Navigation – Plan du site
Actes de la Société et Actualités

In memoriam Roger Curtis Green1 (1932-2009)

Christophe Sand
p. 275-278
  • 1  ndlr. – Roger C. Green était membre de la Société des Océanistes.

Le professeur émérite Roger Curtis Green est décédé dans sa maison de Titirangi, dans la banlieue d’Auckland en Nouvelle-Zélande, le samedi 4 octobre 2009, soutenu jusqu’à la fin par l’amour de sa femme Valérie. Avec son départ, c’est un pan entier de la mémoire de l’histoire archéologique océanienne qui disparaît, celle qui a vu passer l’archéologie du Pacifique d’une science pionnière à une recherche de pointe. Une part non négligeable de cette avancée est sans nul doute due à Roger C. Green, qui fut durant trente ans le grand Matua de l’archéologie de notre région.

Issu d’une famille du New Jersey aux États-Unis, un pays dont il ne perdra jamais l’accent malgré cinquante ans de vie dans le Pacifique, sa carrière aurait dû se concentrer uniquement sur le passé indien du sud-ouest américain, pour lequel il s’était passionné dès l’âge de 9 ans. Mais lors d’une rencontre en 1956-1957 avec le professeur Douglas Oliver de Harvard, celui-ci l’incita à aller explorer les origines des peuples du grand Océan. En lui déclarant que « tout jeune homme devrait aller à Tahiti », D. Oliver dévia le cours de son destin. R. Green partit en 1958 pour la première fois dans le Pacifique et réalisa ses premiers terrains en Nouvelle-Zélande ainsi qu’à Mangaréva en 1959-1960, en s’inspirant de l’approche globalisante proposée par Jack Golson sur l’archéologie polynésienne. Green ne savait probablement pas que les techniques qu’il introduisait en Océanie, en particulier la démarche de « l’archéologie spatiale » (settlement pattern approach), allaient avoir une influence immense sur la recherche archéologique dans l’ensemble de la région. Ayant fait ses premières armes et identifié les grands questionnements qu’il souhaitait explorer en matière d’archéologie polynésienne, il se lança dans les années 1960 dans deux énormes projets d’équipe. Épaulé par son étudiante Janet Davidson, il réalisa la première étude de la vallée d’Opunohu, à Mooréa aux îles de la Société, où il put expérimenter tout le potentiel de l’archéologie spatiale dans l’espace polynésien, en cartographiant en particulier plus de trois cents structures archéologiques (Green et al.,1967). Ce potentiel fut démultiplié lors du programme mené entre 1963 et 1965 avec une grosse équipe sur les îles de Savaii et de Upolu aux Samoa occidentales. Ces travaux donnèrent lieu à la publication de deux volumes restés jusqu’à aujourd’hui sans parallèle pour l’archéologie de la Polynésie occidentale (Green and Davidson, 1969, 1974).

C’est au moment où son intérêt se déplaçait vers l’ouest du Pacifique que Roger Green accepta en 1967 un poste au Bishop Museum de Hawaii, au sommet du triangle polynésien. Arrivé dans un archipel sous administration américaine au moment où se mettaient en place les lois sur l’archéologie préventive, qui allaient aboutir à l’émergence de l’archéologie privée, il perçut immédiatement tout l’intérêt que la recherche archéologique pouvait tirer d’une législation permettant d’obtenir des financements privés pour réaliser des fouilles. Il dirigea les premiers programmes de grande envergure sur la vallée de Makaha sur l’île de O’ahu, en combinant son approche spatiale avec l’utilisation d’autres sciences, en particulier l’ethnobotanique, sous l’impulsion de Douglas Yen. Les différents ouvrages publiés à l’issue des programmes lancés par R. Green dans différentes vallées de O’ahu ont défini un nouveau standard de rendu pour l’archéologie hawaiienne (voir par exemple Green, 1980).

