Navigation – Plan du site
Trentenaire de la république du Vanuatu

Ethnobotanique du cocotier (Cocos nucifera L.) sur l’île de Vanua Lava (Vanuatu)

Sophie Caillon
p. 333-352

Résumés

Depuis la fin du xixe siècle et jusqu’à nos jours, l’économie du Vanuatu est largement dépendante de l’industrie du coprah. L’extension des cocoteraies sur les rivages insulaires est une des évolutions les plus visibles causées par le développement de cette industrie. Même si les cocotiers étaient présents sur les îles avant l’installation des premiers hommes, la colonisation a transformé l’identité socioculturelle du cocotier. Dans cet article, nous traitons de l’ethnobotanique du cocotier dans le village de Vêtuboso sur l’île de Vanua Lava (groupe des Banks). L’évolution de son système de classification et de nomenclature, de la diversité de ses usages (techniques et culturels) et de son rôle symbolique (mythes et histoires associés, anthropomorphisme) porte témoignage de cette histoire. Aujourd’hui, certains habitants de Vanua Lava l’appellent « l’arbre des Blancs ».

Haut de page

Texte intégral

1Plus de trente ans après l’indépendance du Vanuatu, la marque la plus visible du temps colonial est la transformation des paysages par l’extension des cocoteraies sur un espace insulaire restreint (Labouisse, 2004). Ces nouvelles plantations symbolisent la transition des habitants du pays entre le monde des hommes-lieux, man ples, et celui des hommes blancs, entre les mondes de la kastom et de la skul(Bonnemaison, 1996 : 255). L’organisation des plantations au Vanuatu est donc le reflet d’un passé colonial et d’un présent engagé dans une économie monétaire de plus en plus globale.

2Avec les autres arbres à noix, comme les nangaillers (¾e, Canarium indicumL. ouC. harveyiSeeman) et les velliers (wôtag, les Barringtonia edulis J.R. Forst. & G. Forst.), les cocotiers étaient auparavant plantés le long des sentiers, autour des jardins ou des tarodières afin d’apaiser la faim des travailleurs et préparer des spécialités culinaires. Avec l’émergence d’une économie du coprah, le cocotier a été « mis en culture » dans un nouvel espace, la cocoteraie. Alors que le cocotier changeait d’espace – des sentiers aux plantations monospécifiques – le nombre d’arbres plantés augmenta. Les agriculteurs des îles eurent besoin d’un grand nombre de cocotiers pour satisfaire leurs nouveaux besoins monétaires en vendant du coprah. Ils allèrent chercher des semences dans les plantations coloniales proches dont le matériel biologique avait été introduit d’autres îles. La multiplication des cocotiers, l’introduction en masse d’arbres allochtones et le changement des critères de sélection privilégiant de larges fruits à forte teneur en chair, contribuèrent à modifier les caractères morphologiques des cocotiers de l’île.

Figure 1. – Description morphologique du cocotier en vurës

Figure 1. – Description morphologique du cocotier en vurës

 (dessins de Taffin, 1993)

3Pour assurer des fonctions opératoires de l’ordre du cognitif  comme identifier, mémoriser et communiquer sur des végétaux impliqués dans des usages techniques ou culturels, ou ayant une fonction écologique, l’homme cherche les discontinuités afin d’extraire des unités perceptuelles élémentaires ; discriminer, catégoriser et nommer font partie des fondamentaux (Friedberg, 1997). Dans cet article, nous nous intéressons à la manière dont le changement culturel matérialisé ici par l’évolution du traitement du cocotier dans la société vanuataise, influence le système de classification, de nomenclature et les usages du cocotier. Quelle est sa position classificatoire? Suivant quelle logique les planteurs nomment-ils les anciennes et nouvelles formes de cocotiers ? Comment et sur quels fondements ont-ils choisi les critères discriminants et les ont-ils hiérarchisés ?

  • 1  Les termes dans la langue vurës ou autres langues vernaculaires sont notés en gras et italiques. C (...)

4Des observations ethnobotaniques sur le cocotier ont été réalisées dans un village situé à l’ouest de Vanua Lava, la plus grande île (331 km2 et 1 933 habitants en 2001) du groupe des Banks, un archipel situé au nord du Vanuatu. Le village de Vêtuboso est le principal village de l’île avec 610 habitants en 2003 qui parlent le vurës1. Les unités de base des groupes de filiation de Vêtuboso sont les clans ou vênê¼. Dix-huit vênê¼ se répartissent en deux moitiés exogames non nommées. Le système est matrilinéaire et patrilocal (Hess, 2009).

Tableau 1 – Les dix-huit stades de croissance du cocotier en vurës

Nom du stade

Description des organes marquant chaque stade de croissance

1

sôl

Terme général pour désigner les jeunes fruits germés

2

woqian

Cocotier dont les fruits germés ont un petit haustorium

3

gölörêki

Cocotier dont les fruits germés sont surmontés de jeunes palmes

4

bar

Cocotier dont les fruits germés ne contiennent plus d’haustorium

5

rôwsiag

Le cocotier est bien enraciné

6

ôw or sigeg qötuôw

Cocotier dont la première spathe émerge

7

webeges

Cocotier dont la première spathe s’ouvre

8

tawêsi

Cocotier dont la première fleur éclot

9

wêsustêgêr

Cocotier dont les fruits ne contiennent toujours pas d’eau

10

mël

Cocotier dont les fruits contiennent de l’eau mais pas d’amande

11

vôsgargarteqërët

Cocotier dont les fruits à coque fragile contiennent de l’eau et une fine couche d’amande gélatineuse

12

vôs

Cocotier dont les fruits à coque solide contiennent de l’eau et de l’amande gélatineuse

13

mian / qôtô

Cocotier dont les fruits presque secs contiennent de l’air

14

gêbibiag

Cocotier dont l’amande est sèche mais l’épiderme est toujours vert.

15

mere¾ or matabôbôt

Cocotier dont les fruits sont secs et encore sur l’arbre (mere¾, sec)

16

solqetqet ou

Cocotier dont les fruits germés sont coincés dans l’arbre

17

mës

Cocotier dont les fruits secs viennent de tomber de l’arbre

18

qôtônögôsôw / wewe¾

Cocotier dont le fruit ne germe pas et dont la noix est vide après la décomposition de la bourre et de l’amande

5Des discussions informelles et des enquêtes semi-directives auprès de 24 chefs de famille entre 35 et 75 ans sur les lieux d’habitation puis sur les plantations ont alimenté l’étude ethnobotanique. Discussions et enquêtes portaient sur l’usage, les besoins agronomiques, les modalités de mise en culture de chaque catégorie nommée (ensemble des individus d’une espèce donnée pour lesquels un groupe de locuteurs d’une même langue s’accordent pour attribuer un nom unique). Un relevé exhaustif du nombre d’arbres par catégorie de cocotiers a été réalisé dans 19 plantations pendant une période de six mois répartie sur deux ans, entre 2001 et 2003. Des questionnaires fermés auprès de 56 informateurs entre 18 et 73 ans dont 28 femmes portaient sur des données socio-économiques (scolarisation, nombre d’enfants, de plantations, de fours à coprah, etc.) et sur leur connaissance des 24 principales catégories nommées (cf. colonne Enquêté du tableau 2). La présence ou non de ces catégories dans leurs plantations a aussi été notée. Les analyses statistiques ont été réalisées sous R (R-Development-Core-Team, 2008). Une autre série de questionnaires a été remplie par 40 personnes réparties sur 19 îles du Vanuatu, afin d’inventorier les noms des cocotiers et leurs histoires associées. Pour évaluer et tester la manière dont les habitants de Vêtuboso apprécient les qualités gustatives des différentes catégories nommées, nous avons organisé des tests organoleptiques (épreuves de classement et triangulaire) avec un jury de 30 personnes (entre 16 et 82 ans, dont 50 % de femmes).

6Après l’étude du système de classification et de nomenclature du cocotier, nous nous intéressons aux usages quotidiens puis cérémoniels, médicinaux et magiques. Les attributs anthropomorphiques du cocotier complètent cette description ethnobotanique du cocotier.

Tableau 2 – Liste des trente-huit catégories nommées de cocotiers de Vanua Lava en vurës

Code

Nom catégorie en vurës

Traduction

Description donnée par les planteurs

Enquêté

1

môtô malgias

malgiasmilieu, ni vert ni rouge

Fruits « ni rouges, ni verts » (kaki)

X

2

môtô mamê

gamamêrouge

Fruits rouges

X

3

môtô gôtôtôrôg

gôtôtôrôgvert

Fruits verts

X

4

môtô gôtôtôrôgqö¾qö¾

gôtôtôrôg vert ; qö¾ foncé

Fruits verts foncés

5

môtô wulmê

Anneau rouge autour de l’œil de germination

X

6

môtô gaa¾a¾

gaa¾a¾jaune

« Albinos » (fruits, inflorescence et palmes jaunes)

X

7

Sôgsôg

Petits fruits nombreux

X

8

môtô geluwô

geluwô gros

Gros fruits et grosses noix

X

9

môtô vingaqô

vinbourre ; gaqô épaisse

Gros fruits et petites noix (longues fibres)

X

10

môtô gemetestes

testes pointu

Fruits petits, allongés et pointus

X

11

môtô wesu¼olo

wesu œuf ; ¼olo type de canard

Fruits en forme d’œuf

12

môtô meteröwö

röwö type de poisson

Noix ressemblant à une tête de poisson

X

13

môtô seseser

seseser tirer (ex. cheveux)

Bourre soft (se retire à la main)

X

14

môtô dêdêrês

dêdêrês sucré

Amande et eau sucrées

X

15

môtô us

Amande juteuse et sucrée

X

16

môtô mölumlum

mölumlum mou

Amande molle

X

17

môtô gagrak

gagrak séparer, détacher

Amande facilement extractible

X

18

môtô vet

ve, pierre

Amande dure dont on extrait beaucoup d’huile

X

19

môtô silat

silatl’arbre Dendrocnide latifolia

Palmes fragiles (se détachent facilement)

X

20

môtô lak

lak danser

Palmes en mouvement continuel (qui « dansent »)

21

môtô tak(tak)

taktak quand une pierre est jetée, les fruits tombent

Forme spicata (inflorescence sans épillets)

X

22

môtô reqe

reqe femme

Petit cocotier avec gros fruits

X

23

môtô mêtigtisê

mêtigtisê égoïste

Peu de fruits

24

môtô at¼ên

at¼ên homme

Long cocotier avec peu de fruits

X

25

môtô ¼at

¼at serpent

Stipe en spirale

X

26

môtô varam

varam jumeaux

Deux cocotiers ont germé d'un fruit

27

môtô bal

gabal pince pour enlever les pierres chaudes du four

Deux cocotiers plantés l'un à côté de l'autre

X

28

môtô sialmê

sial flotter ; vanmê arriver

Cocotier venu de la mer

X

29

môtô qet

Qet héros mythique des Banks

Cocotier du héros mythique Qet

30

môtô vanvan

van aller se promener

Cocotier qui ne produit que 6 mois

X

31

môtô wewese

wewese rond

Fruits ronds

32

môtô wösusu¼al¼al

susu poitrine ; ¼al¼al jeune femme ou wösusu¼al¼al partie supérieure du Trochus maculatus

Fruits ronds avec une pointe

33

môtô mêvinvin

mêvinvinfin

Coque fine

34

môtô mötöltöl

mötöltöl épais

Coque épaisse

35

môtô sörsör

Cocotier sans fruits

36

môtô lenman

lenman strié

Fruits striés de deux couleurs

37

môtô sergabê 

gabê eau

Bourre solide et imperméable

38

môtô lênötô

crête ; de ; poule

Extrémités des épillets aplatis et dentelés

Le nom est traduit et le cocotier portant ce nom est décrit. Par une croix, les cocotiers ayant fait l’objet d’un contrôle de connaissance auprès de 56 personnes sont signalés (colonne enquêté).

