Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Die Société commerciale de l’Océanie (1876-1914). Aufstieg und Untergang der Hamburger Godeffroys in Ost-Polynesien de Claus Gossler

Gilles Bounoure
p. 258-259
Référence(s) :
Gossler Claus, 2006. Die Société commerciale de l’Océanie (1876-1914). Aufstieg und Untergang der Hamburger Godeffroys in Ost-Polynesien, Bremen, MontAurum Verlag, 592 p., bibliogr., annexes, 28 ill. noir et blanc, 6 cartes.

Texte intégral

1Pour ceux des océanistes qui le connaissent, le nom de Godeffroy évoque avant tout la firme hambourgeoise qui fut la première à investir durablement et massivement le Pacifique, entre l’installation d’un comptoir à Apia (Samoa) en 1857 et la faillite de Godeffroy & Sohn en 1879, peu avant les négociations diplomatiques d’où allait émerger l’empire colonial allemand dans le Pacifique, dont cette firme avait fondé les premiers postes avancés. Ce nom peut aussi leur rappeler le musée privé fondé à Hambourg par Johann Cesar vi Godeffroy, fourni en « curiosités » de tous ordres, « artificielles » autant que « naturelles », par les capitaines de ses bateaux, afin de présenter au public « une image complète » des mers du Sud, et qui rassembla, selon l’appréciation d’Adolf Bastian, directeur du musée ethnographique de Berlin, « une des plus magnifiques collections en ce domaine ». Après la faillite de 1879, cette collection fut vendue par lots à des musées allemands, selon leurs moyens respectifs ou l’intérêt qu’ils y portaient (voir le travail d’H. Glenn Penny, absent de la bibliographie de Cl. Gossler), le musée de Leipzig finissant d’acquérir tout ce qui en subsistait après la mort en 1885 de Johann Cesar vi.

2Or le neveu de celui-ci, Gustav Godeffroy Jr, avait trouvé à s’établir à Tahiti, à s’y marier avec une des filles Brander et à développer en association avec d’autres une firme qui se maintint pendant près de quarante ans, la Société Commerciale de l’Océanie (sco). C’est l’histoire de ce « joint-venture » paradoxal que Claus Gossler étudie ici, avec maints autres sujets, sous un titre franco-allemand propre à susciter l’étonnement et la curiosité. L’ouvrage (dont la rédaction du jso n’a appris l’existence que tardivement) est lui-même d’aspect austère, imprimé en petits corps avec des marges réduites au minimum et plus de 2 500 notes infrapaginales. Cette mise en pages ponctuée d’illustrations souvent illisibles souligne peut-être (mais dessert surtout) la minutie d’analyse et l’ampleur exceptionnelle de la documentation de cette dissertation doctorale récompensée par l’université de Hambourg en 2005. Le volume est dépourvu d’index, mais sa table des matières très détaillée permet de repérer sans peine les principaux thèmes et protagonistes de cette somme, qui excède largement le seul domaine des « sciences économiques et sociales » (ou de « l’histoire des entreprises » ainsi qu’écrit l’auteur p. 15) pour déboucher sur un impressionnant tableau d’histoire « totale ».

3Issu lui-même d’une vieille famille de négociants hambourgeois, Claus Gossler a eu la fortune, au terme d’une longue carrière dans le commerce international, de se voir ouvrir les archives familiales d’un ami (arrière petit-fils de Gustav Jr) et d’y découvrir les activités de la sco, que mentionnaient certes les ouvrages consacrés à l’histoire de Tahiti qu’il consulta ensuite, mais sans en suggérer l’importance. Il s’est alors lancé dans l’exploration et l’exploitation des archives de la firme, conservées principalement au Staatsarchiv der Freien und Hansestadt Hamburg, complétées de multiples lectures pour en restituer le contexte et la portée. D’autres chercheurs dépourvus de l’expérience professionnelle, de l’« intelligence des affaires » et du sens des « réalités économiques » acquis par l’auteur auraient-ils su aussi bien mettre en œuvre ces matériaux ? Il était non seulement le mieux à même d’en tirer un parti utile à tous, mais il est allé très au-delà de cet objectif, et il est significatif que les recensions parues jusqu’à présent n’aient trouvé à reprocher à ce livre, du point de vue de l’histoire générale du Pacifique, qu’un minime anachronisme (« Samoa occidentales » pp. 23 et 43, au lieu de « Samoa indépendantes »). On pourrait y ajouter quelques inadvertances, très peu nombreuses et presque inévitables dans un travail de cette ampleur (ainsi de la ligne « Neukaledonien » inutilement répétée dans le tableau de la p. 228). D’autres critiques trouveront peut-être à se préciser quand les lecteurs en sauront autant ou plus que l’auteur, mais ce n’est pas pour demain.

