Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Reisen und Entdecken. Vom Sepik an den Main. Hintergründe einer Ausstellung

Christian Coiffier
p. 264-266
Référence(s) :
Raabe Eva Ch. [Herausgegeben von], 2008. Reisen und Entdecken. Vom Sepik an den Main. Hintergründe einer Ausstellung, Frankfurt am Main, Museum der Weltkulturen, 78 pages, bibliogr.., cartes, nombreuses photos couleurs et noir et blanc.

Texte intégral

1L'exposition qui s'est tenue du 27 octobre 2007 au 30 août 2009 au Museum der Weltkulturen à Francfort avait pour ambition de présenter deux expéditions de collectes d'objets ethnographiques qui furent parmi les dernières à être organisées par un musée allemand dans la région du fleuve Sépik en Papouasie Nouvelle-Guinée.Cette exposition pose le problème de la collecte des artefacts à grande échelle dans les pays du Sud. Les expéditions de Francfort eurent lieu, en effet, plus de dix ans avant l'accession à l'indépendance de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Depuis la fin du xixe siècle et jusqu’au traité de Versailles de 1919, la partie nord de ce pays fut une colonie de l'Empire germanique connue sous le nom de  Kaiser Wilhelms-Land. De nombreuses expéditions scientifiques y furent organisées, elles rapportèrent des milliers d’objets qui vinrent remplir les réserves des musées de folklore et d’ethnographie de nombreuses villes allemandes.

2Le fleuve Sépik demeure une région mythique pour de nombreux collectionneurs d'objets océaniens par la profusion des styles et l'énorme production des artistes locaux en ce qui concerne architecture, sculpture, poterie, gravure, peinture et artisanats divers. Pourtant, il n'y a guère plus d'un siècle que les Européens découvrirent cette région. L'existence de ce fleuve fut signalée par divers navigateurs qui, depuis le xviie siècle, longèrent la côte Nord de la grande île de Nouvelle-Guinée. Schouten et Lemaire évoquèrent dans leurs journaux l'embouchure d'un grand fleuve. Le Français Dumont d'Urville fit la même constatation au mois d'août 1827 en observant des changements de la coloration de l'eau de la mer. Mais aucun d'entre eux n'osa s'aventurer vers l'intérieur. Ce fut le Prussien Otto Finsch qui, le premier, en 1885, fit une reconnaissance sur vingt milles dans le delta de ce fleuve qu'il dénomma Kaiserin Augusta Fluss, du nom de l'épouse du Kaiser Wilhelm (l’empereur Guillaume). De nombreuses expéditions suivirent, organisées par les Allemands, les Américains, les Suisses, les Néerlandais, les Britanniques et même les Français. En effet, cinq jeunes Français avec un équipage de neuf marins naviguèrent en 1935 durant près d'un mois sur le fleuve à bord de leur yacht La Korrigane. Ils y collectèrent dans les villages plus de six cents objets divers dont un tiers se trouve actuellement conservé au musée du quai Branly (Coiffier, 2001). Ce sont donc plusieurs dizaines de milliers d’objets divers dont de nombreuses œuvres majeures qui furent exportés de cette région de Nouvelle-Guinée durant soixante années avant que la législation du nouvel État papou ne vienne essayer de mettre un frein à cette hémorragie dramatique pour les cultures locales. Le fleuve de l'impératrice Augusta, appelé Ambusat par les populations de la partie centrale, conserva son nom allemand jusqu'au début de la Première Guerre mondiale lorsque l'administration australienne prit dès 1914 la responsabilité d’administrer ce territoire. Elle préféra utiliser le terme local de Sipik ou Sépik qui est un des noms vernaculaires usuels pour désigner le fleuve dans sa partie inférieure.