Photo 1. – Catégorie nommé môtô wulmê, caractérisée par un anneau rose-rouge autour de l’œil de germination

Photo 1. – Catégorie nommé môtô wulmê, caractérisée par un anneau rose-rouge autour de l’œil de germination

 (cliché de l’auteur, Vêtuboso, Vanua Lava, 2002)

Système de classification et de nomenclature du cocotier

Classer : un arbre à la frontière du domestique et du sauvage

7À Vêtuboso, le cocotier est classé au sein de la catégorie englobantelövlöv, le monde du « bois » avec les autres plantes pérennes dont le tronc (ou stipe dans le cas des palmiers) est dur. Un arbre individuel est appelé en vurës rêntenge. La nomenclature locale décrit précisément l’ensemble de ses organes végétatifs et de reproduction (fig. 1). Les parties mâles et femelles sont différenciées, et l’existence d’une fécondation croisée entre individus distincts est connue. Les agriculteurs savent que les abeilles et le vent sont des moyens de dispersion du pollen. Ils assimilent l’amande de la noix à une graine et la bourre à la pulpe d’un fruit. Ainsi un fruit de cocotier sans amande est appelé wamarbô, un terme réservé aux cocotiers pour décrire un fruit vide de graine n’engendrant pas la vie. Les habitants de Vêtuboso reconnaissent dix-huit stades de croissance du cocotier (tab. 1). Quatorze décrivent l’évolution de la taille, de la couleur et de la consistance des différents éléments du fruit, trois le développement de l’inflorescence et un seul (rôwsiag)est réservé à l’arbre dans son ensemble.

8Au cours de son histoire, le statut du cocotier a évolué passant de celui de plante spontanée à celui de plante encouragée puis domestiquée (Harlan, 1987[1975] : 75). Il est apparu naturellement sur les rivages des îles du Pacifique grâce à la capacité de dispersion par flottaison de ses semences. Sa multiplication fut très vite encouragée par les populations qui s’installèrent sur ces îles isolées, en particulier celles dépourvues de rivières. Il fut aussi amené dans les pirogues des premiers migrants austronésiens, puis devient un objet d’échanges entre les populations des îles.

  • 0  Les timiat à Vêtuboso dénomment l’ensemble des personnes décédées, mais aussi les morts ou autres (...)

9Issu de deux parents différents, le cocotier vit le temps d’une vie humaine (80 ans), soit trois à quatre générations d’homme. Non seulement le temps de génération limite la compréhension de son évolution sur plusieurs générations, mais son mode de reproduction par fécondation croisée à des hauteurs peu accessibles, n’autorise pas l’homme à maîtriser l’identité de la descendance et donc la nature de ce qu’il plante. En échappant au contrôle de l’homme, que ce soit pour son introduction ou pour sa multiplication, le cocotier est un être indépendant, et malgré sa plantation en ligne dans des espaces anthropisés monospécifiques, il conserve son statut d’arbre fruitier. Arbre intermédiaire entre le cultivé et le spontané, entre le milieu domestique et sauvage, le cocotier vit entre deux espaces, ceux du village et de la forêt où habitent respectivement les vivants et les morts qui rôdent (timiat0).

Photo 2. – Inflorescence sans épillet du cocotier de forme spicata, localement nommé môtô taktak

Photo 2. – Inflorescence sans épillet du cocotier de forme spicata, localement nommé môtô taktak

 (Vêtuboso, Vanua Lava, 2002, cliché de l’auteur)

Photo 3. – Catégorie nomméesôgsôg caractérisée par de nombreux petits fruits

Photo 3. – Catégorie nomméesôgsôg caractérisée par de nombreux petits fruits

(ctrav, Santo, 2003, cliché de Jean-Pierre Labouisse)

Nommer connaître et cultiver la diversité à Vanua Lava

  • 0  Enquêtes réalisées sur dix sites situés sur dix îles dans le premier cas, et sur quarante sites ré (...)

10Dans le village de Vêtuboso, et plus largement sur la côte ouest de Vanua Lava (villages de Kêrêbêtia, Wasag et Vatrata), trente-huit noms de cocotiers ont pu être inventoriés (tab. 2) et constituent autant de catégories nommées. La synthèse de plusieurs sources de données (Labouisse and Caillon, 2001; Caillon, 2004)0 a permis de recenser soixante-quinze catégories nommées de cocotiers à l’échelle du Vanuatu, avec une moyenne de 22 par site (minimum : 4 à Marino au nord de Maewo ; maximum : 73 à Levravuh Bay sur Malakula). Les îles réputées pour leurs vastes cocoteraies – Malekula (village de Levravuh Bay), Tanna (Latadu White Sand), Gaua (Qwetevut), Ambrym (Faula), Santo (Tassiriki) et Pentecôte (Loltong) – comptent chacune plus de trente-neuf catégories nommées.

Photo 4. – Catégorie nommée môtô meteröwö, dont la noix ressemble à une tête de poisson

Photo 4. – Catégorie nommée môtô meteröwö, dont la noix ressemble à une tête de poisson

(Vêtuboso, Vanua Lava, 2002, cliché de l’auteur)

Photo 5. – Femme tenant deux « rameaux » de jeunes pousses de cocotiers décorés de croix, avant de se rendre à l’église pour fêter le dimanche des Rameaux

Photo 5. – Femme tenant deux « rameaux » de jeunes pousses de cocotiers décorés de croix, avant de se rendre à l’église pour fêter le dimanche des Rameaux

(Vêtuboso, Vanua Lava, 2002, cliché de l’auteur)

11Les critères d’identification et les règles de nomenclature sont indissociables à Vetuboso : le terme de base (ou niveau de base) « cocotier » môtô est, dans 37 cas, toujours placé en tête et prend une valeur de « type » (Grenand, 2001-2002 : 22) ; il est suivi par un déterminant qualifiant dans la plupart des cas, explicitement ou par métaphore, une particularité morphologique du cocotier. Trente et un critères d’identification sur 38 (82,5 %) concernent l’organe reproducteur, le régime (ou infrutescence) et/ou le fruit.

12Les processus de nomenclature et les systèmes de classification sont similaires au Vanuatu (Labouisse et Caillon, 2004) ou même dans le Pacifique. Par exemple, en Nouvelle-Calédonie, nu bange représente une catégorie de cocotiers à très grosses noix dont le mésocarpe est très fibreux (Barrau, 1962). Les Mā’ohi des îles de la Société nomment seize « variétés » différenciées selon des critères morphologiques de l’arbre et des noix (Petard, 1986).

  • 0  Le môtô sialmê(« cocotier arrivé en flottant ») renvoie aux gros fruits récoltés sur la plage que (...)
  • 0  Ce groupe de petites îles coralliennes, aussi dénommé Rowa, situé entre Ureparapara et Mota Lava, (...)

13À Vanua Lava, le déterminant en langue vurës est motivé dans 33 cas (87 %), c’est-à-dire qu’il est porteur de sens pour les locuteurs. Il fait référence à une couleur (6 catégories nommées), à la taille (2), à la forme (4) et à la consistance ou au goût (2) ; il peut prendre la forme d’une métaphore qui renvoie à une action (6), au genre humain (2), à un animal (1) ou à une partie de son corps (3), à un végétal (1), à un objet naturel (2) ou domestique (1), à une partie d’un corps humain (1). Il peut encore représenter le nom d’une personne (1) ou d’un héros fondateur (1). On remarque l’absence de références à des toponymes. Quatre déterminants motivés renvoient à un mythe ou une histoire coutumière : môtô ¼at est entortillé comme un serpent ¼at, môtôsialmê est arrivé par la mer0, môtô qet a été planté par le héros des Banks Qet et môtô vanvan se promène entre Vanua Lava et les Reef Island0.

14Cinq déterminants des noms de cocotiers sont immotivés (Dubois et al., 1994) ou non motivés, c’est-à-dire que les informateurs ne savent pas expliquer la signification du lexème qui n’est pas utilisé dans d’autres registres linguistiques et qui concerne exclusivement les cocotiers. Il s’agit de môtô wulmê, sôgsôg, môtô us, môtô sörsör et môtô tak ou taktak. Un terme est immotivé soit parce qu’il est ancien et « appartient au grand fonds » des langues régionales, soit parce qu’il est emprunté à une autre langue (Grenand, 2001-2002 : 222). Les déterminants de ces cinq catégories de cocotiers sont relativement courts traduisant leur usure par le temps et/ou par l’usage (F. Grenand, com. pers.). La catégorie sôgsôg, a même perdu son terme de base. À part le môtô sörsör, ce sont ces catégories qui sont les plus souvent citées spontanément lorsque les villageois sont invités à énoncer tous les noms qu’ils connaissent. L’immotivation de ces courts déterminants relève vraisemblablement de l’ancienneté du nom dans la langue, et non de l’emprunt à une autre langue. On peut également relever que plus une plante est utile ou importante, plus elle sera désignée par un lexème simple opaque (immotivé). Le phénomène d’économie mémorielle explique ce lien afin de pouvoir retenir facilement les noms des plantes les plus couramment utilisées. À l’inverse, les végétaux peu mentionnés portent un nom imagé (lexème productif transparent) que la personne retrouve sans grand effort en regardant la plante (Martin, 1975, en référence au livre de Berlin et al., 1974).

15Il existe aussi deux autres catégories de cocotiers issus des programmes de sélection du Centre technique et de Recherche agricole du Vanuatu (ctrav) situé sur l’île de Santo : l’hybride Nain x Grand du Vanuatu et le cocotier Grand du Vanuatu amélioré (ou gvt Élite) (Labouisse et al., 2004 ; Labouisse et al., 2005). Les cocotiers hybrides, de petite taille et aux noix très nombreuses et rouges, sont facilement identifiables. Cette population d’hybrides est stable en nombre car leur descendance, hétérogène et ne bénéficiant pas de la vigueur hybride, n’est pas replantée suivant les conseils des assistants de l’agriculture. À l’inverse, les agriculteurs récoltent les fruits germés sous les gvt Élite pour les planter dans leurs parcelles. Alors que les hybrides Nain x Grand sont nommés par le terme « hybrides », les gvt Élite, même s’ils restent identifiés comme tels, peuvent être désignés par les mêmes noms que les cocotiers locaux s’ils présentent une des caractéristiques des 38 catégories locales. Ainsi, les habitants de Vêtuboso intègrent du matériel végétal sélectionné par des « hommes blancs » à leur patrimoine local de cocotiers.

