Navigation – Plan du site
Varia

Regards d’artistes sur les processus de patrimonialisation et de commercialisation de la culture aborigène

Géraldine LE ROUX
p. 85-94

Résumés

Cet article examine les raisons avancées par les artistes aborigènes de la côte est de l’Australie lorsqu’ils dénoncèrent la récupération de la culture aborigène par l’industrie touristique au moment du bicentenaire de 1988. Ces artistes ayant également eu un discours critique sur les organes de légitimation de l’art, nous examinerons la résonance de ces arguments aujourd’hui et ce qu’ils nous disent de la politique culturelle australienne. Consacré au discours des artistes, l’article identifie et présente succinctement des actions menées pour contrer le kitsch culturel et autres représentations aliénantes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’art urbain comme réponse à une vision primitiviste de la culture aborigène
‘Buy-sell-tennial’, la dénonciation du rêve-marchandise
La critique de l’institutionnalisation
Rejouer le kitsch culturel
Aboriginal Art. It’s a White Thing
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 2011, après treize années de service au titre de conservatrice et conservatrice en chef du département des arts aborigènes et des îles du Torres Strait de l’Art Gallery of New South Wales à Sydney, Hetti Perkins a donné sa démission, un choix dont elle précise les raisons dans une lettre reprise par le quotidien national The Sydney Morning Herald. Au cœur de sa critique la direction du musée qu’elle accuse de ne pas traiter le département des arts aborigènes de la même façon que les autres départements, lesquels ont obtenu des crédits pour moderniser leurs espaces, acquérir de nouvelles œuvres ou organiser de grandes expositions. Au début de sa carrière, Perkins travailla pour Boomalli, une coopérative créée en 1987 à Sydney par dix jeunes artistes aborigènes. Originaires de plusieurs régions de l’Australie, ces artistes ont depuis obtenu une reconnaissance internationale, comme Michael Riley dont une des œuvres fut sélectionnée pour la Commande publique d’art aborigène du musée ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine LE ROUX, « Regards d’artistes sur les processus de patrimonialisation et de commercialisation de la culture aborigène », Le Journal de la Société des Océanistes, 134 | 2012, 85-94.

Référence électronique

Géraldine LE ROUX, « Regards d’artistes sur les processus de patrimonialisation et de commercialisation de la culture aborigène », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 134 | 1er semestre 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 24 septembre 2014. URL : http://jso.revues.org/6601

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page