3Ce sont les deux expéditions du Suisse Alfred Bühler qui motivèrent celles du musée de Francfort. En effet, quelques années avant celles-ci, Alfred Bühler, directeur du Museum für Völkerkunde et professeur d’ethnologie à l’université de Bâle, organisa en 1955-1956 une grande expédition sur le Sépik en compagnie du photographe René Gardi. Lors de sa seconde expédition, plus ciblée sur l’étude des styles artistiques locaux, il  était accompagné cette fois de l’historien d’art Anthony Forge. Le Dr Adolf Ellegard Jensen, titulaire de la chaire d’ethnologie à l’université de Francfort, assurait à cette époque la direction conjointe de l'Institut Frobenius et du Museum für Völkerkunde de la ville de Francfort car ce musée avait perdu ses locaux d’exposition du fait des destructions de la guerre. Le Dr Jensen se montra très impressionné par les résultats obtenus par Bühler et proposa à la municipalité de Francfort de cofinancer une expédition en Nouvelle-Guinée. Il obtint un budget conséquent de cent mille marks et demanda à deux assistants de l'Institut Frobenius, Eike Haberland et Meinhard Schuster, de l'organiser. L’expédition fut organisée en deux parties : la première, organisée par Meinhard Schuster, en 1961, se concentra sur tous les villages depuis les monts Washkuk en amont jusqu'au village d'Angoram en aval ainsi que sur la région du Korewori au sud, la seconde, en1963, dirigée par Eike Haberland, assisté de Siegfried Seyfarth, concentra ses efforts sur le haut Korewori. Schuster et Haberland rapportèrent de leurs séjours, qui durèrent plusieurs mois, plus de cinq mille objets dont certains de dimensions imposantes comme des tambours à fente et des piliers sculptés de maisons cérémonielles. Plusieurs d'entre eux furent exposés à l'extérieur du musée où ils furent endommagés par les intempéries et les gaz des automobiles. C'est donc une réplique d'un de ces poteaux, nommé Meriameï, qui fut dressée à l'occasion de l'exposition devant la façade du Museum der Weltkulturen comme élément d'appel pour les visiteurs. Avec trois autres piliers, il provient de la maisonMundjimbit du village de Kanganaman (pp. 26-27). Cet édifice cérémoniel ne fut jamais reconstruit par les villageois après le passage de l'expédition. Fort heureusement, sa voisine, la maison Wolimbi, se dresse toujours majestueusement au centre d'une large place d'herbe rase à une centaine de mètres du seul pilier de la maison Mundjimbit resté en place. La maison Wolimbi a été classée monument historique national par le gouvernement papou.

4Pour le professeur Schuster, ce fut le début d'une longue recherche sur les sociétés locales. Il abandonna l'Institut Frobenius en 1965 pour  devenir conservateur au musée de Bâle et il entreprit immédiatement l’organisation d’une nouvelle expédition (1965-1967) dans la région du Sépik. Il fut nommé professeur, titulaire de la chaire d'ethnologie  de l’université de Bâle et directeur du séminaire d’ethnologie. En 1970, il commença à organiser une nouvelle expédition avec de jeunes collaborateurs dans la région du Moyen-Sépik. Les différentes études réalisées aboutirent à la réalisation de nombreuses thèses de doctorat concernant diverses sociétés qui avaient été visitées par les expéditions précédentes.

5Le catalogue de l'exposition de Francfort ne se veut pas un livre d'art, c'est plutôt un ouvrage scolaire à l'usage des étudiants en muséologie. Son titre peut se traduire ainsi en français : Voyages et découvertes. Du Sépik au Main. Arrière-plans d'une exposition. Il a été réalisé sous la direction du Dr  Eva Ch. Raabe, conservatrice de la section Océanie de l'actuel Museum der Weltkulturen de Francfort avec des articles d'Anette Rein, Katja Reuter, Heike Schäfer-Kolberg et du professeur Meinhard Schuster. Comme le sous-titre de ce catalogue l'indique, son objectif était double ; d'un côté faire découvrir au public des cultures lointaines et peu connues (pp. 4-25), d'autre part, montrer comment certains objets se trouvent transformés en œuvres d’art par la recherche anthropologique (pp. 26-75). C'est donc un parcours très didactique qui est proposé dans les pages illustrant les treize espaces répartis sur les deux niveaux du bâtiment abritant le musée. Les textes explicatifs sont illustrés de cartes, de photos de terrain, de photos d'objets en situation dans leur espace d'exposition, de plans et de petits croquis présentant la scénographie de chacun de ces espaces. Un élément graphique, représentant une partie du cours du fleuve Sépik, est ainsi utilisé comme fond de page et constitue en soi un fil conducteur du début à la fin de l'ouvrage.

