Navigation – Plan du site
Varia

Le Mwâ Kââ, vers la manifestation d’une appartenance commune en Nouvelle-Calédonie ?

Benoît Carteron
p. 45-60

Résumés

L'initiative du Mwâ Kââ a été lancée en 2003 par une association de la mouvance indépendantiste kanak à l'occasion du 150e anniversaire de la prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France. Le monument et la cérémonie commémorative auxquels il a donné lieu ont alors été placés sous le signe de l'accord de Nouméa afin de symboliser l'avenir partagé avec les autres communautés, invitées à participer à la construction de « la grande case du pays ». Cependant, les obstacles qui ont entouré l'initiative et la contestation de son bien-fondé dévoilent les tensions politiques récurrentes, l'absence de consensus sur la citoyenneté calédonienne et les signes susceptibles de traduire une identité plurielle. En associant le culturel au politique, l'initiative du Mwâ Kââ peut-elle être vue comme l'expression d'une identité offensive et imaginative dont l'enjeu est d'opérer, à partir des référents kanak, un décloisonnement entre des groupes historiquement hostiles ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’identité culturelle dans la construction du pays
La symbolique de la maison commune : unité kanak et invitation des autres « communautés »
Signifier la présence kanak au centre de Nouméa
Vers une démarche commune et un enrichissement symbolique
Tensions politiques et retour à l’expression de la résistance kanak
Des effets durables du Mwâ Kââ ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Mwâ Kââ est un poteau sculpté de 12 mètres installé sur une place de Nouméa. Le poteau est accompagné de la représentation en bois d’un barreur, leur support en béton formant une pirogue double. À l’avant, un passage du préambule de l’accord de Nouméa est gravé sur une plaque de nickel :

« Le passé a été le temps de la colonisation. Le présent est le temps du partage par le rééquilibrage. L’avenir doit être le temps de l’identité dans un destin commun. »

L’ensemble, enrichi au fil des ans de nouveaux éléments sculptés, est disposé, comme une grande allée kanak, au bout d’une allée de pins colonnaires, parmi un aménagement paysager qui associe chaque végétal à une composante ethnoculturelle. Le Mwâ Kââ fait l’objet depuis 2003 de cérémonies rassemblant les représentants des groupes culturels, du monde associatif et politique, à chaque 24 septembre qui est devenu officiellement « journée de la citoyenneté », après avoir longtemps été pour les indépendantistes kanak « journée de deuil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Carteron, « Le Mwâ Kââ, vers la manifestation d’une appartenance commune en Nouvelle-Calédonie ? », Le Journal de la Société des Océanistes, 134 | 2012, 45-60.

Référence électronique

Benoît Carteron, « Le Mwâ Kââ, vers la manifestation d’une appartenance commune en Nouvelle-Calédonie ? », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 134 | 1er semestre 2012, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://jso.revues.org/6613

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page