Navigation – Plan du site
Actes de la Société et Actualités

Jean-Marc Tera'ituatini Pambrun (1953 - 2011)

Jacques Bayle-Ottenheim
p. 213-214

img-1.jpg

Cliché de C. Durocher, Papeete, 2004 (http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/pambrun.html)

Né en 1953, Jean-Marc Tera'ituatini Pambrun est mort à Paris le 12 février 2011. Héritier de deux cultures – polynésienne et européenne –, il s'est attaché, après de brillantes études d'anthropologie en France, à raviver les fondements d'une société polynésienne profondément déstabilisée par l'emprise occidentale ; mais loin de tendre à creuser l’écart entre métropole et périphérie, cet engagement déterminé n’aspirait qu’à créer les conditions d’un dialogue équilibré. Comme il l'expose dans L’allégorie de la natte (1993), Jean-Marc œuvrait au rapprochement de :

«toutes les connaissances issues de la culture polynésienne afin de les tresser et de former un ensemble [ouvrant] la possibilité pour les hommes issus de cultures diverses de se rencontrer sans se heurter en entrecroisant leurs différences.»

A posteriori, les fondements et la genèse de cette tentative peuvent se déduire de l’expérience relatée dans l’unique roman de l’auteur, Le bambou noir (2005), où la part de l’expérience autobiographique est indéniable sans être jamais anecdotique. De Paris en 1975 à Pa'ea vingt ans plus tard, on y suit l’itinéraire, marqué par la désillusion, d'un Tahitien qui, au sortir de la jeunesse, embrasse d'un même regard le dessaisissement de sa propre vie et celui de son peuple livré à l'avidité d'un néo-colonialisme effréné. La voix qui mène le récit est celle d'un témoin engagé dont les aspirations s'inscrivent dans une mouvance qu'éclairent de brèves rencontres, avec Henri Hiro ou Bobby Holcomb par exemple… Mais l'espoir accompagné ou soutenu par ces voix d'hier subsiste en dépit des péripéties, personnelles ou sociales, les plus blessantes. En effet, si le récit se développe dans une tonalité assombrie, le Tahitien s'éprouvant au terme du parcours comme un exilé dans son propre pays, un motif de vie reste à l'œuvre, symbolisé par un dessin dont les premiers traits sont esquissés à Paris puis qui, au fil des ans, s'enrichit de chaque épreuve, de chaque accomplissement. Le livre se referme, sinon sur un apaisement, sur une note dénuée d'amertume :

« Il n'y avait rien ou plutôt, en y regardant à deux fois, il y avait bien quelque chose : le ciel recouvrait la surface lisse et opaque d'un bambou noir[…] »

Roman de formation, Le bambou noir où s’éprouvent douloureusement la distance et la réserve maintenues entre deux sociétés appelées à coexister, désigne la voie sur laquelle s’engage Jean-Marc Pambrun. Les parfums du silence, pièce de théâtre publiée sous pseudonyme en 2003, permet de saisir les implications de ce choix et le sens que l’auteur souhaite donner à la poursuite de son parcours. La pièce donne la parole aux Marquisiens qui ont été témoins des dernières années et de la mort de Paul Gauguin, un siècle plus tôt :

« L'intention première, pour l'occasion, est […] de rendre aux Polynésiens la part d'eux-mêmes qui est contenue dans l'œuvre de Gauguin, en mettant en scène le regard que les autochtones ont pu poser sur Gauguin, sa vie et son art et en rappelant, en parallèle, la vision que les Marquisiens avaient d'eux-mêmes, de leur culture et de leur histoire. C'est d'abord un hommage aux Marquisiens, puis un hommage à Gauguin ; mais ce sont les Marquisiens eux-mêmes qui le lui rendent. »

Et, dans la pièce, s’élève un vigoureux appel en faveur d’une écoute réciproque :

« Il faut que tu apprennes à bien connaître tous les parfums de la terre pour voir clairement les choses. Pas seulement ceux de la Terre des Hommes, mais aussi ceux de la Terre des étrangers. » (Haapuani, acte III, scène VI)

