Navigation – Plan du site
Actes et actualités de la SdO

Cinéma des Océanistes et Conférences de la SdO*

p. 457

19 janvier 2012 : Conférence

Benoît Delvinquier

Raconter l’histoire à travers le paysage à Lifou, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie

  • *  Toutes les séances ont lieu dans la salle de cinéma du musée du quai Branly, dans la limite des pl (...)

Cette conférence essaiera de montrer comment un peuple qui ne connaissait l’écriture a pu transcrire son histoire jusqu’à parvenir au mythe en utilisant les éléments du paysage. C’est une technique universelle mais l’exemple est ici intéressant à cause de la position insulaire de l’île de Lifou. Les couches de population sont arrivées à diverses époques et toutes par le biais d’embarcations. Des mythes originaux se sont parfois modifiés, accaparés par les nouveaux venus de façon à éteindre dans les mémoires leurs origines étrangères pour mieux les considérer comme purement de souche lifou.

23 février 2012 : Cinéma

Teaki Dupont-Teikivaeoho,

MonîleMarquises, 2010, 52mn, Teaki Dupont-Teikivaeoho, la société des Amis des îles Marquises, tntv, Tikinesian productions  

« Depuis petite, j’oscille entre deux mondes, deux horizons deux imaginaires, la France de mon père et l’ile Marquises de ma mère...s’est ajoutée la terre de mon enfance partagée, l’Afrique.En réalisant Mon île Marquises, je retrace ma lignée familiale marquisienne de mon ancêtre Pakoko, chef illustre de Nuku-Hiva, fusillé par les militaires français en 1845, à aujourd’hui.Comment les marquisiens ont-ils survécu à la mort de leur chef ? Qu’en est-il de la culture marquisienne ancienne et traditionnelle ? Je veux exprimer mon attachement ancestral à ma terre et surtout donner la voix à ceux qui font Mon île Marquises. » (Teaki Dupont)

22 mars 2012 : Conférence

Guillaume Alevêque

Le lever des Pléiades: La ritualisation de la culture en Polynésie Française et ses enjeux

C’est avec le mouvement dit du « Renouveau culturel » apparu dans les années 1970, et l’émergence de l’affirmation identitaire, que le terme mā’ohis’imposa comme l’ethnonyme pouvant recouvrir les gentilés insulaires. Certaines activités comme la danse ou le tatouage, auparavant condamnées par les Églises, seront alors revalorisées et deviendront, avec la langue tahitienne, les principaux marqueurs de l’identité mā’ohi.

À travers l’examen de l’appréhension contemporaine de la culture en Polynésie Française et des modalités et enjeux de sa ritualisation dans la définition de l’identité mā’ohi, cette conférence analysera les rapports sociaux contemporains que sous-tendent les relations entre les différents acteurs du débat identitaire: les associations culturelles, le pouvoir local et l’église protestante.

26 avril 2012 : Cinéma

Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer

Pain ou Coco. Moorea et les deux traditions,2010, 63 mn, Wapiti productions, rfo Polynésie, Canal overseas productions

En 1999, la paroisse de Papetoai à Moorea, en Polynésie française, se divise. Au cœur du conflit, la tahitianisation de la sainte-cène, le pain et le vin étant remplacés par de la chair et de l’eau de coco. Onze ans après, ce film documentaire revient sur la vie quotidienne de ces hommes et femmes de l’église protestante mā’ohi qui  tentent, chacun à leur manière, de concilier culture polynésienne et héritage chrétien.

Appel pour les Conférences et le Cinéma de la SdO (année 2012-2013)

La Société des Océanistes au musée du quai Branly poursuivent en 2012 le cycle de conférences et de projection de film consacrées au monde océanien. Dédiées à la diffusion des connaissances sur le Pacifique, ces conférences et séances de cinéma abordent les thèmes les plus divers (littérature, anthropologie, sciences du vivant, arts…).

Chaque conférence et séance de cinéma, d’une durée d’une heure, sera suivie d’échanges et de discussions.

Ce nouveau programme débutera au mois de mai 2012 et se déroulera le jeudi, une fois par mois, dans la salle de cinéma du musée du quai Branly, de 18h à 20h.

Si vous souhaitez présenter une communication ou un film, merci de nous envoyer une proposition comprenant vos noms et adresse email, le titre et le résumé de votre papier (500 mots maximum) ou le film à l’adresse suivante : mme@quaibranly.fr et/ou sdo@quaibranly.fr d’ici le 16 janvier 2012 au plus tard.

Notes

*  Toutes les séances ont lieu dans la salle de cinéma du musée du quai Branly, dans la limite des places disponibles.

Haut de page