16Certains cocotiers ont la particularité de « changer » au cours de leur vie. Le déterminant qui les désigne peut alors être complété par le terme, vanvan « se promener », qui renvoie au môtô vanvan, ce cocotier doué de raison et de mobilité qui ne produit de fruits que pendant six mois ou d’une année sur l’autre. Cette combinaison se rencontre le plus souvent avec le cocotier nommé pour ses nombreuses petites noix, sôgsôg. Le sôgsôg vanvan engendre ainsi au bout de quelques années des noix de taille normale. Ce complément d’information ne fait pas partie du nom courant du cocotier mais est utilisé comme une petite moquerie de son inconstance. Les habitants de Vêtuboso s’affranchissent ainsi des changements morphologiques pouvant subvenir au cours de la vie du cocotier ; ce qui importe pour choisir un nom est la particularité première ou l’identité de l’arbre mère.

Figure 2. – Proportion de catégories nommées plantées en fonction de la proportion de catégories citées. La corrélation entre ces variables est décrite par une courbe de lissage lowess avec comme paramètre de lissage f = 0,75

Figure 2. – Proportion de catégories nommées plantées en fonction de la proportion de catégories citées. La corrélation entre ces variables est décrite par une courbe de lissage lowess avec comme paramètre de lissage f = 0,75

 (Cleveland et al., 1994)

17À part les noms composés avec le déterminant vanvan, les habitants de Vêtuboso ne retiennent pour chaque nom qu’un seul critère pour ordonner la diversité existante. Ils sont ainsi obligés d’en privilégier certains si un cocotier présente plusieurs caractéristiques discriminantes. Ils choisissent par ordre d’importance la couleur rouge ou rose en anneau autour du pédoncule (môtô wulmê), puis l’amande sucrée et juteuse (môtô us), la forme spicata (môtô taktak), et enfin la taille des fruits (gros fruits du môtô geluwô ou petits fruits nombreux du sôgsôg). Il est intéressant de noter, qu’à part le môtô geluwô dont l’intérêt est apparu lors du développement de l’économie de coprah, ces cinq noms sont immotivés. À l’inverse la couleur globale du fruit (rouge, vert, vert foncé et mélangé-kaki) est la caractéristique ayant le moins d’importance : si aucun autre trait n’a pu lui être associé, alors le cocotier portera ce nom général. En conclusion, tous les arbres d’une cocoteraie peuvent être nommés, au moins par leur couleur. Sachant que ce groupe est très peu valorisé par les planteurs, nous avons choisi d’exclure ces quatre catégories nommées (n°1 à 4) des analyses.

18Afin d’identifier une éventuelle structuration des connaissances associées aux catégories nommées de cocotier dans le village, nous avons effectué une analyse des correspondances non symétriques sur les réponses des 56 questionnaires socio-économiques. La connaissance des catégories nommées n’est pas structurée au sein du village. Aucune différenciation par genre, âge, clan ou suivant d’autres critères socioéconomiques (nombre d’enfants, scolarisation, possession de biens, etc.) n’a été mise en évidence.

19Les types les plus souvent cités et donc connus sont les cocotiers dénommés sôgsôg, môtô wulmê, môtô us, môtô tak(tak) et môtô vet. Les quatre premiers sont les plus anciens d’après leur nom immotivé. Les cocotiers môtô seseser, môtô geluwô, môtô silat et môtô vingaqô sont aussi très connus dans le village de Vêtuboso (fig. 2). Au Vanuatu, les catégories de cocotiers les plus citées (>50 %) sont similaires. Le cocotier albinos, équivalent au môtô gaa¾an de Vêtuboso, celui dont la noix ressemble à une tête de poisson (môtô meteröwö) et celui dont les fruits sont longs et pointus (môtô gemetestes) sont également fortement cités au niveau national.

20La figure 2 montre aussi une relation entre la connaissance d’une catégorie nommée et sa fréquence de plantation. Aujourd’hui chaque foyer de Vêtuboso plante plus de 397 cocotiers. D’après des enquêtes menées in situ dans 24 plantations, 4,5 catégories nommées en moyenne (ou 8,9 arbres nommés) sont plantés à l’hectare, ce qui correspond à une dénomination de 4,8 % des cocotiers plantés. Chaque planteur possède en moyenne plus de 9 catégories nommées, soit 19,7 arbres portant un nom autre que les catégories 1, 2, 3 et 4.

Encadré 1 – Les usages des catégories de cocotiers de Vêtuboso

Vingt-trois (61 %) catégories de cocotiers sont associées à un ou plusieurs usages culinaires ou domestiques. Entre parenthèses, est spécifié le pourcentage (>10 %) de personnes enquêtées (56) ayant répondu à un questionnaire leur demandant d’associer une catégorie de cocotiers à un usage.

Usages alimentaires :

- sôgsôg a de nombreuses petites noix recherchées pour leur eau sucrée (27,5 %) et leur amande gélatineuse sucrée lorsque immature (30,6 %).

- môtô vet, dont la chair est dure « comme une pierre », permet l’extraction d’un lait gras (92,2 %) et offre les meilleurs haustorium des fruits en germination (47,9 %).

- môtô dêdêrês est réputé pour être le plus sucré de tous, en particulier son eau (31,4 %).

- môtô us est consommé avec délice au stade mature avec des tubercules car sa chair est molle, juteuse et sucrée (78,7 %).

- môtô seseser, dont la bourre fragile peut être détachée facilement de la noix, est apprécié des enfants qui peuvent ainsi facilement ouvrir un fruit pour en consommer la chair mature.

- môtô tak(tak), les jeunes l’apprécient pour la facilité avec laquelle ils peuvent récolter ses fruits immatures pour en boire l’eau sucrée : en lançant des pierres, les fruits tombent immédiatement des axes centraux dépourvus d’épillets.

Usages non alimentaires :

- môtô gaa¾a¾ est conservé dans les jardins pour la beauté de ses fruits et de ses palmes jaunes. Cependant certains se méfient de son aspect maladif.

- môtô vingaqô était apprécié pour ses longues fibres et môtô seseser pour ses fibres facilement détachables qui pouvaient ainsi être tressées en cordes imputrescibles servant à assembler et amarrer les pirogues.

- môtô geluwô a une grande coque utilisée comme récipient, et sa chair abondante est recherchée pour en faire du coprah (11,8 %).

- môtô gemetestes a une coque effilée et pointue que les chefs plantaient dans le sol après avoir bu le kava rituel.

- môtô mölumlum, dont la chair est molle, est recherchée pour faire du coprah car plus facilement décoquable même s’il demande un séchage plus long (52,9 %).

- môtô vet, à l’inverse, est choisi par d’autres qui préfèrent faciliter le séchage même si cela suppose de travailler plus durement lors du décoquage (20,6 %).

- môtô gagraq, est encore mieux pour le coprah car l’amande se détache tout seul de la coque lorsque le fruit est ouvert à la hache.

- môtô reqe pousse lentement et produit beaucoup de gros fruits à coprah.

Usages rituels :

- sôgsôg est un cocotier dont les petits fruits immatures sont offerts lors des mariages (76,2 %).

- môtô bal est un cocotier à deux stipes. Ces deux stipes ont la forme de mâchoire de cochon. Les fruits de ce cocotier ne pouvaient être utilisés que lors des cérémonies par des chefs coutumiers.

Usages magiques et médicinaux :

- môtô wulmê a une eau utilisée comme excipient médicinal ou magique, et comme eau de lavage lors de rites coutumiers (63,8 %).

- môtô malgias (17 %) et môtô gôtôtôrôg (8,5 %) ont aussi une eau utilisée comme excipient.

- môtô gôtôtôrôg qö¾qö¾ est spécifiquement utilisé pour soigner les infections urinaires.

- môtô meteröwö sert comme excipient à des breuvages pour guérir des infections oculaires.

- môtô lak, le cocotier dont les palmes « dansent » tout le temps, aide les enfants ayant du mal à marcher et des hommes qui cherchent à développer leur capacité à discourir et devenir ainsi un manar, « la personne qui sait ».

Goûter la diversité à Vanua Lava

21Nous nous sommes intéressés aux qualités organoleptiques de l’eau (saveur) et de l’amande de coco (saveur et texture) sur un échantillon limité de catégories nommées. Une évaluation sensorielle au sein d’un jury (15 hommes et 15 femmes) en langue vernaculaire a été organisée pour savoir si leurs jugements étaient cohérents avec la nomenclature des cocotiers.

  • 0  Pour analyser les données, un χ² modifié de Friedman et le plus petit écart ont été appliqués.
  • 0  Soit la teneur en sucres solubles exprimée en grammes par litre d’eau de coco mesurée à l’aide d’u (...)

22Pour tester la saveur sucrée de l’eau de coco, les échantillons ont été prélevés au même stade de maturité (4 à 6 mois après la nouaison), nommé localement vôs, qui est connu pour être le stade optimal pour le goût de la boisson. Deux arbres non nommés et deux arbres sôgsôgont été utilisés pour ces tests. Les eaux de coco jugées comme les plus sucrées provenaient de la catégorie nommée décrite comme telle par les habitants du village (sôgsôg)0. Ces eaux de coco contenaient entre 50 et 61 grammes de sucre par litre (degré Brix0). Ainsi le classement du jury s’accorde avec la nomenclature locale et les mesures de sucres solubles.

  • 0  Pour analyser les données, on utilise la méthode de Sauvageot et Dacremont (1995).

23Pour l’amande, les fruits ont été prélevés au stade mere¾(approximativement entre 10 et 11 mois après nouaison), c’est-à-dire le stade optimal pour extraire le lait de coco. L’épreuve triangulaire permet de mettre en évidence de petites différences gustatives entre plusieurs produits comparés deux à deux0. Trois échantillons dont deux identiques ont été présentés aux participants qui doivent déceler l’échantillon unique en spécifiant sa qualité distinctive (saveur sucrée, fermeté et sensation « huileuse »). Les participants ne sont pas capables de différencier des amandes provenant de différents fruits récoltés sur un même régime. Ceci vient confirmer les résultats de Mialet-Serra et Thaler (2003) selon lesquels tous les fruits d’un même régime sont au même stade physiologique et possèdent des caractéristiques physico-chimiques équivalentes.

24En goûtant des amandes issues des quatre catégories nommées distinctes (môtô vet, môtô us, môtô dêdêrês et môtô malgias), les dégustateurs se sont révélés capables de les différencier suivant leur saveur sucrée ; le cocotier nommé pour sachair molle, juteuse et sucrée est perçu comme le plus sucré (môtô us). En revanche, le jury n’a pas différencié ces mêmes échantillons selon leur fermeté et la sensation « huileuse » en bouche.