Bien que s’étant déjà frotté à la question de la céramique dans la zone Fidji-Polynésie occidentale ainsi qu’aux données de la linguistique historique au début des années 1960, c’est réellement avec le terrain de Samoa que Roger Green commença à s’intéresser à ce qui allait être le sujet dont il resta durant le reste de sa vie le « Pape » : le Lapita. De par sa formation en anthropologie polynésienne, cet intérêt se manifesta dans un premier temps dans le cadre de la question de « l’origine des Polynésiens ». Mais c’est en Mélanésie qu’il alla chercher des réponses au « mystère Lapita », lors d’un autre gros programme de terrain, centré sur les îles Reef/Santa Cruz, au sud-est des Salomon. Ayant obtenu en 1970 un fellowship de la Société royale de Nouvelle-Zélande, qui lui permit durant trois ans d’être dégagé de ses obligations d’enseignement, R. Green monta, en collaboration avec Doug Yen, un gros projet sur les îles Reef/Santa-Cruz, combinant une approche archéologique, linguistique et ethnobotanique. Parmi de nombreux autres travaux, R. Green réalisa, sur différents sites-clés Lapita qu’il découvrit lors de prospections, les fouilles spatiales extensives qui manquaient si cruellement jusque-là aux sites de premier peuplement austronésien. La découverte d’un matériel archéologique riche et divers lui permit de définir enfin les contours d’un « ensemble culturel Lapita » pour le Pacifique Sud-Ouest, en identifiant des changements chronologiques et géographiques dans les motifs pointillés, l’existence d’échanges à longue distance, ainsi que le lien entre certains graphismes Lapita produits il y trois mille ans et des motifs décoratifs océaniens traditionnels. Convaincu depuis les années 1960 de l’intérêt des reconstitutions  linguistiques, ce qui avait incité le linguiste d’Auckland Bruce Biggs à lancer le projet pollex sur le lexique proto-polynésien, il put tester, en s’appuyant sur la complexité de la situation linguistique des Reef/Santa Cruz, les passerelles possibles entre langues et histoire. Sa tentative de synthèse sur cette période Lapita, publiée en 1979, s’appuyant sur une approche multiple des champs de recherche (archéologie, linguistique, ethnobotanique, anthropologie), reste encore aujourd’hui l’un des articles les plus cités dans la littérature archéologique du Pacifique, plus de trente ans après sa rédaction (Green, 1979).

Alors que tout destinait Roger Green à terminer sa carrière à Hawaii, il choisit au contraire, au milieu des années 1970 de revenir en Nouvelle-Zélande, pour prendre le poste de professeur de préhistoire spécialement créé pour lui par l’Université d’Auckland. Cette étape de sa vie fut marquée au début des années 1980 par sa rencontre avec sa seconde épouse, Valérie, anthropologue spécialisée de Tokelau, mais aussi ses premiers soucis de santé. En dehors de terrains autour d’Auckland, sa dernière implication directe dans un programme de fouilles eut lieu en 1984 lors du Lapita Homeland Project dans l’archipel Bismarck où il réalisa avec Dimitri Anson une nouvelle série de fouilles sur un site Lapita célèbre, celui de Watom décrit au début du xxe siècle par le père Otto Meyer. Cette décennie aura été marquée dans la bibliographie de Green par la publication d’un certain nombre d’articles de synthèse majeurs, aussi bien sur le Lapita que sur la Polynésie (voir par exemple, Green, 1991, 1996, 2003), avec en particulier l’utilisation d’un modèle phylogénique de diversification culturelle développé avec Patrick Kirch (Kirch and Green, 2001).  

À ce jour, Watom est la seule fouille de toute l’épopée du Lapita Homeland Project à avoir été publiée de façon complète (Green and Anson, 2000), dans le cadre d’un plan de rendu de ses données de terrain et de diffusion de ses idées qui fut consciemment défini par Roger Green à partir des années 1980. Un plan qu’il a poursuivi jusqu’à la veille de sa mort, de façon systématique, conscient qu’il était que l’archéologie océanienne avait besoin d’un certain nombre de grands axes d’analyse pour pouvoir progresser et certain qu’il était l’un des mieux placés pour proposer certains de ces axes. C’est avec cette idée en tête qu’il décida dès que l’occasion lui en fut présentée, de partir en retraite au début des années 1990. Une retraite qui n’en fut jamais vraiment une, car Roger Green passa chaque jour à son bureau à écrire, lire, passer des coups de téléphone de parfois plusieurs heures aux quatre coins de la terre.

Un des aspects les plus attachants du personnage fut certainement son attention sincère aux autres. Avec une foi profonde dans la nécessité de donner leur chance aux jeunes et sa connaissance de l’ensemble du Pacifique, il aura soutenu, aidé, porté, dirigé, repêché une bonne partie des quinquagénaires et des quadragénaires qui sont aujourd’hui dans les positions de responsabilité de l’archéologie océanienne, qu’ils soient pakeha ou océaniens. Au cours des dernières années, marquées en particulier en 2006 par une grave alerte médicale, il a ainsi organisé la dispersion d’une partie de ses données scientifiques et de ses archives, les remettant à des collègues plus jeunes, avec mission explicite d’achever ce qu’il avait commencé.