4Après une introduction et des considérations de méthode (ch. 1), l’ouvrage étudie la création de la sco à partir de l’Allemagne et des Samoa (ch. 2), la zone d’intérêt économique qu’elle s’arroge (ch. 3, extraordinaire et passionnante enquête de géographie humaine sur la Polynésie orientale, voir par exemple la section « Die Chinesen und das Opium » ou celles qui concernent le gouverneur des Établissements français de l’Océanie), l’histoire des dirigeants et associés de la firme (où le « clan Salmon-Brander » joua un rôle décisif, ch. 4), l’activité principale que représentaient les comptoirs (ch. 5), le commerce des produits d’importation (ch. 6), les principaux produits exportés (ch. 7), le déclin des plantations (ch. 8), la concurrence (ch. 9), la circulation des marchandises (ch. 10), les activités accessoires et biens immobiliers de la sco (ch. 11), les relations entre Français et Allemands à Tahiti (ch. 12), la biographie et la personnalité des collaborateurs de la sco (ch. 13), ses clients et fournisseurs (ch. 14), son réseau de relations avec Hambourg (ch. 15), la Première Guerre mondiale et ses conséquences (ch. 16). Suivent des conclusions sur l’histoire de la sco, son ascension et son déclin (ch. 17), un commentaire final sur les principales phases de cette histoire (18) et d’abondants appendices (19).

5Ce sommaire donnera peut-être un aperçu de l’intérêt d’un livre dont l’apport documentaire et l’acuité d’analyse sont impossibles à détailler ici. Il réunit une somme tout à fait étonnante de données factuelles ou statistiques, locales aussi bien qu’internationales, restées jusqu’à présent inédites ou confidentielles, et qui devraient au moins servir de repères ou d’éléments de comparaison à tous les spécialistes amenés à s’intéresser au Pacifique dans sa dimension « historique », c’est-à-dire quand les Blancs y eurent importé non seulement leur Histoire, mais leur économie non moins envahissante, ce que montre si bien ici Cl. Gossler (voir par exemple pp. 283-295 la douzaine de pages indispensables qu’il consacre aux îles Marquises, où la sco dégageait des marges de 20 à 30 %). Ce volume devrait ainsi constituer rapidement un ouvrage de référence, où les historiens stricto sensu trouveront nombre de sujets de réflexion et d’hypothèses inédites, notamment en matière de « périodisation » de l’aventure de la sco, et plus largement de l’entrée de l’Océanie dans l’économie des grands Empires coloniaux. Le sous-titre du livre (« essor et déclin ») n’est pas sans évoquer Gibbon, Montesquieu ou Balzac, et il invite aussi à tenir compte de sa leçon d’histoire économique, et particulièrement de ses dimensions politiques et morales, dans les débats sur le développement qui s’imposent aujourd’hui à l’Océanie comme au reste du monde.

Haut de page

Bibliographie

Penny H. Glenn, 2000. Science and the Marketplace: The Creation and Contentious Sale of the Museum Godeffroy, Pacific Arts 21-22: Oceanic Art and Wilhelmine Germany, pp. 7-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Die Société commerciale de l’Océanie (1876-1914). Aufstieg und Untergang der Hamburger Godeffroys in Ost-Polynesien de Claus Gossler », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 258-259.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Die Société commerciale de l’Océanie (1876-1914). Aufstieg und Untergang der Hamburger Godeffroys in Ost-Polynesien de Claus Gossler », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/6129

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page