Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

La France dans le Pacifique Sud. Les enjeux de la puissancedeNathalie Mrgudovic

Raymond MAYER
p. 257-258
Référence(s) :
Mrgudovic Nathalie, 2009, La France dans le Pacifique Sud. Les enjeux de la puissance, Paris, L’Harmattan, 437 p., préface de Michel Rocard, bibliogr., index.

Texte intégral

1Il ne suffit sans doute pas d’une préface d’un ancien Premier ministre de la République française pour avaliser le contenu d’une thèse de doctorat de science politique. Mais la signature de Michel Rocard apporte indéniablement à ce travail universitaire un label qui souligne l’intérêt qu’un chef de gouvernement des années 1988-1993 y a pris et le rôle qu’il a personnellement joué sur le terrain géopolitique océanien pendant cette période. La thèse du livre se rapporte précisément au renversement de positionnement de la France dans le Pacifique Sud examiné sur une période de quarante ans, de 1966 à 2006. Nathalie Mrgudovic s’est proposé, dans le cadre de cette thèse soutenue à l’iep de Bordeaux, de refaire l’histoire des relations diplomatiques de la France en Océanie pendant une période cruciale d’essais atomiques, en étudiant de manière systématique, tout en suivant un ordre grosso modo chronologique, les différentes phases de l’inversion de tendance en faveur de la France. Au-delà du signalement des péripéties qui l’ont marquée, l’auteur y exerce, comme il se doit, ses talents d’analyste politique.

2Le plan de la thèse obéit au principe diachronique et à celui d’un découpage standardisé (mais toujours efficace) en trois étapes. Et, suivant un autre principe bien établi dans la science historique, chaque étape se voit assigner un intitulé thématique qui est censé en définir l’essentiel du vécu historique de l’époque, le tout dans une posture a posteriori qui fait les délices des sciences humaines ! Passons !

3La première partie est ainsi thématiquement lue comme celle des « Fondements de la présence française dans le Pacifique Sud », la deuxième comme celle des « Enjeux de la contestation régionale », et la troisième comme celle d’ « Une puissance acceptée ». Bref le renversement en trois actes, le tout orchestré sous la baguette démiurgique d’un Premier ministre de République française.

4Chaque partie est « travaillée » en deux chapitres, ce qui donne une ossature d’argumentaire un peu carrée, mais destinée à susciter l’adhésion unanime d’un jury de thèse normalement constitué. Évidemment, et c’est le propre de toute thèse qui souffre d’engendrer une antithèse, on pourrait contester le concept de « fondement » comme légitimation de la présence annexionniste d’un État tiers dans un jeu de quilles océanien. L’histoire ne saurait « fonder » aucune légitimité, quelle qu’elle soit. Cela dit, on se rappellera avec l’auteur de la thèse que le Pacifique fut, comme d’autres continents, l’enjeu de puissances coloniales rivales, mais la « rivalité contrainte » (p. 68) n’excuse pas l’absence de « grand dessein » (p. 69). Le deuxième chapitre de la première partie est entièrement consacré à l’intérêt nucléaire qui s’est historiquement dessiné dans le Pacifique, à la suite de la « perte » de l’Algérie par le pavillon tricolore. La doctrine de la « dissuasion » est bien récapitulée dans ses arguments dirimants à l’époque, mais susceptibles d’être mis en doute à une époque ultérieure, en fonction de l’évolution de la situation politique mondiale et des blocs stratégiques en présence.

5La deuxième partie nous replonge à l’époque où l’on pouvait lire sous les ponts de chemins de fer néo-zélandais « French go home », faisant alors écho aux « US go home » qui fleurissaient dans les espaces publics de l’Hexagone vivant à l’heure de la guerre du Vietnam. Dans un classement des faits chapitré en deux catégories, celle de l’homogénéité et celle de l’hétérogénéité, l’auteur détaille dans sa deuxième partie de thèse les diverses phases de la contestation généralisée qui a marqué les années 1970 à 1990 contre la France, en notant le paroxysme qui semble avoir été atteint autour de la dernière « campagne » d’essais nucléaires français sous le premier mandat présidentiel de Jacques Chirac. Indépendamment de l’artifice de la forme, on pourra, là aussi, ergoter sur des expressions un peu dilettantes du traitement du Pacifique Sud comme d’un «  lac nucléaire » sur l’air de « mare nostrum », ou de la Polynésie comme dernier « désert » français. Mais on prendra un intérêt certain à lire l’analyse de Nathalie Mrgudovic sur la montée en puissance du droit international de la mer et sur les conséquences connues de ce nouvel état de fait dans le Pacifique.

