Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

100 objets de navigation de Mélanésie de Didier Zanette

Hélène Guiot
p. 194-196
Référence(s) :

Zanette Didier, 2009. 100 objets de navigation de Mélanésie, Nouméa, DZ Productions, coll. Et si nous parlions l’Océanien ? 2, 160 p., table des 100 objets reproduits, bibliogr. indicative, cartes, nombreuses ill. couleur.

Texte intégral

  • 1  Il s’agit du deuxième volume d’une collection dont le troisième a déjà fait l’objet d’un compte re (...)

1L’objectif central du livre relève d’une intention séduisante : mieux connaître les sociétés au travers de leurs objets ; et le sujet choisi dans ce deuxième volume de la collection « Et si nous parlions l’Océanien »1 apparaît pertinent : les objets de Mélanésie ayant trait à la navigation, tant il est vrai que ce thème se trouve finalement rarement traité, malgré la prégnance de l’insularité en Océanie.

2Comme l’indique le titre, sur les cent objets de navigation, l’auteur, Didier Zanette, choisit de nous présenter un panneau votif, deux pièces de mât, un taquet, une conque, quarante figures de proue, huit maquettes de pirogues et quarante-sept pagaies, toutes ces pièces provenant de divers archipels de Mélanésie, essentiellement de Papouasie Nouvelle-Guinée, mais aussi de Papouasie occidentale (ex Irian Jaya), des îles Salomon, du Vanuatu. Ces pièces se rencontrent au fil des pages de l’ouvrage, divisé en trois grandes parties, chacune d’elles découpée en trois chapitres.

  • 2  Il s’agit sans doute de Dominique Franchot (Leblic, 2010 : 269-270).

3Après une courte préface signée DF2, une brève introduction présente quelques données sur la navigation océanienne.

4La première des trois grandes parties qui constituent cette publication porte sur les « Types de navigation » (pp. 13-42). Après quelques lignes sur la navigation des grandes migrations, les voyages hauturiers et le cabotage (« La navigation en Océanie : entre nécessité et expression », pp. 13-20), l’auteur évoque quelques généralités sur l’influence du milieu, la disparition de certaines formes d’embarcation, les pirogues contemporaines (« Types d’embarcation et accessoires », pp. 21-26) pour finir par un chapitre sur les pagaies et pagaies de gouvernail qui comprend quelques descriptions techniques et fonctionnelles (« Les modes propulsion et de direction », pp. 27-41). Par son iconographie, ce chapitre nous permet de distinguer les multiples formes et décors que revêtent ces objets essentiels.

5La deuxième partie, intitulée « De l’ornementation à l’objet d’art » (pp. 42-95), débute avec un chapitre sur les différentes formes d’ornementation, leur support et leur technique d’obtention. En revanche, peu d’informations sont fournies sur le sens de ces motifs. Le deuxième chapitre, « L’importance des cérémonies » (pp. 75-83) évoque les événements exceptionnels auxquels participent les pirogues de Mélanésie : le cycle de la kula, les courses chez les Gogodala et l’usage de pirogues de petites dimensions et de modèle réduit (p. 81). Ce dernier thème mériterait une réflexion approfondie et précise pour chaque aire culturelle étudiée (quelles formes de rites ? À destination de qui ?), ce qui ne peut être le cas dans cet ouvrage.

6Le dernier chapitre « Le passage à l’objet d’art » (pp. 84-95) est le lieu que choisit Didier Zanette pour exposer ses critères personnels en matière de définition d’un objet d’art, le plus intéressant étant ses réflexions sur les curios, tout autant objet d’intérêt que d’autres qualifiés de « traditionnels » (p. 91).

7La troisième et dernière partie du livre « Iconographie et représentations » (pp. 96-142) relève différentes formes de motifs anthropomorphes, zoomorphes (l’oiseau, le crocodile,…) ou géométriques et propose la description de plusieurs objets illustrés au fil de ces pages. Malgré tout, leur sens et leur usage restent inaccessibles. Le lecteur devra donc se référer à différents ouvrages, monographies et articles de revues scientifiques sur les différents archipels cités.

