Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Les hommes oubliés d’Océanie de Betty et Jacques Villeminot

Gilles Bounoure
p. 189-190
Référence(s) :

Villeminot Betty et Jacques, 2010. Les hommes oubliés d’Océanie, Grenoble, Éditions Glénat, collection « La Société des Explorateurs », 208 pages, bibliogr., cartes, très nombreuses illustrations.

Texte intégral

1Ce grand in-quarto, retraçant plus d’un quart de siècle d’expéditions en Australie et en Nouvelle-Guinée, est l’hommage rendu à deux figures éminentes de la Société des Explorateurs français par un éditeur qui a entrepris de mettre en valeur les activités des membres de cette société savante, présentées dans un précédent volume de la collection. Les deux auteurs, Betty et Jacques Villeminot, cinéastes, photographes, ethnographes et conférenciers, ne sont plus à présenter aux Océanistes de langue française, qui ont tous lu ou parcouru un jour un de leurs dix-sept ouvrages parus entre 1954 et 2008, serait-ce seulement pour leurs photographies remarquables. Elles sont largement mises en valeur dans ce nouveau livre qui restitue toutes leurs couleurs et leur grain à des clichés datant pour certains d’un demi-siècle et pour nombre d’entre eux encore inédits ou connus jusqu’à présent uniquement par des publications en noir et blanc. Cette prouesse d’édition mérite déjà le regard.

2Ce qui a certainement distingué le plus « les Villeminot », comme il est d’usage de les nommer, des autres explorateurs français des années 1950-1970 partis visiter la Nouvelle-Guinée et ses alentours, c’est la recherche non pas des exploits « virils » ou des « découvertes » spectaculaires, mais du contact et de l’empathie, évidemment favorisés par le fait de se présenter à deux, mari et femme, auprès des groupes qu’ils pouvaient ainsi observer de façon à la fois conjointe et séparée. Certes, Margaret Mead avait fait un peu de même, soit avec Reo Fortune soit avec Gregory Bateson, mais ce n’est que dans l’après-guerre, et lentement, que les ethnologues ont mesuré les réels avantages de l’enquête en couple, devenue aujourd’hui plus fréquente. Les Villeminot les avaient perçus d’emblée, et cela donna à leurs premières publications destinées au grand public un ton spécifique, très éloigné des récits de baroudeurs qui paraissaient à la même époque, et largement plus proche aussi du regard complet sur la vie sociale attendu des recherches ethnographiques.

3Sans prétendre au titre de chercheurs, même s’ils furent officiellement mandatés par des musées français et australiens pour recueillir des données ou des enregistrements (comme le signalent les « bilans » fournis à la fin des chapitres), ces voyageurs ont assumé une bonne part des responsabilités professionnelles et morales attachées à cette activité scientifique. On le verra dans ce livre, leur conception du « spectaculaire », ou plus précisément des images et des films à montrer au public occidental, n’est pas celle de la conquête, de l’intrusion ou du secret obtenu par effraction, censés alimenter « le choc des photos ». Ils ne montrent que ce que leurs hôtes ont bien voulu leur révéler de leur vie cérémonielle ou ordinaire, successivement en Australie (1951, 1956) dans les Hautes Terres de Nouvelle-Guinée (1960), dans la vallée haute et moyenne du Sepik (1961), à Kiriwina (1966) et en territoire asmat (1977), thèmes des cinq chapitres du livre. Leurs sujets, tout autant que leurs angles de prise de vue et leurs cadrages, ont leurs sources non dans le photo-reportage mais dans une littérature ethnographique qu’ils ont longuement étudiée et abondamment citée dans leurs ouvrages. Il n’est pas exclu que leurs photographies aient à leur tour guidé plus ou moins directement les prises de vues d’ethnologues plus récents.

4« Les hommes oubliés », tel était déjà le titre de leur premier film (récompensé par plusieurs prix en 1959 et 1960), on ne peut plus lucide et vigilant si l’on se remémore le sort fait à l’époque aux Aborigènes du centre et du nord de l’Australie auprès desquels ils l’avaient tourné. Un demi-siècle plus tard, ce titre qu’ils ont conservé n’a pas perdu de sa justesse, mais il a pris un sens différent, notamment du fait de la mondialisation et de l’accélération des échanges. Cette évidence est perceptible dans les textes des chapitres que les Villeminot ont tenu à rédiger de neuf, à la lumière de leur longue expérience et de leur perception des changements apportés par ces dernières décennies. En se gardant de tout aggiornamento intempestif comme de toute comparaison anachronique, ils donnent de leurs séjours anciens des relations nouvelles sans doute mieux adaptées aux lecteurs d’aujourd’hui, mais destinées aussi et surtout à montrer l’actualité des enseignements recueillis à la faveur de leurs voyages. La capacité d’inviter en 2010 un large public à « méditer sur la société des fiers Trobriandais » (p. 164), par exemple, c’est ce qu’un grand nombre de spécialistes doivent certainement envier – et reconnaître – aux Villeminot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bounoure, « Les hommes oubliés d’Océanie de Betty et Jacques Villeminot », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 189-190.

Référence électronique

Gilles Bounoure, « Les hommes oubliés d’Océanie de Betty et Jacques Villeminot », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://jso.revues.org/6329

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page