Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Les montagnes du Pacifique de Dominique Cadilhac

Hélène Guiot
p. 202-203
Référence(s) :

Cadilhac Dominique, 2007. Les montagnes du Pacifique, 160 p., table des 100 objets reproduits, bibliogr. indicative, cartes, nombreuses ill. couleur.

Texte intégral

1L’ouvrage de Dominique Cadilhac emprunte son titre à la configuration des îles hautes et escarpées des Marquises, où il séjourna en tant qu’administrateur d’État de 1994 à 1996. Nourri de son expérience et des souvenirs personnels, il nous livre ici un roman dans lequel il donne la parole à un médecin, Christian. « Voileux tourdumondiste », ce dernier fait escale aux Marquises et y demeure finalement quelques années comme docteur de l’archipel. Le récit de ses tournées médicales dans les différentes îles, parfois au plus profond des vallées, sont pour l’auteur l’occasion de donner la parole à de multiples acteurs, polynésiens et occidentaux, installés ou de passage, tout en dressant un tableau de l’atmosphère sociale et économique des îles Marquises au tournant des années 2000.

2Dominique Cadilhac émaille ainsi le récit de rencontres qui permettent au personnage principal et, par là-même, on le suppose, à l’auteur, d’exposer son ressenti vis-à-vis des Marquisiens et de développer plusieurs sujets récurrents au gré des dix-neuf chapitres du roman : l’évolution des modes de vie dans ces milieux insulaires, la place des femmes dans les sociétés de Polynésie, les rapports entre les êtres humains et la communication entre les communautés, la colonisation, l’oral et l’écrit, la vie sentimentale et sexuelle des habitants, la violence, l’isolement, l’histoire de l’archipel marquisien… et bien d’autres encore.

3C’est d’ailleurs un monde de ruines et de chute démographique que décrit souvent l’auteur : vestiges archéologiques des habitats occupés avant l’arrivée des Occidentaux, ruines de l’époque où la production du coprah constituait le revenu de nombreuses familles marquisiennes, avant la mise en route du cep et l’exode qui s’ensuivit vers Tahiti ; l’arrivée des Européens, encore, qui introduisirent des maladies contre lesquelles les insulaires n’étaient pas protégés, ainsi que des armes à feu générant conflits d’intérêt et, aussi, décès.

4Au fil de l’histoire, on reconnaît aisément des personnalités de ces îles Marquises, parmi lesquelles se mêlent des personnages inventés et d’autres recréés par l’auteur, combinant alors souvenirs personnels et fiction. Ainsi défilent un grand nombre d’acteurs que l’on revoit ou non au détour des pages, donnant un aspect légèrement décousue à l’histoire ; mais c’est peut-être un effet recherché par l’auteur qui veut ainsi rendre comte du « simple passage » de son héros, comme bien d’autres visiteurs, dans ces îles.

  • 1  Il s’agit de Souvenirs des îles Marquises, groupe Sud-Est, 1887-1888 / Alfred Testard de Marans, P (...)

5On regrettera d’ailleurs quelques erreurs, comme l’orthographe approximative des termes polynésiens (kaoha, Raïatea…), les deux références bibliographiques incomplètes (Testard de Marans1 p. 184 et Albert Cohen p. 211), ou bien encore « Nuku Hiva, baptisée la terre des hommes » (p. 46) alors que l’expression (en marquisien henua enana ou fenua enata) désigne l’ensemble de l’archipel. Les lecteurs accèderont souvent aux pensées répétées du médecin (celles de l’auteur, celles entendues par lui lors de son séjour ?) sur la solitude, l’isolement, le silence qui s’abat sur ces terres, ou encore sur la majesté du paysage et les grandes montagnes qui forgent le caractère des insulaires. On restera d’ailleurs prudent lorsque ces pensées expliquent à quel point le milieu conditionne le caractère des habitants des Marquises. Ainsi, à Ua Pou, où la géologie paraît différente, « une île plus facile à habiter où l’homme semble se plaire », « les Marquisiens … sont moins marqués par la gravité de caractère si présente chez leurs autres compatriotes [les habitants des autres îles de l’archipel], et plus résolument chaleureux dans leurs comportements » (p. 242). De même, le médecin, tentant de décrypter les comportements contemporains, voire la psychologie des Marquisiens, s’attèle à une tâche délicate et dans laquelle il ne parvient pas toujours à convaincre.

