Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Le spectacle de la culture. Globalisation et traditionalismes en Océanie d'Alain Babadzan

Raymond MAYER
p. 253-255
Référence(s) :
Babadzan Alain, 2009. Le spectacle de la culture. Globalisation et traditionalismes en Océanie, Paris, L’Harmattan, coll. Connaissance des hommes, bibliogr., 286 p.

Texte intégral

1Alain Babadzan a eu raison de colliger en un volume récapitulatif les fines analyses réalisées à chaud, pendant trente ans, sur la singulière idéologie politique océanienne mise en scène dans les anciens, nouveaux et futurs États de cette région du monde en devenir. La manière inédite de placer les indépendances sous le signe de la culture (et de ses alternymes « coutume » et « tradition ») aurait pu réjouir les anthropologues des cinq continents. Pour la première fois, ils tenaient là un modèle vivant qui hypostasiait un de leurs concepts de base, aussi sûrement qu’on avait placé la déesse Raison sur les autels de la Révolution française ! Mais, et c’est évidement tout l’intérêt du livre, Alain Babadzan a beau jeu de montrer et démontrer que la réalité est bien plus complexe et plus ambiguë, et que le résultat est promis à des révisions certaines. Sur ce point, le livre réalise non seulement, comme on peut s’y attendre, une synthèse des courants de pensée politique qui régissent le postcolonialisme en Océanie, mais il en restitue les aspects processuels, ce qui double largement son utilité permanente.

2Dans son offre de lecture et d’analyse, Alain Babadzan place son ouvrage sous le signe de l’évolution du couple « globalisation et traditionalismes » dans le contexte spécifique de l’Océanie. À moins de considérer la période de « l’authenticité zaïroise » du régime Mobutu comme une variante africaine de l’État-culture, et à moins de falsifier « la révolution culturelle » du régime maoïste en variante asiatique d’un travestissement culturel de la répression, on a tout lieu de croire que la culture comme religion d’État représente en effet un isolat idéologique océanien et que l’on a affaire à un phénomène insolite qui serait circonscrit (pour une fois ?) dans l’espace et dans le temps. Sur l’échiquier mondial, le fait d’ériger la culture en doctrine d’État apparaît comme un hapax de l’Océanie du Sud (tant il est vrai que l’État de Hawaii y échappe, mais non pas les « American Samoa » par exemple). On pourrait remarquer d’ailleurs que ce « concept » transcende le phénomène des indépendances, puisqu’on peut considérer que la « coutume » de Nouvelle-Calédonie (Monnerie, 2004) et les « rois » de Wallis-et-Futuna (Favole, 1998), sans doute moins les « juillet » de la Polynésie française, relèvent de la même mouvance idéologique. En tout cas, grâce à Alain Babadzan et aux nombreux auteurs cités en cours d’analyse, on n’aura pas attendu les calendes grecques pour en saisir le surgissement, et le livre nous offre une première synthèse que l’on prendra plaisir à vérifier dans le demi-siècle que nous entamons. Car c’est en même temps un livre à thèse, qui annonce la fin des Trente Glorieuses de la culture dans le Pacifique et qui stipule que c’en est fini de la « coutume » comme référent constitutionnel, puisque l’auteur y prédit la dépolitisation de la culture, remplacée à terme par les lois du marché international, y compris du marché politique.

3Dans sa démonstration, ce livre-recueil est articulé en sept chapitres qui nous installent de plain-pied dans la problématique, en variant les sites et les thèmes, mais en conservant l’unité d’intérêt. Le premier chapitre (pp. 15-73) nous plonge dans l’État de coutume, sous son appellation-pidgin de kastom (de l’anglais standard custom, lui-même probablement de l’ancien français : coutume). Il retrace l’émergence d’un autre concept en honneur depuis les années 1970, celui de « Pacific Way ». Celui-ci servait à la fois de concept englobant et de slogan idéologique commun à tous les micro-États naissants. La création des festivals du Pacifique est interprétée comme le passage du rite au spectacle, ce qui corrobore l’idée dominante du livre, lui donne son idée roborative et justifie son titre. L’exemple emblématique des Gogodala du golfe de Papouasie ayant brûlé tous leurs objets rituels après le passage des évangélistes et qui finirent par danser devant Elizabeth II à l’occasion de son jubilé, récapitule en quelques traits et autant de tableaux, l’aventure et les péripéties des peuples et cultures jetés en pâture à la fois aux traditionnalismes et à la globalisation, passant « du rite au spectacle, et du folklore à la marchandisation de la culture » (p. 67). Mais l’analyse d’Alain Babadzan, si elle met du miel aux cendres, sait justement lire les lames de fond qui parcourent un océan de dynamiques complexes qui ne sauraient à aucun moment être réduites à une seule. Le livre se lit comme une success story, à l’image des « renaissances » culturelles dont il fait précisément état. Il n’y a que la fin qui soit résolument pessimiste, puisque l’auteur se résout à n’en voir d’autre que celle de la disparition de cette heureuse (?) période pan-culturelle.

