Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

L’art c’est l’art de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds)

Raymond MAYER
p. 205-206
Référence(s) :

Gonseth Marc-Olivier, Hainard Jacques et Roland Kaehr (éds), 1999. L’art c’est l’art, Neuchâtel, Publications du Musée d’ethnographie, 260 p.

Texte intégral

1Ce compte rendu est dédié à une collection plutôt qu’à un ouvrage particulier. À travers trois titres un peu pris au hasard (voir les deux suivants ci-après), faisant partie de la « liste des ouvrages reçus » par la Société des Océanistes (probablement avant même son déménagement du musée de l’Homme jusqu’à sa nouvelle adresse au musée du quai Branly), je voudrais rendre compte d’une luxuriance de réflexions qui passent généralement à travers les mailles du réseau des recensions ou des « plans de communication » institutionnels qui maintiennent la notoriété des grandes maisons d’édition à la faveur de campagnes de presse orchestrées « entre amis ». Nos amis de Neuchâtel ont raison de battre le fer quand il fait froid, et d’accompagner chaque exposition annuelle « à thème » présentée au Musée ethnographique de Neuchâtel (men) d’un ouvrage rassemblant des textes commandés pour la circonstance. Ces textes ne font pas le catalogue, mais ils en forment une sorte de double imaginaire, en commentant le thème de l’exposition en cours, mais pas les objets exposés. Ils sont une pensée libre, mais non pas incontrôlée dans son expression, en général impeccablement travaillée.

2Qui sont ces trois auteurs qui font vivre une aussi longue habitude ? Il y a Marc-Olivier Gonseth, conservateur au men, qui est le permanent d’une troïka variable qui se renouvelle dans les dernières éditions. Jacques Hainard et Roland Kaehr, autre conservateur au men, ont signé avec lui, sous le sigle de leurs trois patronymes GHK, les parutions des années 2000 qui sont rapportées ici, et dont le plaisir de lecture ne s’altère pas avec le recul du temps.

3S’agissant d’un titre de 1999, L’art c’est l’art arborait, dans un format de livre de poche, une collection de onze chapitres écrits par des auteurs à la plume alerte et à la muse chatouilleuse. Le contexte du débat était alors animé par la création du Musée du quai Branly à Paris, et la présentation d’une sélection d’« arts premiers » au Louvre, concept à controverse chaude qu’il est intéressant de revisiter à froid !

4Le livre débute (pp. 11-44) par les facéties sérieuses (traduites en français) du « singe peintre » de 1982 de Heiny Widmer (ancien conservateur de l’Argauer Kunstmuseum d’Aarau) et de l’artiste Rémy Zaugg.

5Examinant « sous le masque africain, quelques faux-semblants » (pp. 45-66), Jean-Claude Muller, de l’université de Montréal, rappelle fort opportunément que c’est l’usage qu’en ont fait les cubistes qui a fait changer de catégorie les masques africains détenus par les artistes européens. D’objets « ethnographiques », ils sont subitement devenus « objets d’art », et reprenant une formule de Roland Kaehr (1989), on a constaté « une montée vertigineuse de leur valeur, non pas artistique – les œuvres demeurant toujours les mêmes – mais pécuniaire ». Depuis lors, note Jean-Claude Muller, « la confusion entre vrai, faux et copie […] se démultiplie selon une progression logarithmique » (p. 55). Dans son analyse fort bien argumentée par ailleurs, on relèvera cependant cette nomenclature inattendue des peuples de l’« art primitif » référencés comme « Mélanésiens, Océaniens et Africains » (sic, p. 46).

6L’article-chapitre de Nathalie Heinich, sociologue au cnrs, restaure la polémique assez vive qui entourait la notion de légitimation (pp. 67-76) : qu’est-ce qui doit être promu au rang de « beaux-arts » et qu’est-ce qui ne doit pas l’être ? Qui détient le pouvoir de la légitimation ? Partant d’une analyse de type wébérien et bourdieusien, elle aboutit à un concept de « reconnaissance » dans lequel « un minimum de neutralité à l’égard des valeurs […] est un préalable indispensable » pour ne pas avoir à choisir en permanence entre les valeurs dominantes de la culture ayant acquis les œuvres et les valeurs dominées de la culture les ayant produites.

7Sally Price, anthropologue exerçant en Martinique et en Virginie, lui emboîte le pas en plaidant pour l’interdépendance des systèmes de légitimation (pp. 77-92) en établissant le lien entre les producteurs d’art et les critiques d’art et conservateurs de musée qui, auparavant, faisaient la pluie et le beau temps, sans avoir à légitimer leurs choix. Les termes du choix cornélien se situent selon elle entre la sempiternelle tension entre la prévalence d’une approche ethnographique et celle d’une approche esthétisante indépendante des canons de la culture d’origine.

8Exfiltrant ses analyses de l’image du boa constrictor digérant un éléphant chez Antoine de Saint-Exupéry (pp. 109-114), Vanessa O’Reilly, artiste londonienne, s’attache à donner de la profondeur historique au débat en faisant remarquer que « la façon dont nous considérons et admirons l’art grec est totalement différente de la façon dont les Grecs le comprenaient et l’admiraient » (traduit de l’anglais). La distanciation historique et en même temps le rapprochement géographique du débat lui font refaire la philologie du terme « art », ce qui l’amène à déconstruire le statisme et la supposée intemporalité du sentiment esthétique pour lui substituer une vision dynamique et sans cesse actualisée.

9Sous le titre enjoué d’« Alice au pays des merveilles ou la liberté de l’œuvre d’art » et sous forme de dialogue (pp. 115-129), Walter Tschopp, conservateur au Musée d’art et histoire de Neuchâtel, est venu attester de ses bons rapports de voisinage avec le Musée ethnographique, en soulignant l’importance du marketing dans la gestion des carrières artistiques soumises aux stratégies et calculs des institutions dispensatrices de subventions publiques et privées.

10L’artiste et collectionneur Jean Zuber offre à commenter les mécanismes de la cotation des œuvres (pp. 185-222) à partir d’une collection de 26 photographies en noir et blanc dédiées à des objets d’Afrique noire.

11Dans certains aspects abordés, la vigueur du débat s’est parfois estompée, mais pas les termes du débat. Que l’on me pardonne de ne pas citer ici tous les textes réunis dans ce livre s’y rapportant, mais chaque lecteur pourra apprécier selon ses intérêts propres la matière des débats récurrents. La distanciation produite par le recul du temps montre que les idées très discutées perdurent par-delà les périodes d’effervescence qui les intensifient à certains moments, sans qu’elles retombent à la situation ante. Ce qui a été conçu dans l’agitation, finit quelquefois par s’imposer comme un lieu commun, et il n’est pas inintéressant d’en battre le rappel. Maintenant que les « arts premiers », par exemple, sont entrés dans le dictionnaire Larousse, sous la forme d’une planche qui leur est entièrement dédiée, il peut être utile, en consultant ce livre de GHK, de remonter aux positions fondatrices et parfois âprement contestées. En ce sens, ce livre est une sorte d’hommage à l’hommage, pour faire écho au slogan « l’art c’est l’art » appelé à servir d’enseigne à ce navire amiral de la collection neuchâteloise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « L’art c’est l’art de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds) », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 205-206.

Référence électronique

Raymond MAYER, « L’art c’est l’art de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://jso.revues.org/6333

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page