25Ces tests montrent, qu’au moins pour la saveur sucrée de l’eau et de l’amande, les habitants de Vêtuboso s’accordent entre eux et que leur jugement est cohérent avec la nomenclature locale des cocotiers : le sôgsôg n’a pas volé sa réputation de porter des fruits à eau et amande sucrées, et lemôtô us est bien le cocotier à chair molle et sucrée.

26Ainsi, classification et nomenclature du cocotier répondent à des critères tant morphologiques, floristiques, écologiques, physiologiques, que fonctionnalistes ou symboliques. Ce système de classification renvoie au système de représentation, soit au « système rendant compte de la façon dont est organisé, au sein d’une culture particulière, l’ensemble du monde naturel » (Friedberg, 1968).

Usage ordinaire du cocotier

27Le cocotier est très souvent surnommé « arbre de vie » (Ohler, 1984) pour la multiplicité de ses usages tant alimentaires que domestiques et son rôle dans l’économie familiale. Les usages spécifiques des cocotiers nommés de Vêtuboso, sont mentionnés dans l’encadré 1. Depuis que le Vanuatu a intégré une nouvelle économie fondée sur le marché, que sont devenus ces usages ?

Fruit, légume et condiment

  • 0  Lorsqu’un fruit d’une infrutescence est dépourvu d’eau, les habitants de Vêtuboso disent qu’un ser (...)

28La noix de coco est à la fois un fruit, un légume (au sens alimentaire et non botanique du terme) et un condiment. Elle est consommée comme fruit à un stade immature (vôs) pour sa chair gélatineuse et son eau, toutes deux savoureuses et sucrées0, et à un stade avancé de germination, sol, pour consommer l’haustorium, un tissu qui se nourrit des réserves de l’albumen dans les fruits germés. Consommée comme fruit, la noix de coco est classée parmi la « nourriture légère » wëmë¾ël comme la canne à sucre (töv, Saccharum officinarum L.). Les fruits germés ouverts constituent aussi la base de l’alimentation des cochons domestiques de l’île (, Sus papuensis) et les résidus d’amande râpée sont donnés aux poules ().

29En tant que légume, le cocotier appartient à la classe des accompagnements nommée bigbig. L’unique bourgeon terminal du cocotier est un mets d’autant plus recherché que pour le consommer il faut sacrifier l’arbre entier. À Vêtuboso même si les villageois connaissent cet usage, ils ne le mettent pas en pratique car cela impliquerait la mort du cocotier. L’huile recueillie dans la cavité des noix germées est utilisée pour graisser les feuilles d’héliconia (damat, Heliconia indica Lam. ou dênin, Cominsia giganteaK. Schum.), afin qu’elles n’attachent pas à la pâte de tubercules ou de fruits lors de la cuisson du laplap, le plat national du Vanuatu. Les habitants de Vêtuboso la consomment aussi telle quelle avec un morceau de taro cuit (qiat, Colocasia esculenta (L.) Schott).

Photo 6. – Femme de la côte est de Vanua Lava transportant du choux canaque dans un panier tressé avec des folioles de cocotier

Photo 6. – Femme de la côte est de Vanua Lava transportant du choux canaque dans un panier tressé avec des folioles de cocotier

(Qanlap, Vanua Lava, 2010, cliché de l’auteur).

30Toujours parmi les accompagnements bigbig, le lait de coco est préparé chaque jour à partir de noix de coco mature, mere¾. L’amande était autrefois râpée avec un coquillage de mer, wertur, et aujourd’hui avec une spatule en fer dentée et fixée à une planche sur laquelle on s’assoit. L’amande râpée, additionnée ou non d’eau selon les recettes, est malaxée et pressée pour en extraire un lait riche en matières grasses et en arômes. Ce lait est éventuellement filtré à travers les tissus fibreux que l’on trouve à la base des palmes de cocotier, denen. Le lait de coco peut être consommé frais ou cuit ; il accompagne toujours d’autres aliments.

31Le lait de coco mélangé à l’eau de cuisson permet de cuire des feuilles, principalement celles du chou canaque (sasar, Abelmoschus manihot (L.) Medik), qui accompagneront les cormes de taro.

32Le lait de coco peut être aussi mélangé à l’eau de cuisson ou versé pur dans les marmites où sont cuits des tubercules et des fruits coupés en morceaux (salôqôs) ou râpés et mis en boulettes (löt gëvtun). Si le lait n’est pas cuit, les tubercules et les fruits ainsi préparés seront dénommés wôrqarqar. Enfin, le plat consistant à mélanger ces féculents avec de la chair de coco râpée porte le nom de bigtöw.

  • 0  Il est préparé pour « assurer une bonne croissance des enfants » car il est moins gras que les aut (...)

33À Vanua Lava, le nalot ou löt, dont les habitants des îles Banks passent pour être les spécialistes, est une pâte préparée principalement avec des taros entiers cuits puis écrasés au pilon. Les löt portent des noms différents selon la nature et la préparation de la garniture. Si les löt aux nangailles et aux velles sont les plus valorisés au village, les plus communs restent ceux au lait de coco car les noix sont disponibles tout au long de l’année. Le löt est recouvert de lait de coco frais (wirmamêgin)0 ou cuit légèrement pour former une crème épaisse, soit une concentration par chauffage du lait de coco. Le plat est nommé löt wirsal si le lait de coco est cuit dans des coques évidées dans lesquelles sont introduites des pierres chaudes, löt teqeseg s’il est cuit enveloppé dans des feuilles d’héliconia posées sur des braises, et löt wötö¾ö s’il est cuit par des pierres chaudes avec des feuilles aromatiques dë¼ël dans des coques. Le lait peut être cuit plus longuement jusqu’à ce qu’il forme des particules rougeâtres très sucrées : le lait de coco du löt salsim est cuit dans des coques sur des pierres chaudes et celui du löt vasgêr est cuit dans des coques sur des braises.

34Pour préparer un laplap, les cormes ou fruits (de taro, manioc (maniok, Manihot esculenta Crantz), ignames (dëm, Dioscorea alata ; tamag, D. esculenta ; qôôr, D. nummularia), bananes (vetel, Musa spp.) sont râpés crus, puis empaquetés dans des feuilles d’héliconia et cuits dans un four à pierres. Quatre types de laplap sur sept, sont préparés avec du lait de coco. Celui-ci peut-être versé frais (wir, pour le nom de la préparation), mélangé encore frais à la pâte de tubercules pour être cuits ensemble (wôrkelkel), inséré sous forme de crème blanche dans des trous de la pâte avant cuisson (wôrôsala) au four à pierres ou encore servir d’eau de cuisson à des boulettes de tubercules râpés (wewe).

35Que ce soit pour nommer un löt ou un laplap, on note que c’est la manière de préparer le lait de coco (ou autres noix) qui déterminent la nomenclature et non le mode de cuisson des taros ou le type de tubercules ou de fruits utilisés. Le lait de coco est le critère déterminant dans la classification des plats alimentaires du village.

36Dans le village de Vêtuboso, comme partout en zone rurale au Vanuatu, il a été estimé qu’en moyenne six noix de coco sont consommées chaque jour par les membres d’un foyer et trois par les animaux, principalement les cochons domestiques. Or un ancien de Vêtuboso considère justement que les hommes se comportent aujourd’hui comme des « cochons » en consommant quotidiennement des noix de coco. Autrefois, la cuisson et les préparations culinaires au lait de coco étaient exceptionnelles ; chaque famille ne possédant qu’environ dix arbres, l’apport en huile végétale était principalement complété par les nangailliers et les velliers. On peut justement noter qu’aucune catégorie nommée n’est associée à un usage de lait de coco (encadré 1). Le régime alimentaire des villageois s’est certainement modifié avec l’augmentation du nombre de cocotiers et l’abondance de leurs fruits.

 L’arbre aux mille usages domestiques

37À chaque usage correspond une partie du cocotier : feuille, nervure, coque et bourre. Les palmes entières sont posées sur les toits en feuilles de sagoutier (doot, Metroxylon warburgii Becc.) pour les protéger des vents violents. Si une partie du toit est emportée lors d’un cyclone, des palmes rapidement et sommairement tressées boucheront les interstices pour éviter que le vent, en s’engouffrant, n’emporte le reste du toit. Tressées en nattes serrées, ¼isiak, les palmes peuvent servir de toits pour les maisons éphémères dans les jardins. Les folioles souples situées à la pointe de la palme sont tressées en éventail, dêrivriv. Les plus solides sont tressées en de nombreux paniers ayant chacun un usage bien particulier (encadré 2). Elles sont aussi séchées à l’intérieur des maisons pour allumer le feu du matin ou pour éclairer son chemin la nuit. Les nervures des folioles sont assemblées en balai, et chacune d’entre elles est utilisée pour vérifier la cuisson d’un tubercule en train de cuire dans une marmite (metesusus).

  • 0  Cependant, nous n’avons jamais eu l’occasion en deux ans d’observer ces deux derniers usages du st (...)

38Le stipe de cocotier est utilisé comme pilier dans la construction des maisons. Brûlant lentement, il est également un bon combustible0 comme les coques vides ; ces dernières donnent à la nourriture, poisson ou igname nummularia, un goût et une texture particuliers. Elles servent également de récipients, en particulier celles qui sont allongées et pointues car elles peuvent ainsi être plantées dans la terre par le buveur de kava (, Pipermethysticum G. Forst). Avant l’utilisation de grattoirs industriels, les coques permettaient de râper l’épiderme des cormes de taro, et servent encore à creuser le four à pierre.

39Le tissu fibreux à la base des palmes et la bourre de coco servent de passoire (sên) pour filtrer les débris de racine de kava ou les débris d’amande du lait de coco. On peut s’essuyer les mains avec la bourre, l’utiliser comme papier hygiénique (me¾) et comme combustible lorsqu’elle a été séchée sous abri.

40Les nervures des palmes ou la bourre de coco étaient jadis tressées en corde ; la corde en bourre imputrescible était particulièrement prisée pour l’amarrage et l’assemblage des éléments des pirogues et sert encore aujourd’hui à ligaturer le bout pointu des flèches et des lances. Aujourd’hui les cordes synthétiques commerciales sont omniprésentes ; ces dernières sont non seulement responsables de l’érosion d’un savoir-faire mais aussi de la désélection d’une catégorie de cocotier à fruits longs et à bourre épaisse. Ainsi à Vêtuboso, l’utilisation de cordes synthétiques a entraîné, en une seule génération, la disparition du môtô vingaqô. Cette catégorie au nom familier, dont l’usage est connu de tous, ne se rencontre pratiquement plus que chez les arbres de plus de 60 ans. Cette richesse en bourre utile pour la confection des cordages est un facteur défavorable pour un planteur produisant du coprah car avant de fendre la noix pour en extraire l’amande, le fruit doit être débourré.