6Au-delà de ces réserves, l’auteur propose des analyses intéressantes sur l’importance des cycles du vivant (p. 111), sur l’engouement pour le passé ancien des îles Marquises, qui tend à évincer la connaissance de l’histoire plus récente (p. 130). Il décrit avec justesse la douleur que provoque le travail de retour sur ce passé (p. 226), parce que rien, ou si peu, a été transmis, en raison notamment de l’interdiction de parler la langue marquisienne. Il fait expliquer par une Marquisienne de son roman le travail de copiste que constituait à l’école l’apprentissage de la langue française (p. 213). Si elle reconnaît que l’usage du français lui ouvre des portes, il reste fermé, pour elle, à l’expression de l’émotion. Enfin, et peut-être surtout, elle déclare : « nous avons perdu l’usage d’une pensée active faute d’une langue élaborée, vivante, entretenue ».

7Enfin et, c’est peut-être le plus grand intérêt de ce roman, l’auteur présente les débuts et l’ascension d’un leader politique marquisien, que l’on devine être Lucien Kimitete.

  • 2  Voir également à ce sujet,Dominique Cadilhac, 2005 « Le déni », Journal de la Société des Océanist (...)

8Lucien Kimitete (1952-2002) fut maire de Nuku Hiva, conseiller à l'assemblée territoriale de Polynésie française et numéro deux du parti polynésien autonomiste d'opposition, le Fetia Api. Engagé politiquement et ardent militant de la spécificité culturelle marquisienne, Lucien Kimitete luttait justement contre les a priori des visiteurs qui voient trop souvent les Marquises comme un cimetière. Animateur charismatique, notamment du festival des Marquises (qui se tient tous les quatre ans et dont le prochain aura lieu à Nuku Hiva en décembre 2011), il disparaît dans un accident d’avion, en mai 2002, au large des Tuamotu, où il se rendait dans le cadre d’une campagne pour des élections législatives, avec ses compagnons d’infortune, Boris Leontieff, Arsen Tuairau et Ferfine Besseyre2. Les conditions de l’accident restant insuffisamment expliquées, la douleur de l’absence fut encore plus vivement ressentie aux îles Marquises :

« Kia [Lucien Kimitete] n’est pas mort, non, pire, il a disparu et son corps absent ne peut nous guérir de son souvenir. » (p. 266)

9L’auteur évoque alors une certaine suspicion qui circulera parmi la population :

« le moment où elle [la disparition] se produit, dans l’existence de Kia et de tous ceux qui le connaissent, accroît le trouble dans lequel elle va plonger beaucoup d’esprits. Elle intervient dans un contexte bien opportun pour ceux que son action et ses discours étaient parvenus à inquiéter. » (p. 266)

10Le roman se poursuit et tout au long de ce récit, reflet d’un grand attachement aux Marquisiens, ceux des lecteurs qui ont séjourné quelque temps dans cet archipel, verront s’animer des personnalités connues ; ils revivront peut-être certains des événements relatés et éprouverons assurément des impressions familières.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de Souvenirs des îles Marquises, groupe Sud-Est, 1887-1888 / Alfred Testard de Marans, Publication de la Société des Océanistes 48, de 2004, dont Dominique Cadilhac a rédigé l’introduction.

2  Voir également à ce sujet,Dominique Cadilhac, 2005 « Le déni », Journal de la Société des Océanistes, 120-121 : 173-180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Guiot, « Les montagnes du Pacifique de Dominique Cadilhac », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 202-203.

Référence électronique

Hélène Guiot, « Les montagnes du Pacifique de Dominique Cadilhac », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/6337

Haut de page

Auteur

Hélène Guiot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page