Navigation – Plan du site
Actes et actualités de la SdO

In memoriam Nicolaï Michoutouchkine (1929-2010)

Christian Coiffier
p. 451-453

Photo 1. – Nicolaï Michoutouchkine dans sa demeure d’Esnaar près de Port-Vila en 2000

img-1-small480.jpg

 (cliché de l’auteur)

Nicolaï Michoutouchkine est décédé le 2 mai 2010 à Nouméa à l’âge de quatre-vingts ans. La dernière page du roman de la vie de cet artiste anticonformiste, connu pour ses tenues excentriques et son caractère parfois excessif, vient donc de se tourner. Il était né le 5 octobre 1929 à Belfort dans une famille de réfugiés russes qui avait fui la révolution bolchevique car son père était officier du tsar. Il gardait ainsi une grande reconnaissance envers la France pour avoir accueilli sa famille. Après des études commerciales et artistiques à Paris, il partit sac au dos pour un long voyage à travers le Moyen-Orient, l’Inde, le Népal et la Birmanie pour arriver finalement à Nouméa où il dut accomplir son service militaire. C’est dans cette ville qu’il rencontra Aloï Pilioko, qui devait devenir son compagnon de toute une vie. Durant plus de quarante années d’errance dans les îles, les deux artistes collectèrent de très nombreux objets océaniens qu’ils exposèrent dans divers pays en les associant à leurs propres productions artistiques (Teissier-Landgraf, 1995). Une partie de cette collection se trouve conservée à Port-Vila et l’autre exposée au musée de Nusa Dua à Bali (Coiffier, 2009). La formation commerciale de Nicolaï Michoutouchkine lui a permis de comprendre bien avant d’autres qu’il était possible d’organiser des expositions rentables en promouvant les arts du Pacifique. Les deux artistes avaient également ouvert un magasin dans la rue principale de Port-Vila où ils vendaient leurs créations originales peintes sur textiles (robes, chemises et paréos).

En 2007, à l’occasion de l’anniversaire des cinquante ans de l’arrivée de Nicolaï Michoutouchkine en Océanie, le Centre culturel Tjibaou de Nouméa organisa une grande exposition rétrospective de l’œuvre des deux artistes. Ce fut, pour l’un comme pour l’autre, une véritable reconnaissance de leur travail conjoint dont les différentes étapes de ce parcours artistique sont retracées dans le catalogue. Il est particulièrement remarquable et rare dans l’histoire de la peinture de trouver deux artistes ayant réussi ainsi une telle symbiose de leurs deux sensibilités, pourtant si différentes. Gilbert Bladinières, le commissaire de cette exposition, y décrit ainsi l’œuvre de Nicolaï :

« L’artiste n’a cessé d’épurer sa peinture jusqu’à la transparence, en tenant, par la vigueur d’un trait simplifié à l’extrême, de capter, ici le mouvement d’un corps, là l’essence d’un visage. Ses œuvres, jetées sur le papier, la toile ou le bois comme l’écriture toujours renouvelée de ses désirs, sont peuplées d’Océaniens lascifs, de bateaux et de fleurs qui disent son attachement aux accents, aux couleurs et à la lumière qui baignent le Pacifique. » (Bladinières, 2006 : 16)

Installé non loin de Port-Vila sur le domaine d’Esnaar qu’il avait acheté à maître Gomichon Des Granges, créateur du premier Centre culturel de Port-Vila, Nicolaï Michoutouchkine transforma ce terrain, avec l’aide d’Aloï Pilioko, en lieu magique dédié aux arts du Pacifique. C’est entre les sculptures en fougère arborescente des îles Banks et les tambours d’Ambrym plantés au milieu des palétuviers et des cocotiers du bord de mer face au lagon d’Erakor que les deux artistes avaient installé leurs ateliers. C’est dans ce décor de rêve qu’ils aimaient à recevoir leurs amis, simples visiteurs ou personnalités du monde entier. Jusqu’à ces derniers mois, Nicolaï Michoutouchkine n’avait cessé de promouvoir les arts du Pacifique (Coiffier, 2008) tout en conservant une grande admiration pour son pays d’origine, la Russie, et la culture slave. Il avait été très fier d’être invité en 2009 à Moscou à la troisième assemblée des russophones du monde entier pour représenter cette communauté vivant dans le Pacifique. Il se percevait comme un ambassadeur des arts du Vanuatu, ce qui fut reconnu par les plus hautes autorités de ce pays qui le remercièrent en lui décernant diverses distinctions. En 2009, Nicolaï Michoutouchkine fut à l’origine de la célébration officielle à Port-Vila de l’anniversaire du bicentenaire du passage à Tanna, trente années après le capitaine Cook, du vice-amiral russe Vasiliy Golovnine sur la corvette Diana. Un buste fut érigé à son initiative sur le front de mer à Port-Vila.