Encadré 2 – Les paniers en cocotier de Vanua Lava

  • 0  Ces informations ont été récoltées grâce au travail de Kate Ruth, habitante de Vêtuboso.

Les paniers en cocotier de Vanua Lava sont confectionnés avec les nervures et les folioles dénervurées ou non. Les femmes choisissent la palme de cocotier pour son aspect (couleur verte, ni trop jeune car moins résistante, ni trop vieille car abîmée et cassante) et pour sa taille selon la dimension recherchée du panier. Les folioles à la base de la palme sont préférentiellement utilisées. Neuf types de paniers de cocotier ont ainsi pu être recensés sur Vanua Lava, principalement dans le village de Vêtuboso0.

1. Le metedêrês, panier tabu ou prohibés pour les hommes reclus dans la maison des hommes (gemel), est confectionné avec dix folioles dénervurées mais attachées entre elles par une partie du rachis de la palme. Il n’est plus utilisé aujourd’hui.

2. Le toq, généralement composé avec des feuilles de pandanus plus robustes, peut également être tressé avec des folioles de cocotier doublées pour le rendre plus solide. Il est utilisé pour stocker et sécher des nangailles dans leur coque au-dessus du feu. Une fois sèches, elles sont conservées dans un panier exclusivement en pandanus, le toq venit. Par contre, les nangailles séchées sont vendues dans des toq en cocotier.

3. Le wôsusrô existe en version « cocotier », plus large et plat, et en version « pandanus » pour enfermer les restes alimentaires et les déjections des enfants afin de les protéger de la mauvaise magie. Le wôsusrô en cocotier était utilisé pour porter le bois de chauffage et la nourriture au cours des fêtes. Il n’est plus d’usage aujourd’hui.

4. Le matqêt est une sorte de plateau avec deux anses sur lequelon dispose de la nourriture cuite comme le laplap. Après avoir servi, il est accroché au mur par une anse.

5. Le meterôwa kuleôw (« dos de tortue ») ressemble au précèdent mais il est tressé avec des folioles non dénervurées. On l’utilise pour placer de la nourriture cuite.

6. Le qôtuôw vir, tressé avec des folioles, permet de conserver dans la cuisine les coquillages utilisés pour râper la chair de coco.

7. Le bor, un panier qui peut être fermé, est le plus commun. Il permet de ramener les tubercules du jardin et de les transporter vers le marché ou vers d’autres villages ou îles. Si un invité ne se rend pas chez ses hôtes, ces derniers accrochent sur leur porte ce panier non achevé afin de se moquer de lui.

8. Le wagateteg doté d’une anse en écorce d’hibiscus (vër, Hibiscus tiliaceus L.) est utilisé pour porter le bois de chauffage au jeune couple lors de leur cérémonie de mariage.

9. Le grand wêgêt permet de ramener de la nourriture non cuite du jardin, alors que le petit wêgêt permet le transport de nourriture non cuite depuis la plage. Très commun, il se conserve longtemps au-dessus du feu.

Un rôle économique irremplaçable

  • 0  Sur d’autres îles pourvues de plateaux coralliens (Mota, Mota Lava, Gaua), l’exploitation de la bê (...)

41« Le cocotier, c’est de l’argent » est une réponse fréquente que l’on obtient à la question « à quoi sert le cocotier ? ». Par exemple, les noix de coco peuvent être directement utilisées comme monnaie. Ainsi, en échange de gâteaux, une femme du village accepte d’être payée par des noix de coco suivant le tarif : 10 noix pour 20 vatus, soit 15 centimes d’euro. Mais c’est lorsqu’il est transformé en coprah que le fruit du cocotier assure la majorité des revenus monétaires du village à la hauteur de 210 euros par foyer et par an (Caillon, 2007). Bien que le travail de production du coprah demeure difficile, les habitants de Vêtuboso n’ont pas encore la possibilité de développer d’autres activités économiques car les ressources marines sont pauvres0, et l’accès au marché de Sola, la capitale administrative de la Province de Torba située à trois heures de marche, est difficile. Les voies de communication maritime permettant la liaison avec d’autres îles sont aussi difficiles. Les bateaux de marchandises collectant le coprah s’ancrent dans la baie de Vureas, à 20 minutes en contrebas du village avec 150 mètres de dénivelé. Leur fréquence est irrégulière et imprévisible : entre un et dix par semestre. Mais ces réseaux de communication seraient encore plus désorganisés si l’économie du coprah venait à disparaître : la vente de coprah permet de désenclaver les régions isolées du Vanuatu et de maintenir les services publics comme les écoles et les dispensaires (Labouisse, 2004).

  • 0  Principalement du riz, des boîtes de bœuf et de poisson en conserve, du savon, du kérosène, des al (...)
  • 0  Sur Mota Lava, V. Lanouguère-Bruneau (2002) remarque que, à l’inverse d’un travail en dehors de l’ (...)

42La communauté de Vêtuboso fonctionne sur le système du big men ; l’importance politique et sociale s’accroît avec la richesse personnelle. Traditionnellement, plus un homme avait de cochons à sacrifier, cochons souvent nourris avec des noix de coco, plus il avait de taros à cuire pour nourrir les autres membres de la communauté lors d’une grande fête, et plus son statut social était valorisé. Si l’important est d’être riche, au lieu de cultiver des taros et d’utiliser le système de don et contre-don pour accumuler des richesses, un homme peut exposer sa richesse en achetant de la viande et du riz avec de l’argent. À Vêtuboso, les principaux moyens d’obtenir cet argent résident dans la vente de coprah, la marge réalisée dans de petites échoppes sur le commerce de produits importés0, la vente de bétail, et celle de kava dans des bars du village ou plus rarement à Sola. Pour un homme du village, la vente du coprah est donc un moyen de capitaliser et de monter en grade dans la société0 ou même de démontrer son aptitude à devenir père de famille. Planter une cocoteraie pour un jeune est un moyen de marquer son territoire dans le village. Il démontre ainsi sa capacité à anticiper les besoins monétaires de sa future famille (un cocotier ne fructifie souvent que sept ans après plantation). Construire une maison, cultiver des taros et planter une cocoteraie déterminent la valeur d’un mari et d’un père de famille.

Le cocotier, un objet symbolique

Des usages festifs et cérémoniels

43Le cocotier, comme contenant, nourriture ou objet offert, a toujours sa place dans toutes les fêtes et les cérémonies qui scandent la vie d’un homme ou d’une femme du village. Ces événements ont déjà été détaillés dans un précédent article du Journal de la Société des Océanistes (Caillon and Lanouguère-Bruneau, 2005) ; j’insisterai ici sur les rites anciens et actuels impliquant le cocotier.

44Lorsque les hommes participaient à des institutions statutaires comme la hiérarchie du soq, ils pouvaient y acquérir des masques timiatprincipalement confectionnés avec de la bourre de coco. Aujourd’hui, ces masques ne sont plus confectionnés dans le village.

45Dans les temps anciens, la sage-femme donnait de l’eau de coco et du löt au nouveau-né pour vérifier qu’il avait un trou pour l’eau et un autre pour les aliments solides (Speiser, 1996 [1923] : 256). Si l’accouchement était douloureux pour la jeune mère, un spécialiste local de la médecine « coupe la jeune pousse d’un très jeune cocotier, profère une incantation sur la noix dont le lait est donné à la mère pour qu’elle le boive ; la noix vide est ensuite enterrée sous le seuil avec l’ouverture en haut » (Speiser, 1996 [1923] : 255). De plus, le cinquième jour de la naissance, s’il s’agissait d’un garçon, le clan ou vênê¼ du père affrontait celui de la mère en lançant des noix de coco. Ces pratiques ne sont plus en usage aujourd’hui.

  • 0  Un enfant devient adulte, pour une fille, lorsque ses seins s’affaissent et, pour un garçon, lorsq (...)

46Le mariage suit traditionnellement un long processus au cours duquel la famille du garçon doit « réserver » puis « payer » la femme désirée. Dans les temps anciens, lorsque la jeune fille était trop jeune pour être mariée, la famille de son futur époux la réservait au cours de la cérémonie Gonwômôtô. À cette occasion, deux fruits de cocotier étaient plantés côte à côte, attachés ensemble par leur bourre pour symboliser la solidité du contrat entre les deux familles. Les fruits attachés doivent être en germination si l’homme est plus âgé que la femme. La mort de l’un des deux cocotiers avant que l’union finale n’eût été établie, était interprétée comme le passage à la mort de l’un des deux partenaires. Il ne faut pas confondre cette cérémonie avec Lagê ¼iar (« enfants mariés ») qui, plus qu’une cérémonie, marquait toute la période pendant laquelle l’enfant-fille vivait avec sa belle-mère et l’enfant-garçon était élevé par son père dans la maison des hommes, jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de se marier, la puberté0. Pour conclure une telle alliance, des fruits germés de cocotier et autres arbres à planter, ainsi que de l’argent, étaient offerts à la famille de la petite fille. Si ces deux premières cérémonies ne sont plus pratiquées, celle dénommée Qalêgor l’est toujours. En bichlamar, les Ni-Vanuatu utilisent le verbe blokem pour bloquer ou réserver. Lorsque la famille du futur marié n’a pas suffisamment d’argent pour payer l’ensemble de la somme due, la jeune fille est réservée par l’apport d’une somme d’argent. La présence de fruits de coco germés est indispensable lors de cette cérémonie. Normalement, le futur couple ne peut vivre ensemble que lorsque la dernière cérémonie, Dala ge est achevée, c’est-à-dire lorsque le jeune homme a réuni la somme de 40 000 vatus, soit 310 euros. À cette occasion, des plantes sont offertes pour être cultivées incluant des noix de coco germées, ou être consommées par les personnes déjà mariées comme les noix de coco immatures. On offre également des objets domestiques comme des paniers tressés avec des folioles ou des nervures de cocotier ou des nattes. Pour certains habitants de Mota Lava, le fait de payer une femme avec des fruits germés constitue une reconnaissance de la capacité reproductrice de la femme, alors que les cadeaux de noix de coco vertes sont, comme le sous-entend le mythe de la danse Natmatmumgêl, le signe d’une « dynamisation » de la vie nouvelle des jeunes mariés (Lanouguère-Bruneau, comm. pers.).

Photo 7. – Jeune garçon dansant avec une tunique à base de folioles de cocotier

Photo 7. – Jeune garçon dansant avec une tunique à base de folioles de cocotier

 (Lesereplag, Ureparapara, 2003, cliché de l’auteur)

47Les cérémonies suite à un décès sont encore aujourd’hui marquées de plusieurs étapes comme la mise en terre, les repas communautaires, la cérémonie Tuleg ununseg pour le partage des terres, la distribution du collier d’hibiscus, ga nar, qui instaure les tabous alimentaires et qui, un an plus tard est brûlé dans de la bourre de coco. Avant l’aube du cinquième jour, les biens du défunt étaient auparavant détruits lors de la cérémonie Vono ¼ôlô. Plus le mort était respecté, et plus la personne chargée de détruire les biens, en particulier les cocotiers, était enthousiaste dans sa tâche. Cette personne était payée par les enfants en argent et en taros. Bien que présente dans le discours local, cette dernière cérémonie n’a plus cours. Les cocotiers ne sont plus détruits en raison de leur nombre, de leur rôle patrimonial et d’épargne familiale. Autrefois, la destruction des arbres permettait de libérer la terre. La logique de capitalisation qui s’installe petit à petit au Vanuatu, attribue au cocotier un nouveau pouvoir, celui de capturer le foncier sur plusieurs générations dans un pays où, à l’inverse de ce qui est planté, la terre n’appartient pas traditionnellement aux individus.

