Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

L’île de Pâques – Approche historique de Guy Chagnon

Michel Orliac
p. 201
Référence(s) :

Chagnon Guy, 2010. L’île de Pâques – Approche historique, ceipp, 296 p., 14 p. d’illustrations noir et blanc, graphiques et tableaux dans le texte auxquelles s’ajoutent de nombreuses illustrations noir et blanc groupées pp. 189 à 216, bibliogr.

Texte intégral

1Nous conter l’histoire de Rapa Nui depuis l’émergence de l’île jusqu’à son classement au patrimoine mondial par l’Unesco, telle est la tâche pharaonique que s’est fixé l’auteur, membre actif du Cercle d’étude de l’île de Pâques et de la Polynésie (ceipp).

2Trois parties très inégales composent cet ouvrage : la première, Terre et Nature (pp. 17-25 ; 8 pages) décrit très brièvement le milieu naturel ; la seconde partie, « Préhistoire » (pp. 31-239 ; 180 pages) court des premiers peuplements à 1722 ; la troisième partie, « Protohistoire/ Histoire » (pp. 239-314 ; 75 pages) couvre la période qui s’étend de la première visite européenne (1722) jusqu’à nos jours.

3L’ouvrage souffre de sa présentation ; sa couverture ne risque pas d’attirer l’éventuel lecteur, qui ne sera pas séduit plus efficacement par l’illustration, médiocres reproductions en noir et blanc presque toutes empruntées aux publications du ceipp – sans même une carte des lieux cités dans le texte. La mise en page reflète le même manque de moyens et le « fait à la maison ».

4Le style est loin d’être flamboyant, les redites et les naïvetés sont nombreuses. L’auteur a même la hardiesse de nous plonger dans la « Grande Période pascuane » (celle des statues géantes) en donnant la parole à un jeune Rapanui : pauvre Segalen ! Pauvres Immémoriaux !

5Un ouvrage volumineux au sujet aussi ambitieux devait se nourrir d’une documentation abondante : mais la bibliographie est d’une discrétion attendrissante (une cinquantaine de références de portée très inégale), les titres les plus récents remontant pour la plupart aux années 90 du siècle dernier, à l’exception de deux ou trois (2008), dont je suis bien placé pour savoir qu’ils ne sont là que pour le décor. Sacrilège ! Métraux, la bible des Pascuanophiles est donnée dans sa version française très abrégée et non dans celle du Bishop Museum – Dieu merci ! L’ouvrage en eut grossi encore de cinquante pages.

6La littérature anglo-saxonne est riquiqui, bien qu’elle constitue la très grande majorité des écrits sur Rapa Nui. Pourtant faciles d’accès, le Rapa Nui Journal et les colloques de l’Easter Island Foundation publient, depuis trente ans, toutes les informations relatives à l’île, entre autres à son archéologie. Quoi qu’il en soit, quand elles sont données, les sources vraiment utilisées sont en général des publications vieillies du ceipp. Je passerai sur de nombreuses inexactitudes plus ou moins vénielles (qui n’en commet pas ?) et sur une chronologie des événements dont l’archéologue que je suis cherche en vain la justification.

7Il y a bien des années, l’auteur me parla de son projet : je lui dis alors qu’il ne suffisait pas de placer des citations et des dates les unes après les autres pour qu’un livre naisse. Les relecteurs et l’éditeur de cette somme de travail considérable ont sans doute péché par gentillesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Orliac, « L’île de Pâques – Approche historique de Guy Chagnon », Le Journal de la Société des Océanistes, 132 | 2011, 201.

Référence électronique

Michel Orliac, « L’île de Pâques – Approche historique de Guy Chagnon », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 132 | 1er semestre 2011, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://jso.revues.org/6345

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page