Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Ethnoastronomie et traditions astrologiques. Plaidoyer pour le pluri-ethnisme de l'imaginaire astrologique de Louis Cruchet

Marie-France Péteuil
p. 194
Référence(s) :

Cruchet Louis, 2009. Ethnoastronomie et traditions astrologiques. Plaidoyer pour le pluri-ethnisme de l'imaginaire astrologique, Paris, Publibook, 337 p. bibliogr., une quarantaine d’ill.

Texte intégral

1Il ne faut surtout pas tenter de s'approcher du livre de Louis Cruchet en feuilletant les dernières pages. On risquerait de rejeter le tout d'un bloc et on passerait à côté d'un livre riche et intéressant à bien des égards.

2Comme toujours chez Louis Cruchet, le propos est vaste et ambitieux. Il tente une confrontation de toutes les astronomies connues et essaie de dégager, à l'aide de tableaux nombreux, des rapprochements ou au contraire des oppositions dans ce que nous disent les astres, ou plutôt ce qu'on leur fait dire, que ce soit dans le nom des constellations ou des planètes, ou pour présenter  les différentes perceptions de la lecture de l'année (sidérale ou solaire).

3Il s'interroge plus particulièrement sur  l'histoire du Zodiaque, cet habillage de l'écliptique. Suit alors une analyse assez fine du zodiaque d'abord sidéral, passages des mois liés aux constellations telles qu'elles furent fixées en Mésopotamie, puis, précession des équinoxes oblige, comment les constellations dérivèrent peu à peu, quittant les mois initiaux, mais conservant encore, nous dit Louis Cruchet, beaucoup de leur signification initiale au fur et à mesure de leur lent détachement, pour ne plus devenir qu'une ceinture très codée, repère astronomique fixant la course du Soleil.

4Il y eut ensuite, selon l'auteur, un intérêt de plus en plus marqué pour observer la vitesse ascensionnelle des constellations zodiacales et des planètes qui les traversent, vitesse d'ascension différente selon que les étoiles qui composent les signes se trouvent plus ou moins proches du point vernal. Cruchet remarque que cette symbolique ascensionnelle a joué un rôle prépondérant en astrologie et que, tout s'inversant dans l'hémisphère Sud, les caractères liés à la symbolique des signes devraient être adaptés, ce qui n'est pas le cas.

5Cruchet écrit des pages très explicites sur l'illusion de la Lune, qui fait que les objets célestes apparaissent plus gros à l'horizon, et en tire de judicieuses remarques sur les levers héliaques des planètes, sur leur apparence et, là encore, ses exemples sont abondants et éclairants.

6Toute aussi judicieuse est son analyse des rythmes géocentriques des planètes et ce que peuvent induire leurs rétrogradations apparentes quand on cherche à lire les signes du ciel.

7Mais les deux dernières parties du livre, cherchant d'abord à s'appuyer sur la psychanalyse pour tenter de  faire coïncider le développement de l'enfant et les périodicités planétaires, ainsi que la présentation de l'horoscope de personnalités aussi diverses que Katherine Mansfield, le Che, Pinochet ou le chanteur Antoine pour étayer ses conjectures, ainsi que toute une série d'interprétations personnelles peu rigoureuses (statistiques portant sur ses 47 élèves de 5e !), faisant bien facilement signe de tout bois, dessert considérablement cette foisonnante étude et laisse un certain malaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-France Péteuil, « Ethnoastronomie et traditions astrologiques. Plaidoyer pour le pluri-ethnisme de l'imaginaire astrologique de Louis Cruchet », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 194.

Référence électronique

Marie-France Péteuil, « Ethnoastronomie et traditions astrologiques. Plaidoyer pour le pluri-ethnisme de l'imaginaire astrologique de Louis Cruchet », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://jso.revues.org/6343

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page