Des usages médicinaux et magiques

  • 0  Après ingestion de poissons herbivores et de leurs prédateurs, la cigua se traduit par l’accumulat (...)
  • 0  À Hokua, nord Santo, un liquide rougeâtre est extrait de l’écorce du cocotier pour les femmes qui (...)

48Le cocotier, par les vertus de sa bourre, de son eau ou de son écorce, est un arbre médicinal. Il permet de soigner des infections dermatologiques, urinaires et généralisées. L’huile naturelle de fruit germé (sous l’haustorium) permet de soigner des blessures à la tête et d’éloigner les mouches des blessures. Lorsque l’on est blessé par les fleurs de velliers qui provoquent des excroissances sur la peau, l’eau stagnant dans des spathes de cocotier au sol est frottée sur les blessures. Pour soigner la cigua (la ciguatera ou gratte)0, la chair d’une noix pas encore sèche prise au stade gêbibiag, doit être râpée avec le coquillage wertur pour en extraire le lait, qui filtré avec le tissu fibreux denir, sera bu par le malade malgré son mauvais goût d’huile. Les infections urinaires sont soignées par la substance extraite de l’écorce du stipe d’un cocotier aux fruits verts foncés dénommé môtô gototorog qo¾qo¾. Prélevée sur le côté du stipe orienté est, la seconde peau plus blanche et plus souple du stipe est broyée puis filtrée avec les tissus fibreux à la base des palmes. Il faut boire l’ensemble de la solution0. Pour stopper une infection généralisée dont le symptôme est l’émergence de ganglions douloureux à l’aine (wotan), une corde de fibres de coco doit être nouée autour du pouce et du petit doigt du pied de la jambe souffrante. Un habitant de Vêtuboso se sentant faible et fébrile a été guéri par un homme de Gaua qui a placé un fruit de coco vert foncé à la tête de son lit. Au matin, le fruit a été ouvert sur une feuille de taro géant (, Alocasia macrorrhizos (L.) G. Don f.) ; l’eau était trouble comme si elle contenait des débris de taro que quelqu’un d’autre essayait de lui voler pour l’affaiblir.

49Il a fallu de nombreux mois pour recueillir les usages médicinaux du cocotier. Les villageois, pourtant déjà interrogés sur le sujet, ne parlent que lorsqu’ils sont confrontés à la maladie. Il ne s’agit pas semble-t-il d’une réticence à divulguer des secrets médicinaux sachant que nous avons facilement pu en collecter pour d’autres plantes locales. L’explication serait que les villageois n’associent plus le cocotier à des propriétés médicinales.

50Contrairement à leur utilisation médicinale, les usages magiques du cocotier sont secrets. L’ensemble des « recettes » décrites ci-dessous sont incomplètes et n’ont jamais été divulguées aux autres membres de la communauté. Qôtônögôsôw, la noix sans sa bourre, sèche et évidée mais non brisée, est utilisée comme diffuseur de feuilles magiques, par exemple enfouie à l’entrée des bassins de taros pour éliminer les ravageurs. Le cocotier magique par excellence est celui qui, immature, a un anneau rouge autour de l’attache du pédoncule au-dessus des pores de germination : môtô wulmê. L’eau de cette catégorie de cocotier est en général utilisée comme excipient pour un grand nombre de recettes magiques dans lesquelles entrent d’autres plantes. Du temps de la hiérarchie du soq, l’homme qui passait son premier grade ne pouvait pas, entre autre, se laver pendant cent jours alors qu’il était enfermé dans la maison des hommes. À sa sortie, il devait se laver avec un seul fruit du stade mël (contient de l’eau mais pas encore d’amande) d’un cocotier à anneau rouge. Ce cocotier a également une utilisation magique pour faire venir les poissons nommés röwö. Dans une noix du stade mël bouchée par des galets de la plage, des feuilles magiques sont enfermées. Lorsque la marée est haute, cette noix doit être discrètement et invisiblement enterrée à la limite de la ligne d’eau. Cinq jours plus tard, on peut observer l’arrivée des poissons par l’obscurcissement de la couleur de la mer. Pour les stabiliser près du rivage, des algues consommables sont multipliées sous l’action d’une autre feuille jetée dans la mer.

51Si un enfant ne sait pas bien marcher, la mère le présente à un cocotier dont les folioles bougent tout le temps même lorsque le vent s’arrête, le cocotier môtô lak. Le père agite de haut en bas des folioles de cocotier devant puis derrière l’enfant. Si quelqu’un a besoin d’avoir un discours éloquent, de « s’ouvrir le gosier » en bichlamar, il doit boire l’extrait, filtré dans les tissus fibreux du cocotier, de huit folioles de ce même arbre écrasées à la pierre et mélangées à de l’eau de mer. Avec les débris végétaux, le corps doit être frotté deux fois devant et deux fois derrière. Puis, ces débris sont jetés dans la quatrième vague pour que le corps puisse prendre la force de celle-ci. Outre la capacité à discourir, on acquiert ainsi la possibilité d’être un manar, « la personne qui sait » les danses coutumières et les rites, mais aussi l’ensemble de la flore et de la faune.

  • 0  M. Rodman (1986) note le même procédé à Ambae où une noix de coco « chargée d’un maléfice » avait (...)
  • 0  Sur Mota Lava, la noix de coco peut également être utilisée comme châtiment : lorsqu’une personne (...)

52En mars 2002, un couple de Vêtuboso a fait appel à un « sorcier » de Santo car les deux se plaignaient de maladies chroniques. Le sorcier trouva deux récipients en bourre de coco contenant de la craie, un crâne miniature sculpté, des débris d’os humain et de la cendre ; cette « recette » aurait été empruntée à des sorciers de Pentecôte0. L’un était enfoui dans la terre, sous le lit de leur maison sur pilotis. Le deuxième était enterré sous un cocotier que le propriétaire malade avait planté. Pour expliquer ce geste, des habitants du village nous expliquèrent que le cocotier symbolise l’homme avec ses fruits en forme de visage : les deux pores non germinatifs représentent les yeux et le pore germinatif la bouche à travers de laquelle on peut s’abreuver. Si le « sorcier » n’avait pas trouvé le paquet magique en bourre de coco, alors la mort de l’arbre aurait précédé celle de l’homme qui l’avait planté0.

Le cocotier, un arbre anthropomorphique

  • 0  Au Cambodge, la vie d’une femme âgée est prolongée si sa mort et sa renaissance sont mimées par la (...)

53Le cocotier « procurede la nourriture à consommer, et des métaphores pour vivre » (Giambelli, 1998: 153). Ces métaphores s’inspirent principalement de la forme humaine du cocotier. Certains traits biologiques, morphologiques et comportementaux du cocotier peuvent être associés à ceux des humains0. Dans le village de Vêtuboso, l’anthropomorphisation du cocotier est identifiable à plusieurs niveaux : le mythe d’origine, la ressemblance de la noix de coco à un visage ou à un sein féminin, la liaison mortelle entre le cocotier et l’homme, sa présentation comme un être rusé et le développement biologique du cocotier proche de celui d’une femme.

  • 0  Sur Maewo, les fruits, dont les yeux pointaient jadis vers le sol, observaient les malheureux pass (...)

54Tout a commencé lorsque le cocotier poussa de la tête d’une anguille (marê) brûlée vive. D’après les habitants des îles Banks, une mère anguille donne naissance à une petite fille, qui adolescente se marie à un homme du village voisin. L’homme, profitant de l’absence de sa femme, brûle la mère anguille qui avait préalablement dicté ses volontés à sa fille en prévision d’un tel drame. Sa fille enterre donc la tête de sa mère d’où émerge, quelques jours plus tard, un cocotier. La femme propose alors à son mari de boire l’eau du fruit. Après qu’il se soit réjoui de sa dégustation, elle lui fait remarquer qu’il s’agit en réalité de l’urine (mythe d’Ureparapara) ou du sang (Mota et Mota Lava) de sa mère serpent. Après ingestion de l’amande immature de la noix de coco, elle lui dit encore que ce sont les déjections (Ureparapara) ou la chair (Mota) de sa mère. Si ce mythe est largement répandu dans tout le Pacifique Sud, l’importance donnée à la mère, et en particulier la transmission de son sang et de sa chaire sous la forme d’eau de coco et d’amande, renforce l’existence du système matrilinéaire du nord du Vanuatu. Ainsi, les yeux et la bouche (le pore germinatif) sur les noix de coco rappellent à chacun le visage de la mère du cocotier0.

  • 0  Le cocotier peut également substituer la vie d’un cochon sur l’île de Pentecôte. Les chefs, pour m (...)

55La création du cocotier a nécessité le sacrifice de la mère anguille par mort violente, le feu. Cette mort rôde désormais autour du couple cocotier/homme. Ainsi, l’objet symbolisant la magie noire (bourre de coco, os brûlés et autres ingrédients) a été enterré non seulement sous le lit de l’homme visé mais aussi sous le cocotier qu’il avait planté. Les sorts du cocotier et de son planteur sont liés. De même, lorsqu’un contrat de mariage est conclu, deux cocotiers sont plantés côte à côte : la mort de l’un des deux présages du décès d’un des deux futurs mariés. Enfin, une catégorie de cocotier de forme spicata dénommée môtô taktak est un cocotier de la mauvaise chance. Si l’on en a un dans son jardin, on mourra jeune. Si l’on remarque un jour que le nombre de fruits sur l’infrutescence correspond au nombre de ses frères et sœurs, et si le lendemain un des fruits est tombé, alors un enfant de la famille décèdera prochainement. Dans une histoire de Mota Lava, les folioles en mouvement, alors que le vent ne soufflait pas, indiquèrent à une femme se rendant au jardin, la mort de sa mère restée à la maison. De plus, sur cette même île, on raconte que si le héros commun au groupe des Banks, Qet, crée les êtres humains en sculptant des morceaux de bois, l’araignée Malawa annonça l’arrivée de la mort en enterrant ses sculptures humaines sur des nattes tressées de folioles de cocotier (Lanouguère-Bruneau, 2002)0. Ainsi, cocotiers et êtres humains sont liés par un contrat de vie et de mort ; le cocotier, l’« alter-ego vivant » de l’homme (Giambelli, 1998 : 141), l’accompagne de sa naissance jusqu’à sa mort.

  • 0  Au nord de l’île de Pentecôte, dans le village de Avatvotu, nous avons relevé le même type d’histo (...)

