Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

X. Spéculations sur l’imaginaire et l’interdit de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds)

Raymond MAYER
p. 207-208
Référence(s) :

Gonseth Marc-Olivier, Hainard Jacques et Roland Kaehr (éds), 2003. X. Spéculations sur l’imaginaire et l’interdit,Neuchâtel, Musée d’ethnographie, 268 p.

Texte intégral

1Autre année, autre thème. La cuvée 2003 du livre de Neuchâtel nous plonge dans le X. Le sous-titre un rien spéculatif annonce clairement la tendance : le X physique et social revu à la manière littéraire, prétexte pour tout en dire, et surtout ne rien en cacher. Levée de censure ? Sans aucun doute. Imaginaire débridé ? Encore davantage. Interdit transgressé ? Tout cela est bienvenu. Dès l’introduction si l’on ose dire, GHK, c’est-à-dire Gonseth, Hainard et Kaehr, mettent le feu aux fesses. Si « jouir tout de suite, tout le temps » (on dirait du Gauguin) avait été, selon les éditeurs, le cri de ralliement des années 1960, le « puritanisme balbutiant » marque à la culotte le début du nouveau millénaire.

2L’entrée en matière est doctement déclamée en trois séries de questions. D’abord « l’impression que la pornographie s’est tellement normalisée depuis les années 1970 – perdant au passage sa charge contestataire – sous l’influence des films, de la vidéo, de la publicité, de la littérature et de l’Internet » (p. 8). Ensuite « l’évolution des normes sociales en matière de sexualité […] jusqu’à nos jours, où l’état d’esprit serait davantage au révisionnisme rampant qu’aux percées libertaires » (p. 9). Enfin « les limites des termes associés ici, « spéculations », « imaginaire » et « interdit », tant sur le plan de la pratique littéraire et poétique que de l’essai sociologique et ethnographique » (p. 9).

3Les titres (quinze au total) sont alors suffisamment suggestifs, voire un tantinet anarchistes, pour stimuler les plus timides : « Porn is beautiful », « Plus il y aura de cul, moins on reconnaîtra les visages », « Parfums de soufre », « La guerre des désirs ». Ils alternent avec des réflexions de haute volée ou à la gravité trop sérieuse pour être totalement feinte : « La pornographie ou le silence des anthropologues », « Les acquis et les ambiguïtés de la révolution sexuelle en France », « Épouse et sorcière : le pouvoir d’un soupçon ». Et pour finir avec le Musée d’ethnographie qui n’est jamais très loin, une collection de douze clichés de nus de la période coloniale qui se défend d’être voyeuriste : « Les plaques sensibles de la mémoire « ethnographique » : Congo belge, 1890-1930 », une sorte de version hard de l’exposition 2010 du musée du quai Branly sur le fleuve Congo. Entre musées, pourquoi se cacher des choses ?

4L’ancienne Société neuchâteloise de géographie, qui avait publié nombre de travaux ethnographiques sur le Pacifique, peut donc se vanter d’avoir trouvé autour du Musée ethnographique une succession tout à fait heureuse dans ce type d’initiative éditoriale, reconduite annuellement, qui porte à incandescence, dans une forme brillante, sans tomber pour autant dans le bling-bling, les termes de débats qui sont expressément identifiés dans des expositions adossées à des collections permanentes ou temporaires qui n’ont rien à envier aux collections « internationales ».

5La constance de ce type de publication qui suit chaque manifestation-phare du musée aussi sûrement que le soleil suit son écliptique, mérite, à mon sens, plus qu’une attention distraite et un « regard oblique » (pour emprunter à Georges Brassens une expression qui définirait assez bien le ton d’écriture qui cisèle ce type de production). Cette édition de textes est en soi une exhibition d’arts et lettres, qui se suffirait presque à elle-même, et qui rappellerait plutôt l’association d’idées surréalistes assumées qu’un genre mineur d’accompagnement. Les trois titres recensés, même pris au hasard, et décalés dans le temps par rapport aux dernières parutions, me semblent représentatifs du style et des contenus développés à l’occasion de chaque thème abordé.

6Le dernier titre paru est de 2010. La verve continue, et l’inspiration n’est pas en sommeil. Ce n’est donc pas insulter le temps ou faire injure à la Confédération helvétique que de reconnaître la qualité de production de ces auteurs du canton de Neuchâtel, production qui est à la fois constante dans la qualité, tonique dans le ton, et stimulante pour le libre débat scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond MAYER, « X. Spéculations sur l’imaginaire et l’interdit de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds) », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 207-208.

Référence électronique

Raymond MAYER, « X. Spéculations sur l’imaginaire et l’interdit de Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard et Roland Kaehr (éds) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://jso.revues.org/6335

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page