L’écho pressant de cet appel court tout au long de l’œuvre de Jean-Marc Pambrun, dans ses essais, dans ses nouvelles, dans son théâtre, dans sa poésie ; il animait sa création graphique et musicale ; il était à la base de ses multiples engagements dans l'action publique – à la tête du département des traditions au Centre polynésien des sciences humaines entre 1983 et 1992, à la Maison de la culture de Papeete entre 1998 et 2000, au Musée de Tahiti et des îles depuis 2005. Une œuvre profuse et diverse, exigeante, forte et dérangeante, témoigne de ce combat inlassable ; au lendemain d’une disparition prématurée, elle requiert une nouvelle écoute, attentive – à la hauteur des attentes qu’elle exprime et des horizons qu’elle ouvre.

Ce matin, son esprit a glissé sur son dernier souffle.

À présent, il flotte au milieu de nous.

(Les parfums du silence, acte II, scène 1)

Photo 2. – Jean-Marc Pambrum au salon du livre de l'Outremer à Paris (rue Oudinot), octobre 2007

img-2.jpg

(cliché de C. Bayle)

APPROCHE BIBLIOGRAPHIQUE

1978. Tahiti, un mythe qui dure : phases du néocolonialisme et du capitalisme en Polynésie française, Paris, Éditions caribéennes,

1993. L'allégorie de la natte, ou Le Tahua'a-parau-tumu-fenua dans son temps (bilingue tahitien-français), Papeete, éd. par l'auteur.

1995. Le sale petit prince : pamphlets blancs, recueil de textes publiés dans L'Écho de Tahiti nui, Papeete, éd. par l'auteur.

1998. La fondation du marae : la légende du scolopendre de la Mer sacrée, Papeete, éd. par l'auteur.

2001. Te Ata Mau - C'est une terre mā'ohi, photographies de Michel Chansin, textes de Jean-Marc Tera'ituatini Pambrun, Papeete, Au Vent des îles/

2002. La nuit des bouches bleues, pièce de vers en un acte, Moorea, Les éditions de Tahiti.

2003. Les Parfums du silence, sous le pseudonyme d’Étienne Ahuroa, Papeete, Éd. Le Motu.

2003. Triste sauvage, in Riccardo Pineri (dir.), Paul Gauguin, héritage et confrontation, actes du colloque des 6, 7 et 8 mars 2003 (Université de la Polynésie française), Papeete, Éd. Le Motu.

2004. Huna, secrets de famille, Matoury (Guyane), Ibis rouge.

2005. Le bambou noir, Papeete, Éd. Le Motu.

2006. La naissance de Havai'i = Te ti-pu-ra'a 'o Havai'i (bilingue tahitien-français), Papeete, Éd. Le Motu.

2007. Francis Puara Cowan, le maître de la pirogue polynésienne - Tahua va'a, Papeete, Éd. Le Motu.

2008. Les voies de la tradition, Paris, Éd. Le Manuscrit, Essais et documents.

2009. Il a plu sur Hienghène, in Claudine Jacques et Nicole Perrier (éds), Sillages d’Océanie, Nouméa, Association des écrivains de la Nouvelle-Calédonie.

2009. La lecture, Papeete, Éd. Le Motu.

2009. Les Parfums du silence : Gauguin est mort!, nouv. éd., Papeete, Éd. Le Motu.

2010. Le gardien des familles, in Nouvelles d’Océanie, vol. 1, Villelongue d'Aude, Atelier du gué (Brèves, 91).

2010. Henri Hiro, héros polynésien, Moorea, Puna Honu.

2010. L'île aux anthropologues, Paris, Éd. Le Manuscrit, Essais et documents.

Photo 3. – Jean-Marc Pambrum devant son portrait

img-3-small480.jpg

(http://tahitipresse.pf/2011/02/ceremonie-a-paris-en-memoire-de-jean-marc-pambrun/)