56Pour que le destin d’une plante reflète celui d’un être humain, la plante doit présenter des qualités dignes du monde des hommes. Une histoire coutumière met justement en scène un cocotier intelligent qui a su résister à la tentation, et a choisi la meilleure stratégie de vie. Le cocotier qui marche môtô vanvan et le bananier poussaient l’un à côté de l’autre quand le cocotier voulut aller sur les Reef Islands, pour relever le caractère sucré de charger son eau en sucre. Dans une autre version, le cocotier paye avec de la monnaie de coquillage un cochon hermaphrodite pour que celui-ci le fournisse en eau sucrée. En attendant son compagnon, le bananier alla chercher des coquillages de mer, du nom de rasêsê, qu’il disposa autour de son pied. De chaque coquillage sortit des jeunes pousses. À son retour, le cocotier gronda le bananier car par cet acte il se condamnait à ne vivre qu’une seule année. Le cocotier, par contre, conserve ses fruits entre ses palmes et vit très longtemps. Ainsi, tous les six mois, le cocotier môtôvanvan part se régénérer sur Reef Islands, et en son absence le cocotier ne porte pas de fruits0. De ce fait, le cocotier est un être doué de raison et d’intelligence. Mieux que le bananier qui meurt chaque année ou que le sagoutier qui s’éteint lors de son unique fructification, le cocotier, par sa patience et sa réflexion, a su se préserver de sa mort certaine en vivant plus longtemps et en produisant des fruits chaque mois. Lors de ses promenades sur Reef Island, le cocotier laisse ses attributs végétatifs ancrés dans le sol de l’île, mais possède la capacité de voyager vers d’autres lieux grâce à ses fruits. N’est-ce pas cette stratégie qui a permis au cocotier de diffuser ses semences dans tout le Pacifique ?

57Le cocotier est donc doué d’intelligence, et il présente les mêmes cycles biologiques qu’une femme. Fertile à sept ans, il rentrera lentement en « ménopause » vers 50 ans pour s’éteindre à plus de 70 ans. Durant sa vie, un organe fertile sera produit chaque mois. Après fécondation, chaque fleur mettra neuf à dix mois à se transformer en fruits suffisamment matures pour se détacher de leur mère et vivre une autre vie. Ses enfants souvent illégitimes, car d’origine paternelle inconnue, vivront non loin de leur mère ou prendront le large, voguant sur l’océan. Ces descriptions biologiques s’illustrent au mieux dans le mythe d’origine des gens de Lotawan, que l’on appelait anciennement les gens de Maligo, sur l’île de Mota (Vienne, 1984 : 87). Leur ancêtre commun est une petite fille qui tomba d’un cocotier comme une noix de coco. Plus qu’un visage, ses fruits peuvent être comparés à des seins de jeunes filles comme le montre le nom d’une des catégories nommées de cocotiers, le môtô wêsusu¼al¼al « cocotier / poitrine de jeune fille », dont les fruits sont ronds avec une petite pointe. L’eau des fruits de cocotier présente également une certaine analogie avec le lait maternel (À Bali, voir Giambelli, 1998), et dès sa naissance, l’enfant devait jadis avaler de l’eau de coco.

58Le cocotier présente ainsi toutes les caractéristiques d’une femme, et plus précisément d’une mère. Comme d’autres en Indonésie (Engelhard, 1996), les habitants de Vanua Lava soulignent très justement la valeur reproductrice du cocotier lorsqu’ils offrent des fruits en germination à l’occasion d’un mariage ; la fertilité de la jeune mariée est honorée à travers ces offrandes. Depuis la naissance jusqu’à la mort, le cocotier est le « miroir » de ses habitants.

Conclusion

59Ainsi le cocotier participe toujours à chaque étape de la vie des villageois, de la naissance au décès, à travers de nombreux usages quotidiens ou cérémoniaux, sous la forme de noix à boire, de lait incorporé dans des plats traditionnels, de fruits germés à planter, d’excipients pour des décoctions magiques, de matériel de construction et joue aussi le rôle principal dans des histoires coutumières.

60Le fait que les catégories nommées de cocotiers les plus répandues à Vanua Lava sont des lexèmes immotivés, que ces mêmes catégories sont choisies préférentiellement pour nommer un cocotier lorsqu’il présente plusieurs caractéristiques, confirme l’ancienneté de ces catégories nommées. Pour ce qui concerne l’origine des autres noms, un grand nombre de catégories associées à un nom motivé décrivant la morphologie des fruits serait apparu plus récemment, avec la multiplication du nombre de cocotiers plantés. Sachant que les îles présentant les plus fortes diversités de catégories nommées sont surtout des îles à forte production de coprah, que ces mêmes îles présentent des noms décrivant très finement la noix et ses compartiments, nous incite à penser que le développement du coprah a eu une influence certaine sur la nomenclature locale en la complexifiant dans un registre descriptif. Les habitants du Vanuatu ont dû forger des termes nouveaux avec des mots déjà présents dans leur langue. Ils ont su innover dans la cohérence d’un système préexistant dans toutes les îles pour l’ensemble des arbres à noix ; l’analyse de la dynamique du système de classification et de nomenclature du cocotier, nous renseigne ainsi sur le potentiel d’adaptation des hommes face à un environnement changeant (Friedberg, in Bonte, 1991).

61Plantant plus d’arbres, les côtoyant plus intimement et plus souvent pour en extraire le coprah, le rapport qu’entretiennent les Ni-Vanuatu avec leurs cocotiers, visible à travers ses systèmes de nomenclature, a été bouleversé par l’arrivée de cette économie.Le cocotier relève ainsi d’un statut « hybride » : sa valeur symbolique est un héritage du passé, mais son exploitation économique date de l’époque coloniale. Planté dans le village en petit nombre dans les temps pré-coloniaux, le cocotier était notamment valorisé pour sa rareté ; on ne le consommait pas tous les jours, réservant les rares fruits aux occasions festives ou d’échange. Aujourd’hui, alors que le cocotier-individu est devenu un élément de la cocoteraie, les anciens aussi bien que les jeunes vont parfois jusqu’à adopter une attitude de rejet face à cette plante « déchue » (Caillon, 2007). Ainsi, malgré les traditions – classification, nomenclature, usages, histoires – auxquelles il est lié, le cocotier est considéré désormais comme une plante « de Blancs ».

Les informations rassemblées pour cette étude ethnobotanique nous ont été généreusement « offertes » par les cultivateurs de cocotiers. Nous remercions en particulier Louis Wôrvetel, Tomas Sakalmes, Hosea Waras, Banabas Manar, Dimas Wôrvetel, Edwin Ta¼atworlê, Elman, Henry Wiris, Hosea Qas, John Elman, Leynold, MacKenzie Tapê et Tony Romeo, ainsi que leur famille respective. L’hospitalité et l’aide ethnographique du chef Eli Field Malau et de sa femme Joana Sôrôr Söm ont été particulièrement précieuses. Nous remercions aussi le Centre culturel du Vanuatu pour nous avoir facilité l’accès au terrain grâce à son réseau local d’assistants. Un grand merci à Sandrine Pavoine (mnhn) pour avoir plongé son regard de statisticienne dans ces données sociales. Elle a réalisé l’ensemble des figures et analyses sous R. Le vurës a été vérifié par Catriona Hyslop-Malau et a pu être transcrit dans toute sa complexité grâce à la police fournie par Alexandre François. Les tests de dégustation et leurs analyses ont été menés grâce aux conseils avisés d’Alexia Prades. Merci à Jean-Pierre Labouisse pour ses relectures éclairées. Enfin, ce projet réalisé dans le cadre d’une thèse de géographie n’aurait pu exister sans le financement de la région Centre, du cirad et de l’ird.

62Ang Choulean, 2005. The human-nature relationship seen through animistic belief and ritual in Cambodia (consulté le 27 avril 2005, http://www.jpf.go.jp/​e/​culture/​news/​0412/​img/​pdf/​report08.pdf).

63Barrau Jacques, 1962. Les plantes alimentaires de l’Océanie : origines, distribution et usages, Marseille, Faculté des Sciences de Marseille, Annales du Musée colonial de Marseille, 63e à 69e années, 7e série, thèse de doctorat, 275 p.

64Bonnemaison Joël, 1996. Gens de pirogue et gens de la terre, Paris, Éditions de l’orstom.

65Bonte Pierre et Michel Izard (éds), 1991. Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, Quadrige/puf.

66Caillon Sophie, 2004. Kokonas mo taro blong Vanuatu : wan katalog, Orléans, ird.

67Sauvageot François et Catherine Dacremont, 1995. L’évaluation sensorielle à la portée de tous ou les premiers pas en évaluation sensorielle, Dijon, ensbana, Université de Bourgogne.

Haut de page

Bibliographie

Berlin B., D. E. Breedlove and P. H. Raven, 1974. The principles of Tzeltal plant classification, New York, London, Academic Press.

—, 2007. Arbre d’antan, arbre «des Blancs». Évolution de la valeur sociale des cocotiers et de leur espace à Vanua Lava (Vanuatu), Géographie et Culture 63, pp. 87-104.

Caillon Sophie et Virginie Lanouguère-Bruneau, 2005. Gestion de l’agrobiodiversité dans un village de Vanua Lava (Vanuatu) : stratégies de sélection et enjeux sociaux, Journal de la Société des Océanistes 120-121, pp. 129-148.

Dubois J., M. Giacomo, C. Marcellesi, J.-B. Marcellesi et J.-P. Mével, 1994. Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, édité par c. T. d. Français, Paris, Larousse.

Friedberg Claudine, 1968. Les méthodes d’enquête en ethnobotanique. Comment mettre en évidence les taxonomies indigènes ?, Journal d’Agriculture traditionnelle et de Botanique appliquée 15 (7-8), pp. 297-324.

—, 1997. Diversité, ordre et unité dans les savoirs populaires, Natures, Sciences et Sociétés 5 (1), pp. 5-17.

Giambelli Rodolfo A., 1998. The coconut, the body and the human being. Metaphors of life and growth in Nusa Penida and Bali, inL. Rival (ed.), The social life of trees. Anthropological perspectives on tree symbolism, Oxford, New York, Berg, pp. 133-158.

Grenand Françoise, 2001-2002. Stratégies de nomination des plantes cultivées dans une société tupi-guarani, les Wayãpi, Amerindia 26/27, pp. 209-247.

Harlan Jack R., 1987 [1975]. Les plantes cultivées et l’homme, Paris, Presses Universitaires de France.

Haudricourt André G., 1964. Nature et culture dans la civilisation de l’igname : l’origine des clones et des clans, L’Homme 4 (1), pp. 93-104.

Hess Sabine, 2009. Person and Place. Ideas, Ideals and the Practice of Sociality on Vanua Lava, Vanuatu, London, Berghahn.

Labouisse Jean-Pierre, 2004. Systèmes agraires et économie du cocotier au Vanuatu : historique et perspectives, Journal de la Société des Océanistes 118, pp. 11-33.