8De par la personnalité et le parcours de l’auteur, l’ouvrage ne s’inscrit ni dans une anthropologie de l’objet, ni dans une approche d’historien, et pas plus dans une ethnologie des techniques. Didier Zanette se définit comme un « aventurier » et son approche est celle d’un collectionneur, qui, certes, tente de replacer les objets présentés dans leur contexte culturel (en fait, la localisation de l’origine géographique) et dans un temps contemporain, assez peu clairement défini. Et il s’agit bien ici d’un des points faibles de l’ouvrage : le manque de précision. Aucune indication n’est donnée au lecteur quant au statut d’un grand nombre d’objets : s’agit-il de pièces issues de collections privées ? Quelles sont l’époque et les conditions de la collecte ? Le même type de questions se pose pour les photos : on aimerait ainsi connaître la date de prise de vue afin de situer les usages de ces pirogues représentées ; on en vient à supposer que les clichés sont ceux pris par l’auteur du livre au cours de ses nombreux voyages, ce qui n’est guère suffisant.

9De même, pour les créations d’artistes océaniens contemporains qui s’ajoutent à l’illustration du propos, de façon aussi agréable que judicieuse, on aimerait savoir si elles sont visibles dans un musée ou toute autre institution culturelle, dans un ouvrage, sur un site internet ou bien si elles sont la propriété de l’auteur.

  • 3  Il y a certes une bibliographie à la fin de l’ouvrage, mais elle reste très indicative, comme son (...)

10Deuxième point faible de ce livre : le manque de références bibliographiques3 directes, suite à l’émission de telle ou telle idée, hypothèse ou théorie, ce qui pose le problème du contenu de ces textes. Le lecteur non averti ne peut distinguer ce qui est pensée ou idée de l’auteur de ce qui est citation du travail des chercheurs et acteurs du sujet. Quelques notes de bas de page contiennent des références bibliographiques mais ces dernières sont rares, incomplètes, voire mal choisies. Ainsi, sur le peuplement du Pacifique, les sources issues de la recherche archéologique auraient été les bienvenues ; à propos de la renaissance culturelle autour des pirogues océaniennes (qui eut lieu à partir des années 1970), l’auteur ne cite pas les leaders tels que David Lewis, Mau Piailug, Ben Finney, Nainoa Thompson, pour ne citer qu’eux. Lorsqu’il écrit, dans son deuxième chapitre sur les types d’embarcations, qu’il n’existe pas de travaux exhaustifs sur la typologie des pirogues, il dit vrai : il est impossible de réaliser un travail exhaustif sur la question car on ne sait pas de quelle époque on parle! Mais il omet de citer le remarquable travail de Haddon et Hornell, Canoes of Oceania, dont s’est inspiré le révérend père Neyret (1974).

11L’aspect « cérémoniel » si souvent cité dans l’ouvrage n’est que trop rarement explicité, sous couvert d’une complexité inaccessible, d’un sens réservé aux seuls initiés des sociétés concernées (pourtant la recherche anthropologique fournit des détails), ce qui contribue à auréoler ces objets d’une atmosphère de mystère, sans doute propice au milieu marchand.

12Le lecteur ne s’attardera donc pas sur les textes qui comportent trop d’approximations, d’évidences, de reprises sans analyse et de généralités, sources d’erreurs. Pour autant, il appréciera l’iconographie, riche et variée : les photographies qui donnent à voir quelques usages des pirogues, les cartes claires, les reproductions de créations d’artistes océaniens contemporains, l’idée intéressante de rassembler en fin d’ouvrage les cent objets sous forme de vignettes, autant de documents qui permettront une première découverte des productions des insulaires de Mélanésie. Le titre de la conclusion semble d’ailleurs refléter l’intention que défendrait l’auteur par la publication de ce livre : parler « des objets vivants ».

Haut de page

Bibliographie

Haddon Hélène, Alfred C. and James. Hornell, 1991 [1938]. Canoes of Oceania, Honolulu, Hawaii, Bishop Museum Press.

Leblic Isabelle, 2010. C.R. de Didier Zanette, Le bestiaire mélanésien. 100 représentations, Journal de la Société des Océanistes 130-131 : 269-270.

Neyret Jean., S.M., 1974. Pirogues océaniennes, 2 tomes, Paris, Palais de Chaillot, Association des Amis des musées de la Marine.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit du deuxième volume d’une collection dont le troisième a déjà fait l’objet d’un compte rendu par Isabelle Leblic dans cette même rubrique (voir Leblic, 2010).

2  Il s’agit sans doute de Dominique Franchot (Leblic, 2010 : 269-270).

3  Il y a certes une bibliographie à la fin de l’ouvrage, mais elle reste très indicative, comme son nom l’indique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Guiot, « 100 objets de navigation de Mélanésie de Didier Zanette », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 194-196.

Référence électronique

Hélène Guiot, « 100 objets de navigation de Mélanésie de Didier Zanette », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/6340

Haut de page

Auteur

Hélène Guiot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page