Très connu dans le Pacifique, Nicolaï Michoutouchkine avait la réputation d’un homme de fort caractère, parfois autoritaire, mais toujours empreint d’une grande générosité comme aimait à le présenter Gilbert Bladinières. Les hommages se sont donc multipliés à l’annonce de sa disparition. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand et les plus hautes autorités du Vanuatu ont salué sa mémoire. Les Nouvelles calédoniennes du 5 mai dernier citent ainsi les propos d’Emmanuel Kasarhérou, Directeur du Centre culturel Tjibaou :  

« Il a fait connaître l’art océanien au reste de la planète bien avant les grands musées. Il a passé sa vie à chercher les connexions esthétiques entre les différentes formes d’art à travers le monde. Beaucoup d’artistes ont emprunté après lui les pistes qu’il a défrichées et se sont inspirés de ce qu’il a révélé. »

De son côté, Françoise Maylié, ambassadrice de France au Vanuatu, salue l’artiste qui avait été fait officier des Arts et Lettres en juillet 2002 :  

« Figure artistique majeure, il a su dynamiser la création artistique contemporaine en Océanie, encourager les jeunes talents, tout en contribuant à faire reconnaître les œuvres traditionnelles, à leur conférer toute la place qui leur est due. » (Decloitre, 2010 : 4)

Nicolaï Michoutouchkine était adhérent depuis longtemps de la Société des Océanistes qui lui a déjà consacré deux articles (Gaillot, 1963 ;Coiffier, 2006).

Bibliographie

Bladinières Gilbert (éd.), 2006. Nicolaï Michoutouchkine, Aloï Pilioko, 50 ans de création en Océanie, Nouméa, Éd. Madrépores.

Coiffier Christian, 2006. Futuna, catalyseur de la symbiose des deux artistes Aloi Pilioko et Nicolaï Michoutouchtine, in H. Guiot et I. Leblic (éds), Journal de la Société des Océanistes 122-123 : Spécial Wallis-et-Futuna, pp. 173-186.

—, 2008a. Le séjour à Futuna, in G. Bladinières (éd.), Nicolaï Michoutouchkine, Aloï Pilioko, 50 ans de création en Océanie, Nouméa, Éd. Madrépores, pp. 79-81.

—, 2008b. Une quête spirituelle et esthétique pour la promotion de l’art océanien, in G. Bladinières (éd.), Nicolaï Michoutouchkine, Aloï Pilioko, 50 ans de création en Océanie, Nouméa, Éd. Madrépores, pp. 129-132.

—, 2009. The Art collection of the N. Michoutouchkine and A. Pilioko Foundation, in Philippe Augier and Georges Breguet (eds), Museum Pasifika, Selected artwork of Asia Pacific, Jakarta, Singapore, Equinox Publishing, pp. 232-241.

Decloitre Patrick Antoine, 2010 (7 mai, 16h16). Décès de Nicolaï Michoutouchkine : les hommages se sont accumulés, Flash d’Océanie. http://newspad.info/

Gaillot Marcel, 1963. Nicolaï Michoutouchkine, peintre à Futuna, Paris, Journal de la Société des Océanistes XIX, 19, pp. 211-214.

Kasarherou Emmanuel, 2010 (05/05). Une extraordinaire épopée artistique - l’art océanien en deuil, Les Nouvelles calédoniennes, p. 1.

Teissier-Landgraf Marie-Claude, 1995. Le Russe de Belfort, trente-sept ans de voyages du peintre Nicolaï Michoutouchkine en Océanie, Suva (Fiji) Institute of Pacific Studies, The University of the South Pacific.

Haut de page