Labouisse Jean-Pierre et Sophie Caillon, 2001. Une approche de la conservation in situ par l’étude d’un système semencier informel : cas du cocotier au Vanuatu (Pacifique Sud), ocl8 (5), pp. 534-539.

Labouisse Jean-Pierre, Tiata Sileye, Jean-Paul Morin, Chantal Hamelin, Luc Baudouin, Roland Bourdeix et André Rouzière, 2004. Coconut (Cocos nucifera L.) genetic improvement in Vanuatu: overview of research achievements from 1962 to 2002. Part I: Improvement of Vanuatu Tall by mass selection, ocl 11 (4-5), pp. 354-361.

, 2005. Coconut (Cocos nucifera L.) genetic improvement in Vanuatu : overview of research achievements from 1962 to 2002. Part 2: Improvement of the Vanuatu Tall by hybridization, ocl 12 (2), pp. 170-179.

Lanouguère-Bruneau Virginie, 2002. Le corps de l’igname et le sang de la noix de coco. Le système social ancien de Mota Lava (îles Banks-Vanuatu), thèse en Anthropologie sociale, Paris, ehess, 453 p.

Malau Catriona (2011-05-05) Dictionary of Vurës (http://paradisec.org.au/VurësLexicon/index-english/main.htm)

Martin M.-A. 1975. L’ethnobotanique, science per se ? À propos d’un livre de B. Berlin «The principles of Tzeltal plant classification», Journal d’Agriculture tropicale et de Botanique appliquée XXII (7-8-9), pp. 237-276.

Mialet-Serra Isabelle et Philippe Taler, 2003. Les réserves carbonées chez le cocotier, le palmier à huile, l’hévéa et le manguier : origines, dynamiques et conséquences pour la gestion des plantations - Premier compte-rendu annuel technique et financier d’atp/cirad, Montpellier, cirad-amis, 50 p.

Ohler J. G., 1984. Coconut, tree of life, Rome, fao.

Petard Paul, 1986. Quelques plantes utiles de Polynésie Française et Raau Tahiti, Papeete, Éditions Haere Po No Tahiti.

R-Development-Core-Team, 2008. R: A Language and Environment for Statistical Computing, Vienna, Austria, R Foundation for Statistical Computing.

Rodman Margaret, 1986. Enracinement de l’identité : La tenure foncière à Longana, Vanuatu Culture 6 (2), pp. 3-13.

—, 1995. Breathing spaces : customary land tenure in Vanuatu, inG. R. Ward et E. Kingdon (eds), Land, custom and practise in the South Pacific, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 65-108.

Speiser Felix, 1996 [1923]. Ethnology of Vanuatu. An early twentieth century study, Bathurst, Australia, Crawford House Publishing Pty Ldt.

Vienne Bernard, 1984. Gens de Motlav. Idéologie et pratique sociale en Mélanésie, Paris, Société des Océanistes, Publications de la Sdo 42.

Haut de page

Notes

1  Les termes dans la langue vurës ou autres langues vernaculaires sont notés en gras et italiques. Cette langue s’écrit à l’aide de 15 consonnes et 10 voyelles (Malau, 2011). Ceux en bichlamar, la langue véhiculaire du Vanuatu, et les noms scientifiques des plantes et des animaux sont écrits en italiques. Les noms des catégories nommées de cocotier sont en gras.

0  Les timiat à Vêtuboso dénomment l’ensemble des personnes décédées, mais aussi les morts ou autres personnes vivantes malveillantes qui rôdent dans la forêt autour des villages (Hess, 2009).

0  Enquêtes réalisées sur dix sites situés sur dix îles dans le premier cas, et sur quarante sites répartis sur dix-neuf îles dans le deuxième.

0  Le môtô sialmê(« cocotier arrivé en flottant ») renvoie aux gros fruits récoltés sur la plage que les planteurs sélectionnent (les petits fruits apportés par la mer ne sont pas plantés) et aux fruits dont la bourre est suffisamment épaisse et l’épiderme imperméable pour les protéger de l’eau salée.

0  Ce groupe de petites îles coralliennes, aussi dénommé Rowa, situé entre Ureparapara et Mota Lava, est un lieu de magie dont sont originaires beaucoup d’histoires coutumières. Elles sont aujourd’hui inhabitées.

0  Pour analyser les données, un χ² modifié de Friedman et le plus petit écart ont été appliqués.

0  Soit la teneur en sucres solubles exprimée en grammes par litre d’eau de coco mesurée à l’aide d’un réfractomètre manuel à compensation de température.

0  Pour analyser les données, on utilise la méthode de Sauvageot et Dacremont (1995).

0  Lorsqu’un fruit d’une infrutescence est dépourvu d’eau, les habitants de Vêtuboso disent qu’un serpent lui est passé dessus, matgosogolo (mat, serpent ; sogolo, dessus).

0  Il est préparé pour « assurer une bonne croissance des enfants » car il est moins gras que les autres selon Eli Field Malau.

0  Cependant, nous n’avons jamais eu l’occasion en deux ans d’observer ces deux derniers usages du stipe.

0  Ces informations ont été récoltées grâce au travail de Kate Ruth, habitante de Vêtuboso.

0  Sur d’autres îles pourvues de plateaux coralliens (Mota, Mota Lava, Gaua), l’exploitation de la bêche de mer (wôgôgô, Parastichopus parvimensis), du troca (walal, Trochus niloticus) ou de la langouste (ôr, Pandirus spp.) sont des alternatives économiquement intéressantes.

0  Principalement du riz, des boîtes de bœuf et de poisson en conserve, du savon, du kérosène, des allumettes et quelques vêtements.

0  Sur Mota Lava, V. Lanouguère-Bruneau (2002) remarque que, à l’inverse d’un travail en dehors de l’île (en ville ou sur des plantations) ou la propriété d’une petite échoppe, les cocotiers ne semblent pas être une source de prestige sauf s’ils permettent d’aider quelqu’un.

0  Un enfant devient adulte, pour une fille, lorsque ses seins s’affaissent et, pour un garçon, lorsque sa pilosité faciale apparaît (Hess, 2009).

0  Après ingestion de poissons herbivores et de leurs prédateurs, la cigua se traduit par l’accumulation dans les muscles et les viscères de substances naturelles toxiques provenant d’une algue unicellulaire qui vit accrochée aux substrats macroalgaux colonisant les coraux morts.

0  À Hokua, nord Santo, un liquide rougeâtre est extrait de l’écorce du cocotier pour les femmes qui viennent d’accoucher. La bourre de coco, en décoction, est également utilisée à Pentecôte (Atartabanga) pour soigner les infections du tube digestif (diarrhée). On peut également noter qu’aux Torres, après que les arbres d’un futur jardin aient été brûlés, des feuilles de cocotiers sèches en feu sont traînées sur le sol pour tuer par la chaleur les scarabées ravageurs Papuana spp. (C. Mondragón, com. pers.).

0  M. Rodman (1986) note le même procédé à Ambae où une noix de coco « chargée d’un maléfice » avait été enterrée sous le sentier menant aux maisons dont on voulait tuer le propriétaire.

0  Sur Mota Lava, la noix de coco peut également être utilisée comme châtiment : lorsqu’une personne manque de respect, même par inadvertance, à sa tante paternelle, elle doit manger une noix de coco souillée par de la terre (Lanouguère-Bruneau, 2002). À Ambae, les âmes des hommes morts s’abritent au sommet des arbres et des cocotiers (Rodman, 1995).

0  Au Cambodge, la vie d’une femme âgée est prolongée si sa mort et sa renaissance sont mimées par la destruction d’un corps de substitution, dont la tête est représentée par une noix de coco. De plus, chaque femme médium possède un « maître de naissance», matérialisé par un objet, le kachom, dont l’élément principal est une noix de coco (Ang, 2005).

0  Sur Maewo, les fruits, dont les yeux pointaient jadis vers le sol, observaient les malheureux passants pour les tuer en se laissant tomber sur leur tête. Un jeune homme flécha les fruits pour les retourner et ainsi aujourd’hui ils ne font plus de mal aux êtres humains car aveugles.

0  Le cocotier peut également substituer la vie d’un cochon sur l’île de Pentecôte. Les chefs, pour monter en grade lors de la cérémonie Gonata, tuaient un seul cochon et demandaient à dix autres hommes de leur apporter dix fruits en germination. Le cochon et les dix noix de coco étaient offerts à un autre chef qui, ainsi, devenait le débiteur du donneur.

0  Au nord de l’île de Pentecôte, dans le village de Avatvotu, nous avons relevé le même type d’histoire. La permanence du cocotier est comparée à la fugacité du bananier qui chaque année meurt et doit se régénérer à partir de ses rejets ainsi qu’au sacrifice du sagoutier qui en fleurissant décède.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Description morphologique du cocotier en vurës
Crédits  (dessins de Taffin, 1993)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photo 1. – Catégorie nommé môtô wulmê, caractérisée par un anneau rose-rouge autour de l’œil de germination
Crédits  (cliché de l’auteur, Vêtuboso, Vanua Lava, 2002)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photo 2. – Inflorescence sans épillet du cocotier de forme spicata, localement nommé môtô taktak
Crédits  (Vêtuboso, Vanua Lava, 2002, cliché de l’auteur)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Photo 3. – Catégorie nomméesôgsôg caractérisée par de nombreux petits fruits
Crédits (ctrav, Santo, 2003, cliché de Jean-Pierre Labouisse)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photo 4. – Catégorie nommée môtô meteröwö, dont la noix ressemble à une tête de poisson
Crédits (Vêtuboso, Vanua Lava, 2002, cliché de l’auteur)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 5. – Femme tenant deux « rameaux » de jeunes pousses de cocotiers décorés de croix, avant de se rendre à l’église pour fêter le dimanche des Rameaux
Crédits (Vêtuboso, Vanua Lava, 2002, cliché de l’auteur)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 2. – Proportion de catégories nommées plantées en fonction de la proportion de catégories citées. La corrélation entre ces variables est décrite par une courbe de lissage lowess avec comme paramètre de lissage f = 0,75
Crédits  (Cleveland et al., 1994)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 6. – Femme de la côte est de Vanua Lava transportant du choux canaque dans un panier tressé avec des folioles de cocotier
Crédits (Qanlap, Vanua Lava, 2010, cliché de l’auteur).
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Photo 7. – Jeune garçon dansant avec une tunique à base de folioles de cocotier
Crédits  (Lesereplag, Ureparapara, 2003, cliché de l’auteur)
URL http://jso.revues.org/docannexe/image/6533/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Caillon, « Ethnobotanique du cocotier (Cocos nucifera L.) sur l’île de Vanua Lava (Vanuatu) », Le Journal de la Société des Océanistes, 133 | 2011, 333-352.

Référence électronique

Sophie Caillon, « Ethnobotanique du cocotier (Cocos nucifera L.) sur l’île de Vanua Lava (Vanuatu) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 133 | 2e semestre 2011, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://jso.revues.org/6533 ; DOI : 10.4000/jso.6533

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page