4Le chapitre 2 (pp. 75-124) nous fait participer à un atelier sur la déconstruction du concept de « tradition », soumis à « l’offensive postmoderniste » selon l’expression de l’auteur. Par rapport au chapitre précédent, l’idée qu’il soutient est en effet que le désenchantement a également gagné le cœur du Pacifique, que les « grands récits » ont perdu de leur unanimisme, et que par conséquent, il convient de nuancer les aspects du concept au fur et à mesure de sa critique à la fois populaire et scientifique.

5Le chapitre 3 (pp. 125-168) part des théories couramment diffusées par ou à propos de Hobsbawm et Gellner sur « l’invention de la tradition » pour situer le rapport à la culture dans un contexte de nationalisme et de modernisation politique. Indépendamment de la bonne compréhension des théories qui servent de référent commun – « A-t-on lu Hobsbawm ? » –, l’auteur examine les ruptures et continuités dans le sens de la constitution de nouvelles élites et de « nouveaux clercs » des jeunes États en voie d’émancipation.

6Le chapitre 4 (pp. 169-192) revient sur le concept de « permanence culturelle » chez Marshall Sahlins pour montrer les limites de l’ « indigénisation de la modernité » dans les États nouvellement constitués. Il prend comme terrain d’application le « culture movement » qui a marqué la période des indépendances.

7Le chapitre 5 (pp. 193-210) s’attache à un autre concept rayonnant de l’anthropologie du xxe siècle, celui de « syncrétisme ». Loin d’en faire un concept clé de l’adaptation sociale et religieuse, Alain Babadzan y dénote une « double négation » : une négation des racines et une négation de la modernité. Il montre qu’il s’agit d’une sorte de concept aveugle, et non du concept rayonnant que les sciences sociales ont cru pouvoir détenir pour définir la période des grandes mutations dans les pays tiers.

8Le chapitre 6 (pp. 211-250) traite de l’exemple particulier, mais évidemment largement suggestif d’une tendance générale, celui de la « renaissance maorie » qui aboutit de fait à la réalisation d’un « capitalisme néotribal », selon les termes de l’auteur. Le passage du niveau culturel au niveau économique et financier atteste de l’emprise progressive de ce dernier, et en même inaugure du déclin de la « culture » au profit d’autres valeurs qui lui échappent, et qui confinent en définitive à sa négation. L’histoire récente mise en lien avec l’histoire ancienne traduit un mouvement de « retribalisation » illustrée par les actions menées autour du tribunal de Waitangi, entendons par là la remise en honneur de l’appropriation des droits fonciers coutumiers.

9Enfin, dernier mais non moins des moindres, le chapitre 7 (pp. 251-266) se livre à une prospective sans ambages s’appuyant sur l’évolution des rapports entre les États « protecteurs » des indépendances océaniennes et leur cours précédent. L’auteur soutient la thèse du « crépuscule de la coutume », en le rapportant au « tournant néolibéral » qui marque les politiques des puissances mondiales dans la première décennie du xxie siècle. Moment de l’histoire, mais surtout moment de l’histoire des idées, et, pour rester dans la métaphore de l’auteur, nouveau scénario politique fondé sur une « guerre contre la coutume ? » Il est intéressant de voir comment les luttes anti-terrorisme procèdent par amalgame pour accréditer l’idée que ce qui était bon la veille est devenu mauvais le lendemain.

10Au fil des articles qui ont constitué autant de chapitres du livre, Alain Babadzan nous a ainsi fait passer de la naissance à l’affaissement d’un grand concept englobant qui aura donné aux États océaniens leur première figure symbolique majeure. Il nous fait vivre, le temps d’un livre, les raisons qui ont poussé à l’émergence symbolique d’un concept global, et les mêmes raisons qui ont entraîné son déclin. Sur la question politique de l’Océanie et, par comparaison (Amselle, 2010), de nombreuses autres entités géopolitiques, on tient là assurément un ouvrage de base.

Haut de page

Bibliographie

Amselle Jean-Loup, 2010. Le retour de l'indigène, L'Homme 194, pp. 131-138.

Baré Jean-François, 2010. L'identité au miroir de Tahiti, L'Homme 194, pp. 139-155.

Favole Adriano, 2000. La palma del potere, Torino, il Segnalibro, 348 p.

Monnerie Denis, 2005. La parole de notre maison. Discours et cérémonies kanak aujourd'hui (Nouvelle-Calédonie), Paris, cnrs Éditions - Éditions de la maison des sciences de l'homme, 287 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « Le spectacle de la culture. Globalisation et traditionalismes en Océanie d'Alain Babadzan », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 253-255.

Référence électronique

Raymond MAYER, « Le spectacle de la culture. Globalisation et traditionalismes en Océanie d'Alain Babadzan », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/6163

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page