Navigation – Plan du site
Dossier Wallis-et-Futuna

Futuna, catalyseur de la symbiose des deux artistes : Aloi Pilioko et Nicolaï Michoutouchkine

Christian Coiffier
p. 173-186

Résumés

Les arts non occidentaux sont à la mode avec l’ouverture du musée du quai Branly à Paris. Mais sait-on que depuis plus de quarante-cinq ans deux artistes, Aloi Pilioko et Nicolaï Michoutouchkine ont consacré toute leur énergie pour promouvoir l’art du Pacifique, sans parti pris entre les arts traditionnels et les arts contemporains ! Aloi Pilioko est originaire de l’île de ‘Uvea (Wallis) ; Nicolaï Michoutouchkine, français d’origine russe, est tombé sous le charme de l’île de Futuna. Nous verrons ainsi comment les îles Wallis-et-Futuna représentent le lieu de gestation de l’intérêt de ces deux artistes pour le Pacifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Coiffier, « Futuna, catalyseur de la symbiose des deux artistes : Aloi Pilioko et Nicolaï Michoutouchkine », Le Journal de la Société des Océanistes, 122-123 | 2006, 173-186.

Référence électronique

Christian Coiffier, « Futuna, catalyseur de la symbiose des deux artistes : Aloi Pilioko et Nicolaï Michoutouchkine », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 122-123 | Année 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://jso.revues.org/619 ; DOI : 10.4000/jso.619

Haut de page

Auteur

Christian Coiffier

Maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle, chargé de mission au musée du quai Branly, coiffier@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page