6L’objectif de ce catalogue n’est pas de présenter des œuvres artistiques (pp. 12-13, 19-21) mais d’expliquer en quoi la situation du musée, avec ces deux expéditions, diffère de celle d’autres musées comme celui de Berlin par exemple. Le commissaire de l’exposition pense que les objets collectés ont été documentés de façon trop rudimentaire lors de ces deux expéditions. Elle pose alors la question de savoir si leur « recontextualisation » par des recherches anthropologiques n’a pas trop tendance à les transformer simplement en œuvres d’art (pp. 18-21). Commenter le catalogue consiste à décrire l'exposition. Après une présentation du contexte de cette expédition et sa mise en relation avec la vie quotidienne et rituelle des habitants des rives du fleuve Sépik, la répartition des salles et des espaces muséographiques est présentée au moyen de deux plans, un pour chacun des niveaux (pp. 28-29). Chacune des doubles pages suivantes présente un des thèmes de l’exposition et son espace, à commencer par la région du fleuve Sépik (pp. 30-31). La collecte de la fécule de palmier sagoutier (pp. 32-33) et la cuisine dans une maison familiale (pp. 34-35) évoquent toutes deux les activités féminines. La fabrication des objets de culte dans la maison cérémonielle illustre le monde des hommes (pp. 36-39). La présentation d'une proue de pirogue en forme de tête de crocodile avec son bouclier magique permet de faire découvrir le monde des esprits (pp. 40-43). Le transport des collections du Sépik à Francfort est évoqué à l'aide de photographies, de caisses avec leurs étiquettes et de deux séries d'objets (pp. 42-53). Après avoir retracé l’histoire du musée dans l’après-guerre, le professeur Meinhard Schuster  décrit les difficultés matérielles encourues pour le transport de tous ces objets dont certains, comme les pirogues, les tambours à fente et les piliers de maison, étaient extrêmement lourds et fort encombrants (pp. 44-51). Deux photographies (p. 51) présentent l'ampleur de la collecte et donnent à réfléchir sur l'intérêt scientifique de rapporter plusieurs dizaines d'objets d'un même type. Si la collecte de séries peut permettre l’étude de différents styles, elle  supprime d’emblée la possibilité pour de nombreux objets de servir localement d’exemples pour les jeunes générations. La double page suivante est une mise en situation du visiteur par une reconstitution de l’espace de travail de l’ethnologue, selon un style scénographique maintes fois utilisé dans les musées suisses et néerlandais. Les espaces suivants sont destinés à expliquer le processus de transformation de la fonction des objets à partir de leur installation dans un musée. Les ethnologues et les muséographes se muent alors en magiciens ayant le pouvoir de transformer les objets rituels en objets culturels destinés à transmettre un message aux visiteurs européens. Un laboratoire de travail est reconstitué avec un ordinateur posé sur une table, il évoque la recherche d'archives et de documentation (pp. 56-65). Dans les derniers espaces, les objets sont présentés comme dans des galeries d’art, ils sont devenus des objets esthétiques (pp. 66-75). Le catalogue se termine par trois pages de bibliographie centrée principalement sur la littérature ethnographique.

7Ce catalogue d’exposition est plus destiné aux muséographes et aux scénographes qu’aux admirateurs de l’art du Sépik. Il donne à réfléchir sur ces grandes expéditions de collecte  qui ont participé en moins d'un siècle à vider de leur patrimoine culturel, au profit des musées d'Occident, les villages d'une région qui fut jadis extrêmement riche et diversifiée sur le plan artistique. La photographie de la page 55 extraite du film d’Hermann Schlenker Tanzfest mit der Flöte me touche particulièrement de manière purement personnelle car elle représente un homme de Palimbeï soufflant dans la flûte Yawanganamak de la maison Payembit. Il s'agit de Kengenwan Kungrin du clan Iatmul qui fut mon wau (oncle maternel) et un de mes meilleurs informateurs. Je lui dois l’attribution de mon nom au village de Palimbeï.

Haut de page

Bibliographie

Coiffier Christian (éd.), 2001. Le voyage de La Korrigane dans les mers du Sud, Paris, Hazan/Muséum national d'histoire naturelle.

Buschmann Rainer, 2000. Exploring Tensions in Material culture: Commercialising Ethnography in German New Guinea, 1870-1904, in Michael O’Hanlon and Robert L.Welsch (eds), Hunting the Gatherers. Ethnographic Collectors, Agents and Agency in Melanesia, 1870s-1930s, New York, Oxford, Berghahn Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Coiffier, « Reisen und Entdecken. Vom Sepik an den Main. Hintergründe einer Ausstellung », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 264-266.

Référence électronique

Christian Coiffier, « Reisen und Entdecken. Vom Sepik an den Main. Hintergründe einer Ausstellung », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://jso.revues.org/6130

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page