Navigation – Plan du site
Actes de la Société et Actualités

Vient de paraître à la Société des Océanistes

p. 219

img-1-small480.png

Laurent Dousset, 2001. Mythes, missiles et cannibales. Le récit d'un premier contact en Autralie, Paris, Société des Océanistes, Publicaitons de la SdO 50, 196 p. isbn  978-2-85430-029-1.

Prix de vente : 19 € TTC (frais de port en plus)

Laurent Dousset, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales et directeur du Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie à Marseille (credo), a entamé il y a seize ans ses recherches en Australie. Elles portent sur divers aspects de la vie sociale des Aborigènes du bloc culturel du Désert de l’Ouest. Il s’est intéressé à la parenté et à l’organisation sociale, aux contacts culturels, aux transformations sociales, à la propriété foncière et à la diffusion de traits culturels entre groupes et tribus. Depuis peu, il travaille également au Vanuatu sur la question des conflits qui résultent de l’acquisition foncière par des étrangers.

Il publie ici, dans la collection Publications de la Société des Océanistes (n° 50) son dernier ouvrage qui fait le récit d’un premier contact, hors du commun, entre des colons occidentaux et les membres d’une société aborigène située dans le Désert de l’Ouest, une étendue aussi gigantesque que peu accueillante au cœur du continent austral. Ce contact eut lieu il y a à peine plus de cinquante ans, en 1956.

Les récits et archives abondent, les témoignages oraux existent et, surtout, les autochtones qui ont vu et vécu l’arrivée du premier Blanc vivent encore et en parlent. Les acteurs ont dû se confronter à un type de colonialisme particulier puisque les Britanniques et les Australiens entreprirent d’investir le cœur du Désert de l’Ouest pour y effectuer d’abord des explosions nucléaires, puis des lancements de missiles balistiques. Les termes « mythes », « missiles » et « cannibales » résument ainsi les représentations et les objectifs occidentaux qui ont motivé et orienté cette rencontre culturelle : une Australie espérée identique à l’Europe, des objectifs géostratégiques qui font disparaître les réalités du terrain et des Aborigènes qui sont placés au bas de l’échelle sociale.

En passant par l’analyse des notions de « premier contact », de « tribu perdue » et de « présent ethnographique », tout en les situant dans le contexte australien, ce livre discute les mythes qui ont accompagné la découverte occidentale de l’Australie, puis du centre du continent, afin de mieux comprendre les politiques de ségrégation d’abord et d’assimilation ensuite qui ont dominé les rencontres culturelles dans le Désert de l’Ouest. Il fait ensuite l’analyse critique du contexte dans lequel la culture est devenue pour les Aborigènes un objet de revendication politique qui finit par porter ses fruits dans le cadre des exigences de restitutions foncières.

Table des matières

  • Une rencontre à l'image d'autres rencontres

  • « Premiers contacts »

  • La tribu rerouvée

  • À peine un demi-siècle plus tôt : des tests nucléaires et missiles balistiques

  • Ernest Giles et les chercheur d'or

  • Les Ngaatjatjarra, Pintupi et autres tribus perdues

  • Les malentendus démographiques et les politiques de ségrégation

  • De la domination par le ventre : à défaut de devenir chrétiens

  • Un long chemin vers la reconnaissance

  • Pour une anthropologie de l'incertitude

  • Sources et références citées

  • Index