Mon premier contact avec Roger Green eut lieu un jour de 1986 où il m’avait dit de venir le voir à l’Université d’Auckland en apprenant que j’étais en ville. Je me souviens de ce monsieur à la grosse voix et une longue barbe, très impressionnant, qui avait accueilli ce tout jeune étudiant calédonien sans autre forme de protocole, curieux simplement de ce que j’avais à lui raconter sur mes premières expériences en archéologie polynésienne à Wallis-et-Futuna avec Daniel Frimigacci. Durant tout mon cursus universitaire, il m’encouragea comme il le fit pour bien d’autres étudiants, à une époque où les essais nucléaires français et l’affaire du Rainbow Warrior, doublés de la crise politique calédonienne, avaient jeté l’ostracisme sur les francophones du Pacifique. Étant un des seuls archéologues anglophones de la région à faire l’effort de lire toutes les publications de la discipline en français, il était convaincu, avec José Garanger et contre l’avis de beaucoup d’autres, qu’il fallait maintenir un lien entre les chercheurs des deux langues. Il accepta de lire ma grosse thèse de doctorat rédigée en français, afin en particulier de pouvoir contribuer, m’avoua-t-il plus tard, à la décision finale du jury. Ses multiples marques d’amitié envers ma famille et mes collègues calédoniens au cours de la décennie suivante, son accueil toujours chaleureux à Auckland, ses attentions aux archéologues kanak lors des congrès internationaux, ses déplacements en Nouvelle-Calédonie simplement pour venir visiter les sites et discuter avec l’équipe du département Archéologie, ses coups de téléphone interminables au bureau, qui imposaient de laisser tout en plan pour s’engager dans des discussions de fond qu’il dirigeait sous forme professorale, ont ponctué ces années. Elles m’ont permis de pouvoir un jour fièrement l’amener sur le site éponyme de Lapita à Koné, pour participer à une coutume souhaitant légitimer le lien historique entre cette tradition vieille de trois mille ans et le peuple autochtone kanak.

Son dernier coup de téléphone au bureau quelques semaines avant de nous quitter était un au-revoir d’une simplicité déchirante, un dernier geste d’un vieux maître digne dans la maladie, donnant ses dernières instructions à l’un de ses disciples avant de se retirer. Mais ces quelques courtes lignes de souvenirs personnels ne doivent pas faire oublier l’extraordinaire héritage scientifique laissé par Roger Green : une dizaine de livres, près d’une centaine d’articles scientifiques, dont un grand nombre sont devenus immédiatement des classiques. Dans la dernière partie de sa vie, il a co-signé une bonne part de ses publications avec des chercheurs plus jeunes, voulant être avant tout un passeur de flambeau. S’il a eu, comme tout universitaire, des inimitiés profondes avec certains de ses collègues, si certaines de ses conclusions sont aujourd’hui remises en question par l’avancée des recherches, s’il est parti sans avoir réussi à conclure tous les dossiers scientifiques sur lesquels il travaillait, il ne fait néanmoins aucun doute qu’il a rejoint le panthéon très fermé des quelques grands du Pacifique, avec Peter Buck, Kenneth Emory, José Garanger et une poignée d’autres.

Oleti Roger pour la flamme transmise aux plus jeunes.

Bibliographie

Green Roger C., 1979. Lapita, in J. D. Jennings (ed.), The Prehistory of Polynesia, Cambridge, Harvard University Press, pp. 27-60.

—, 1980. Makaha before 1880 A.D, Makaha Valley Historical Project Summary Report No. 5,Honolulu, Bishop Museum Press, Pacific Anthropological Records 31.

—, 1991. Near and Remote Oceania: Disestablishing “Melanesia” in culture history, in A. Pawley (ed.), Man and a Half: Essays in Pacific Anthropology and Ethnobiology in Honour of Ralph Bulmer, Auckland, Polynesian Society, pp. 491-502.

—, 1996. Settlement patterns and complex society in the Windward Society Islands: Retrospective commentary on the research in ’Opunohu Valley, Mo’orea, in M. Julien, M. Orliac et C. Orliac (éds), Mémoire de pierre, mémoire d'homme, tradition et archéologie en Océanie, ouvrage collectif en hommage à J. Garanger, Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 209-227.

—, 2003. The Lapita horizon and traditions – Signature for one set of oceanic migrations, in C. Sand (ed.), Pacific Archaeology assessments and prospects. Proceedings of the International Conference for the 50th anniversary of the first Lapita excavation. Koné-Nouméa 2002, Nouméa, Les Cahiers de l’Archéologie en Nouvelle-Calédonie 15, pp. 95-120.

Green Roger C. et D. Anson, 2000. Excavations at Kainapirina (SAC), Watom Island, Papua New Guinea, New Zealand Journal of Archaeology 20 (1998), pp. 29-94.

Green Roger C., K. Green, R. A. Rappaport and J. M. Davidson, 1967. Archaeology on the island of Mo'orea, French Polynesia, Anthropological Papers of the American Museum of Natural History 51, 2, pp. 111-230.

Green Roger C. and J.M. Davidson, 1969. Archaeology in Western Samoa,vol. I, Aukland, Aukland University, Bulletin of the Auckland Institute and Museum 6.

—, 1974. Archaeology in Western Samoa, vol. II, Aukland, Aukland University, Bulletin of the Auckland Institute and Museum 7.

Kirch Patrick V. and Roger C. Green, 2001. Hawaiiki, Ancestral Polynesia: An Essay in Historical Anthropology,Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1  ndlr. – Roger C. Green était membre de la Société des Océanistes.

Haut de page