Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

La grande illusion de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds)

Raymond MAYER
p. 206-207
Référence(s) :

Gonseth Marc-Olivier, Hainard Jacques et Roland Kaehr (éds), 2000. La grande illusion, Neuchâtel, Musée d’ethnographie, 184 p.

Texte intégral

1Le même trio d’éditeurs (voir recension précédente) s’est fait plaisir à célébrer le tournant du millénaire, en l’affublant d’un titre sans ambages : « la grande illusion ». Là encore, avec le recul, l’avenir pourrait lui donner raison. Édité pour accompagner l’exposition de l’an 2000 (21 octobre 2000 – 21 octobre 2001), le livre (ainsi que probablement l’exposition) a visiblement été rédigé dans l’idée de venir en contrepoint de l’euphorie fantasmatique créée par le bimillenium. Fort de quatorze auteurs majoritairement suisses, mais aussi français et italien, l’ouvrage trouve son unité de propos dans l’exploration multiforme du thème de l’année, et qui est récapitulé sous l’expression de « La grande illusion ».

2Pour qui  connaît ses classiques, La grande illusion était au cinéma le récit d’une évasion réussie, durant la guerre 1914-1918 et depuis le château du Haut-Koenigsbourg, de deux soldats dont on se rappellera notamment le rôle de Jean Gabin face à Erich von Stroheim incarnant le commandant de la forteresse, et qui dans la dernière réplique imaginaient que cette guerre-là serait la dernière !

3Dans l’exposition de Neuchâtel, les fantasmes placés dans l’année 2000 devaient remplir à peu près le même rôle et la même fonction dans le grand public, mais n’illustrer en définitive qu’une « grande illusion » de plus. L’une des contributions du livre le dit d’ailleurs explicitement dans son titre : « Les expositions universelles ou la grande illusion » et les chapitres égrènent le thème en libres propos sans contournures, ni censure.

4Que l’on en juge d’après les propos introductifs plutôt décapants qui les lancent (p. 9) :

« Bien sûr il y a Internet, les stock-options, la chirurgie plastique, l’état voyou ; d’accord, il y a les bornes interactives, le wap, la nouvelle économie, les zoos humains ; les assessment centers, la réalité virtuelle, la glocalisation, les extrémistes basques, c’est clair ; le multimédia, le streetwear, la téléphonie mobile, les routards de banlieue, ça marche ; le génie génétique, les start-up, la nanotechnologie, le capitalisme chinois, assurément ; les écrans plats, Le Monde diplomatique, le postmodernisme, Questions pour un champion, O.K. »

5Suit une phrase à la Proust, qui comme une sentence anglaise fait du Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN) un château hanté « juché sur promontoire [qui] scrute nos villes barbares, mystiques […] ». Le thème de la vigie intellectuelle et de la lueur balayante du phare dans la nuit, on avait déjà vu, mais dieu, que c’est joliment dit ! Bref, tout est prétexte à raison et dérision.

6Sur quatorze contributions, dix déclinent le terme « illusion » dans leur titre, et une impossible « quadrature du cercle » de Georges Augustins (p. 13) les enclenche : « Jeu, illusion et altérité » de Thierry Wendling (p. 25) ; « Chacun sa chimère : le Privatdozent, ou l’« illusio » académique faite homme » de Franz Schulheis (p. 41) ; « La force de l’illusion » de Michel Maffesoli (p. 57) ; « Schiller : l’illusion de l’art fondant l’être-ensemble » de Jean-Louis Déotte (p. 69) ; « La grande illusion et le paradis retrouvé » de Denis Müller (p. 83) ; « La quête d’une humanité « parfaite » : une illusion des temps modernes » de Daniela Cerqui (p. 99) ; « Les illusions des vu’cumprà » d’Anna Maria Pecci (p. 113) ; « La mort de l’Homme et la grande illusion : esquisse pour un scénario » de Fabrizio Sabelli (p. 141) ; « Les expositions universelles ou la grande illusion » de François Cofino (p. 149). Inutile de dire qu’au terme de cette longue série d’illusions, le panier est plein, et la démonstration faite. L’éditeur principal, Marc-Olivier Gonseth, conservateur-adjoint du Musée d’ethnographie, peut alors rapatrier la réflexion sur « l’illusion muséale » (pp. 155-164). Celle-ci consiste, dans sa perspective, dans le fait de réunir un « hypertexte », une « hyperimage » et un « hyperobjet », c’est-à-dire trois dimensions au second degré qui nécessitent forcément le dépassement référentiel, que l’on peut convenir d’être une création permanente d’illusion.

7Pour finir, sorte d’évocation en boucle de la énième illusion du livre, le mythe de Rimbaud communard, et 1871 réinterprété par Frédéric S. Eigeldinger (université de Neuchâtel) avec les lunettes de 1968, donnent l’image d’un mai où « sous les pavés, il n’y avait pas de plage » (pp. 165-181).

8Au-delà, ou plutôt à travers, la pirouette stylistique, le propos est grave ou superficiel, c’est selon. Mais on ne sort pas indemne de la lecture de cette avalanche d’idées et d’expressions qui ballottent le lecteur comme une barque dans une tempête du Léman. Si à Neuchâtel, la cuvée 1999 avait du tanin, celle de 2000 avait de la jupe, et il lui arrive de célébrer des millésimes à déguster sans modération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « La grande illusion de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds) », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 206-207.

Référence électronique

Raymond MAYER, « La grande illusion de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://jso.revues.org/6334

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page