Navigation – Plan du site
Varia

Occupations anciennes des plateaux miniers calédoniens à Thio et à Tontouta : premières prospections et datations

Christophe Sand, Jacques Bolé, André-John OUETCHO, Yves-Béalo GONY et David BARET
p. 31-44

Résumés

L’étude archéologique des massifs miniers de la Grande Terre calédonienne ne s’est réellement développée qu’au cours de la dernière décennie, suite aux études d’impact imposées aux aménageurs. Des inventaires partiels menés sur deux zones de mines, le Camp des Sapins (Thio) et le fond de la vallée de la Tontouta, sont présentés. La première réalisation d’une série de datations au 14C a permis de démontrer, en complément des identifications de poteries anciennes, qu’une partie des aménagements découverts se rapporte à la période pré-européenne, avec une occupation principalement au cours du deuxième millénaire après J.-C., lors de voyages entre les deux côtes de la Grande Terre, mais probablement également pour la réalisation de rituels. Ces résultats viennent éclairer d’un jour nouveau l’histoire ancienne des ensembles miniers calédoniens, souvent considérés comme des « espaces vacants », d’où la nécessité de mieux connaître les différentes formes d’utilisation de ces massifs stériles par les groupes kanak précoloniaux, en lien avec les revendications autochtones actuelles adressées aux opérateurs miniers.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Inventaire et datations de sites pré-coloniaux de la mine sln du Camp des Sapins (commune de Thio)
La « maison du lézard » et les structures archéologiques environnantes
Autres sites archéologiques anciens de la mine du Camp des Sapins
Vestiges pré-coloniaux de la vallée de la rivière du Humboldt (haute Tontouta, commune de Païta)
Conclusion

Aperçu du début du texte

La Grande Terre de Nouvelle-Calédonie a développé au cours de son histoire géologique un faciès et des caractéristiques environnementales uniques dans le Pacifique. Issue de la séparation d’un fragment de Gondwana il y a quelque 80 millions d’années, la dorsale formant aujourd’hui l’axe occidental de la Nouvelle-Calédonie a émergé il y a environ 45 millions d’années, après une période d’immersion océanique. Ce processus de surrection s’est accompagné du glissement d’une partie de la plaque océanique sur la dorsale il y a plus de 30 millions d’années, avant un processus d’érosion qui a abouti à la mise en place d’une croûte métamorphique sur à peu près un tiers de la superficie totale de la Grande Terre (Paris, 1981). Ce sont ces sols ultrabasiques (péridotites) riches en nickel, en fer et en chrome qui ont au cours des derniers 140 ans fait la principale richesse économique de l’archipel calédonien, dans le cadre d’exploitations minières intensives développées sur tous les grands en...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sand, Jacques Bolé, André-John OUETCHO, Yves-Béalo GONY et David BARET, « Occupations anciennes des plateaux miniers calédoniens à Thio et à Tontouta : premières prospections et datations », Le Journal de la Société des Océanistes, 134 | 2012, 31-44.

Référence électronique

Christophe Sand, Jacques Bolé, André-John OUETCHO, Yves-Béalo GONY et David BARET, « Occupations anciennes des plateaux miniers calédoniens à Thio et à Tontouta : premières prospections et datations », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 134 | 1er semestre 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://jso.revues.org/6582

Haut de page

Auteurs

Christophe Sand

Articles du même auteur

Jacques Bolé

Articles du même auteur

André-John OUETCHO

Articles du même auteur

Yves-Béalo GONY

David BARET

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page