6Sur ce thème précis du droit de la mer (pp. 86-99), l’auteur développe le rôle prééminent exercé par le gouvernement des Fidji (p. 88-90) pour faire aboutir cette idée qui étend d’un coup les espaces maritimes d’une terre de 19 103 km2 (la Nouvelle-Calédonie) à 1 740 000 km2, de 3 521 km2 (la Polynésie française) à 5 030 000 km2, ou encore de 255 km2 (Wallis-et-Futuna) à 271 050 km2, soit la moitié du territoire métropolitain ! Un tableau récapitule toutes  les données utiles en cette matière. Il est signalé aussi que des États importants (USA par exemple) n’ont pas encore ratifié le traité, et que d’autres ont émis des restrictions juridiques à son application. Un traité vaut ce que valent les intentions réelles de ses signataires, indépendamment des textes strictement signés !

7La troisième partie passe au peigne fin l’heureuse transformation des rapports franco-océaniens à partir de la décennie 1990. À ce moment, l’action personnelle du Premier ministre Rocard a indubitablement fait retomber les effets du dramatique dérapage institutionnel engendré par les « événements » de Nouvelle-Calédonie, mais c’est surtout la fin déclarée et réalisée des essais nucléaires qui amène un nouveau deal dans les relations franco-océaniennes. Derrière le constat primaire, il est effectivement intéressant de faire l’analyse historique détaillée des processus qui ont généré une nouvelle répartition des accords entre puissances riveraines et puissances extérieures. De ce point de vue, la thèse de Nathalie Mrgudovic a tout le mérite d’exister, ne serait-ce que comme capacité critique vis-à-vis de décisions politiques, qui ne souvent appréhendées dans leur contexte historique que longtemps après les faits.

8Je voudrais aussi souligner l’intérêt tout particulier des douze annexes qui procurent une documentation riche et abondante concernant non seulement les essais atomiques français, mais également sur l’évolution statutaire des territoires du Pacifique accédant progressivement à leur souveraineté internationale, pendant la période incriminée. Sur le premier thème, on a droit au schéma type d’un forage souterrain pour y tester les effets d’une explosion nucléaire, on a le tableau récapitulatif de tous les essais conduits sur les sites de Mururoa et Tangafua, et la carte des zones censément dénucléarisées de la planète après les traités successifs de l’Antarctique, de Tlatelolco, de Rarotonga, de Bangkok et de Pelindaba. Sur le second thème, on découvrira la composition et l’année d’adhésion des territoires (indépendants ou non) à la Commission du Pacifique Sud, de même au Forum des Iles, et une mise à jour des statuts souvent complexes (e.g. the United States Unincorporated Territory of Guam) de ces mêmes territoires. Bref, l’intérêt du livre est non seulement au cœur de son développement, mais aussi en marge du débat principal.

9Entre l’ouvrage d’Alain Babadzan qui est recensé ici et celui de Nathalie Mrgudovic, on ne peut manquer de saisir la différence entre le traitement anthropologique d’un ensemble géopolitique et son traitement correspondant en science politique. On a d’un côté une multilatéralité de perspectives qui se trouve développée sur le thème en présence, et de l’autre un regard scientifiquement focalisé sur une unilatéralité de perspective. Les deux approches sont également respectables et il n’est pas question pour moi de renier la fécondité de l’une et l’autre démarches, mais il est clair que l’on peut se sentir à l’étroit dans une perspective par trop « nationale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « La France dans le Pacifique Sud. Les enjeux de la puissancedeNathalie Mrgudovic », Le Journal de la Société des Océanistes, 130-131 | 2010, 257-258.

Référence électronique

Raymond MAYER, « La France dans le Pacifique Sud. Les enjeux de la puissancedeNathalie Mrgudovic », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 130-131 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://jso.revues.org/6164

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page