité hypercritique, explique-t-elle en substance. Voilà où cet ouvrage, plutôt destiné à faire connaître ces arts au grand public, intéressera réellement les spécialistes, qui devraient également avoir plaisir à découvrir ou à retrouver des objets excellemment photographiés, et judicieusement choisis par un collectionneur et marchand d’art qui avait déjà manifesté son attachement pour les îles Salomon, en republiant avec soin les photos un peu oubliées de Bernatzik (Conru et Coleman, 2002) chez le même éditeur.

Haut de page

Bibliographie

Carlier Jean-Édouard, 2001. Regard sur les îles Salomon, Paris, Galerie Voyageurs et Curieux.

Conru Kevin et Alan D. Coleman, 2002. Bernatzik : « Mers du Sud », Milan, 5 Continents.

Conru Kevin, 2010. New Georgia, Roviana Lagoon Wood Mask, Rokoroko, Arts et Cultures 11, p. 4

Kaeppler Adrienne L, Christian Kaufmann et Douglas Newton, 1993. L’Art océanien, Paris, Citadelles & Mazenod.

Waite Deborah B., 1983. Art des îles Salomon dans les collections du musée Barbier-Mueller, Genève, musée Barbier-Mueller.

—, 1987. Artefacts from the Solomon Islands in the Julius Brenchley Collection, Londres, British Museum Publications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Trésors des îles Salomon. La collection Conru de Kevin Conru et Deborah Waite », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 262-264.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Trésors des îles Salomon. La collection Conru de Kevin Conru et Deborah Waite », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://jso.revues.org/6124

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page